Sélection de quelques réactions

Publié le 15 juillet 2008 - par
Share

LETTRE ADRESSEE A RIPOSTE LAIQUE

Musulman français et fier de l’être

Bonjour,

Arrêtez de polluer ma boîte email avec vos articles à deux sous qui sont à caractère islamophobe !

« Le Coran est notre lumière, n’en déplaisent aux non croyants ».

« Il y a ceux qui vivent dans le Savoir et il y a ceux qui vivent dans l’Ignorance ».

A bon entendeur,

Un musulman français et fier de l’être,

Laqli Rachid

REPONSE DE RIPOSTE LAIQUE

Cher Rachid,

Outre le fait que vous portez le prénom d’un de mes meilleurs amis, votre lettre de réprobation et de colère ne me déplaît pas ! Je comprends tout à fait que le Coran soit votre lumière et qu’en vivant selon sa Parole, vous viviez selon le Savoir. Mais si je ne suis pas de votre obédience, comment se fait-il que mon ignorance me permette de savoir cela ? Autrement dit, comment se fait-il que le non-croyant puisse comprendre et même aimer le croyant ? Les chrétiens disent que la Bible est leur lumière, et les Juifs sont persuadés d’être éclairés par le Talmud. Les athées eux-mêmes se disent éclairés par la Raison. Que faut-il en déduire ? Que tous se trompent ? C’est possible ! Mais alors, il n’y a ni Vérité, ni Raison. Qu’un seul est dans le vrai ? C’est possible ! Mais alors, qui ? Pour vous, ce ne peut être que le musulman, et je vous l’accorde. Mais je l’accorde aussi au chrétien, au juif et à l’athée, puisque nul ne saurait répondre à pareille question indépendamment de ses propres convictions. C’est là que la tolérance a toute sa place, pour peu que chacun se garde d’imposer ses certitudes métaphysiques aux autres. Dans le cas contraire, il est normal que chacun se défende contre ce qu’il tient pour inacceptable venant d’autrui. C’est d’ailleurs ce que vous faites à notre égard, et c’est ce que nous faisons à Riposte Laïque lorsque nous sommes en désaccord avec tel ou tel précepte que voudrait nous imposer l’islam. Ce désaccord n’est pas la marque d’une islamophobie latente, mais la preuve de notre attachement aux valeurs républicaines – que vous devez au fond de vous refuser, puisque vous vous présentez fièrement comme un musulman français et non comme un Français musulman. Il est vrai que la fierté a des racines, et que les racines humaines sont indéracinables.

Bien à vous,

Maurice Vidal

LETTRE A RIPOSTE LAIQUE

Bonjour,

RL prétend jouer hors des sentiers battus.

Or, en ce qui concerne Ségo, RL ne fait pas exception à la règle de lui tomber sur le râble chaque fois qu’elle se manifeste, au même titre que l’ensemble du monde politique, des médias et des « penseurs ». Même ses « fidèles » lieutenants, Montebourg et Dray, l’ont lâchée.

Il suffit d’un peu de réflexion pour se dire qu’il y a beaucoup de préjugés, énormément de manipulations et de désinformation pour qu’une candidate aux présidentielles, première femme candidate dans l’histoire de notre république, qui a été plébiscitée par les militants de son parti, qui a tout de même recueilli plus de 7 millions de suffrages en sa faveur (Bayrou qui a fait moins s’en tire avec tous les honneurs !) et qui reste populaire dans l’opinion publique, fasse l’objet de tirs incessants et d’une malveillance généralisée de la part de « responsables » de tous bords.

La position aveugle et obstinément anti-Ségo de RL, défendue dans son dernier numéro par Gabrielle Desarbres, est tellement inébranlable que cette dame se croit obligée, dans une rhétorique toute manichéenne, de rendre hommage à Sarkozy pour mieux enfoncer Royal.

On aura vraiment tout lu dans RL, le pire comme le meilleur ….
Le pire c’est tout de même de se prétendre féministe et de hurler avec les chantres de la misogynie sans même s’en rendre compte tellement c’est « naturel ».

Cordialement vôtre,

Alice Braitberg, laïque et VRAIMENT FEMINISTE

REPONSE DE RIPOSTE LAIQUE

Réponse à Alice Braitberg, laïque et VRAIMENT FEMINISTE

Madame,

Vous êtes lectrice de Riposte laïque et je vous en félicite. Je suis moi même également profondément féministe, l’égalité et la liberté des femmes sont pour moi des valeurs fondamentales.
Mais au risque de vous déplaire, je n’ai jamais considéré Ségolène Royal comme une féministe. Elle s’en est d’ailleurs toujours démarquée pendant toutes les années 80 et 90, se présentant beaucoup plus comme une mère que comme une féministe. Dans ses dernières fonctions ministérielles, elle n’a pas plus démontré une quelconque action que l’on pourrait qualifier de féministe, de femme oui de mère certainement,il est vrai qu’elle avait surtout en charge la famille.
Ensuite, dans sa campagne présidentielle , soutenue effectivement par des femmes, elle a essayé de tirer argument du fait qu’elle était femme et s’est positionnée en victime permanente. J’ai une autre conception du féminisme. Pour moi, il ne suffit pas d’être femme pour avoir raison et défendre une cause juste. Entre un homme et une femme, je juge en fonction des idées défendues et non du sexe. C’est pourquoi, j’ai toujours été hostile aux principes de parité ou de quotas. J’ai connu des hommes qui défendaient beaucoup mieux que certaines femmes, la cause des femmes.
En ce qui concerne la libération des otages, j’ai trouvé indécent de la part de Madame Royal d’attaquer Nicolas Sarkozy quitte à encenser Uribe et les Etats Unis : le comble pour une candidate à la Présidence de la France. Mais ce que l’on a constaté depuis, c’est que sentant sans doute que le vent tourne pour elle, elle essaye d’occuper l’espace médiatique avec des petites phrase sectaires qui n élèvent pas le débat.
Femme ou pas, ce qui compte c’est l’intelligence. Tant qu’elle occupera l’espace, non pas à gauche car je ne vois pas en quoi elle est à gauche, Sarkozy a un bel avenir devant lui.

Gabrielle Desarbres

Surtout revenez en pleine forme

Bonjour à tous,

A l’issue de cette première année pour Riposte Laïque, je tenais à vous remercier, vous féliciter et vous encourager dans la voie entreprise. J’ai enfin trouvé dans votre journal ce qui me faisait défaut jusqu’ici ; j’ai enfin trouvé un lieu d’expression dans lequel je me reconnais pleinement. Et surtout, comme vous l’exprimez si bien dans le numéro 49, vous participez du redressement d’une gauche fière de ses valeurs et de son histoire, d’une gauche qui se souvient qu’elle dût batailler ferme contre le totalitarisme religieux pour imposer cette laïcité dite « à la française » que de nombreuses victimes de l’islam en dehors de notre territoire nous envient tant.
BRAVO et MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Amitiés laïques,
Bonnes vacances.
Revenez-nous en pleine forme pour des combats qui ne manqueront pas.

Benoît Drouot

Réactions à votre n° 47

Suite à mes recherches, j’ai été contacté par des responsables laïcs locaux qui apparemment cherchent des militants.

Pour ma part, je ne souhaite pas m’engager dans un militantisme effréné compte tenu de mes obligations et de mes ressources.

Je souhaite simplement faire respecter mes droits laïcs comme ceux de mon intégrité physique, de la dignité de ma personne et de mes biens en recourant pour cela aux services publics laïcs compétents.

Je suis atterré par la complicité des victimes jusqu’aux plus hautes autorités judiciaires.

Je vais à l’affrontement mais je me sens très isolé.

Je trouve particulièrement abject le procès fait à Fanny TRUCHELUT.

Seules les dernières victoires laïques me redonnent de l’espoir.

Mais à Marseille, la situation est terrible.

Il n’y en a d’ailleurs depuis des années que pour la Grande Mosquée alors que tout le reste s’écroule.

C’est affligeant de lâcheté.

Par ailleurs, j’en ai plus qu’assez d’être stigmatisé comme Français (alors que je ne le suis même pas, certainement en droit) et d’impur, diffamatoire sinon injurieux, sous la haute protection non seulement de la HALDE mais aussi et surtout des autorités judiciaires.

Quant à moi, comme Kébir JBIL, je préférerais toujours un laïc de quelque obédience qu’il soit à un dogmatique, fut-il politique et de gauche.

Je n’en voudrais jamais assez à la gauche pour avoir trahi ses idéaux laïques historiques.

Comment voter pour la gauche qu’on nous propose quand on est de gauche ?
Bien qu’à « l’abri dans la fonction publique », mais grâce aux luttes de ceux qui ont remplacés les « charges » seigneuriales pas des missions de service public accessibles à tous sur la base de leur compétences objectives, je partage, encore, la plupart des positions de Christine Tasin, sauf sur son communautarisme parisien jacobin bien évidemment, conscients malgré tout des difficultés des travailleurs du privé, des pauvres, des « sous-chiens », des jeunes et des laïcs, a fortiori « sous-chiens », jeunes, pauvres d’origine et obligé de travailler dans le privé avec la destruction des services publics.

Je suis atterré d’un tel bilan de la gauche mais encore plus qu’elle persiste et signe avec tant d’obstination !

Gabrielle DESARBRES revendique le droit d’empoisonner ses concitoyens par la fumée qu’elle n’est pas capable de traiter et de rétablir les sévices corporels.

En quoi l’empoisonnement et les sévices corporels sont-ils laïcs et méritent-ils d’être publiés dans RL ???!!!

A propos de l’article 9 de la CEDH : il est consternant de constater que la justice française préfère enfreindre les lois républicaines laïques dont elle est chargée d’assurer l’application au profit de lois islamiques !

Eozen

Quelques réactions avant mon départ en congé

GRANDE MOSQUEE DE MARSEILLE

Marseille va avoir sa grande mosquée grâce à un terrain loué par la mairie de Marseille à un loyer moins préférentiel qu’avant les annulations par la justice administrative.

Par contre, malgré un budget municipal conséquent et une indigence catastrophique de services publics municipaux laïcs consacrés aux enfants, adolescents et jeunes (crèches, cantines et garderies scolaires, centres aérés, etc. ), sportifs et culturels, la municipalité continue de supprimer des crèches, garderies et cantines scolaires municipales publiques laïques et les autorités scolaires les écoles maternelles et primaires malgré les protestations parfois très véhémentes des parents d’élève que Jean-Claude GAUDIN a décidé de trainer systématiquement en justice comme c’est l’usage des services publics marseillais et contre lesquels le Procureur de la République de Marseille ne manquera pas de diligenter avec la plus grande célérité des poursuites judicaires pénale sous contrainte de la force publique alors que les justiciables, eux, doivent attendre des décennies la moindre décision judiciaire des services publics laïcs judiciaires.

Ainsi la mairie de Marseille, toutes tendances politiques confondues d’ailleurs, comme pour augmenter de 50% leurs indemnités, prétend ne même plus avoir assez d’argent pour maintenir le peu de services publics municipaux laïcs qui existent mais assez de ressources foncières pour la construction d’une grande mosquée !

Gageons qu’elle va répondre qu’avec l’argent du loyer du terrain de cette mosquée, elle va pouvoir construire bien plus de services publics municipaux laïcs qu’elle ne l’aurait fait dessus !

A propos du procès de Fanny TRUCHELUT : quand j’ai découvert, par votre biais, ce procès, elle disait, très honnêtement, ne plus avoir besoin d’argent tant les dons avaient été importants, sa dignité l’empêchant sans doute de faire l’aumône.

Si elle en a maintenant besoin, je suis prêt à participer à notre défense à tous, laïcs, par son entremise, ayant toujours préféré connaître les bénéficiaires que de faire confiance aux institutions.

En effet, j’ai la conviction qu’elle n’ira pas faire de séminaires avec à l’autre bout du monde !

Merci de me rappeler, si c’est le cas, comment procéder pour cela.

A propos des excuses du rectorat de Créteil : je vous informe qu’ayant interrogé en 2007 le premier ministre, faute de réponse locales et des ministères concernés, au sujet de mon obligation de supporter des mères voilées en tant que parents d’élèves jusque dans les classes d’obligation scolaire pénale, malgré la charte de la laïcité, le Ministère de l’éducation nationale (qui n’a apparemment jamais eu de ministre, en tout cas pour répondre aux citoyens) m’a aussi répondu que le statut des fonctionnaires n’étaient opposables qu’aux fonctionnaires et la loi de 2004 qu’aux élèves alors que je ne l’interrogeais que sur la charte de la laïcité qui s’applique aussi aux usagers non élèves et dans tous les services publics.

Relancé, j’attends toujours sa réponse !

J’envoie en mon nom l’excellente lettre de Christine Tasin (en la citant) au recteur de Créteil et en copie à mes autorités scolaires, Ministre de l’éducation et Premier Ministre préalablement saisis, l’union faisant la force.

A propos de la viande halal voté par le conseil municipal d’Illkirch : les autorités scolaires marseillaises me répondent systématiquement que la restauration scolaire n’est pas un dû, pour me contraindre sous menaces de poursuites judiciaires à garder mon enfant pendant certaines pauses méridiennes contre toutes mes obligations professionnelles (je rembauche entre 12h15 et 12h45 au plus tard et l’école primaire à 14h30 ! ou si je suis en mission à des centaines de Kms !).

Dans ces conditions, je ne comprends toujours pas comment dans une République et école laïques et uniques, les religieux, non seulement puissent avoir droit à la restauration scolaire publique mais en plus adaptée à leur religion alors que les travailleurs immigrés laïcs sans aide locale n’ont aucun droit du tout en la matière, sans que soit constituées judiciairement d’ordre public des discriminations pénales !

Par ailleurs, cela revient en l’espèce à faire financer les réseaux islamiques par des fonds publics laïcs par la « dime », taxe ou impôt halal perçus sur chaque achat halal.

Dans votre n° 47, vous sollicitiez vos lecteurs pour dénoncer les atteintes à la laïcité qu’ils constataient.

Vous ayant préalablement saisi sur la situation de Marseille, vous m’aviez répondu en substance qu’il y avait peu d’espoir tant tous les candidats marseillais aux élections étaient hostiles à la laïcité.

Malgré tout, deux tètes de liste de mes circonscriptions électorales m’avaient répondu favorablement : un du MoDem, finalement élu municipal et de secteur après ralliement à la gauche, et un de l’UMP, député et élu municipal mais ayant perdu ses fonctions de maire de secteur.

A ma dernière intervention sur le modèle que vous proposiez à la suite du scandale de Vigneux, celui du MoDem a confirmé son engagement laïc.

Néanmoins, d’une part, les commerces halal (qui refusent de vendre des produits locaux, régionaux, français, européens et internationaux harams) et ceux qui refusent de vendre des produits à base de porc et, d’autre part, les tenues islamiques (y compris masculines) ne cessent de s’accroitre jusque dans les classes des établissements scolaires publics d’obligation pénale.

Votre collaboratrice locale Brigitte Bré Bayle m’avait répondu qu’elle ne pouvait que le constater face à l’inertie des autorités scolaires et associations de parents d’élève, sinon de leur complicité.

Personnellement, je ne trouve pas d’autres parents laïcs.

Il y a quelques années, sans doute encore trop inconscient, j’avais saisi les autorités municipales au sujet d’un islamique qui m’avait voué à l’enfer islamique parce que je le dérangeais dans sa prière en ne respectant pas les préceptes islamiques dans un jardin public littoral.

En réponse, la mairie avait condamné son attitude et remercié de l’informer de toute anomalie semblable, ce qui n’avait pas été nécessaire car cette publicité avait suffit à le faire fuir

Bonnes vacances à tous.

Jacques Le Roux

Ecoutez cette horreur pleine de haine !

Bonnes vacances et restons vigilants !

Un petit dernier pour la route, afin de ne pas oublier (l’est pas piqué des hannetons c’ui là)…

A écouter, savourer et méditer : (faire un copier-coller dans la barre de menu si nécessaire)

http://www.dailymotion.com/video/x60y7x_morsay-message-au-haineux-sur-le-ne_music

Véronique Guillaud

Se battre pour la liberté d’expression

Bonjour,
je ne vous suis pas sur tout (en particulier je ne perçois pas l’Union européenne comme vous vous, à Riposte laïque). En revanche je suis d’acord avec vous sur la nécessité de se battre pour la liberté d’expression (la justice hollandaise a donné raison à Geert Wilders contre ses détracteurs ; vous aviez eu le courage de le soutenir pour que l’on puisse voir Fitna), sur la nécessité de manifester un soutien suivi à l’égard de celles et ceux qui sont victimes d’atteintes à la liberté d’expression (par exemple Robert Redeker). En effet il ne suffit pas de tenir un discours incantatoire sur la liberté d’expression, il faut assumer autant que faire se peut, concrètement, des déclarations généreuses et générales, cela passe par des prises de position face à des faits constatés localement, par la prise en charge personnelle de ce à quoi on croit.

Un exemple : responsable du séminaire « idées politiques » au sein de l’université populaire de Caen, je mettrai au programme de ce séminaire au début de la prochaine année de l’Université populaire (saison 2008-2009) deux femmes réunies par le prix Simone de Beauvoir, Madame T. Nasreen et Madame Ayaan Hirsi Ali. Par principe je parle de philosophes politiques inscrits dans les dictionnaires de philosophie. Je ferai une exception, accordant une attention pleine et entière à deux femmes qui se battent pour la liberté d’expression et l’émancipation des femmes, aujourd’hui, dans des conditions difficiles. Ce sera pour moi une façon d’être en accord avec le fait que j’ai signé par le passé une pétition en faveur de Robert Redeker.
Salutations cordiales,

Gérard Poulouin,

co-fondateur de l’Université populaire de Caen

Gare à l’intolérance

Merci à vous d’aiguiser notre sens critique et d’exercer ainsi notre libre arbitre. Bravo, votre démarche, parmi tant d’autres, est salutaire. Attention toutefois de prendre garde que la défense de la laïcité ne soit, comme chez certains, une intolérance en réaction à d’autres intolérances. Oui à la défense de valeurs et de convictions, non à des guerres de tranchées. La limite peut être parfois fragile. Face à la dialectique, le force de la démonstration.
Néanmoins, je ne retrouve pas ce dérapage à « Riposte laïque », ce qui n’empêche en rien la vigilance et le recentrage si cela s’impose.
Bien cordialement

Eric wagner

Support papier ?

Avez vous une revue que l’on puisse acheter ou s’abonner ? j J’ai un ami qui n’ayant pas internet serait très intéressé par un abonnement!!
merci de me répondre il attend depuis deux semaines une réponse qu’on ne me donne pas faute surement aux vacances
Bonnes continuation et bonnes vacances à tous.
Laiquement et cordialement vôtre.

Pomponnette

Réponse de Cyrano : nous n’avons, faute de moyen, comme seul support le site internet de notre journal.

Vous m’exaspérez souvent, mais je vous aime bien quand même

Bonsoir à tous.

Et au revoir pour jusqu’en septembre : départ pour le Pays Basque demain, et là-bas, pas de connexion possible – sauf s’il y a eu amélioration depuis l’an dernier (en Alsace, en mai dernier, la connexion a pu se faire, irrégulièrement, par le code d’un voisin, alors que cela n’était pas encore arrivé jusqu’à ce dernier séjour) De toutes façons, que vous dire ? Tout simplement, je suis ravie de certains articles, exaspérée par d’autres, et tous vos collaborateurs étant plus éloquents et plus pugnaces les uns que les autres, toute faculté de réaction, tout effort nécessité par l’écriture d’un courrier, tout cela m’a abandonné – je renonce, j’ai la sensation que tout est dit et que je ne saurai plus m’exprimer…! Vous êtes trop forts … et je ne epux pas être partout et ailleurs.
Je constate tout de même que dans les derniers numéros, certains lecteurs écoeurés vous font part de leur indignation et vous demandent de cesser vos envois. Je n’en suis pas là, mais je les comprends!

