A Béziers, Robert Ménard a été parfait

Publié le 18 mars 2015 - par - 2 301 vues
Share

robert-menardLe 14 mars 2015, 2000 patriotes réunis à Béziers ont  fait tourner, en sens inverse, pour la première fois dans l’histoire contemporaine de notre pays, la roue dentée de la décadence.  En face d’eux,  à une centaine de mètres, 250  contre-manifestants, cornaqués par quelques fossiles communistes locaux et vieux  profs, tentaient de se convaincre que les masses musulmanes allaient remplacer dans les organisations  des “damnés de la terre”, les prolétaires d’usine, aujourd’hui défaillants.

Dans un discours sans concession qui, n’en doutons pas, sera étudié dans quelques dizaines d’années dans les universités et les lycées, Robert Ménard a déroulé le triptyque du combat de demain :

Dire non à la repentance, et au révisionnisme historique

« Non, je ne veux plus que nous soyons dans la repentance, je veux dire notre vérité à ceux qui armaient le bras des assassins des harkis, aux bourreaux qui nourrissent encore une haine de la France … » rappelant qu’en aucune manière la date du 19 mars 1962  n’a marqué la fin de la guerre d’Algérie, puisque le FLN continua durant plusieurs mois les massacres barbares de civils Pieds-Noirs et de harkis, notamment en juillet 1962 à Oran.

Combattre le Métissage, fruit du multiculturalisme

«Non à cette France multiculturelle qu’on nous impose»… « Il y a 50 ans (…) nous tapions sur des casseroles en scandant « Algérie française ». Il faudrait aujourd’hui, avec la même ardeur, dire non à cette France métissée qu’on nous promet (…) mais dire oui à une France fière d’elle-même, de son histoire, de ses racines judéo-chrétiennes »  Et Ménard de conclure d’un «Vive la France française» ….

Lutter contre l’immigration de peuplement

« Alors qu’on obligeait un million de Français à quitter leur Algérie natale, on ouvrait la France, quasi simultanément, à des millions d’immigrés bien décidés pour certains à ne jamais se sentir, à ne jamais devenir des Français à part entière ». Par cette formule, Robert Ménard avait l’intelligence d’enraciner son combat dans les réalités de la France d’aujourd’hui.

Evidemment ce discours identitaire était insupportable pour la “grosse” presse qui s’est contentée au mieux de renvoyer dos à dos, les deux manifestations, et au pire de dénoncer l’initiative de Robert Ménard comme étant un appel à la haine, ou à la division des français… mais il confortait les identitaires de la Ligue du Midi présents en nombre lors de cette inauguration, venus en cars ou en voitures de toutes les régions du Midi et bien sûr de Béziers et de ses villages alentour….

Signalons que ses membres sont intervenus à plusieurs reprises lorsque quelques inconscients ont cru opportun de déployer des drapeaux algériens aussi bien dans la contre manifestation que sur une villa toute proche…

Sur un tract de la Ligue du Midi, tiré à  2000 exemplaires on pouvait lire en en tête : “Non à la repentance… Oui à la reconquête !”

Décidément l’osmose était totale  avec le discours du maire de Béziers.

Richard Roudier

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.