Réveil des populismes ou sursaut identitaire des citoyens ?

Publié le 29 novembre 2010 - par
Share

Bruxelles s’inquiète de la montée des populismes qui gagne tous les pays européens à chaque élection. Mais faut-il s’étonner du réveil identitaire des citoyens ? En France, voilà des années que nos élites nous imposent une société multiculturelle sans nous demander notre avis. Voilà des années qu’elles nient les problèmes liés à une immigration extra européenne de masse. Comme si le chômage induit, la violence, les mariages arrangés, les répudiations, la burqa et autres atteintes aux libertés de la femme étaient une chance pour la France !

Voilà des années que nos élus bradent la nationalité française, qu’ils cèdent à toute les revendications communautaristes, qu’ils légifèrent pour museler les citoyens, qu’ils diabolisent ceux qui tirent la sonnette d’alarme, qu’ils subventionnent des associations pro-immigrés qui ne combattent que le racisme à sens unique. Dans ces conditions, faut-il s’étonner que les peuples s’inquiètent de la perte de leur identité et de l’avenir qu’ils vont léguer à leurs enfants ? Faut-il s’étonner qu’ils souhaitent préserver l’héritage culturel durement acquis par le sang et les larmes de leurs ancêtres ? Faut-il s’étonner qu’ils souhaitent affirmer leurs racines judéo-chrétiennes et défendre leur culture gréco-latine face à une immigration qui entend imposer ses coutumes et traditions tout en refusant les nôtres ? L’acceptation de l’autre ce n’est pas le renoncement à nos valeurs, ce n’est pas l’effacement devant d’autres cultures comme semblent le penser les apôtres de la bien pensance.

Il n’y a que les hommes politiques pour ne rien comprendre au désarroi des peuples. Il aura fallu un désastre financier planétaire en 2008 pour que les dirigeants prennent enfin conscience des dangers du surendettement, quel drame faudra t-il subir pour qu’ils réalisent qu’une immigration de masse pose de graves problèmes d’intégration et menace à la fois notre identité et l’avenir des générations futures ?

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.