J’admets avoir beaucoup apprécié pas mal de textes : l’évocation du « mai 68 » de plusieurs d’entre vous, l’humour de Pascal Hilout dans ce n°49 (mais ses attaques contre Leïla Babès m’avaient mise dans une sombre colère!), et aussi presque tous les éditoriaux de Cyrano, qui manie la critique sans état d’âme mais en général avec beaucoup de respect et de modération.Et même d’émotion, dans le récent appel au secours vis-à-vis de M.Sifaoui … Les gens exceptionnels sont souvent lâchement abandonnés à leur sort…

Dans le n°43, un certain « Eozen » porte un regard marseillais sur votre journal. Je l’approuve tout à fait lorsqu’il propose un concours d’idées afin de mener des actions plus mobilisatrices que textes, appels, lettres ouvertes, pétitions, etc … De cela, nos gouvernants et nos « idiots utiles » (comme il est dit parfois) n’en ont cure!
Stéphane Arlen, de « FaireLeJour » a fait faire des t-shirts au logo « Rue de la Laïcité ». Je lui en ai acheté un, qu’il m’a expédié depuis La Réunion. Pourquoi pas une initiative de ce style ???

Dans le n°48 (je crois…), j’ai eu un énorme plaisir à lire monsieur Michel Tonarelli, dans un texte intitulé : « Propagez la révolte, [….] »
Et aussi : « Alerte aux modérés » par René Cruse.
Et plusieurs autres que je n’ai plus le courage de retrouver…
Christine Tasin me plaït beaucoup aussi en général. Et d’autres, dans certains cas …
En revanche, j’ai le regret de trouver les articles de Guylain Chevrier trop longs et rébarbatifs (et truffés de fautes…) Je PASSE, de même qu’à chaque fois que l’ascenseur, à droite, est très court (ce qui est le signe d’un texte interminable … je SAUTE!) Quant à Gabrielle Desarbres et Radu Stoenescu, ce sont les champions du « MOI, je sais! Vous (au choix…) êtes aveuglés par des oeillères et ne comprenez rien à rien »
J’exagère … à peine.

Un seul exemple, non parce qu’il en existe peu mais parce qu’il n’est plus question de m’éterniser sur cet écran : dans le n° 48, Radu Stoenescu s’en prend à Caroline Fourest – elle a bon dos, heureusement qu’elle est solide!…- décortiquant par le menu son intervention dans un « C dans l’air » récent . Il titre « L’art de la stigmatisation de Caroline Fourest »
Et l’art de la stigmatisation de Radu Stoenescu ??? La paille, la poutre …
Au moins, dans l’éditorial, François Pupponi et Jean Baubérot (lui,
laïque???) en avaient pris plein la figure, ce qu’ils méritaient amplement. Et Abdenour Bidar est décidément de plus en plus épatant, ce qui avait été souligné.
M.Stoenescu doit avoir une dent spécifique contre Caroline! Serait-il un amoureux éconduit ayant envie de se venger ??? ( ;-) je plaisante)

Pour résumer, le sentiment qui s’est imposé à moi après un bon nombre de numéros anciens, c’est … que vous avez une idée de la Laïcité confinant vraiment à un anticléricalisme poussé à l’extrême, avec évidemment en ligne de mire, la « nouvelle » religion qui nous envahit …

Je persiste et signe : je suis comme Michel Tonarelli !!! (relisez son texte du n° 48), et pourtant, en vous lisant, il me semble tourner en rond… très souvent les mêmes arguments, les mêmes accusations, les mêmes invectives …

Mais c’est votre « marque de fabrique », il faut de tout !
Seulement, j’aimerais bien que certains de vos rédacteurs sortent un peu des expressions toutes faites comme : bobos, islamo-gauchistes, …
c’est LASSANT, à force!!!

Cela dit … bonnes vacances, re-contact en septembre.

Annette Caspard

Merci, Cyrano !

 » c’était vous, » (E ROSTAND)

Marie-Odile Gain

Avec Mohamed Sifaoui

Tout à fait à vos côtés pour soutenir Mohamed SIFAOUI dont je suis,depuis longtemps,une fidèle adepte.. Son engagement sans faille contre les extrémismes et les risques qu’il encourt méritent une grande mobilisation. J’y participerrai activement.

Aline Vergnon-Bondarnaud

Publiez cela si vous en êtes capables !

Je n’ai rien contre le fait que vous publiiez mes réponses, mais à condition que vous les publiiez toutes. Mais je connais votre propension à la censure et à la malhonnêteté, dont j’ai déjà fait plusieurs fois l’expérience. On sait d’ailleurs de quoi est composée votre équipe de pieds nickelés, rassemblement d’individualités paranoïdes et troubles, d’antisémites plus ou moins contrôlés…
Publiez ça.

Raphaël Lellouche

Je vous découvre, j’aime bien

Merci de votre envoi, je ne connaissais pas votre publication qui s’avère indispensable face à l’avancée des névroses religieuses dans la société et dans la politique.
Je reste à votre disposition et je vous souhaite bonne journée et bonnes vacances.

Jacob DELLACQUA

Libération d’Ingrid Betancourt

La libération d’Ingrid Bétancourt n’a pas fini de surprendre, tant par le mystère qui entoure ses modalités que par le comportement de l’interessée et les hommages délirants qui lui sont rendus.

En France, on a complètement oublié la dizaine d’otages qui ont été libérés avec la princesse. On ignore ce qu’ils sont devenus et comment ils réagissent au retour à la vie normale après des années de captivité dans la jungle colombienne. On ne sait rien, en particulier, sur le débriefing des 3 agents américains de lutte contre les narco-trafiquants qui, pourtant, ne seraient pas étrangers à cette libération miraculeuse puisque des troupes américaines auraient formé et aidé les soldats colombiens à préparer l’évacuation des otages.

Ingrid a remercié Dieu pour sa libération mais n’a, à ma connaissance, pas eu une pensée pour les humanitaires à travers le monde qui risqueront encore plus leur vie puisque, désormais, tout véhicule aux couleurs d’une organisation humanitaire pourra être justement suspecté d’être un cheval de Troie. Je fais allusion au fait que les otages ont été rapatriés par un hélicoptère de l’armée colombienne maquillé aux couleurs d’une instance humanitaire.

