Retraites : le gouvernement et la gauche vous mentent effrontément

Publié le 6 septembre 2010 - par

Ils veulent vous persuader qu’on rase gratis. Tous. Chacun à sa façon. Avec le même résultat : que vous vous fassiez avoir.

D’abord, parlons de la réforme voulue par le gouvernement.

On nous dit qu’eu égard à l’accroissement de l’espérance de vie, demander à chacun de mener une vie active jusqu’à 62 ans au lieu de 60 afin que le poids des retraites sur les jeunes ne soit pas trop lourd, est normal et cela semble effectivement, à première vue, une idée sensée. Si l’on travaille 40 ans en cotisant, il n’est pas vraiment proportionné de recevoir une retraite pendant presque autant de temps, sauf à diminuer le montant de celle-ci, car on ne peut multiplier par 4 le nombre de cotisants ni le montant des prélèvements de pension sur les actifs.

Sauf que…

Ce n’est pas la retraite à 62 ans qu’on vous propose, mais à 67 ans au moins et avec un niveau de retraite très insuffisant ! En effet, la retraite à 62 ans est l’âge auquel vous pourrez demander à partir, mais qui le pourra à part ceux qui auront reçu des salaires mirobolants pendant leur vie active ?

En effet, vous ne pourrez obtenir une retraite à taux plein, c’est-à-dire à 50 % du salaire de référence que si vous avez COTISE pendant 41 ans et demi ! Sinon non seulement vous aurez un pourcentage inférieur mais vous devrez en plus voir une décote appliquée sur ce pourcentage, ce qui vous conduira à partir à 62 ans avec 30 à 50% de votre salaire… Facile de vivre et de se payer une maison de retraite avec le tiers d’un smic !

Autrement dit, si vous avez commencé à travailler à 20 ans, vous devrez travailler jusqu’à 61 ans et demi, A CONDITION QUE VOUS AYEZ TRAVAILLE SANS INTERRUPTION – beau pari en ces périodes de chômage, de précarité, de fermetures d’usine, de crise…) TOUTE VOTRE VIE pour obtenir une retraite à taux plein. Si vous avez commencé à travailler à 24 ans, âge moyen de ceux qui font des études supérieures, vous devrez travailler jusqu’à 65 ans et demi A CONDITION QUE VOUS AYEZ TRAVAILLE SANS INTERRUPTION – beau pari en ces périodes de chômage, de précarité, de fermetures d’usine, de crise…) TOUTE VOTRE VIE pour obtenir une retraite à taux plein ! Et on ne dira rien du taux de chômage, effrayant, des seniors, qui se retrouvent sans espérance de retrouver un emploi quand ils le perdent au-delà de la cinquantaine. LA REALITE C’EST QUE PERSONNE N’AURA LES MOYENS DE PARTIR AVANT AU MOINS 67 ANS ! Sauf ceux qui auront suffisamment bien gagné leur vie pour pouvoir vivre sur leur bas de laine. Une minorité. Et cela remet sérieusement en cause les principes d’égalité et de fraternité de notre constitution !

C’est ainsi que, sans le dire, on impose aux salariés français les souhaits de la Commission Européenne qui souhaite voir généralisé le système allemand du départ à 67 ans. On rappellera utilement que nous nous rapprochons de plus en plus du système des Etats-Unis où malgré un départ légal en retraite à 65 ans (67 prévu à partir de 2022) il est de plus en plus courant de voir des gens de 70 à 80 ans exercer des petits boulots pour arrondir des retraites misérables et compenser des fins de mois difficiles…

Sauf que…

Malgré le taux de chômage énorme des seniors et des nouveaux venus sur le marché du travail, notamment ces 150000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans qualification, le gouvernement continue et de favoriser l’immigration et d’appliquer les demandes bruxelloises conduisant au démantèlement des petites entreprises et aux délocalisations.

