Un jeune somalien converti au catholicisme décapité au couteau pour apostasie

Publié le 26 octobre 2009 - par - 2 492 vues
Traduire la page en :

CELA S’EST PASSE LE 29 SEPTEMBRE 2009 : SA PROPRE MORT EN DIRECT

La vérité vient à pied sur les chemins de la vertu et de la connaissance.

Hier dimanche dans un cybercafé à Marseille, en faisant des recherches sur le Net sur les musulmans convertis au christianisme, j’ai découvert sur un site une video proposant une décapitation au poignard d’un jeune somalien converti au christianisme.

Je range ce jeune somalien au rang des plus grands héros du XXIème siècle ( B. Obama peut rendre sa médaille en chocolat) car ayant refusé de revenir dans l’Islam, on le voit affronter sans ciller SA PROPRE MORT EN DIRECT pendant que des musulmans finissent par le décapiter au poignard avec encore plus de cruauté que s’ils égorgeaient un mouton et après avoir lu des versets du CORAN.

Si tu as le cœur bien accroché, va sous Google et tape : Epuration religieuse en Somalie – Les chrétiens sont décapités.

Dans ce cybercafé tenu par une famille franco-algérienne, je ne me suis pas dégonflé et j’ai fait un scandale. A ces moments-là, je suis redoutable et ceux qui étaient présents ont bien fermé leur gueule.

MORALITE : si je me sentais pas porté par la puissances des écrits de RIPOSTE LAIQUE, je n’aurais peut-être pas eu le courage d’affronter la situation.

Huineng

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi