Suis-je islamophobe, ou réac, ou encore d’extrême droite ?

Publié le 18 septembre 2009 - par
Share

Je pourrai répondre à ces questions en quelques mots définitifs, mais je vais essayer de développer mon sujet…

Mes parents ont émigrés en France, en provenance d’un pays de l’est, à la fin des années 50… et je me suis retrouvé dans une forme de ghetto, dans le Nord de la France, entouré de Polonais, de Tchèques, de Yougoslaves… et la langue principale parlée dans la boucherie ou la boulangerie du coin était le… polonais ou un savant mélange de russe, polonais, tchèque…

Il y avait d’ailleurs en plus l’église polonaise, l’église slovène, etc. Les gens se mélangeaient peu et il y avait d’ailleurs nombre de personnes d’un certain âge qui parlaient à peine le Français..

Les temps étaient bien plus dur qu’aujourd’hui, et le principal objectif de chaque parent était que ses enfants (peu nombreux) aillent à l’école et fassent les études les plus longues possibles…

Les « Français » de souche, pourtant voisins, étaient mal vus, pour leur mœurs considérés comme dépravées, ou trop libres, leurs « filles » dévoyées ou filles mères pour certaines, et le nombre de « soulots » dans la rue… Mais évidemment, certains comportements similaires dans leur propre communauté n’étaient pas critiqués de manière aussi radicale… C’était dans le milieu des années 60.

Je me souviens du collège, ma classe comportait 40% de nom à consonance polonaise, 30% d’Italiens, Espagnols ou Portugais, et il y avait 3 magrébins (algériens ou marocains, je ne me souviens pas) le reste étaient des français de « souche ».

Mes parents, comme tous les parents de toutes les origines ne se mêlaient pas d’imposer quoi que soit à l’école et respectaient de leur mieux les lois et coutumes françaises, et le professeur, comme la police, ou les administrations, médecins… étaient respectés.

Néanmoins, je ne peux que constater que c’était totalement une structure communautariste, avec le « prêtre » de sa communauté, les fêtes de sa communauté (saints, Noel, etc.), les parents ayants leurs amis dans leur communauté. La « fille » qui fréquentait un Français, ou fautait, était très très mal vue. Avoir des amis « français » était exceptionnel, ou « bizarre », et en fait je vois des analogies importantes avec ce qui se passe dans les « communautés » nord-africaines.

Dans la poursuite de cette petite histoire, selon les capacités de chacun, les uns ont poursuivi de longues études, d’autres sont vite entrés dans la vie active, les 3 magrébins sont devenus médecin et avocat, et leur « religion » n’existait pas dans le paysage scolaire, ou extrascolaire, lorsqu’il nous arrivait de discuter ou de jouer, pas plus que la religion n’avait de rôle important chez aucun de mes camarades…

Etre français, croire dans le progrès, ne donner aucun rôle particulier à la religion, croire en la liberté de pensée, d’écrire, être fier de l’histoire française et européenne, des lumières, des découvertes scientifiques, de la révolution… faisaient partie de notre bagage inconscient – transmis par des profs croyant en leur métier – ainsi que de tous les enfants de l’époque, quelles que soient leur origine. Ce en une seule génération.

Etant personnellement un relativement nouvel immigré d’un pays de l’est, j’avais une particulière vigilance envers le communisme, que je considérai comme le danger absolu pour toute liberté (sans que mes parents, quasi illettrés, m’aient en quoi que ce soit orientés dans ce sens), et en ce sens, j’étais mal vu par mes profs de lycée, car je m’opposai à leurs idées de « gauche » dans mes propos , rédactions, etc… et n’adulai ni Cuba, ni la Chine, ni Khrouchtchev, mais plutôt les Etats-Unis ou l’Angleterre… J’étais donc… déjà un jeune « réac ». Même si j’étais le seul en classe à pouvoir lire Dostoïevski dans le texte original.

Dans les années 80, le danger déclaré et de plus en plus menaçant était le communisme, j’étais quant à moi dans la vie active, mon « terrain de Jeu » était plutôt situé entre les Etats-Unis et l’Europe, même si j’ai fait quelques incursions à l’est, mais profondément concerné, déjà dans le cadre des régulations sur les transfert de technologie sensible vers les pays de l’est, sur lesquels je devais être vigilant dans mon métier…

Je ne comprenais pas les « communistes », ces idiots, dangereux, dans la mesure où ils œuvraient pour l’avènement d’un ennemi totalitaire, implacable et qui ne s’embarrassait d’aucun humanisme, tuaient ou enfermaient dans des conditions innommables, le moindre opposant ou penseur… avaient ils la moindre jugeote, étaient ils sourds et aveugles aux cris de ceux qui vivaient, eux, le « socialisme réel » ? Avaient-ils une partie de leur cerveau désactivé ? Rêvaient-ils les yeux ouverts ? Étaient-ils hypnotisés, allaient ils se réveiller ?

Le comble de la bêtise et de la lâcheté revenait pour moi alors, au slogan des « pacifiste » allemands qui défilaient en scandant : plutôt rouges que Morts.. Ils abdiquaient sans combattre.

Ainsi l’idiot utile, semble être un « profil » des plus fréquents. L’idiot utile épouse ainsi systématiquement une cause ennemie (ou tout au moins qui met en danger fortement) de sa propre civilisation, de son propre territoire. Il est facile à trouver et à manipuler de la part de l’ennemi.

L’idiot utile est ainsi sourd et aveugle à tout ce qui n’entre pas dans le cadre de la défense de ses « protégés », que ce soit Staline, Fidel Castro, le « tche », ou encore Mao… à l’époque, et les pays garants de la liberté et du progrès, étant dénigrés et attaqués sans frein ( car étant dans des pays, justement libres, il ne pouvaient craindre aucune conséquence). Les quelques sonneur d’alarme, venant d’URSS, ou d’ailleurs étant promptement discrédités, muselés, de façon à pouvoir continuer à rêver les yeux ouverts et critiquer à tout va…tout en profitant du confort de pays libres.

L’on ne peut s’empêcher de faire des parallèles avec bien des attitudes d’aujourd’hui…

Les années passant, j’observai de loin le monde musulman et cette immense régression, ce retour aberrant du religieux, sans me sentir vraiment concerné, je ne m’étonnai pas du peu de voix qui se levait pour alerter le monde libre et à part les plaisanteries de Coluche sur l’Iran, et « Arrete la tes conneries », l’inventeur du Moyen-age… personne ne voyait de danger s’approcher…

C’est en 1997 que je suis confronté à l’islam… C’est arrivé par hasard, j’étais en train de monter un site de recherche et développement … au Québec, et pour cela je recherchai des « profils » précis. J’avais donc auditionné des « blancs », des Asiatiques, et pour un poste précis, je rencontrai un Marocain… Je lui avais demandé pourquoi il s’était exilé au Québec, pays froid, etc. Que compte tenu de son curriculum Vitae, il pouvait obtenir un bon poste au Maroc ou en France, mais celui-ci me dit qu’il craignait l’influence de l’intégrisme. C’était en pleine guerre civile algérienne. Il m’avait paru sincère, motivé et compétent, je l’ai embauché (je n’ai pas de tendance raciste, loin de là) comme j’avais embauché deux Coréens , deux noirs africains, un Brésilien… et tous dans des postes techniques de bon niveau.

Quelques semaines plus tard, je me déplaçais avec ce Marocain, chez un sous-traitant, et au retour, nous nous arrêtons dans un restaurant quelconque. Là, j’entends un dialogue qui m’a paru, bizarre mais sans plus, car je n’étais pas encore « réveillé ». Ce Marocain interrogeait le serveur pour savoir comment tel ou tel plat était préparé, quelle huile, etc… et finalement pendant que je mangeai un bon steak, lui n’avait commandé qu’une salade, car tous les autres plats pouvaient certainement comporter une ou deux molécules de graisse de porc (bien sûr, la religion ne fut jamais évoquée).

Bizarre comme même un cerveau évolué, n’est pas capable de passer outre une programmation faite très jeune, et cela même face à l’évidence que cela ne tue ni ne porte préjudice à personne…

Lors d’un autre déplacement, il me proposa gentiment de prendre le thé chez lui, j’acceptai, mais je fut effaré de voir une femme voilée jusqu’aux yeux et deux petites filles d’une dizaine d’années, déjà voilées… je me demandai ce que voulait dire intégriste, pour lui.

La 3e fois, nous étions en décembre et il s’agissait de fêter Noël, dans l’entreprise. Pour cela nous avions réservé une salle et passés la soirée à rire, danser, et boire de la bière. Il était présent, mais ne buvait que des jus d’orange. Mais c’est plutôt la suite qui fut surprenante : les deux jour suivants, nous ne le vîmes pas au bureau, et lorsque je demandai à la secrétaire de l’appeler, celui-ci lui expliqua qu’il s’était flagellé, pour expier le fait d’avoir participé à une soirée païenne…

Un mois plus tard, j’avais besoin d’une information spécifique et comme il était en déplacement, j’allais voir son ordinateur, pour essayer de récupérer cette information, en compagnie de la secrétaire… Par hasard, elle consulta l’historique de navigation internet… qui était constitué de 95% de sites porno (chassez le naturel).

