Wafa Sultan, la mauvaise conscience de l’islam

Publié le 26 mars 2008 - par - 2 411 vues
Share

A l’heure où j’écris ces lignes, vendredi 21 mars, 5000 Afghans, criant « Mort au Danemark ! Mort aux Pays-Bas! », brûlent le drapeau des Pays-Bas et défilent à Kaboul pour dénoncer la reprise d’une caricature de Mahomet dans la presse danoise et la sortie annoncée prochainement du film de Geert Wilders sur le Coran (1).

Il est donc plus que temps de donner la parole à Wafa Sultan, psychologue américaine d’origine syrienne, qui a acquis une certaine célébrité à cause des débats qu’elle a menés sur la chaîne Al Jazeera avec des universitaires ou religieux musulmans. Lors de ces débats, elle a critiqué avec véhémence l’Islam.

Le 4 mars dernier, la chaîne en langue arabe, basée au Qatar, l’a de nouveau, bizarrement, invitée à un débat (2) sur les relations entre l’Occident et le monde islamique dans le cadre de l’affaire des caricatures danoises. En effet, à l’heure où une association musulmane néerlandaise vient de demander un référé contre « Fitna », le film du député Geert Wilders, AVANT MEME QUE CELUI-CI SOIT SORTI !, on peut être tenté d’admirer, à priori, que la chaîne plutôt proche des islamistes, et c’est un euphémisme, ait organisé et diffusé le débat (quitte à présenter des excuses quelques jours après aux musulmans, mais il ne faut pas trop en demander !) d’autant que le journaliste et son invité, le Docteur Faysal, bien incapables de répondre aux critiques de Wafa Sultan, se sont enferrés dans un système offensif primaire.

A moins que cela n’ait été le but de la manoeuvre, et que Wafa Sultan n’ait été instrumentalisée pour revigorer les émeutiers et terroristes en tout genre, notamment parce que sa condition de femme la place d’emblée, dans le monde musulman, en situation inférieure et décrédibilise son discours ??? Quoi qu’il en soit, quel bonheur de voir cette femme, qui n’a pas froid aux yeux, dire, avec conviction et même emportement, sans hypocrisie ni langue de bois, ce qu’elle pense de l’Islam à ses contradicteurs, qui, systématiquement, refusent le débat et la critique, préférant en appeler à une guerre des civilisations.

Quel bonheur, également, de pouvoir comparer sa franchise et la bien pensance, pour ne pas dire l’hypocrisie d’une bonne partie de la gauche actuelle, même celle qui se dit laïque, qui refuse de voir les dangers de la tolérance religieuse et qui ignore les Wafa Sultan, se contentant de traiter de racistes ou d’ultralaïques tous ceux qui disent le centième de ce qu’affirme Wafa Sultan.

Tout d’abord, j’aimerais rappeler quelques passages, marquants, représentatifs et instructifs, du débat.

Le Docteur Faysal a très vite mis l’Occident en accusation, en situant le monde musulman, appelé « notre Oumma », la « communauté », dans le camp des opprimés (que dire de cette victimisation voulue ? Combien de temps faudra-t-il rappeler qu’un certain nombre de pays musulmans grâce à leurs richesses naturelles, font partie des pays riches et que c’est à cause de leurs systèmes politiques dictatoriaux et très inégalitaires que les populations en sont si pauvres, comme l’Algérie ou l’Arabie Saoudite ?) :  » L’Occident ne comprend que le langage de la force et n’attaque que les faibles », aussi en a-t-il appelé à une « attitude résolue de résistance et de confrontation », appelant à l’insurrection populaire autour des ambassades occidentales.

Wafa Sultan, elle, a cherché à comprendre et à expliquer comment l’Islam avait pu faire naître les caricatures. En effet, partant du principe que les religions occidentales avaient pu évoluer et se bonifier grâce aux critiques qui en avaient été faites au cours des siècles, elle invite l’Islam à accueillir de bon gré ce qui lui est reproché pour évoluer et avoir une chance de perdurer :  » Toute croyance qui coupe la tête de ses critiques est condamnée à devenir terrorisme et tyrannie. C’est la situation de l’Islam de ses débuts à aujourd’hui ».[…]  » Si l’Islam n’était pas ce qu’il est, les caricatures n’auraient jamais existé ».[…] « Les musulmans doivent apprendre la critique des autres ».[…] « Les réactions des musulmans qui sont caractérisées par leur violence, leur barbarie, et leur arriération n’ont fait qu’accroître la valeur de ces caricatures et leur ont donné plus d’importance qu’elles n’en méritaient simplement parce que ces réactions ont prôné que ces caricatures étaient vraies, que le message qu’elles faisaient passer était vrai. Le musulman est une créature irrationnelle dominée par ses instincts. »