En effet, Eric Besson a mis en place une structure pour favoriser l’obtention de “visa de long séjour valant titre de séjour”. Si vous regardez la liste des destinataires, vous constaterez que tout le monde y a droit(1) et que 180.000 étrangers sont ainsi (officiellement, on ne parle pas des clandestins !) accueillis en France chaque année. Michèle Tribalat et Jean-Paul Gourevitch ont montré(2) qu’il y avait environ 150.000 naturalisations par an, ce qui signifie que malgré les beaux discours, quand on arrive en France, fût-ce avec un visa de tourisme, on y reste. Malgré le chômage. Malgré le manque de logements sociaux. Malgré le trou de la sécu… Est-ce bien raisonnable ? Est-il juste de demander à tous ceux qui ont travaillé et cotisé toute leur vie de se serrer la ceinture à l’heure de la retraite quand on dépense 26 milliards d’euros par an pour l’immigration(3) ?

Quant à la politique inspirée par Bruxelles, qui n’a d’autre but que de favoriser le monétarisme en donnant le primat à la concurrence libre et non faussée (quel que soit son coût humain), et, surtout, à la libre circulation des capitaux et son corollaire, la spéculation, confisquant ainsi les richesses nationales pour les concentrer entre les mains d’une élite ou de fonds de pension qui exigent toujours plus de rendement, elle est suicidaire et vandalise et les Français et la France. Quand on fait partie du cercle des happy few et qu’on reçoit 16000 euros pour assister à UNE séance de conseil d’administration comme Florence Woerth(4) on peut aisément taper sur la France d’en bas qui aimerait partir en retraite à 60 ou 62 ans avec 50% du montant moyen des salaires perçus pendant les 25 meilleures années…

Depuis le temps qu’on vous le dit, il n’y a plus d’autre solution que de sortir de l’Europe, cette même Europe qui veut que l’Europe accueille 56 millions d’immigrés de plus d’ici les années 50(5) !!!

Quant aux revendications et vaines promesses de la gauche…

Il y a de quoi pleurer. A part vitupérer contre le paquet fiscal (coût unique de 12 milliards), le bouclier fiscal (580 millions d’euros par an), et dénoncer les vilains patrons… ils ne font aucune proposition digne de ce nom. Et pour cause, ils seraient bien en peine

D’abord, parce que nous leur faisons les mêmes reproches qu’au gouvernement à propos de l’immigration et de Bruxelles. Depuis 30 ans qu’ils sont au pouvoir, les dirigeants de l’UMP, comme ceux du PS, ont la même politique soumise à Bruxelles, au point d’avoir violé de conserve la volonté populaire qui s’était exprimée le 29 mai 2005.

Ensuite parce que la gauche, sur la question de l’immigration, est bien pire encore que le gouvernement, puisqu’elle réclame, en sus, que l’on régularise tous les sans-papiers et qu’on ne mette pas dehors les pauvres délinquants étrangers !

Il faut reconnaître qu’il y a de quoi être perplexe, quand vous entendez quelqu’un comme Hollande, qui prétend faire un candidat acceptable en 2012 reconnaître qu’il ne se bat pas pour les Français mais pour une vision internationale du travailleur. Autrement dit, pour les traditionnels défenseurs du peuple, il est normal que, comme l’a écrit Alain Rubin dans un superbe article(6), “quand on ne contribue à rien on ait droit à tout”. Je ne peux résister au plaisir d’en citer un extrait qui dit tout : “Des vieux travailleurs, usés, – touchant de trop basses retraites, se trouvant tout juste au-dessus du plafond d’attribution de la CMU complémentaire, ne peuvent pas se soigner parce que le ticket modérateur non remboursé par l’assurance maladie est trop lourd et que leur retraite, trop faible, ne leur permet pas d’adhérer à une mutuelle” alors que ” les « jeunes », ou leurs semblables, qui attaquent un casino (comme à Uriage), brûlent des bus ou leur envoient des cocktails Molotov, brûlent des écoles, agressent des passants, que ces « jeunes » là, le plus souvent, sont venus réclamer à la sécurité sociale l’attribution de la CMUC et l’ont obtenu, ces malheureux « discriminés », déclarant ne disposer d’aucun revenu, ont obtenu des prestations dont la condition d’attribution est déclarative”.

