Têter le téton à tout prix

Publié le 19 juillet 2010 - par - 395 vues
Share

Le diable, selon l’islam, est toujours présent en cas d’aparté homme-femme. Mais dans la vie moderne, la femme travaille avec des collègues masculins ou se trouve seule avec un chauffeur de taxi … Pour légitimer ces situations, tout en rendant toute relation (sexuelle) illicite, les enturbannés se sont appuyés sur des hadîths (1) qui interdisent les rapports entre frère et sœur de lait. D’où une fatwa qui conseille de créer des liens mère-fils avec tous les hommes qu’une femme peut avoir à côtoyer. Cette solution a été trouvée en 2007 par un dignitaire égyptien ‘Azzat ‘Attia, alors professeur à al-Azhar, puis relookée récemment par le cheikh saoudien al-Obeikan : La femme doit allaiter tous les hommes qui entrent dans l’intimité de sa maison (médecin, livreur …), dans son milieu de travail, dans un taxi, dans l’ascenseur etc … Cette pratique est destinée à lui couper toute possibilité de succomber à la tentation.

Les femmes saoudiennes se sont saisies de cette fatwa et ont menacé de faire téter tous les chauffeurs de taxis si l’état continue à leur interdire la conduite des voitures.

Et mille autres voix s’élèvent : « Si la femme n’a pas de lait, l’allaitement ne serait que succion, est-ce alors recevable ? L’allaitement et la succion ne provoquent-ils pas le désir ? Combien de tétées seront nécessaires pour valider l’allaitement ? La femme doit-elle allaiter en niqab ou dévoilée ? L’allaitement sera-t-il fait en présence de témoins ? Le mari sera-t-il présent à cet allaitement dans la mesure où il est consentant ? La femme, chef d’entreprise, doit-elle allaiter tous ses employés ? L’homme qui entre dans une maison doit-il téter toutes les femmes qui s’y trouvent ? Le maître de maison doit-il téter la bonne ? » …

Bernard Dick

(1) Hadîth ou tradition : paroles ou faits concernant Mohammad, tenus pour transmis par ses compagnons.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.