Toufik Chergui, de l’UOIF au PS en passant par le Modem…

Publié le 19 février 2010 - par

Toufik Chergui figure en neuvième position sur la liste PS en région Rhone Alpes, conduite par Jean-Jack Queyranne.

Egalement secrétaire général du Conseil régional du culte musulman (CRCM). Il avait été élu sur la liste de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des frères musulmans.

L’affaire fait polémique. L’intéressé se présente comme un «candidat de la société civile» et refuse que l’on mentionne son rôle au CRCM. Tandis que Jean-Jacques Queyranne, assure que «son engagement religieux n’est pas l’une des caractéristiques essentielles», qu’il est «conseiller municipal» de la commune de Bellignat.

Finalement, le magazine Lyon Mag.com obtint une interview détaillée de Chergui, et put lui poser les questions délicates, en particulier sur le fait qu’il n’avait pas été élu au CRCM sur n’importe quelle liste, mais sur la liste de l’UOIM, proche des fondamentalistes.

Les explications de Chergui sont assez laborieuses ; deux questions et leurs réponses lui permettent d’exposer une situation quelque peu embrouillée, et de nous expliquer qu’il n’est pas membre de l’UOIF bien que figurant sur sa liste. Voici :

« Dans quelles circonstances l’ avez-vous rejoint ?

Quand Nicolas Sarkozy, à l’époque, a voulu mettre en place le CRCM, il s’est appuyé sur des associations, des fédérations déjà existantes. Il y avait l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), le Rassemblement des musulmans de France, la mosquée de Lyon et le DITIB (communauté Turque). Ces quatre entités devaient présenter des candidats à travers des listes. Il y a eu un vote de la communauté, et selon le prorata, la liste vainqueur prenait la présidence du CRCM. C’est Kamel Kebtane, l’ancien recteur de la grande mosquée de Lyon, qui m’a demandé de partir avec lui sur ses listes. J’avais comme objectif que ma présence favorise l’interaction entre la communauté musulmane et les institutions publiques. C’est ainsi que j’ai été élu délégué départemental de l’Ain. J’ai fait un travail très important au niveau du département.

Pourquoi avez vous choisi de suivre Azzedine Gaci de l’UOIF, une association islamiste plutôt radicale, pour votre deuxième mandat au sein du CRCM ?

Kamel Kebtane n’a pas voulu se représenter. Je me suis retrouvé face à un dilemme : soit je continuais l’action, soit celle-ci prenait fin dans l’Ain. J’ai donc discuté avec Azzedine Gaci, qui m’a fait une proposition. Il m’a pris sur sa liste en tant qu’indépendant, avec d’autres indépendants de l’UOIF, du DITIB. Ce qui m’a plu, c’est ce mélange des cultures. Il y a un vrai discours de tolérance et d’amour des autres chez Azzedine Gaci, ce qui m’a amené à le suivre sur sa liste. »

Chergui nous dépeint Azzedine Gaci, de l’UOIF, comme ayant une action « empreinte d’oecuménisme », et il pense que la polémique est téléguidée et politicienne.

Chergui, dont le parcours politique n’est pas plus facile à suivre que son parcours religieux, a aussi l’occasion de nous expliquer comment il se retrouve sur une liste socialiste alors qu’il fait partie du MODEM :

« Vous qui êtes membre du Modem, pourquoi avez-vous souhaité rejoindre Jean-Jack Queyranne ?

Nous avions fait un conseil départemental du Modem au mois de Juin 2009 avec le bureau exécutif et avec le bureau départemental. Nous avions souhaité partir au premier tour avec Jean-Jack Queyranne. François Bayrou ne l’a pas souhaité et voulait que nous fassions des listes autonomes. C’est ici que se situe mon désaccord. Je ne comprend pas pourquoi le Modem fera au deuxième tour ce qu’il pourrait faire dès le premier tour, c’est à dire rejoindre les listes du président du conseil régional sortant. »

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/11/01011-20100211FILWWW00591-la-mise-au-point-d-un-cadre-du-crcm.php

http://www.lyonmag.com/article/14375/qui-es-tu-toufik-chergui-

Catherine Ségurane

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi