Sélection de quelques réactions

Publié le 26 mars 2008 - par
Share

J’habite à Plouharnel

Bonjour monsieur CASSEN

Je me présente, je suis Cécile LE LAMER vice-présidente de l’union DDEN 56. J’habite Plouharnel.

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article du 19 mars sur le moine de notre commune.

Je voulais apporter quelques précisions : Il n’y avait pas qu’une seule liste à Plouharnel. Et pour cause, j’étais candidate dans une liste d’opposition créée c’est vrai, trop tard, incomplète avec des candidats manquant sans doute d’expérience.

Ma motivation principale ayant été de lutter :

– contre un maire MPF qui s’annonce divers droite, ayant recruté tous azimuts, y compris des personnes que je n’aurais jamais soupçonnées manger de ce « pain là » !!!!

– contre cette candidature d’un moine bénédictin reclus dans une abbaye.

Il s’avère que par manque de temps, manque de préparation manque de reconnaissance, nous avons été battus !!!

Pas un seul élu de notre liste incomplète. Leur campagne ayant été pour nous fatale puisque les votes des deux abbayes dictées, et les votes des plouharnelais bien orchestrés nous ont exclus.

J’ajoute que paradoxalement un moine voué à la prière et au silence est nommé dans la commission « communication » !!!!!!!

En effet, en ce qui me concerne, j’avais beaucoup insisté sur mon projet de communication et de volonté de transparence…ce qui n’est pas le cas à plouharnel depuis trop longtemps déjà !!

J’ai fait part au maire le jour de son élection, après l’avoir félicité, de ma grande réserve quant à l’élection du moine. Je lui ai dit que je serais extrêmement choquée de le voir dans une mairie républicaine, siéger en soutane !!!

Lors du Conseil pour les élections maire et adjoint : il était en soutane. Que faire ? que dire ? (il y a aussi un avocat en fonction dans le Conseil)

J’ai appris depuis que monsieur le Maire, Gérard Pierre, faisait un sondage auprès de personnes choisies par ses soins à savoir si cela les gênait de voir un moine au sein du Conseil. En aucun doute pour la raison sus citée la réponse est toujours : NON. Je pense qu’il ne tardera pas à faire connaître le fruit de ses investigations.

Voilà monsieur, quelques réflexions supplémentaires. Je me tiens à votre disposition pour d’autres renseignements complémentaires. Je suis une fidèle défesseur de la LAICITE que je ne supporte plus être bafouée.

Très cordialement

Cécile LE LAMER

Bonjour,

L’édito du numéro 31 de Riposte Laïque m’a donné envie de vous écrire

En effet à lire sur une courte vidéo de critique de la religion, je me dis que je devrais vous inviter à voir la mienne. Attention la présentation est indispensable pour éviter les quiproquos. Je ne critique, pas ici, les religions elles-mêmes, ni même le cléricalisme (ça c’est sur mon site).
Donc présentation :

Unsere Retung

Clip sur l’intégrisme du judaïsme, du christianisme et de l’islam.

Massacre, guerre, violence, haine, intolérance, misogynie… : liste non exhaustive de tout ce qui est commis « au nom de dieu ».

Et si le pire des crimes dû aux religions était celui qui conduit aux autres ? Et si c’était donc le prosélytisme envers les enfants ?

http://www.dailymotion.com/video/x1zt35_unsere-retung

Quand je montre un palestinien brandir le coran devant un soldat israélien, ce n’est en rien pour glorifier le régime colonialiste et raciste israélien. Ce que je critique c’est le fait de se montrer uniquement au nom du coran, qui n’a rien d’un argument contre le colonialisme. C’est au contraire se servir de la différence religieuse pour justifier la haine.

Je critique aussi et surtout, le prosélytisme sur les mineurs qui est selon moi une atteinte directe à la liberté de croyance et en fait à la liberté de disposer de soi.

Vous noterez au passage le commentaire partial de chaque internaute qui trouve que j’en dis trop sur les dérives chez les chrétiens et pas assez chez les musulmans ou l’inverse : selon sa religion personnelle qu’il cherche à défendre.

Ce serait ennuyeux si j’en avais uniquement dans un sens. Mais le fait que ça aille dans les deux sens montre bien que ce sont les commentaires qui manquent d’objectivité et non ma vidéo.

