Stéphane Arlen, responsable du site « Faire Le Jour »

Publié le 26 mars 2008 - par - 340 vues
Share

Riposte Laïque : Tu animes ton site (www.fairelejour.org) depuis maintenant plusieurs années. Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans cette initiative ?

Stéphane Arlen : Au départ, une affaire avec une assurance qui avait refusé de prendre en charge un préjudice, après que ma femme s’était bien renseignée auprès de la compagnie aérienne et de l’assurance elle-même. J’en avais assez de dire à chaque fois « on ne peut rien faire ». J’ai donc fait toutes les démarches pour être remboursé (ce qui arriva), et par ailleurs j’avais lancé fairelejour.org pour dénoncer tous ceux qui le méritent. Petit à petit, fairelejour.org s’est orienté plus vers un combat anticlérical et antilibéral (pour résumer !), et nous avons décidé, pour donner plus de poids à nos actions, de créer l’association Faire Le Jour.

Riposte Laïque : Sais-tu d’où viennent tes différents lecteurs, et quels
sont les thèmes les plus lus sur ton site ?

Stéphane Arlen : Depuis que le site a été créé, en 2003, nous avons eu des visites de quasiment tous les pays du monde, y compris du Vatican ! Nous le savons grâce aux données fournies par des instituts de mesure d’audience comme Xiti. Les articles qui attirent généralement le plus de monde sont ceux qui sont repris en page principale de Google News, ou qui s’en prennent aux dérives de l’islam (par exemple, nous avons battu tous nos records d’audience en 2006 avec l’affaire des caricatures de Mahomet), mais cela est assez varié, car des articles de politique intérieure sont très consultés, de même, étonnamment, qu’un article publié il y a très longtemps sur une tour solaire en Australie.

Riposte Laïque : Tu es enseignant depuis une dizaine d’années à La Réunion, et tu publies souvent des textes contre la place des Eglises dans cette île, et contre le communautarisme. Depuis ton arrivée, quelle évolution as-tu constaté, sur ces thèmes ?

Stéphane Arlen : Comme partout, on sent que la jeunesse adhère de plus en plus par tradition et non pas par conviction aux délires religieux. Au niveau des institutions, on ne sent pas beaucoup d’évolution : le conseil général publie un communiqué pour déplorer la mort d’un grand homme lorsque Jean-Paul II est allé vérifier ses croyances, et on peut admirer la conception locale de la laïcité lorsque l’évêque de la Réunion est chargé de remettre la Légion d’Honneur à la présidente du conseil général, une femme musulmane. Quelle belle image de tolérance! Cela dit, l’association Faire Le Jour a lancé à la Réunion l’opération « Rue de la laïcité », et nous avons quelques retours positifs, notamment avec la création d’une rue de la laïcité à Sainte-Suzanne (en attendant d’autres créations).

Riposte Laïque : Comment se situent les forces politiques de La Réunion, par rapport à la laïcité ? Quelles sont les forces laïques, là-bas, et quelles actions mènent-elles ?

Stéphane Arlen : La conception locale de la laïcité est « La laïcité est le respect de toutes les religions », ce qui fait que chaque croyance a pignon sur rue et que tout homme politique qui veut se faire élire doit flatter chaque communauté. Par exemple, les conseils général ou régional et les communes publient tout au long de l’année des messages de voeux lors des différentes fêtes de toutes les religions.

J’ai parlé plus haut de cette Légion d’Honneur qui passe très mal dans les milieux laïques, mais qui représente pour les croyants (et ceux qui en profitent) la preuve de la réussite de la laïcité réunionnaise. Laïcité qui ne tiendra pas longtemps, car on a déjà entendu des filles réclamer des horaires dans les piscines, les tamouls veulent leurs jours fériés et le droit d’égorger leurs cabris où bon leur semble, etc.

Les médias profitent de cela en évoquant toutes les fêtes, tous les délires (on ne compte plus les Vierges ayant suinté de l’huile première pression à froid). De temps en temps, ils publient mes textes dans le courrier des lecteurs, en coupant mes références bibliques ou coraniques. Par exemple, je critique tel ou tel aspect d’une religion, et je cite la Bible ou le Coran: on laisse mon opinion, mais pas ma citation qui sert de preuve !

Les forces laïques… sont faibles ! Il y a « Faire Le Jour », l’Ufal, et quelques autres qui mettent en avant un côté laïque. Mais quand on voit des élus communistes ou des associations comme la Fédération des Oeuvres Laïques soutenir le droit des filles à porter le voile, on se dit qu’il y a encore du travail. Cela prendra du temps, mais on parviendra, ici aussi, à une vraie laïcité… à condition qu’entre-temps Sarkozy n’ait pas fait de la France une Réunion-bis, ou une Alsace-Moselle-bis!

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.