Enfin, la cerise sur le gâteau, c’est pour la fin. Rappelez-vous les manifestations et les déclarations de la gauche lors de la réforme Balladur des retraites en 1993, qui a fait passer de 37,5 ans et demi à 40 la durée de travail nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein et le calcul de la retraite de référence à partir de la moyenne des 25 meilleures années au lieu de 10 pour les salariés du privé. Depuis, la gauche est revenue aux affaires, me semble-t-il… et a soigneusement enterré tout retour en arrière, ravie que la droite ait fait le sale boulot. Pire encore, Jospin a signé avec Chirac en 2002 les accords de Barcelone qui engagent la France à faire une réforme drastique des retraites… D’ailleurs encore, on se souviendra que Martine Aubry, avant de réfléchir aux conséquences électorales de ses déclarations, s’était déclarée en faveur de la retraite à 62 ans. Quand on vous dit que gouvernement et gauche c’est blanc bonnet et bonnet blanc !

Bref, c’est le Français moyen qu’ils prennent, tous, pour un con, excusez-moi, il n’y a pas d’autre mot. Et doublement. Non seulement on se moque de lui avec tous les éléments que je vous ai rappelés ci-dessus, mais on a, délibérément, oublié de mettre l’homme au centre de la société, pour en faire un rouage de l’économie, avec deux conséquences :

Les progrès fulgurants de la technologie qui devaient faire disparaître des tâches inhumaines et permettre à l’homme de s’épanouir, de vivre mieux et plus vieux, de s’épanouir dans son boulot, ont simplement conduit des hommes à asservir d’autres hommes dans des tâches imbéciles et répétitives au nom de la rentabilité, et quand on voit la vie dingue de tous ceux qui font les 3/8 ou plutôt à présent les 4/8 on se prend à penser que les Temps Modernes de Chaplin, sont toujours d’actualité, un siècle après !

Quant à la qualité de vie, de plus en plus de gens détestent leur travail et se lèvent sans plaisir pour s’y rendre. Bien sûr, je ne minimise pas le rôle de la société de consommation et de loisir qui est donnée et comme modèle et comme objectif par l’éducation, les medias ou la publicité, générant ainsi une espèce de quête désespérée du plaisir, mais vous avouerez que la pression mise sur les employés pourrit leur vie et les empêche de profiter d’un des aspects positifs du travail, la convivialité et les relations sociales. Pour ne pas parler des conquêtes des 35 heures, on ne dit pas merci à Aubry, l’annualisation, les horaires aberrants et temps partiels imposés qui conduisent par exemple un certain nombre de caissières de supermatrché à être coincées des journées entières sur leur lieu de travail pour y effectuer seulement 5 h effectifs.
Bref on marche sur la tête, tout devrait, tout devra, être remis en cause dans un véritable projet de société qui reste à bâtir, qui nous le proposera d’ici 2012 ???

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr/

(1) [gouvernement/delivrance-du-premier-visa-de-long-sejour-valant-titre-de-sejour-une-reforme-pour-mieux->http://www.gouvernement.fr/gouvernement/delivrance-du-premier-visa-de-long-sejour-valant-titre-de-sejour-une-reforme-pour-mieux]

(2) [scoop-les-vrais-chiffres-de-l-immigration-en-france-48631057.html->http://france.revolution.over-blog.com/article-scoop-les-vrais-chiffres-de-l-immigration-en-france-48631057.html

(3) [publications/les-monographies/le-cout-reel-de-l-immigration-en-france/->http://www.contribuables.org/publications/les-monographies/le-cout-reel-de-l-immigration-en-france/]

(4) [conjoints-de-ministres-les-pistonnes-les-fauches-et-les-blindes-524666/%28offset%29/1->http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/conjoints-de-ministres-les-pistonnes-les-fauches-et-les-blindes-524666/%28offset%29/1]

(5) [http://www.nationspresse.info/?p=12894
https://www.ripostelaique.com/L-abus-de-droit-c-est-quand-on-ne.html->http://www.nationspresse.info/?p=12894]

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi