« A bout de souffle » : Jean Luc Godard, le cinéaste qui n’aimait pas les juifs, s’est suicidé

Jean-Luc Godard a toujours affiché son antisémitisme et son total soutien aux palestiniens, même lorsque ces derniers commettaient des attentats meurtriers.

Jean-Luc Godard, cinéaste emblématique de la Nouvelle Vague, est mort, mardi 13 septembre. A 91 ans, le cinéaste franco-suisse, retiré à Rolle sur les bords du lac Léman, a eu recours à l’assistance au suicide pour mettre fin à ses jours, comme l’a fait savoir le conseiller de sa famille à l’Agence France-Presse. « M. Godard a eu recours à l’assistance légale en Suisse d’un départ volontaire suite à de “multiples pathologies invalidantes” selon les termes du rapport médical », a expliqué Patrick Jeanneret, confirmant une information publiée par le journal Libération.

En près de soixante ans de carrière et autant de films, le cinéaste s’est souvent exprimé dans les pages des journaux sur la littérature, la politique, la télévision, le sport, mais surtout sur le cinéma. Toute sa vie, Godard s’est révélé plus antisémite que Jean-Marie Le Pen ou Dieudonné. 

L’oeuvre cinématographique de Jean-Luc Godard s’inscrit dans le cadre de l’activisme propalestinien. Pour Jean-Luc Godard « il n’existait pas d’activisme propalestinien, seulement un activisme anti-juifs d’Israël, puisque lorsque les « Palestiniens » se font massacrer en Syrie, les activistes propalestiniens s’en fichent et ne pipent pas mot ».

Son film d’essai de 1976, « Ici et ailleurs » contient des représentations positives des terroristes arabes, et il compare Golda Meir à Hitler, en superposant en alternance la photo de l’un et de l’autre. A l’occasion de la sortie de ce film, Godard avait indiqué  « que son grand-père « était anti-juif ; alors que je suis antisioniste, il était antisémite. » Et en 2018, il a prêté son nom au boycott par les cinéastes d’un événement français célébrant le cinéma israélien.

Le réalisateur mythique d’« À bout de souffle », du « Mépris» ou de « Pierrot le fou » a aussi critiqué des films sur l’Holocauste tels que La liste de Schindler et Shoah, comme c’est étrange, mais promis juré, « seulement pour des raisons artistiques ».

En 1960, âgé de seulement 29 ans, Godard donne son premier entretien aux médias français Monde pour la sortie du long-métrage A bout de souffle. Il expliquait dans les colonnes du Monde : « Depuis longtemps le garçon est obsédé par la mort, il a des pressentiments. Pour cette raison j’ai tourné cette scène de l’accident où il voit un type mourir dans la rue. J’ai cité cette phrase de Lénine : “Nous sommes tous des morts en permission”, et j’ai choisi le Concerto pour clarinette que Mozart écrivit peu de temps avant de mourir (…). Je me suis inspiré d’un ami qui voyage et que je soupçonne de faire du trafic. Lui aussi pense à la mort. Socialement je suis différent du personnage de Belmondo. Moralement, il me ressemble davantage. Il est un peu anarchiste… »

En 2010, la Zionist Organization of America (ZOA, organisation sioniste américaine) a qualifié Godard d’ « antisémite virulent », affirmant que Godard avait fait des commentaires antisémites et utilisé un langage antisémite dans ses films. Des organes de presse juifs ont eux aussi formulé des accusations selon lesquelles le cinéaste était un antisémite.

Alors aujourd’hui, les médias Israéliens ou européens détenus par des patrons de confession juive ne pleurent pas la mort de Jean-Luc Godard. Car il n’y a pas de « grand pardon » de lka part de tous ceux qui ont fait les frais de son antisémitisme.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

image_pdfimage_print
18
5

38 Commentaires

  1. Il faut arrêter la pleurniche. Je ne vois aucune preuve dans cet article d’un quelconque antisémitisme radical de M. Godard.

    Ceux qui pleurnichent à l’antisémitisme en permanence ne valent pas mieux que ceux qui pleurnichent au racisme, à l’islamophobie, à l’homophobie, aux LGBTphobies…

    Tous ces termes fourre-tout sont le tombeau de l’intelligence. Ils servent à éviter tout débat, toute contestation.

    « Car il n’y a pas de « grand pardon » de la part de tous ceux qui ont fait les frais de son antisémitisme. »

    Pardon mais le type à ma connaissance n’a agressé personne. Il avait simplement ses opinions. Elles peuvent heurter certains, d’accord. Mais poursuivre ainsi de sa rancune un homme qui vient de mourir ne me paraît pas très sain comme comportement.

