Sur France Inter, la banalisation de la polygamie, sur le territoire français

Publié le 28 décembre 2009 - par
Share

France Inter, vendredi 25 décembre, 20h04

« Nous autres », Zoé Varier

« C’est quoi la famille ? Ateliers philosophiques avec des enfants de classe primaire » (Rediffusion)
19ème art de Paris, école polyvalente

Les enfants ont entre 6 et 9 ans

Cette émission nous propose, dans les termes les plus lénifiants, l’interview d’enfants dont l’une explique être de famille polygame (tiens c’est possible en France ?), d’autres et la même être obligées de porter le voile pour l’école coranique (entre 6 et 9 ans rappelons-le), être menacés des feux de l’enfer pour des « mèches » ou des « défrisages », ne pas s’affirmer Française mais Africaine, car « la religion musulmane c’est mieux… »

Ou comment les islamistes formatent à l’inégalité et à des mœurs du VIe siècle dès le berceau…
Voici en tout cas une émission qui donne du crédit à un épisode relaté en mai 2009 par la Tribune de Genève : un Irakien accuse une institutrice de la mosquée de Genève d’avoir dit à son fils que mettre du gel dans ses cheveux était un péché. L’école a démenti. Le père n’a tout de même pas pu réinscrire son fils à l’école.
Il me semble que c’est Leila Babès qui se demande comment l’islam est devenu « cette religion de minables interdits ».

Morceaux choisis

« J’ai 15 frères et sœurs, y en a cinq qui sont au pays. Là, on est dix. Les autres vivent en Mauritanie (…) Il y a une chambre pour ma mère et une autre chambre pour mon autre mère… Mon père va d’abord avec l’une deux jours par semaine et avec l’autre les autres jours…

« Comme mes frères sortent toujours dehors, moi et ma sœur on garde les petits…

« Mon père (réd : musulman) des fois il me parle de Dieu. Il a un grand livre. Au Grand Jugement, nous on sera tout nus. Si t’as fait des bonnes choses, tu réussiras à 100%. Si t’as fait des mauvaises choses, tu vas directement tomber en enfer.

« J’ai un professeur d’histoire coranique. J’y vais le samedi et le dimanche. Mamère elle a acheté une cassette qui raconte l’histoire d’Hassan, un gosse qui faisait que jouer et écouter de la musique avec ses copains. Le père lui a dit viens prier. Il est pas venu, alors, mais dans un cauchemar, le diable l’a tué et quand on l’a enterré, l’âme de Hassan, le diable l’a tirée dans le feu…

« Maman elle raconte des histoires… pas des histoires d’Afrique, des histoires de Dieu, qui font peur. Elle raconte pas des histoires de princes et de princesses parce que nous on est de religion musulmane… Alors Blanche-Neige, tout ça, ça sert à rien.

« S’il y a une fête, quand les garçons font la prière, ils sont toujours en bas, nous on est obligées d’aller en haut… Il faut pas que les hommes nous voient passer… On mange avec quatre doigts, les femmes, elles, elles mangent avec toute la main… C’est pas bien de manger avec la cuillère, car le prophète Mahomet il mange avec la main, il a jamais mangé avec une cuillère. Et nous, comme on est musulmans, on doit suivre le chemin du prophète… »

« Dans les familles musulmanes, les femmes dehors sont obligées de porter un voile. Moi, pour aller à l’école coranique, je suis obligée de porter un voile.

« Je suis africaine, pas française, parce que c’est mieux être de la religion musulmane que française. Dans la religion française, y a des pires choses, les femmes peuvent mettre des mèches, de perruques, des cerr…Ya plus de femmes qui vont en enfer, c’est le Coran qui dit ça. Mais les hommes peuvent aussi y aller s’ils font des défrisages, du gel, des piercings, c’est pas bien.

« Plus tard j’aimerais une famille pas trop grande, huit enfants…. Je préfère un seul mari. Mais deux mères, c’est mieux. »

Agnès Dupraz

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.