Une première année qui a prouvé la nécessité de Riposte Laïque

Publié le 8 juillet 2008 - par
Share

Cela sent les vacances : nombre de nos lecteurs habituels se désintoxiquent de leur ordinateur. Après la sortie du numéro 50, le mardi 15 juillet, nous prendrons quelques semaines de repos, et vous aurez le plaisir de nous lire de nouveau à partir du mardi 19 août.

Il y a un an, aucun des rédacteurs de l’équipe actuelle ne savait qu’il allait s’engager dans l’aventure de Riposte Laïque. Nous nous sommes lancés en plein mois d’août, et aujourd’hui, nous avons une rédaction de 16 personnes, qui se sont elles-mêmes présentées lors de la publication de notre numéro spécial « Mai 68 » (1).

Nous n’aurions jamais pensé atteindre, en si peu de temps, le chiffre enviable de 22.000 abonnés (que nous espérons dépasser largement l’an prochain).

Nous n’aurions jamais imaginé que deux cents personnes puissent nous proposer une contribution, sans parler des réactions d’inconnus qui rendent notre courrier des lecteurs de plus en plus abondant.

Nous n’aurions jamais songé que certains lecteurs nous enverraient des chèques de soutien aussi conséquents, tout au long de cette année – ce qui constitue nos seules ressources pour payer nos différents frais de fonctionnement – accompagnés, pour certains, de textes magnifiques.

Nous n’avons pas voulu tomber dans la facilité des « copier-coller » : depuis le premier numéro, nous ne mettons en ligne que des textes inédits, c’est-à-dire les nôtres et ceux de nos lecteurs.

Dès nos premiers numéros, nous avons commencé par mettre l’accent sur le traquenard qui se préparait dans les Vosges à l’encontre de Fanny Truchelut, femme sincère non seulement salie par la presse locale et nationale, mais encore abandonnée par tous les milieux féministes et laïques. Nous avons été les seuls à démontrer que cette femme n’était en rien une raciste ou une intégriste catholique, contrairement à ce que prétendaient les avocats du Mrap, de la LDH et de la Licra. Nous l’avons défendue de toutes nos forces, et avons rendu sa cause sympathique à de nombreux lecteurs, indignés par un procès-lynchage qui fut loin de faire honneur à la justice de notre pays.

Nous avons fini l’année en signalant la scandaleuse situation de Mohamed Sifaoui, journaliste laïque et républicain, que l’Etat français a jugé bon de ne plus protéger et qui, depuis, s’est vu agressé physiquement en plein Paris, sur fond de menaces de mort (2).

Entre temps, nous avons soutenu Geert Wilders et son film Fitna, parce que nous avons estimé que la liberté d’expression du député hollandais devait l’emporter sur les représailles économiques comme sur les différentes fatwas et autres intimidations des fanatiques islamistes. Là encore, nous nous sommes sentis bien seuls, y compris face à toute une bien-pensance laïque et anti-raciste qui se trémousse devant Ayaan Hirsi Ali et crache sur Wilders.

Bien évidemment, l’affaire de Vigneux, révélée grâce à un lecteur de Riposte Laïque, a été la plus belle réussite de notre journal. Mais pour une affaire comme celle-là, combien d’autres en avons-nous révélées, ou relayées, tout au long de cette année ? La liste est longue, comme l’indique l’article de Maurice Vidal paru dans le numéro 46 (3), qui confirme que les attaques communautaristes contre la laïcité, le droit des femmes et la République viennent aujourd’hui majoritairement de l’islam.

Avant la création de Riposte Laïque, les rôles étaient bien répartis : d’un côté, il y avait l’extrême droite, souvent conciliante avec les extrêmistes de la religion catholique, qui disait pis que pendre de l’islam. De l’autre côté, il y avait la bien-pensance laïque, qui assimilait toute critique de la religion musulmane à une posture d’extrême droite, et qui s’en sortait par une pirouette : « Oui au bon islam, non aux méchants islamistes ! ». Autre posture : la séparation de l’espace public et de l’espace privée, qui amenait, là encore, de nombreux laïques à considérer que le voile devait être interdit à l’école, mais autorisé dans la rue, dans les entreprises (pourvu qu’elles soient privées), à l’université (bien qu’on y délivre des diplômes publics !), au restaurant, et même dans un paisible gîte de montagne vosgien !

Que des gens connus pour leur engagement, passé ou présent, à gauche, aient signalé l’ampleur de l’offensive islamiste, n’a pas manqué de bouleverser cette donne qui convenait finalement à tout le monde. Notre journal – et c’est là une des raisons de sa création – a considéré que la gravité de la situation obligeait à changer de grille de lecture et à sortir de ces carcans.

Il est irresponsable, en effet, de laisser à la seule extrême droite le monopole de la riposte contre l’islam. Nous sommes consternés par l’aveuglement de toute une frange laïque et féministe devant une offensive religieuse sans précédent qui se déploie sur notre territoire et vise les valeurs-clés de la République. Nous ne sommes pas surpris qu’un président comme Nicolas Sarkozy, adepte des principes communautaristes anglo-saxons, ait tenu les propos que l’on sait à Latran, à Ryad ou devant le Crif. Il n’a fait que prendre à leur propre jeu les partisans de la laïcité ouverte qui, au sein de la gauche politique, associative ou syndicale, minent depuis des années les principes laïques.

Nous sommes convaincus que les habitants qui aiment ce pays et qui entendent y vivre en toute liberté, sont, par delà leur origine, fondamentalement attachés à la laïcité, c’est-à-dire à la séparation du religieux et du politique. Plus encore, nous avons la certitude que, depuis cette année, cet attachement n’a fait que croître au prorata des nombreux exemples venus confirmer l’ampleur de la menace qui nous guette. Mieux : nous sommes sûrs que les élus eux-mêmes, à l’instar du tristement célèbre maire de Vigneux-sur-Seine, ne pourront éternellement accepter les revendications communautaristes qui entendent substituer la charia aux lois de la République, parce que leur électorat ne l’acceptera plus.

Nous avions commencé l’année par la défense de Fanny Truchelut, lors de son premier procès. Nous commencerons la prochaine année, c’est-à-dire dans quelques semaines, en mettant de nouveau toutes nos forces au service de cette Française courageuse qui est devenue l’amie de la rédaction et de nombreux lecteurs. Nous ne laisserons pas le Mrap, la LDH et les islamistes qui veulent répandre le voile en tous lieux parader face à une femme seule. Nous entendons faire de son second procès en appel un test, qui montrera aux responsables de ce pays que les citoyens en ont plus qu’assez d’une offensive qui s’aggrave tous les jours, et qu’ils attendent, de leur part, une réponse à la hauteur des enjeux nationaux qu’elle implique.

Bonnes vacances à tous, et à bientôt !

(1) http://www.ripostelaique.com/-Numero-39-.html

(2) http://www.ripostelaique.com/Peut-on-s-etre-battu-pour-sauver.html

(3) http://www.ripostelaique.com/Du-jugement-de-Lille-aux-minarets.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.