Pourquoi un tel engouement pour Ingrid qui a été capturée ainsi que des membres de son équipe, dans une aventure hasardeuse, en connaissance de cause, dans la campagne colombienne ?

Contrairement à des humanitaires ou des journalistes qui sont contraints de s’aventurer en terrain dangereux pour effectuer leur travail, Bétancourt a pris et fait prendre des risques à son équipe sans grande nécessité autre qu’idéologique.

Et pourtant, Sainte Ingrid est proposée comme prix Nobel de la Paix par Michelle Bachelet, présidente du Chili. Elle a été reçue avec les plus grands honneurs par notre président de la République. Elle devait être reçue au Sénat et à l’Assemblée nationale. Le 14 juillet, elle sera décorée de la légion d’honneur. Et j’en passe …
Sa visite en Europe verra son paroxysme d’honneurs avec sa réception par le Pape en personne.

A ma connaissance, on n’en a pas fait autant pour Jean-Paul Kaufman, otage au Liban dans des conditions terribles ; pour Philippe Rochot ou pour Florence Aubenas et tous les autres, y compris la pauvre Françoise Claustres séquestrée au Tchad dans les années 70 ou même le baron Empain pris en otage par des crapules qui n’ont pas hésité à lui couper un doigt comme preuve de vie.

Bien entendu, je pense qu’on a de bonnes raisons de se réjouir de la libération d’Ingrid et de ses compagnons d’infortune mais cet excès d’honneur est plus que suspect. Quel est le message ? Réjouissez-vous de la libération de sainte Ingrid qui doit son salut à Dieu avant toute chose et priez pour que la légèreté de votre porte-monnaie ne vous empêche pas de passer de bonnes vacances ?

Car, on le sait, le plus gros souci des Français, c’est le pouvoir d’achat que notre président s’évertue à faire oublier depuis son élection en croyant nous éblouir avec ses bling-blings, ses romances, ses campagnes de com, ses réformes à la hussarde et ses déclarations coup de poing. En pure perte d’ailleurs puisque sa « côtedepopularité » stagne aux alentours de 30%.

Il est probable aussi que la grenouille française qui veut se faire aussi grosse que le boeuf américain veuille, à la veille du G8, ravir la vedette à une administration qui, semble-t-il, a eu quartier libre pour intervenir en Colombie.

Sarko avait envoyé Cécilia chez Khadafi pour exfiltrer les infirmières bulgares. Il semble que Uribe et Bush ne l’aient pas laissé envoyer Carla pour exfiltrer Ingrid. Dur à digérer.

Sarko 1er, roi de France, Empereur d’Europe, Prince de la Méditerranée, chanoine de Latran et Pape du G8 où il est arrivé bon dernier, sans honte de faire attendre tous les potentats de la planète.
Et dire qu’on en a encore pour 4 ans !!!!!

Alice Braitberg

Je suis stupéfait de la réaction de certains de vos lecteurs

Bonjour Cyrano,

Je suis stupéfait à la lecture des réactions de certains de vos lecteurs à la libération d’Ingrid Betancourt.

Il faudrait que les lecteurs en questions, et même l’un de vos contributeurs, cessent d’opposer un drame à un autre, c’est exactement la technique des islamistes !

Que la France abandonne le soldat franco-israëlien et Mohammed Sifaoui, c’est déplorable, je suis bien d’accord, mais de là à en faire le reproche à Ingrid Betancourt, c’est un peu fort de café !

Qu’Ingrid Betancourt ait remercié Dieu de voir finir son épreuve de 7 ans, voilà qui ne choque absolument pas l’athée de longue date que je suis.

Mais face à l’avalanche de reproches qui sont faits, pêle-mêle, à Ingrid Betancourt, aux présidents Uribe et Sarkozy, aux américains et même aux israëliens, sans compter les FARC qui sont présentés par une personne comme les défenseurs des paysans sans terre, je préfère ne même pas argumenter.

Simplement, lorsque le Président de la République Française, que je ne porte pas spécialement dans mon coeur habituellement, a accueilli Ingrid Betancourt, avec une joie et une sincérité non feintes, aux nom de tous les français, je me suis réjoui sans arrière-pensée, et je me suis senti faire partie de ces français.

Amitiés.

Vincent Maunoury

Otage et otage suite

Ma prise de position et mes critiques consécutives à la libération d’Ingrid Betancourt m’ont valu des retours, des reproches et des questions.

Les reproches concernent la confusion des noms (Betancourt/Bettencourt). Certains m’ont reproché une imprudence confinant à la diffamation, en faisant de l’ex candidate écologiste une parente des héritiers de la firme Loréal. Il est vrai qu’il n’y a pas qu’un ours qui s’appelle Martin… mais là n’est pas l’essentiel du problème. On ne choisit pas la famille dans laquelle on naît. Quelqu’un m’a même reproché d’avoir sauté sur l’occasion pour braquer les regards sur la firme Loréal*.

Venons en aux questions. En fait ces questions se ramènent à une seule :

Un otage politique comme Ingrid Betancourt peut-il être mis sur le même plan qu’un jeune homme franco israélien effectuant son service militaire en Israël, capturé dans le cadre des opérations de guerre que mène quotidiennement Hamas pour détruire Israël et pour rejeter les « Yahoud » à la mer en ne gardant d’entre eux que ceux qui accepteront de vivre dans un état islamique en qualité de dhimmi ?

En d’autres termes, est-on tenu de réclamer liberté pour Gilad Shalit parce qu’on a réclamé liberté pour Ingrid Betancourt ?

En réalité, derrière cette question, ou cette objection, se trouve le plus souvent une position politique qui considère que pour les Palestiniens et leurs alliés armés du Hezbollah, tous les moyens sont légitimes, et que vouloir et exiger : liberté pour Gilad Shalit, c’est affaiblir la « résistance » palestinienne, au bénéfice du « sionisme oppresseur ».

Pour ceux qui se pâment d’amour pour Khaled Mechaal, Hanyieh, Nasrallah et Ahmadinejad, aucun argument de quelque nature que ce soit ne peut être opposé. On nage en pleine déraison. On se trouve, avec cette catégorie d’hommes et de femmes, comme l’on se trouvait face au poète Eluard lorsqu’il refusa, en 1936, sa signature demandée pour sauver les victimes des procès de Moscou. Paul Eluard, fort de ses certitudes staliniennes : « n’avait pas de temps à perdre pour défendre des « innocents » qui s’accusaient** quand il lui en fallait beaucoup pour défendre tant d’innocents qui proclamaient leur innocence bafouée »…

Pour ce qui concerne Gilad Shalit, nous nous trouvons devant des personnes qui raisonnent à partir d’un à priori semblable : la « Palestine » est opprimée par les « sionistes », ces affreux. La Palestine est, en ce début de 21ème siècle, la nouvelle « patrie des travailleurs »** et des « internationalistes ». Pas besoin de regarder les choses dans le détail ; les détails sont contre révolutionnaires. C’est ainsi.

