Un banquet républicain, ou la réappropriation de la parole libre par le peuple

Publié le 25 octobre 2010 - par

Nous étions une trentaine de convives , légèrement plus d’hommes que de femmes, toutes générations confondues (les quarante-soixante majoritaires). Le tour de table à permis de voir que toutes les “sensibilités” politiques et philosophiques étaient représentées, ce qui a fait dire à Pierre Cassen que le peuple de France était présent. Après une présentation de RR , le débat s’est engagé. En fait pas vraiment un débat, mais plutôt, comme pourrait le dire Malika Sorel , une réappropriation de la parole libre par le peuple français.

Pour faire court, je dirais qu’au travers des différents exemples cités par les participants, c’est l’ensemble du “kaléidoscope islamiste conquérant” qui apparait. Un citoyen remarqua l’insécurité ciblée et organisée par “ les petites mains” de l’islamisme , un autre fit le constat du “prosélytisme alimentaire”, rendant l’halal obligatoire dans les écoles , un troisième pointa le danger des mosquées, plus base de recrutement que lieu spirituel… (liste non exhaustive). Bref un état des lieux regroupant toutes les atteintes à notre République Laïque.

Pour moi, tous ces citoyens aux discours différents (de celui encore engoncé dans le débat islam=étranger, suis-je raciste si je refuse cette religion?, aux “allergiques” Gaulois à toute forme d’endoctrinement , en passant par les “pragmatiques fin connaisseurs du coran”) sont dans la meme dynamique globale , mais à des graduations diverses, suivant le cheminement de chacun dans sa prise de conscience . Je n’ai vu que des patriotes, qui certes ont encore du mal à se définir hors cadre droite/gauche (plus de trente ans de bipartisme ne s’efface pas si facilement) mais qui tous étaient animés de l’amour de la France , de la démocratie et ne souhaitent que liberté, égalité et fraternité au sein d’une Nation redevenue elle-même.

Est-ce être révolutionnaire et raciste que de demander la liberté de penser, le pluralisme dans tout débat, l’arrêt de toute censure, la reconnaissance du peuple et sa souveraineté ! Alors parce que céder un peu, c’est capituler beaucoup, prenons nos désirs pour la réalité : la France est une République Démocratique Laique et Sociale une et indivisible.

Il ne tient qu’à nous de réaliser nos désirs.

Catherine Valmy

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi