Les péripatéticiens de la politique

A peine connus les résultats du premier tour,

Se joint aux cris des hyènes, la horde des vautours.

Après s’être écharpés pendant de longues semaines,

Les voilà rassemblés contre Marine Le Pen.

Hier, ils échangeaient invectives et crachats,

Aujourd’hui, prêts à tout, même à jouer les geishas,

Pas même une heure après l’annonce du duel final,

Cette présidentielle se mue en bacchanale.

Mais quelle mascarade ! Mais quelle pantomime !

Quid du respect des votes, au mieux de leur estime ?

Convictions effacées, clivages oubliés,

Les masques tombent, LRPS estampillés.

Si ce n’était un drame, ça en serait risible

Ces caleçons baissés, ces vestes réversibles,

Péripatéticiens qui nous font la morale,

Qui osent nous dicter leur règle électorale.

Et c’est à qui mieux-mieux se vend à l’adversaire

Ou plutôt s’offre à lui pour quelque maroquin,

Désignant le FN comme bouc émissaire

Au nom de ce sacro-saint front républicain.

Sans honte ni vergogne, ils se rangent derrière,

Sans jeu de mots, celui qui a tout fait pour plaire,

Issu de la finance, libéral-libertaire,

Assumant tout et « en même temps » son contraire…

Moins de soixante minutes pour faire volte-face,

Ça laisse préjuger de volontés tenaces !

Et ça voulait accéder à la Présidence ?

Mais quelle pantalonnade! Mais quelle inconsistance !

Quant à leurs électeurs, quelle désillusion

De les voir s’enferrer dans cette décision.

Cœur et âme, ils se sont battus pour leur poulain,

Tout ça pour ça, pour des méthodes de margoulin.

Et après, ça se plaint, et après ça s’indigne

De la méfiance envers le monde politique,

Du vote blanc, de l’abstention, par les sceptiques,

Mais quel crédit leur donner après ces consignes ?

Dans moins de quinze jours, nous aurons la réponse :

Soit un ancien banquier à la harangue absconse,

Fétiche des media, idole des croque-morts

Minc, Attali, Bergé, BHL et consorts

Qui voient comme une province de l’Europe, la France

Raciste et xénophobe, islamophobe et rance ;

Soit une candidate, fière de ses origines

Qui tient à son passé, qui tient à ses racines.

Alors pardon de n’avoir que cet argument

A tous les cocufiés électoralement,

Puissiez-vous d’ici là prendre conscience enfin

Que la France n’appartient pas à ces aigrefins…

Oreliane

 

image_pdf
0
0

7 Commentaires

  1. J’oubliais. Et tout ceci en alexandrins,  » la bête aux douze pieds qui marche sur la tête ». Re-bravo !

    Quant au fond, je partage totalement votre avis, mais je vous trouve sévère avec les prostituées, souvent victimes, qui ne méritent pas d’être comparées à ces politicards sans honneur. Quand on s’adresse à une péripatéticienne, on sait qui l’on a affaire, le marché est honnête, le tarif annoncé.Tout l’inverse des Iago qui rampent sournoisement dans les couloirs sombres des officines politico-médiatiques. Aucun nom d’oiseau ne pourra leur servir de synonyme. Il suffit de citer leurs patronymes pour les désigner, comme Vidkun Quisling, cet homme politique norvégien qui a tellement collaboré avec les Nazis que son nom est devenu synonyme de « traître ».

  2.  » Ah ! qu’en termes galants ces choses là sont mises !  »

    Bravo pour ce texte élégant. La musique des rimes est un excellent moyen de faire passer les messages. Nous sommes bien loin de l’image mensongère de patriotes bas-du-front dispensée par le LRPS et ses toutous médiatiques.

  3. Alors ça, ça ne va pas plaire à Brizitte….
    Bravo, très beau texte. J’espère que tous les cocus de cette élection n’offriront pas de poste de député à ces prostituées LRPS, je n’oublie pas ceux qui voulaient virer du ps ceux qui faisaient les yeux doux au bambin hystérique et qui se sont empressés dès dimanche de se mettre en marche pour grappiller les miettes macronesques. Décidément, il faudrait trouver un autre mot, les peripateticiennes, prostituées, putes ou quelque soit le nom qu’on leur attribue sont beaucoup plus respectables que ces cafards.

  4. Bravo ,magnifique texte …si cela pouvait faire prendre conscience aux électeurs de ces pourris mais je n’y crois pas trop …

    • DERNIEREMENT JE SUIS ALLEZ FAIRE LES COURSES ET JE SUIS TOMBE SUR UN FILET DE MACRON, AYANT TIREE LA CHASSE IL EST REPARTI DANS LA POUBELLE,DE LA PORTE DES ETOILES GRISES. MACRON UN GRAND TROU NOIR.

Les commentaires sont fermés.