Les aspirations nationales des Juifs restaurant leur souveraineté politique sur le territoire d’où les Romains les avaient pour la plupart chassés, ces aspirations ne sont pas légitimes. Ils ont perdu tout droit légitime sur ce petit territoire. Nos ennemis occidentaux du « sionisme oppresseur » lisent le nationalisme juif comme au début de la seconde moitié du 19ème siècle Marx lisait, et condamnait, comme foncièrement réactionnaires et illégitimes d’un point de vue socialiste, les aspirations et les mouvements nationaux des petites nations slaves des Balkans, alors qu’il appuyait inconditionnellement les revendications nationales polonaises (ô ! miracles de la « dialectique remise sur ses pieds »).

Dans ces conditions, tout sera cherché, comme argutie écran. Tout servira de prétexte, pour ne pas demander que Gilad Shalit soit rendu aux siens. On poussera la complaisance, vis-à-vis d’un mouvement « national » (le Hamas) qui ne rêve pas d’une nation palestinienne souveraine mais d’un califat islamique universel de la Oumma mondiale***, -un « califat » incorporant la future Palestine libérée des « yahoud »-, on poussera la complaisance envers le Hamas jusqu’à ne pas demander pour Gilad Shalit les droits les plus élémentaires des prisonniers, même s’ils sont des prisonniers de guerre, même s’ils sont des criminels les plus endurcis. On soutiendra donc que Gilad Shalit n’est pas un otage mais un prisonnier de guerre qui n’a que ce qu’il mérite et que l’on n’est pas tenu de réclamer sa libération.

On sait aujourd’hui que Tsahal a joué un rôle pour mener à bien la manœuvre qui a libéré Ingrid Betancourt, une opération digne de la virtuosité du commando israélien d’Entébé. Je veux bien que les supporters d’Ingrid Betancourt aient ignoré le fait lundi 30 juin, mais, depuis, ne l’ont-ils pas appris eux aussi?

Resteront-ils silencieux encore longtemps?

Feront-ils comme si ils n’étaient pas au courant, voulant bien du savoir faire de Tsahal pour que leur idole soit libérée, mais sans que cela leur crée aujourd’hui une quelconque obligation de réciprocité, réciprocité humaine qui les amènerait à exiger « liberté ! », liberté pour un jeune Juif prisonnier dans une geôle secrète de Hamas, liberté pour Gilad Shalit, lui aussi otage d’une sorte de cousin des FARC.

Alain Rubin

Enfin du bon sens

J’imagine que les défenseurs de la laïcité n’auront pas manqué cet article du Monde, largement répercuté dans les médias :
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/07/11/la-burqa-symbole_1072502_0.html

Une marocaine s’était vu refuser la naturalisation parce qu’elle portait la « burqa » et avait fait appel de cette décision.
Le Conseil d’État a tranché : cette femme / »a adopté, au nom d’une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française et notamment le principe d’égalité des sexes »/.

Enfin, les valeurs de la République sont réaffirmées clairement et sans équivoque, à bon entendeur salut !

Comment ne pas faire le rapprochement avec l’affaire du gîte des Vosges ?
Voici qui va certainement peser sur la décision du juge en appel dans cette affaire, à moins qu’il ne soit sourd et aveugle.
Voici qui devrait aussi faire réfléchir les islamogauchistes du MRAP, HALDE et autres associations qui prétendent lutter contre la discrimination mais discriminent systématiquement les autochtones dont ils bafouent les valeurs et principes républicains.

Avec cet arrêt, le voile est maintenant dans le collimateur, c’est le moment de marquer le coup, et le jugement en appel de Mme Truchelut en fournit une opportunité à saisir vigoureusement.

Cette victoire peut faire boule de neige, aux défenseurs de la Laïcité de l’exploiter sans faiblesse.

Salutations laïques,

Jean Thirion

anc. Principauté de Liège
anc. département de l’Ourthe
Belgique (le pays à plat)

Lettre ouverte à un(e) citoyen(ne) républicain(e) laïque et démocrate

Dans l’indifférence générale notre Président touche-à-tout profite de la période des vacances pour montrer à ses troupes qu’il va s’occuper enfin du problème de notre Constitution. Dans l’indifférence générale parce que pour la majorité de la population, une Constitution, « on ne sait pas trop à quoi ça sert » ou « de toute façon on n’y comprend rien… »

C’est normal, à part la première celle de 1791, elles ont toutes été conçues par des hommes de pouvoir, à commencer par Napoléon qui a rédigé celle de 1795 à son idée. Il a d’ailleurs eut vite fait de supprimer le Tribunat seul résidu du pouvoir populaire qui aurait pu le gêner. Rien n’a été fait depuis pour simplifier le vocabulaire typiquement juridique adopté par leurs rédacteurs, alors que celui de la première Constitution était limpide. Rien n’a été fait non plus pour expliquer ce qui inspirait les initiateurs, les constituants, quels étaient leurs objectifs profonds en rédigeant les articles qui y figurent. Au départ il fallait, comme le préconisait Montesquieu de séparer les trois pouvoirs. Le suffrage qui élisait l’Assemblée nationale était censitaire comme on sait. Il était loin d’aboutir à une représentation fidèle de la population. Ce suffrage devenu plus universel en 1945, est resté censitaire dans les faits puisqu‘il ne représente toujours pas la souveraineté populaire comme le voudrait le principe démocratique : les quelque 30% d’ouvriers et employés qui existent dans la population sont absents de l’Assemblée nationale alors que 50% des députés sont des fonctionnaires.

Alors en quoi une « révision » de la Constitution pourrait améliorer les choses? En rien, si l’on en croit ce que veut Sarkozy qui consiste essentiellement à rassurer nos chers représentants, nos députés donc, qui se sentent mal depuis longtemps : à gauche comme à droite, ils ont le sentiment, et ils n’ont pas tort, « qu’ils ne servent à rien ». « Des super godillots, voilà à quoi la Constitution de 1958-62 réduit la majorité de l’Assemblée nationale !. Le seul cas où l’Assemblée nationale pourrait faire valoir son droit de regard sur l’action de l’Exécutif, est déterminé par le fameux article 49-3 qui établit la censure ou le manque de confiance dans le gouvernement suivi en général par la dissolution de l’Assemblée nationale prononcée par le Président de la République. Celui-ci renvoie alors les députés à leurs foyers…et à une nouvelle candidature aléatoire. Il espère alors qu’une nouvelle Assemblée nationale sera plus docile. Mais c’est risquer, on l’a vu avec J.Chirac, de favoriser l’opposition, devenue majoritaire à son tour, dans une Assemblée composée de nouveaux godillots au service du nouveau Premier ministre.

