A 20 contre 1, Mélenchon traite courageusement un commerçant de «gros imbécile»

Publié le 28 juin 2012 - par - 5 729 vues
Share

Les images ci-dessous devraient discréditer à jamais Jean-Luc Mélenchon auprès d’une majorité d’électeurs. Sur un marché d’Hénin-Beaumont, avec vingt de ses supporters, il s’en prend de manière grossière et menaçante à un commerçant seul, suspecté d’appartenir au Front national. « Regarde moi, gros imbécile, je te taperai pas (doit-il dire merci ?), T’es qu’un gros imbécile (est-ce digne des valeurs de la gauche que d’insulter quelqu’un à cause de son apparence physique, nous pensions que c’était les méthodes de l’extrême droite), Tout ce que vous êtes capables de faire, c’est détester les Arabes (faut-il systématiquement les encenser globalement, comme le fait Méluche ?). Et en plus, l’ancien candidat reproche à son interlocuteur de n’avoir que de la haine dans son discours, alors qu’il suffit de le regarder et de l’entendre pour voir qui a la bave aux lèvres… Il parait devenir fou quand on évoque ses revenus mensuels, alors qu’il n’a jamais voulu rendre public son patrimoine. Il menace carrément des foudres de la justice son interlocuteur, à cause des faux tracts qui circulent, et finit par insulter le Front national, alors que ce commerçant n’en fait même pas partie !

[youtube etdtZN0BU3s]

http://www.youtube.com/watch?v=etdtZN0BU3s

On ignore si Mélenchon aurait été aussi courageux sans ses vingt copains, en tête à tête avec une personne qui en impose davantage physiquement. Toujours est-il qu’un homme politique capable, comme une petite frappe, de menacer, injurier et insulter un compatriote nous fait penser davantage, par ses méthodes, à un héritier des chemises noires italiennes qu’à un humaniste défenseur des valeurs de progrès.

On ne peut que se réjouir, en comparant l’arrogance de son comportement, au visage défait qui était le sien, quelques jours plus tard, quand les électeurs d’Hénin-Beaumont lui ont fait savoir ce qu’ils pensaient de ses méthodes, en l’éjectant dès le premier tour. Ce bon vieux sens populaire, que Mélenchon, petit père sans peuple, ne comprendra jamais !

[youtube dVm5zHxijd8] 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dVm5zHxijd8

Si, au lieu d’être un idéologue à la pensée sclérosée, le président de Parti de gauche connaissait vraiment le peuple, et le monde du travail, il ne proférerait pas les imbécilités qu’il assène sur la régularation de tous les clandestins, en affirmant qu’il n’y a aucun rapport entre chômage de masse et immigration : «M.Valls vient de valider une thèse absurde, anti économique, ridicule du Front National sur le sujet, d’après lequel il y aurait un rapport entre l’immigration et les difficultés sociales». Toujours l’amalgame de type stalinien, chez Mélenchon et les siens, si on n’est pas d’accord avec leur dogme, on est forcément FN, donc fasciste, donc raciste, donc nazi ! «Il n’y a pas de corrélation entre le nombre des immigrés et le chômage. C’est un mensonge. C’est comme si je vous disais que si on renvoyait chez eux – je ne sais pas où d’ailleurs – tous les blonds du pays, il y aurait davantage de travail pour les autres».

Faut-il commenter l’ampleur de cette ineptie ? Bien évidemment que le travail des blonds serait occupé par des rouquins, des chauves ou des bruns ! Tout comme, en France, en période de chômage de masse, le travail des immigrés, en situation régulière ou pas, serait occupé par des Français, qui se battraient pour des salaires décents. Mais il est vrai que Mélenchon, qui a vécu de la politique – et même fort bien – toute sa vie, ne sait pas ce que c’est que de chercher du boulot dans le privé. C’est tellement plus facile de traiter de « gros imbécile » ceux qui, dans leur quotidien, sont confrontés à cette évidence, et pourtant parfois insultés par des… « gros méchants cons » qui ont la sécurité de l’emploi, eux !

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.