Wikealeaks révèle au grand jour la stratégie de l'ambassade des Etats-Unis en France pour les minorités

Cela fait un certain temps que le lecteur attentif avait trouvé des articles de presse qui révélaient l’intérêt que l’ambassade des Etats –Unis portait aux « minorités » en France. Cet intérêt s’est particulièrement développé après les émeutes de novembre 2005. Déjà, les fondations comme la French American Foundation avait décidé de financer des voyages tous frais payés pour s’attirer les bonnes grâces d’une opinion largement défavorables aux Américains depuis la guerre au Vietnam jusqu’à celles d’Irak. Mais après avoir repéré les futures élites de la nation « blanches », ils décidaient de diversifier leurs cibles et de privilégier les « pépites de banlieue » comme Ali Soumaré, Karim Zeribi, Rockhaya Diallo pour ne citer que quelques uns parmi les centaines qui ont fait le voyage à Chicago.
De nombreux journalistes, sociologues ont également profité du voyage ce qui explique pourquoi des constats pertinents puissent se conclure de façon surprenante par un plaidoyer pour l’Amérique. Avec l’élection d’Obama, le travail a encore été facilité tant la sensibilité raciale de certains les ont rendus perméables aux théories de l’oncle Sam jusqu’à susciter l’indignation sur le site des Indigènes de la République .
En 2009, Charles Hammerman Rivkin, spécialiste de production audiovisuelle a été nommé ambassadeur des Etats-Unis en remerciement de sa contribution financière à la campagne du nouveau Président. Depuis son installation, il a montré un intérêt quasi exclusif pour le 93.
Ce que l’on pouvait subodorer est dévoilé au grand jour dans le télégramme de Rikvin publié par Wikileaks, la stratégie qu’il entend mettre en œuvre dans l’intérêt bien compris des Etas Unis.
Exclusif : La stratégie des États-Unis pour les minorités françaises issues de l’*immigration* et vivant en France) Document Wikileaks :
http://www.lepost.fr/article/2010/12/03/2328034_la-strategie-des-etats-unis-pour-les-minorites-issues-de-l-immigration-et-vivant-en-france.html
Le Post (Blog)
En effet, dans ce télégramme tout est dit. Il s’agit de prendre la France à son propre piège et de démontrer que ce pays qui se targue du principe d’égalité ne le reconnaît pas à ses minorités noires ou musulmanes, seules catégories qui intéressent les Américains. Mais là où il y avait des soupçons, on a désormais des certitudes écrites noires sur blanc (si l’on peut encore utiliser cette expression). On comprend que les révélations de Wikileaks gênent quelque peu Madame Hilary Clinton. Révéler au grand jour toutes les turpitudes des Américains, leurs pratiques d’influence et leurs doubles jeux, fait un peu désordre.
Plus étonnant est le silence assourdissant, non seulement des responsables du gouvernement, mais aussi de l’opposition qui à l’instant où j’écris ces lignes ne se sont pas manifestés. Pourtant, quand on lit dans ce plan stratégique que l’un des objectifs est par exemple de modifier les programmes d’histoire (coucou M.Chatel) ou que l’on soutiendra oumma.com ou saphirnews…il y a matière à commentaires! On ne sera guère étonné de l’écoute accordé à Yazzid Sabeg dont on savait déjà qu’il était déjà grandement sous influence…et que son militantisme pour les statistiques ethniques s’éclaire subitement.
N’en déplaise à M. l’Ambassadeur, l’égalité en France bénéficie à tous les individus. C’est une égalité de droits individuels et non pas de communautés raciales ou religieuses. Les Etats- Unis n’ont eu effectivement de cesse de chercher à ce que soient créés, de manière artificielle des catégories ethniques ou religieuses qui n’ont pas leur place en France jusqu’à faire réaliser des enquêtes par des fondations américaines sur la base de l’appartenance à la religion musulmane pour prouver qu’ils sont discriminés. Evidement, ils ne sont pas discriminés en tant que musulmans mais en tant qu’individus appartenant majoritairement aux classes sociales ouvrières ou employées. Ils ont commencé par essayer de faire émerger une minorité noire, assimilant Antillais et Immigrés Africains notamment en finançant le CRAN par l’intermédiaire de la Rockfeller Foundation; l’un des multiples faux nez de la CIA. Ont-ils été jusqu’à influencer les plus hautes autorités statistiques en créant cette catégorie inédite en France dans l’enquête Teo ? Peut-être l’apprendrons- nous un jour…
En France, ce qui est pris en compte dans les enquêtes statistiques publiques ce sont les critères objectifs (lieu de naissance, l’âge, sexe, CSP). Ce que veulent les Etats –Unis, c’est créer de toute pièce une communauté musulmane artificielle ou noire pour un jour l’instrumentaliser contre la France républicaine. D’où l’intérêt d’autoriser des statistiques ethniques, interdites jusqu’à présent mais pour les quelles se sont battues des personnes éminentes comme Yazzid Sabbeg ou Laurence Méhaignerie.