Après avoir levé les bras au ciel, son contradicteur s’est contenté d’énoncer avec superbe : « l’Islam est trop grand pour que l’éditeur de cette caricature ou que cette femme qui parle puissent lui nuire » ou encore  » j’ai l’impression que les agences de renseignement américain et sioniste ont commencé à produire des gens qui sont hostiles à leur propre oumma. » (On s’amusera de constater que rien ne peut nuire à l’Islam mais qu’il faut, paradoxalement, déclencher des émeutes dès qu’on émet la moindre critique le concernant et, surtout, le refus de débattre du fond pour se cacher derrière une vison manichéenne du monde et la théorie du complot, à la fois américain et sioniste ! Effectivement, toute l’argumentation pour montrer l’hostilité de l’Occident aux musulmans s’est limitée à l’exemple de l’Irak et à celui des Palestiniens à Gaza.)

Le débat, à partir de là, a pris un tour surréaliste, fait de deux monologues incapables de se rejoindre, Wafa Sultan, qui a le sens de la répartie, ironisant en reprenant les exemples de son interlocuteur et se fondant sur les préceptes coraniques pour en montrer la barbarie et la violence. « A Gaza, ils font ce que le Coran dit : Ils tuent et se font tuer. Israël les aide donc à obtenir ce qu’ils veulent, devenir des martyrs et rencontrer leurs vierges aux yeux noirs. Où est le problème ?« […] « Je peux dénoncer Palestiniens et Israéliens de la même façon. Le Hamas a choisi cette voie et il faut payer le prix de vos choix. Vous devez reconnaître et respecter le droit d’Israël à exister.[…] Si vous voulez changer les choses, vous devez réexaminer vos enseignements terroristes, vous devez reconnaître et respecter le droit de l’autre à exister, vous devez enseigner à vos enfants l’amour, la paix, la coexistence et le travail productif. Quand vous ferez tout cela, le monde vous respectera et vous dessinera sous un meilleur angle. « 

Pour toute réponse, elle n’a obtenu que des questions destinées à la pousser dans ses retranchements :  » Oseriez-vous dire que l’Holocauste ne compte ne serait-ce qu’une victime de moins que ce qu’ils disent ? Pourquoi n’osez-vous pas toucher à l’histoire juive et encore moins à la religion juive et à ce qu’elle considère comme sacré ? Pourquoi montrez-vous les dents uniquement face aux musulmans opprimés ? « Notre courageuse psychologue a eu beau jeu d’éviter le piège en refusant de mettre sur le même plan un livre religieux et l’histoire :  » Pourquoi voulez-vous que je nie les documents historiques qui confirment que l’Holocauste a eu lieu ? » et, à son tour, elle a attaqué l’Islam historique :  » Comment quelqu’un qui croit qu’on peut massacrer quelqu’un qui ne prie pas ose-t-il critiquer les libertés en Occident ? C’est une farce. Quel passé défend-il ? Défend-il les invasions et les pillages ? »

Son interlocuteur se permettant d’affirmer :  » Je défends le passé de l’islam qui était le phare de la connaissance pour le monde entier », la réponse de Wafa Sultan est fulgurante : « Polygamie, décapitations, amputations de mains et de pieds opposés, accusations d’hérésie, et boire de l’urine de chameau comme traitement pour tous les maux, est-ce ce passé qu’il défend? Pouvez-vous en tant que musulman nier le massacre des juifs de la tribu de Beni Qurayza, par Mahomet et ses hommes  » ?

J’admire cette femme qui, à aucun moment, ne s’est laissée démonter par les digressions et les attaques personnelles ; elle connaît parfaitement l’histoire de Mahomet ainsi que le Coran, ce qui lui permet de répondre du tac au tac et de montrer que, contrairement aux assertions de ses contradicteurs, la violence et la barbarie sont intrinsèques à l’Islam, que c’est un système fascisant, alors que l’on ne peut réduire caricaturalement l’Occident et son histoire à l’invasion américaine en Irak ou à l’occupation de Gaza par les Israéliens. Son invite à autocritique, à analyse et à évolution sont exemplaires.

Comment, surtout, ne pas être songeur devant son courage, devant son refus de pratiquer la langue de bois ? Elle pense que les pratiques de l’Islam sont barbares ? Elle le dit et elle le prouve. Elle pense que la liberté d’expression est ce qui fonde, actuellement, la supériorité de l’Occident sur le monde musulman ? Elle le dit et elle le prouve.