Pour encore mieux museler l’Assemblée nationale et donner pratiquement tout pouvoir à l’Exécutif (il ne s’agissait surtout pas de tomber dans l’instabilité gouvernementale de la 4 e République au régime parlementaire honni), la Constitution limite son droit à déposer une loi sur le bureau de l’Assemblée: une fois par mois un député peut déposer une « proposition » de loi. Alors que le gouvernement, lui, dispose d’un droit quasi permanent de déposer un « projet » de loi. Remarques la sémantique : une humble proposition d’un côté, et le poids d’un véritable projet de l’autre !

Le dispositif destiné à renforcer le pouvoir personnel, ne serait pas complet sans les droits du Président de nommer ceux qui lui plaisent aux postes de direction des institutions importantes. A qui la faute ? A cet homme providentiel à qui l’électorat a fait confiance en 1958, qui avait enfin promis un gouvernement fort et stable. On en voit maintenant les effets pervers. On ne se rendait pas compte, à part quelques-uns assez lucides, comme Mendès-France, qu’on continuerait jusqu’à nos jours à donner un blanc-seing aussi large à l’Exécutif. Ce qui revient à dire que la légalité accordée par le système électoral majoritaire l’emporte désormais sur la légitimité pourtant supérieure du peuple souverain. Même s’agissant d’un référendum (traité de Lisbonne) on arrive par une règle constitutionnelle aberrante, grâce au Congrès, à en contourner le sens.

Par ailleurs toute notre société est maintenant régie par un système qui accepte les dogmes économiques libéraux sous le prétexte du principe de réalité qui dit que l’entreprise est source de travail et qu’il faut lui laisser le champ libre… (et l’homme dans tout ça ?). La Constitution, quelle qu’elle soit et les lois qu’on en tire, les organismes qui y sont institués, notamment pour régler les trois pouvoirs, est la base de la démocratie, donc de la vie quotidienne. Or rien n’existe pour réguler le pouvoir économique. Il faudrait donc l’adapter aux nouvelles circonstances économiques, dans une société où les grandes entreprises et autres groupes de pression utilisent le chantage à l’emploi, dès qu’on ose remettre en question leur liberté d’action (délocalisation, plans sociaux, prétendue concurrence des services publics…).

Sarkozy qui n’est plus à un effet d’annonce près ne va présenter qu’un toilettage de pacotille, aux députés un peu honteux de n’être que de simples figurants, obligés, (sinon adieu les prébendes), d’avaler les couleuvres qu’on leur présente. Il pense calmer un peu les quelques députés qui, même parmi ses troupes, auraient encore quelques scrupules.

Notons que la plupart des propositions de la commission Balladur, un peu trop démocratiques, sont oubliées. Le mandat unique ? Bof ! De toute façon, dans la répartition déséquilibrée des pouvoirs entre Exécutif et Législatif en faveur du premier, ça ne servirait pas à grand’chose, si ce n’est à satisfaire l’électorat, dépité de voir en permanence ses représentants disparaître du paysage parlementaire. Comme il ne s’agit pas d’une disposition constitutionnelle mais d’une simple loi électorale, on pourra toujours en parler plus tard.

Pour compléter ce tableau déprimant, Sarkozy s’apprête à donner un os à ronger à la gauche en projetant d’instituer le référendum d’origine citoyenne. Espérant avoir en compensation un supplément de pouvoir personnel. Enfin plus de démocratie, me diras-tu : augmenter le pouvoir du Président est légitime puisqu’il est élu directement au suffrage universel, et instituer le référendum sur pétition populaire, rien de plus démocratique. C’est oublier que la démocratie, par définition, dénie tout pouvoir personnel à un homme comme à une oligarchie. Quant au référendum attends de voir sous quelles conditions tu pourras faire entendre ta voix. Si les conditions d’application sont du même ordre que celles de l’article 72-1 de notre Constitution actuelle qui donne bien un droit de pétition aux habitants des communes de plus de 36.000 habitants, il sera inutilisable en pratique, car le référendum reste soumis à l’approbation des assemblées délibératives : tu seras encore grugé. Pareillement pour ce droit de nominations des directeurs d’organismes nationaux soi-disant contrôlables par le Congrès, dans des conditions telles que le droit de veto à une nomination n’a aucune chance d’aboutir.

Des projets de changement constitutionnels importants ont été proposés par A.Montebourg, par C.Lepage, par F.Bayrou. Ils voulaient redonner des couleurs à l’Assemblée nationale, notamment en établissant une modification de l’ordre du jour des propositions de lois, et en modifiant la loi électorale pour donner la parole davantage à l’opposition par une « dose » de proportionnelle. Mais Sarkozy n’en veut pas : il craint que cette disposition ne modifie trop le rapport de force entre lui, le « chef » de l’Exécutif et des députés récalcitrants.

Rapport de forces. Tout est là. Quel pouvoir donner au peuple dit souverain dans une véritable démocratie ?Si ce dernier parvient exceptionnellement à exercer ce pouvoir lors des référendums, on s’arrange pour le lui enlever comme on le voit pour le traité de Lisbonne.

Toi pauvre citoyen(ne) toujours considéré(e) comme mineur(e), tu crois pouvoir t’immiscer dans des affaires qui en fait ont toujours été l’apanage des oligarques, tes tuteurs, que de bonne foi tu as élus au suffrage dit universel. Jusqu’à ces derniers temps, tes ascendants plus ou moins lointains, peu éduqués dans l’ensemble, l’admettaient. Mais depuis quelque temps tu sembles être devenu adulte. Tu n’es peut-être pas aussi naïf(ve) que le pensent tes tuteurs puisque tu sais, que toute Constitution en définitive, régit ta vie de tous les jours en répartissant plus ou moins avec justice-justesse des pouvoirs économico-politiques dans une société plus ou moins démocratique, plus ou moins égalitaire, plus ou moins libertaire. Tu dois absolument t’intéresser à ta Constitution.

Pour un cercle de constituants dans ma région des Alpes-de-Haute-Provence, contacts sur mon blog « www.citoyenreferent.fr». ou par mail : lperetz1@orange.fr

Utopique une Constitution citoyenne ? Peut-être, mais étant donné notre monde tel qu’il va, il faut être prêt, en cas de besoin.
Amicalement ,

Louis Peretz

Pas deux poids deux mesures

Ce n’est pas une France Laïque et raciste sous le silence et l’injustice constructive qu’il faut penser.

