Violences anti-chrétiennes : L’assourdissant silence de BHL et de Fourest

Publié le 27 décembre 2010 - par
Share

Nous ne nous attendions pas, avant, pendant et après nos Assises Internationales sur l’Islamisation, à ce que nos collègues rédacteurs, journalistes et militants de tous poils de France et de Saint Germain des Prés (le distinguo est de taille), les applaudissent, s’émeuvent devant tant de courage, ou tout au moins fassent preuve d’honnêteté intellectuelle et observent faits et mots d’un œil humble et lucide.
Nous ne nous attendions pas à ce que Sopo, Lozès, Bouteldja et Cie nous soutiennent. Nous ne nous attendions pas à ce que l’ensemble de la classe politique s’interroge honnêtement sur nos motivations profondes qui ne diffèrent d’ailleurs pas de notre discours public.

Aucune surprise, donc, lorsque l’inénarrable BHL, fidèle à lui-même, a commis un article riche en mensonges et inexactitudes : sous sa plume, Pierre Cassen est ainsi devenu Bernard Cassen, du Monde Diplomatique. On comprend, dès lors, que n’hésitant pas à confondre Edith Piaf et Dorothée, BHL n’ait pas eu plus de mal à faire passer de paisibles Français inquiets pour l’avenir de leur pays pour d’ignobles néonazis, la bave aux lèvres et la haine à la bouche. On ose à peine imaginer ce que ce spécialiste du brushing intellectuel et de l’indignation éditée à grands frais, aurait pu faire de Mère Thérésa ou de Papy Galinier.

Aucune surprise, donc, lorsque Caroline Fourest s’est pointée devant l’espace Charenton, aux côtés d’autres rigolos, pour exposer aux caméras présentes sa vision assez déroutante de la laïcité. Caroline Fourest, qui n’hésita pas à se battre avec Charlie Hebdo, lors du procès lamentable qui leur fut fait, mais met sur le même plan les intégristes musulmans et les membres de la Fraternité Saint Pie X, omettant curieusement de préciser que lorsque les uns violent, massacrent, terrorisent et font exploser des bus et des trains emplis d’êtres humains, les seconds se contentent de contester des écrits de Vatican II, processionnent contre la loi Veil en chantant des Ave Maria (en ayant préalablement demandé l’autorisation à la Préfecture), et déplorent entre eux, sur le parvis de leurs églises, la crise liturgique et morale de l’Eglise. Une journaliste qui met sur le même plan un psychopathe tueur en série et un objecteur de conscience, là, y a comme un défaut, dirait Fernand Raynaud.

Les voilà donc, BHL et Fourest, les voilà donc traître une fois de plus à l’intelligence et à la France, pataugeant misérablement dans leur marais de confusion intellectuelle et d’insultes gratuites, les voilà montant au créneau une fois de plus, sans raison, pour un 18 décembre pacifique et ouvert à tous, voilà les mêmes qui se taisent lorsque le véritable racisme, observable objectivement, tangible, lorsque la haine manifeste sont le fait de certains musulmans. Voilà les mêmes qui imaginent de la xénophobie quand il n’y en a pas, et ne la dénoncent pas lorsqu’elle humilie et massacre.

Les voilà plongés dans le plus assourdissant silence lorsque dans le Vieux Nice, le 8 décembre, une traditionnelle procession mariale a été malmenée, spontanément, alors qu’elle traversait un quartier islamisé. Conspués alors qu’ils arrivaient place Rossetti, les dévots se sont pris des « Allah Ouakbar » dans la gueule, des youyous qui n’avaient rien d’amicaux, des sifflets, et des crachats élégamment balancés des étages, par de réjouissantes matrones et leur paisible marmaille déjà bien endoctrinée.

Gageons que si des musulmans avaient subi les mêmes outrages de la part de catholiques (on peut toujours rêver), nos bons gros media bourgeois de gauche et de droite, s’en seraient émus, notre Président nous aurait invités à faire une minute de silence pour l’honneur bafoué des musulmans, et ce sombre ignorant de Dalil Boubakeur aurait sommé les autorités de réagir au plus vite – et au plus fort.

A-t-on entendu Pimbêche et Satisfait s’en émouvoir ? Non. Pour qu’ils ouvrent la bouche et condamnent ce genre de faits, il faut au moins quelques morts à leur mettre sous la dent. Ou quelques blessés – mais comme disait Anouilh, un seul ne suffit pas : à partir de mille seulement ça devient touchant.

Or voici que justement, aux Philippines, le week-end de Noël, six personnes ont été blessées lors de l’explosion d’une bombe, dans une église sur l’île de Jolo. Au Nigéria, le 24 décembre, des membres du groupe islamiste Boko Haram, ont attaqué trois églises de la ville de Maiduguguri, en incendiant l’une d’elle. Bilan : six morts, dont un pasteur (ouf, ça n’était pas un imam – tout va bien). Le même jour, une série de sept explosions tuait 32 personnes et en blessait 74, dans la ville de Jos.

Lorsqu’une poignée de gens s’interrogent sur les dangers de l’islamisation, on dissèque pendant de longues heures la souffrance des musulmans soi-disant stigmatisés. Lorsqu’une poignée de catholiques se font, eux, réellement insulter, humilier et cracher dessus, alors qu’ils exercent strictement et dans le respect des lois laïques leur religion, tout le monde s’en fout, et Pimbêche et Satisfait se taisent.

Lorsque des chrétiens se font tuer par des musulmans, dans l’application fidèle des recommandations coraniques, il semblerait que leur sang, soudain, n’ait pas d’odeur. Que la haine de leurs assassins ne puisse pas plus faire l’objet de critiques que celle de leurs frères en Oumma qui en France, dans notre pays, exigent des passe-droits dans un mélange de pleurnicheries indignes et de haine savamment polie, dissimulée, subventionnée.

Lorsque Pimbêche traite Riposte Laïque de résistants de la 25ème heure, lorsque Satisfait nous assimile à des néonazis, ni l’un ni l’autre ne réalisent pas que cela fait longtemps que leurs calomnies ne nous atteignent plus. Et quant à la pureté de notre conscience, merci, ça va, elle se porte bien. Que BHL continue de s’admirer et de dire « je t’aime » à son miroir, que Fourest martèle encore longtemps ses mises en garde arrogantes, Riposte Laïque ne s’en taira pas pour autant. Sans doute parce que nous n’avons plus de temps à perdre. Et un honneur quelque peu chatouilleux.

Antigone

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.