Votre édito parle de cette question sensible de savoir comment réagir face à la critique des religions qui aboutissent à la (menace de) violence. Je pense que vous comprendrez aisément si je vous dis qu’il ne faut pas s’en prendre à la victime mais au criminel. Celui qui dénonce n’est pas responsable de la violence. Les coupables sont ceux qui la font ou la provoque. De plus la liberté d’expression et de presse, notamment de critiquer la religions, est absolument indispensable à la réelle liberté de croyance. Quoi qu’en dise Roubaud qui veut nous faire croire que l’une empiète sur l’autre (http://membres.lycos.fr/crisyaves/roubaud.html). C’est seulement quand on a toutes les cartes en mains (informations, critiques et liberté de débat sur toutes les religions) qu’on est libre de choisir et de changer sa (non)religion.

Laïquement,

Cris

Merci

« BONJOUR »…..et « MERCI »…,DE M’ENVOYER VOTRE LETTRE ET VOS MESSAGES.

ET « BRAVO » POUR VOTRE TRAVAIL!

Jeanne Girardot

Je ne comprends pas l’ADMD

Si l’autopsie de Madame Sébire mettait en évidence une mort « non naturelle » qu’elle ait été amenée à se donner, seule ou avec l’aide de proches ,et si ces proches étaient « inquiétés par la Justice », ce ne pourrait que servir « La Cause », car une inculpation serait déjà difficile; une éventuelle condamnation est devenue dorénavant impossible, car lorsque la législation en vigueur n’est plus en adéquation avec les moeurs et les voeux de la population,elle tombe en désuétude. Nous aurions du être nombreux(ses) a être inculpées et/ou condamné(e)s lorsque nous militions pour la dépénalisation de l’avortement et collaborions à,au moins ou/et pratiquions (certain(e)s d’entre nous,pas moi)des IVG dans l’illégalité totale… mais… dans le respect des règles médicales et de la personne,il ne put plus y avoir de poursuites(et encore moins de condamnations)bien avant que ne fut votée la Loi Veil . Il faut rappeler que souvent l' »usage » précède le législateur mais qu’il (le législateur) est contraint de suivre l’opinion. Jean-louis Debré l’a clairement exprimé, ce matin même à la radio!

L’autopsie ,en démontrant l’inanité de l’état actuel de la Justice en matière de Droit de Mourir dans la Dignité, ne peut que faire avancer et triompher ce juste combat qui est gagné grâce à Madame Sébire entre autres.
Rendons-lui donc hommage et continuons le combat avec MR et ME Pierra et bien d’autres.
excusez mon obstination (ou plutôt ma persévérance) de Franc-Comtoise

Si, comme il est bien possible, la mort de Madame Sébire n’est « pas naturelle », seule l’autopsie peut le déterminer et, en ce qui me concerne,je ne vois pas ce que cette intervention a d’indigne . L’autopsie ,en effet,permet d’avancer dans nos connaissances (médicales,sociologiques etc… et pas qu ‘en criminologie)et il est de nombreux pays où elle est systématique et cela a permis des avancées en matière de prévention (athérosclérose en particulier) et de traitements.

Madame Sébire, on ne le répètera jamais assez, a été admirable car son calvaire ne l’a jamais empêchée de penser aux autres et il est inadmissible qu’elle ait été dans l’OBLIGATION de ne pouvoir compter que sur elle-même,alors qu’elle ne parlait que de solidarité et que sa démarche fut admirable; nous devons tous et toutes avoir honte de n’avoir su l’aider ; l’Humanisme, c’est le respect et la solidarité entre TOU(TE)S les Etres Humains. N’oublions pas Mr et Mme Pierra à qui il est , enfin, permis de faire connaître le combat qu’ils ont entamé depuis plusieurs années après le martyre de leur fils plongé dans un » coma dépassé » pendant plusieurs années pour lequel ils ont cru que la loi Leonetti amènerait la fin de ce calvaire,mais les médecins de l’hôpital de Semur (mauvaise connaissance du texte de Loi ou/et interprétation restrictive?) ont fini par « concéder »(le mot correspond assez à l’attitude de mes collègues en général)le débranchement de la sonde gastrique(qui servait à l’alimentation )si bien que les parents ont dû assister à l’agonie par faim et soif de leur enfant, dont PERSONNE ne peut dire s’il souffrait ou non et quel était son degré de souffrance, les réactions dites « réflexes » du corps étant insupportables pour les proches. Ecoutons leurs paroles dignes et courageuses ;ils ne se laissent pas enfermer dans la « bien-pensance » de ceux et celles qui croient savoir mieux que nous ce qui nous convient et qui s’autorisent à penser pour autrui en tentant d’imposer leur façon de voir …(quand on est une femme ,on est doublement visée encore en 2008).

J’ai donc du mal à comprendre l’indignation de l’ADMD et d’autres humanistes, car s’il est prouvé que Madame Sébire a été dans l’obligation de mettre elle-même (seule ou avec son entourage ) fin à ses jours… c’est la démonstration de la monstruosité de l’interprétation de la Loi ( Leonetti),interprétation fortement suggérée,de plus ,par l' »autorité de tutelle ».