Il faudra revenir ultérieurement pour analyser de manière détaillée ce télégramme. Mais d’ores et déjà, ce qu’il faut bien faire comprendre à tous ceux qui croient aux boniments des Américains qui s’intéresseraient aux sort des minorités, c’est que cet intérêt pour les minorités n’est évidemment qu’un miroir aux alouettes. Les Américains n’en ont que faire. Aux Etats Unis l’égalité n’existe pas : ni l’égalité sociale, ni n’égalité raciale et encore moins le métissage.
A la fin des années 70, 1% des Américains les plus riches possédaient moins de 9% de la richesse nationale; en 2007, le taux est remonté à 23%la même proportion qu’en 1928, à la veille de la Grande dépression. Toujours en 2007, 1% des plus fortunés, soit à peine 13 000 ménages, se partageaient plus de 12% de la richesse nationale. Mieux ou pire qu’en 1928.
En France, les Africains noirs ne sont arrivés en nombre que depuis les années 80! Pas depuis 300 ans. On a vu au moment de l’ouragan Katerina comment étaient traités les Noirs en Louisiane.
« Le Mississippi, berceau du blues et de la ségrégation, était en 2004 le deuxième État le plus pauvre des États-Unis. 21,6 % de ses habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté et les divisions ethniques recoupent souvent les clivages sociaux. D’ailleurs, pour beaucoup de victimes de Katrina, l’origine des difficultés logistiques autour de cette catastrophe est étroitement liée à la discrimination raciale.
Le révérend Jesse Jackson, défenseur de la cause noire aux États-Unis rappelle que plus de 120 000 personnes touchent moins de 8 000 USD par an, majoritairement des populations noires, n’ont pas d’accès à des véhicules privés, et une partie est trop âgée ou malade pour pouvoir fuir. Et dit que le budget utilisé pour la guerre en Irak aurait été plus utile à aider à construire des protections à la Nouvelle-Orléans.
Au 1er mars 2006, 1 293 corps avaient été retrouvés par le département de la santé de Louisiane et sur les 853 victimes rendues à leurs familles à cette date, on dénombre : Afro-américains : 421 (53 % du total).
Quant au métissage, il est beaucoup plus fréquent en France qu’aux Etas Unis. « En 2006, les couples mixtes composés d’une Blanche et d’un Noir (ou l’inverse) représentaient 0,67 % des couples mariés. Or, si les appariements se faisaient au hasard, on devrait observer 11% de mariages interraciaux.  »
Là où les Américains sont champions, c’est dans la répression :
– Selon un rapport officiel du The Sentencing Project, un groupe qui analyse le système pénitentiaire américain, les Etats-Unis comptaient, à la fin de l’an 2000, un nombre record de plus de deux millions de détenus, répartis parmi les plus de 1.500 prisons gérées par les Etats, les autorités fédérales ou le secteur privé à travers le pays,. Le taux d’incarcération américain serait de 699 personnes pour 100.000 habitants, c’est-à-dire 5 à 8 fois plus élevé que celui du Canada et de la majeure partie de l’Europe de l’Ouest », et plus que la Chine et la Russie.
Parmi ces détenus purgeant une longue peine, 46% étaient des Noirs, qui représentent environ 12% de la population des Etats-Unis, contre 36% de Blancs et 16% d’Hispaniques, selon ce rapport. Près d’un Noir âgé de 25 à 29 ans sur dix (9,7%) se trouvait en prison, contre 2,9% des hommes d’origine latino-américaine et 1,1% des Blancs dans cette tranche d’âge. 6,6% de la population carcérale totale étaient des femmes, contre 5,7% en 1990.
Quand au sort réservé aux Indiens, il y aurait beaucoup à dire sur le sort tragique qui leurs a été réservé. Au cours de la deuxième moitié du XIX siècle, période où la France a occupé, certes par la force l’Algérie, elle n’a heureusement pas massacré tous les habitants ni les a mis dans des réserves dans les terres les plus inhospitalières comme l’ont fait les Américains au mépris de tous les traités qu’ils signaient eux mêmes!
Aujourd’hui, ce sont les Indiens, population autochtone anéantie par les Américains, qui connaissent la situation la plus mauvaise : 48, % vivent en dessous du seuil de pauvreté, plus haut taux de mortalité infantile, de suicide et de chômage (49%).
Devant un tel bilan, ils osent prétendre venir donner à France des leçons ? A d’autres époques, on aurait dit : « US, go home! ».
Victor Charles
(1) La danse du ventre de l’oncle Sam dans les banlieues françaises Frantz Quintin Sharaiti Gap 14 juillet 2010 Site les indigènes de la République
(2) L’étude intitulée « L’intégration en Europe: identification d’un effet musulman » (« Integration into Europe: Indentifying a Muslin effect ») a été menée par Claire Adida et David Laitin, de l’Université Stanford (Californie) ainsi que par Marie-Anne Valfort, de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
(3) In Le nouvel Observateur Philippe Boulet-Gercourt 28 octobre 2010-10-28 source Thomas Piketty et Emmanuel Saez.
(4) Source wikipedia
(5) Cf Lagrange le déni des cultures p.23

image_pdf
0
0