Ainsi le Canada nourrit en son sein ce genre de serpent adepte des pires pratiques… par aveuglement, humanisme, respect des cultures (l’on sait tous comment les musulmans respectent les autres cultures la ou ils deviennent majoritaires).

Depuis je me suis éveillé à l’islam, lu le coran, et même si je peux comprendre certains aspects, de communauté, je vois les mêmes comportements d’aveuglements, d’idiots utiles, de refus d’entendre, d’humanisme à sens unique, d’étouffement de ceux qui alertent l’opinion, de pensée « unique » qui viole simplement le réel et l’humain au sens sociologique , par « idéal », si ce n’est que tous les « idéaux » doivent un jour faire face à la « créature » qu’ils ont créé ou laissés entrer… et le réveil sera très très dur.

Alors, suis-je islamophobe ? Pour cela, je me tourne vers la partie du monde qui se réclame de l’islam, et objectivement je ne peux que constater que c’est en gros, le monde occidental en négatif : nous chérissons la liberté de pensée, de croire, de critiquer, de remettre en cause, d’aimer… Ils combattent tout cela. Nous chérissons l’art, l’impertinence, la création, l’inventivité, la musique, leur monde est une chape de plomb absolue. La moitié féminine de notre humanité est considérée et protégée le plus possible, sa féminité libérée, ils l’enferment, la violent, la massacrent, lui suppriment sa capacité au plaisir, lui interdisent d’aimer.

Nous encourageons la pensée libre et l’éducation de nos enfants hors de la religion… Ils castrent leurs esprits le plus tôt possible et les enfermement dans un fanatisme obsessionnel… quitte à les envoyer à la mort..

Nous sommes curieux, iconoclastes, et avons progressé de manière exponentielle dans tous les domaines de la connaissance, de la conscience, de la liberté, des arts, de la culture, de l’humanisme, de la création, de l’écologie… Ils ont toujours combattu toute forme de progrès et de remise en cause et vivent en plein moyen âge mental.

A la lecture du coran, de manière non dogmatique, l’on peut voir immédiatement de quoi il s’agit : un homme de pouvoir, qui déploie ses manipulations, manigances, qui est caractériel, intolérant haineux, qui s’invente des « visions » et des passe droit (pour Aicha par exemple), qui tue, égorge, convoite, vole, assassine, appelle à l’extermination. Un reflet de son époque et de son lieu de vie. Le Christ ou Bouddha, sont à contrario des modèles de tolérance et de respect de la vie. Et le monde musulman se conforme à ce « Beau modèle », un épouvantable personnage

Il est étonnant de voir comment cet épouvantable personnage est devenu l’idole d’un monde, un « prophète » en noir absolu, qui lui n’hésites pas à tuer et appelle à tuer, à haïr, à violer, même une petite fille (étonnant pour un représentant d’un dieu, qui est supposé avoir créer et aimer tous les humains, non ?).

Il est étonnant de voir comment toute une partie des capacités de raisonnement d’humains nés sous cette idéologie ont été tout simplement annihilés ou étouffés.

Il est étonnant enfin que des idiots utiles, des journalistes, des politiques, se refusent de voir l’immense nullité et l’immense danger que représente cette idéologie, tout simplement en observant l’islam réel, comme au temps du communisme, le « socialisme réel » et que ceux –ci ouvrent grandes les mannes et vannes de la société européennes, sans la moindre précaution, selon un « idéal » humaniste (qui n’existe pas dans le monde musulman) et multiculturel (qui n’existe pas plus dans le monde musulman, fossoyeur de toute autre culture) qui n’a jamais marché nulle part au-delà d’un certain seuil… Quitte à suicider sa propre culture, Culture et Science en avance de 1000 ans par rapport à celle qu’ils laissent ainsi entrer et imposer ses lois profondément stupides.

Alors en effet, je suis islamophobe, parce que je défends, selon toutes les valeurs que la France et l’occident véhicule (ou véhiculaient) comme la liberté de pensée, d’écrire, de croire, d’aimer, la liberté des femmes (qui à part quelques cas spéciaux, n’est pas de s’enfermer elles-mêmes), la liberté des enfants, la liberté de création, des arts, d’inventer, de ne pas croire, etc. Je ne peux accepter cette forme de fascisme absolu qui s’insinue jusque dans ma manière de manger, penser et ma chambre à coucher.

Alors si pour cela, je suis traité d’extrême-droite, de facho, de réac par des « aveugles »… Que voulez vous, l’islam a bien fait son travail, et les idiots utiles de « gôche » ou d’ailleurs se réveilleront peut être trop tard

Bien à vous

Jack Lucent

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.