Cela ne devrait déboucher que sur une assurance plus forte encore de demander, exiger le Droit de Mourir dans la Dignité,tel qu’il est défini et proposé par l’ADMD (et quelques autres). C’est une affaire de Conscience et de Liberté individuelles ,notions que nous devons sans cesse rappeler.La Laîcité ,c’est aussi cela et défendre ces principes n’oblige personne à demander l’Euthanasie:la majuscule parce que ce mot signifie « bien mourir » ou « mort convenable » , »mort douce et sans souffrance »(définition de dictionnaires) et concerne des personnes qui l’ont demandée alors qu’elles étaient en pleine possession de leurs moyens. Pour ceux et celles qui ne veulent pas la déchéance par trop grande souffrance ou diminution intellectuelle inéluctable et insupportable(il reste toujours assez de conscience pour avoir mal physiquement ou moralement) et qui (j’en fais partie) se savent dans l’impossibilité de se suicider,le Droit de mourir dans la Dignité est un DROIT à inscrire dans la Loi.

Un droit n’est pas obligation et il ne devrait pas être besoin de le rappeler,mais ceux et celles qui ne jugent pas bon d’utiliser ce Droit ne sont pas autorisés à prétendre interdire à autrui ce qu’ils ne veulent pas pour eux-mêmes. Nous avons été confronté(e)s aux mêmes pressions lors de nos combats pour la contraception et la dépénalisation de l’avortement . Il semble que pour certain(e)s « Le Droit » soit synonyme d’obligation,tant leur besoin d’interdire est dominant dans leurs comportements. La LIBERTE leur est une notion insupportable… et sans doute étrangère…

Il en va de même pour la Liberté de Conscience qui est remise en cause régulièrement au point que l’on essaie de nous faire croire que la LAICITE ne serait que la Liberté de Cultes et par conséquent se réduirait à l’oecuménisme… en sachant,de plus, que seules les « Religions » seraient autorisées en regard des « sectes » (encore difficiles à différencier des « religions » et peu faciles à définir) … Les attaques pour restreindre la Liberté de Conscience avec des arguments « moraux » plus ou moins éthiques font que certains défenseurs conséquents de cette Liberté fondamentale, se sont vus obligés de parler de Liberté ABSOLUE de conscience.. . or comme la Laïcité et l’Egalité(« même si pour Coluche « certains sont plus égaux que d’autres… »),la Liberté ne s’accommode pas d’ajouts qui ne peuvent qu’en diminuer le sens .C’est un avis personnel et je comprends que pour certains,devant les attaques répétées faites à nos droits acquis et incontestables ,il ait paru nécessaire de faire cette mise au point. Mais je crains que les ajouts à des concepts forts ne leur enlève de leur force.
La Laïcité ,synonyme d’Egalité(homme-femme en particulier) et de Liberté signifie également que:
« Rien de ce qui est Humain ne m’est étranger »

Fabienne Courvoisier

Quelques réfléxions sur Internet

Cher Riposte Laique

Votre derrnière livraison Internet me conduit aux quelques lignes suivantes .

J’apprécie hautement que des voix et des opinions, quelles qu’elles soient , nobles ou stupides , puissent arriver sur mon écran librement et manifestement sans aucune censure autre que celle que leurs auteurs s’imposent .

Les grands et petits journaux commencent , ils y ont mis du temps ! à tirer parti de cette réalité. Bravo, c’est un cadeau sans prix que nos amis militaires et universitaires des US nous ont donné avec Arpanet puis Internet .

Connaissez vous ce dessin du magazine « The New-Yorker » , datant de 15 ans au moins ?

Nos hommes politiques ont reniflé le filon ; ils ont chacun ouvert un site et les pauvres crédules y vont déverser leur bile ou leurs espoirs , à fond perdu , croyant enfin être écoutés et participer à la démocratie de leur parti .
Je peux vous en fournir 20 preuves , comme on s’y attend , ce n’est qu’un piège ; pas dangereux, mais illusoire, du vent.

J’ai bien peur que pour les journaux et journalistes ce ne soit strictement pareil , je parle du dialogue et de l’écoute positive du lecteur d’écran , pas de l’article envoyé lui même qui porte sa propre valeur à découvrir.
Le courrier des lecteurs est une vaste fumisterie par définition ,la rédaction publie sans aucun contrôle ce qu’elle veut , truque à volonté , et si elle ne le fait pas, elle est accusée ou soupçonnée ,et à juste titre, de pouvoir le faire , ce qui enlève tout pouvoir réel de mesure d’opinion pour le citoyen.

Vous n’échapperez pas plus que les autres à cette lourde suspicion tant que vous n’aurez pas trouvé un moyen , technique ou autre , irréfutable d’être autre chose que le reflet de votre propre opinion. Que des naifs , involontaires ou non mettent encore 30 ans à se rendre compte de cette triste réalité , hypnotisés par une technique qui les dépasse , peut vous permettre d’amuser encore longtemps la galerie avec cet espoir insensé de participer enfin activement à un mouvement qui leur est cher.

Encore une fois, je ne vise absolument pas les informations et matières à penser qui grâce à vous et à d’autres me paraissent essentielles ; leur gratuité me parait pour l’instant le seul élément de crédibilité , tant que je n’aurai aucun vrai contrôle positif sur leur source .

Avec mes sincères salutations.

Bernard Durand

Bravo à Radu Stoenescu pour son article !

C’est un des meilleurs que vous ayiez jamais publiés. On ne peut pas ête plus clair, plus simple et plus logique pour nous amener à sortir de l’aveuglement. Il faudrait que ses questionnements, comme ceux d’Ayaan Hirsi Ali, deviennent de plus en plus portés sur la place publique. Ce qui commence à se faire, espérons-le, même si Dounia Bouzar est publiée dans Le Monde et Radu Stoenescu « seulement » dans Riposte Laïque ; je pense que de plus en plus de gens commencent à regarder en face la réalité qui leur fait peur. Même si Riposte Laïque n’a « que » 20.000 abonnés, même si au sein de Riposte Laïque certains collaborateurs mettent encore sur le même pied l’église de 2008 et l’islam de 2008, ça devient de plus en plus difficile de refuser la réalité incontournable dénoncée par Ayaan Hirsi Ali et Radu Stoenescu.

Amicalement.

Vincent Maunoury

Réaction à l’article de Gabrielle Desarbres sur les Ch’tis

Madame
J’ai lu avec grand intérêt l’article que vous consacrez dans Riposte laïque au succès de film de M. Boon. Je partage vos analyses. Moi-même, j’ai publié dans la revue « Libres » n° 3 un article intitulé « La Gauche n’est plus à gauche ».
Je vous l’adresse en pièce jointe.
Croyez en mes sentiments cordiaux.

Jean-Gérard Lapacherie

A propos de l’article de Gabrielle Desarbres sur les ch’tis

Bonjour,

Je vous écris pour réagir à l’article de Gabrielle Desarbres consacré au film de Dany Boon. Comme disait à une époque Cavanna: « je l’ai pas lu, je l’ai pas vu, mais j’en ai entendu causer. » Je n’ai donc pas vu le film de Dany Boon, et je n’ai pas une grande envie de l’aller voir, le peu que montre la bande annonce ne m’emballe pas. Ce que j’en ai compris est que les postiers sont de grosses feignasses et les gars du nord parlent une « langue » (???!!!) pas pareille que les nous-autres, bref, vu de l’extérieur ça semble un bon gros film « populaire » au sens inverse du Front du même nom.

Ne pas avoir vu un film n’est pas gênant pour en parler un peu, ce qu’en disent certains et surtout comme ils le disent est très éclairant.

J’ai lu l’article de Gabrielle Desarbres (que je ne connais pas) avec la désagréable impression de lire l’Huma (que je lisais pourtant il y a 30 ans mais c’est une autre histoire). Il n’est pas nécessaire, pour faire un film populaire, de montrer un match de foot (au contraire même) je cite l’article:

« Pour terminer, le moment le plus émouvant du film est celui qui se déroule au stade de Lens quand la foule entonne de chant des corons. Les drapeaux rouges, la fraternité éclate chaleureuse, sincère. Et l’on ne peut que ressentir une grande émotion mais aussi un vrai ressentiment à l’encontre de ceux qui ont détruit ces valeurs au profit du fric, de a mondialisation, du libéralisme. »

Encore une fois je n’ai pas vu le film et je me réfère à ce qui en est dit. Question: en quoi un match de foot peut-il être « émouvant », personnellement je me perds en conjectures mais je ne vois pas. Que les matchs de foot soient « populaires » hélas je ne puis que le constater mais je n’oublie pas de constater qu’il véhicule également tout un tas (je ne m’étendrai pas, des bouquins ont été écrits sur le sujet) de bonnes grosses idéologies nauséabondes. Et affirmer que ce match de foot est l’occasion de ressentir un ressentiment contre le libéralisme, alors là je suis sidéré car si un sport véhicule exactement ces valeurs contre lesquelles on est censé se battre à Riposte Laïque c’est bien le foot. Cette phrase ne me donne pas du tout envie de voir ce film!