Non, une France où l’humain est visé par sa couleur, son diplôme, son salaire… .

Je crois que le pacte Républicain et Laïque est un idéal de penseurs prononcés et qu’il s’agit d’un courant de pensée qui n’améliore en rien l’esprit de l’homme.

Cet esprit indéfinissable qui pourtant laisse croire que l’humain, être intelligent se doit de raisonner par l’utilisation de son cerveau.

Non, la Laïcité n’est pas un idéal mais le constat d’une volonté de dire non « AU MULUMAN, A LA MUSULMANE ».

Mais, que faire quand on est français et musulman ou musulmane ?

Subir un racisme latent, vivre sous l’égide des penseurs d’une société en pleine mutation ?

La Constitution du 04/10/1958 ne permet pas à la Laïcité de s’imposer de la sorte, la place de la République est universelle !

La Laïcité, d’accord mais pas 2 poids et 2 mesures.

Je pense que les musulmans se doivent se s’approprier comme dans le passé les sciences pour rayer les aberrations d’ordres éducatives dont ils ont été victimes. Les jeunes filles et garçons se doivent d’étudier et de viser les grandes écoles, l’élite.

C’est la meilleure façon d’œuvrer contre l’injustice !

Je vais, à mon niveau, lancer un projet « CULTURE ET CONNAISSANCES EN BANLIEUES » pour aider les jeunes à suivre des études brillantes en sciences, littératures, philosophie… .

Ensuite, le débat démocratique pourra se faire sur un pied d’égalité.

La religion n’est pas un obstacle en Islam si celle-ci ne s’éloigne pas de la science.

Toutefois, la situation en France est chaotique, et ni la République et ni la Laïcité sont des solutions. Le racisme est bien présent et l’injustice trop grande.

Je préfère le savoir et l’articulation de la connaissance pour tous pour une culture commune et une liberté totale de s’habiller, croire ou ne pas croire.

Le Laïque ne doit pas empêcher un musulman français d’exprimer sa foie, sachant qu’il ne dérange nullement autrui.

Amari

Précision demandée à Jean-François Chalot

Bonjour

Je souhaiterais, après lecture du dernier n° de Riposte Laïque demander à JF Chalot quelques précisions au sujet de sa présentation du livre de Claude Hagège . Elle semble contredire l’idée que je me faisais des préoccupations de cet auteur. Et ce serait tant mieux ! Lorsqu’on réside en Loire Atlantique, ce n’est pas sans importance.
Mais peut-être JF Chalot est-il en vacances. Et dois-je reporter ma correspondance à la rentrée ?
Bien cordialement.

Bernard Crou

Rachida Dati avait raison

Je séjournait en France lorsqu ‘ éclata l ‘ affaire du mariage annulé pour non – virginité.
La réaction du monde politique, et parfois associatif, m’a stupéfié : quelle rage, quelle mauvaise foi a saisi ces gens désireux d ‘ en découdre avec le monde musulman et ses pratique antédiluviennes. (Rassurez – vous , je ne suis ni musulman ni Français ). Car il là le problème , les deux futurs ex-époux étaient musulmans, si c’était arrivé a un brave couple de catholiques français, personne n ‘ en aurait pipé mot. Bel exemple d ‘ hypocrisie collective.

La virginité pré – conjugale n’a rien à voir avec une religion, pour preuve, allez voir dans les pays du sud de l’Europe, Corse y compris , qui n ‘ ont rien de musulmans , où la cérémonie du drap souillé est encore en vigueur . Le plus souvent quelques gouttes de teinture d’iode arrangent bien tout le monde , que voulez – vous, les usages et le folklore ont la vie dure.

Vous n’ignorez certainement pas qu’ il existe en terre de France des jeunes, Français de souche, qui trouvent normale la virginité avant le mariage , je parle bien de mariage et pas de ces unions « libres » tellement à la mode aujourd ‘ hui. Cette façon de procéder correspond à une vision idéalisée de la vie , je ne peux les en blâmer , chacun fait son lit comme il se couche, l ‘ intimité conjugale est un droit inaliénable de tout être humain . Je suppose que vous considérerez ces jeunes comme des arriérés mentaux indignes de la société « libérée » que vous encensez.

Sur le fond du problème, vous vous insurgez contre l’exigence du jeune marié quant à la virginité de la promise, c ‘ est rétrograde selon vous, chacun étant libre d ‘ avoir une vie sexuelle avant le mariage . Là je vous rejoints.

Mais quand on veut partager sa vie avec un conjoint qui a des aspirations, ou des exigences selon le cas , on se met en concordance avec ces aspirations, si ce n ‘ est plus le cas il faut avoir le courage d ‘ affronter un mauvais moment à passer et mettre à plat ses divergences : ou ça passe ou ça casse. Mais on ne commence pas une vie commune par un gros mensonge , ce qui était le cas dans cette affaire. J’ai lu et entendu des choses invraisemblables, comme si exiger la virginité serait rétrograde parce que fait par un musulman , mais un Français bien de chez vous , Fourniret pour ne pas le citer, a commencé sa sinistre carrière parce qu’il avait été trompé sur la marchandise lorsqu ‘ il s ‘ est marié la première fois, Alors ?
On a même réclamé le doit au mensonge et à la tromperie , mais où va-t-on ?? Quelle société défend – on là ??

Dans l’impasse où il se trouvait , ce jeune couple a pris , après moultes consultations juridiques qui ont duré 18 mois, la décision la plus sage et la plus adéquate, c ‘ est à dire l ‘ annulation pour non virginité , car divorcer aurait eu plusieurs inconvénients . Le monde juridique ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Il y a en France plusieurs centaines d ‘ annulation de mariage par an , pour toutes sortes de raisons. Ce jeune ex-couple est catastrophé par la tournure prise par les événements, ils ne désirent plus vivre ensemble , mais des réactions comme celles que vous défendez vont les obliger à vivre une situation intenable, et vous parlez de liberté ?? Elle est bien bonne celle-là !

Une possibilité peu évoquée est que la jeune femme , pour éviter un mariage forcé, se soit prêtée à ce subterfuge . Aujourd ‘ Hui elle est enfin libre, et hors d ‘ atteinte des exigences familiales , car devenues caduques.

La réaction première de la ministre de la justice, Rachida Dati (je n’en suis pas un fan, loin de là), me fait croire qu ‘ elle a compris les véritables enjeux de cette affaire. Mais ses confrères politiques, de la majorité comme de l’opposition, n ‘ ayant rien compris , se sont conduits comme des goujats, et si j ‘ étais mal poli, je dirais comme des c…..ds. Pauvre France !!!

Vladimir Scharapow

Retraité

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.