Ainsi, à mille lieues des compromis quotidiens auxquels nous assistons en Europe, quand la direction nationale de l’Ufal qui fut, autrefois, le fer de lance de la lutte contre le port du voile et des signes religieux à l’école défend, comme les islamistes turcs (sic! ) le port du voile à l’Université ; quand une Caroline Fourest, qui, il n’y a pas si longtemps, fustigeait avec « Prochoix » l’angélisme de gauche, parvient à dire, au cours d’une émission, sur RMC (3), où elle apportait la contradiction à Robert Redeker que la Bible étant plus violente à priori que le Coran, il ne faut pas dénigrer l’islam qui vaut bien une autre religion, confortant ainsi une interview donnée sur nouvelobs.com le 6 décembre 2005 (4) :  » L’islam n’est pas incompatible avec les valeurs républicaines, pas plus que n’importe quelle autre religion […] L’islam ne pose en soi aucun problème. Seul l’intégrisme menace les libertés et le vivre ensemble. »

Caroline Fourest, comme la direction nationale de l’Ufal et nos bobos gauchisants oublient que Robert Redeker a rappelé dans l’émission susnommée que le problème était que le Coran soit prescriptif: « Dans la religion juive, on a pris de la distance avec les massacres et la violence, parce qu’ils sont historicisés, alors que dans le Coran il n’y a aucune distance, c’est « voilà ce que vous devez faire aujourd’hui. » ».

Sa situation, ainsi que l’actualité, hélas, donnent raison à celui qu’une fatwa a condamné à mort ; en effet, fin mars, a lieu la fête de l’UOIF (mouvement qui représente les Frères musulmans en Europe) au Bourget (5). Certes, il y a moins d’un quart des cinq millions de musulmans de France qui sont pratiquants, mais le succès de cette fête, qui rassemblait dix mille personnes en 1990 mais cent mille à présent selon l’UOIF, est un témoignage de l’islamisation rampante de notre société. En effet, c’est là que l’on trouve le plus grand marché islamique d’Europe, on y trouve notamment le « guide du savoir-vivre de la parfaite musulmane » qui explique que la femme ne doit pas combatte la polygamie ni considérer que son mari polygame lui est infidèle ; que regarder des étrangers, directement ou à la télévision est interdit, car cela peut permettre le désir et exposer à la tentation ; que toute femme qui sort parfumée de chez elle est une fornicatrice…

La très grande majorité des femmes que l’on voit sur la vidéo sont non seulement voilées mais couvertes des pieds à la tête, et les vêtements qu’on leur propose, qu’elles aient 15 ou 60 ans, de véritables murailles. En France, en 2008, où l’égalité est inscrite dans la constitution !!! Et cela ne gêne guère les politiques qui, depuis, des années, se pressent au congrès de l’UOIF au Bourget : on se souvient du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy qui, en 2003 (6), s’était fait chaleureusement applaudir avant d’être hué et sifflé pendant de très longues minutes quand il osa, le bougre, affirmer qu’il n’était pas possible que les femmes figurent voilées sur les photos d’identité et qu’il ajouta, (suivi derechef de la reprise des protestations, violentes), qu’il était et demeurerait illégal que des mairies louent à des associations culturelles des locaux pour qu’elles en fassent un usage cultuel. Cela n’a pas empêché, évidemment, un an après, le partisan du voile à l’école Noël Mamère d’honorer de sa présence le congrès, ni en 2006, Christine Boutin d’y retrouver le partisan de la lapidation des femmes adultères, Hani Ramadan … ( 7)

La collusion des antirépublicains, de gauche comme de droite. A vomir. Combien de Wafa Sultan sont-elle prêtes à s’élever contre ce cancer qui ronge, peu à peu, la société occidentale et remet en question des siècles de luttes des femmes ?

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr

(1) http://fr.youtube.com/watch?v=c8b1sx9r7pI

(2) http://www.dailymotion.com/video/x4r9vt_wafa-sultan-12-al-jazeera-4-mars-20_news et http://www.dailymotion.com/video/x4runv_wafa-sultan-22-al-jazeera-4-mars-20_news

(3) http://fr.youtube.com/watch?v=izgMCOsKSi0

(4) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/01/09/384-caroline-fourest-repond-aux-questions-des-internautes

(5) http://fr.youtube.com/watch?v=BlMASw_vk0Y

(6) http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=233

(7) http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1143

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.