Par ailleurs je vois que Gabrielle Desarbres n’aime pas Groland, ce qui est son droit. Dire que Groland ridiculise les gens ordinaires c’est n’y comprendre rien ou si peu… Je pourrais répondre que Groland est probablement l’émission télévisée la plus anticléricale qui soit et ça serait une réponse suffisante pour qui écrit et lit régulièrement « Riposte Laïque ». Mais il me semble que ce n’est pas la seule réponse. Montrer du doigt avec violence les travers de la société comme le fait Groland, n’invite pas à regarder le doigt, c’est une raison supplémentaire de penser que Gabrielle Desarbres devrait changer son champ de vision.

Gilles CHARTIOT

Quel débat après les élections ?

Et , s’agissant du présent , pourquoi parler de pseudo-réflexions quand il s’agit du vécu . Le vécu , c’est quand-même cette réalité dont nous avons parlé et c’est elle qui , au premier chef , doit être analysée et comprise . C’est cela avant tout la démarche de Marx .

Pour ma part , j’ai de grands questionnements quant aux dernières élections . Ils arrivent peut-être un peu tard mais j’ai le sentiment que l’on a fait l’impasse sur les questions principales , celles qui vont déterminer la vie des gens et la gestion des territoires dans la prochaine période : la planète tout entière est-elle au bord d’une catastrophe économique , énergétique , financière , monétaire , comme questionnait ce dimanche le Journal de ce nom ?

Si tel est bien le cas , ce que je crois , pourquoi en être demeuré pour l’essentiel au local avec la seule « ouverture » nationale que pouvait constituer une sanction de Sarko ? Et si l’essentiel de ce qui va conditionner la vie des gens n’a pas été abordé , qu’est-ce que cette démocratie ? Certes , ce questionnement n’est pas nouveau mais sa perduration n’en est pas moins problèmatique , inquiétante : le capitalisme a trouvé le moyen , une fois de plus , de confisquer le suffrage universel , et ceci avec la complicité des dirigeants de la totalité des forces politiques ! Nous sommes toujours dans ce que certains définissent comme une post-démocratie !

Et comment alors revient-on , ou plutôt comment établit-on une véritable démocratie , un véritable pouvoir du peuple , un pouvoir qui établisse une souveraineté réelle ? Ce qui implique que l’on interroge à nouveau la poursuite de la construction d’un Etat européen : comment poursuivre en considérant comme nul et non advenu le viol de l’expression souveraine du peuple français ? Et faut-il « sauver le système » comme le titre l’éditorial du Journal du Dimanche ? Ou , au contraire , faut-il sortir du système ?

Je réfléchis à la façon de formuler ces questionnements pour me faire bien comprendre mais je crois qu’en faire part est tout à fait indispensable . Il me semble que c’est cette réflexion que doivent avoir maintenant les communistes plutôt que de se laisser entraîner dans la voie de quelque pronunciamiento qui se substituerait à l’élaboration d’une véritable alternative révolutionnaire .

Michel Peyret

Défaites-vous de votre gauchisme !

Cher ami laïque

1-Il est domage que vous n’arriviez pas à vous défaire de votre gauchisme.

même si vous critiquez des Bobo de gauche, vous n’arrivez pas à vous en démarquer.
Soyez laïque point.

2-qu’est-ce que cet article sur le film de Dany Boon qui vante une gauche type front populaire?
Mais vous en revenez sans vous en rendre compte à un concept nationaliste et franchouillard sans avenir dans la modialisation.
Vous devriez défendre la laïcité au contraine dans une ouverture mondialiste et bannir ce « recroquevillement  » sur soi-même.
C’est là que vous pourriez jouer un rôle positif.
Notre laïcité est déjà tellement considérée comme anachronique vis-à-vis du monde anglo-saxon, ce replis sur soi finira par la détruire complétement, ce qu’il faut, c’est au contraire poursuivre l’ouverture européenne et mondiale .

J.L.Paquet

Laïc, droite Libérale,
rien à voir avec la droite bonapartiste de Sarkosy ( Lire Aron : les trois droites)

Détournement de la loi de 1905 ?
Bonjour,
Je viens de recevoir dans ma boite à lettres un courier me proposant de participer au denier du culte.
Sur ce document est spécifié que ce don est déductible des impôts à hauteur de 2/3.
N’est-ce pas là un détournement de la loi de 1905, car de la sorte c’est indirectement l’Etat qui finance le culte ?
Merci pour votre réponse.

Lionel Garnier

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.