    • Les pleurnicheuses à l’antisémitisme n’ont que ça à foutre ma parole !
      Moi cet article me donne plutôt envie de revoir ses films 😀

  2. Dans les années 60, on voyait les films de Godard au ciné-club, et on trouvait çà chiant.
    La scène où Bardot nous vante toutes les parties de son corps est complètement ridicule, c’est pourtant tout ce que les journalistes ignares (« Jean-Louis Godard » sur R.T.L.!) ont retenu de lui.

  3. Miguel vous avez tout dit . Tous ces termes fourre-tout sont le tombeau de l’intelligence. Ils servent à éviter tout débat, toute contestation , super et la suite aussi .

  4. Si Godard, un des plus grands cinéastes français, réputé dans le monde entier, était antisémite, il y a longtemps que ça se saurait, surtout dans le milieu ultra-privilégié du show business qui se veut le défenseur aveugle de la bien pensance humaniste.
    Et si c’était le cas, il ne devrait pas être difficile d’apporter quelques preuves dont les ordures des médias auraient de toute façon fait leurs choux gras depuis longtemps.

    • Blondin : Mais il y en a, des preuves de l’antisémitisme de Godard ! Il ne l’a jamais caché. Seulement, apparemment, et contrairement à vos suppositions, la presse mainstream n’en a pas fait ses choux gras. Dans certains cas, elle surexploite les faits, dans d’autres elle les occulte, les passe sous silence. Godard faisait partie de ces derniers, un privilégié. Encore une fois, la presse mainstream a fait régner le deux poids deux mesures. Ce qu’on sait de l’antisémitisme de Godard n’est pas passé par elle.

      • CAROLE: Vous relayez le zéro preuve des médias. Donnez-moi UNE PREUVE au lieu de répéter qu’il y en a.

  5. moise a peut-être séparé la mer rouge en deux, dans la culture Indienne les Devas indiens ont accompli des exploits des millions de fois supérieures à une simple séparation bassement matérialiste en deux.

  6. Il a tout de même le droit de ne pas les aimer, bon sang car il y a de soldes ordures dans leur rang (la liste est très longue dont Attali et Bernard Henri Levide); nous, on a le droit de ne pas aimer les gnoules et que crève le politiquement correct .💀

    • The metod etc. « car il y a de soldes (?) ordures dans leur rang. »
      Sans doute, des ordures il y en a partout, et pas que « dans leur rang ». L’ennui, c’est que c’est surtout de ce rang-là que parlent les antisémites et presque toujours des mêmes (ceux que vous citez).
      Quand cela devient de l’incitation à la haine, surtout de la part d’un notable comme Godard, ce n’est pas acceptable. Il y a assez eu et il y a assez – car cela recommence avec l’antisémitisme des muz – de crimes antisémites comme cela.

  7. Ma naïveté de l’époque ne m’a jamais permis de détecter un quelconque message de nature antisémite dans les films de Godard du moment que j’y voyais mes acteurs préférés. A souligner cette indulgence artistique qu’on rencontre rarement ailleurs. Selon que vous soyez puissant ou misérable… Rien qu’une pensée furtive pour ce professeur d’allemand que tous ces chacals ont déglingué en temps réel pour une pancarte prétendûment subjective sur le sujet…

  8. « Les frais de son antisémitisme »
    -« Allô Francis !? Combien !? Coommmbien !??? La putain de sa race ma parole Francis tu veux me niquer. La vérité tu veux me niquer Francis. Arrrrête putain de sa mère. Jte jure tu me déçois Francis. C’est combien les frais ? Tous ces frais ?! La vérité une souffrance indicible !! Une souffrance pure, qui comme mes responsabilités me vient du sang de ma mère, la pauvre ma mère.  »

    Francis est un gentil, un Goy. Dieu le pardonne.

    Mais perso j’ai dû mal à pardonner à un article aussi pompeux et précieux venant d’un « Journaliste et écrivain
    Carte de Presse 55411 ».

    Personne, personne, n’a fait les « frais » de ce cinéaste.

    Francis a besoin d’avoir une opinion, comme Jean-Luc. « C’est comme le trou de balle tout le monde en a un. »
    Mais si tu pouvais faire ça en privé Francis, ce serait plus digne.
    Pharisien.

  9. Godard, ça rime avec… Je n’ai souvenir d’aucune de ses « fabuleuses » œuvres adulées par la connerie en marche … Les intronisés au cinéma sont unanimes pour le désigner comme « non-conventionnel », et moi j’ajouterais, inspiré par: le déjanté.

  10. Demandez donc l avis de Jacob Cohen. Comme son nom l indique il est juif et écoutez la courte vidéo ou il s exprime sur le Sionisme. Après, allez boire un café…..

  11. Dans « C à vous’ avec les 2 quiches Cohen et elisabeth lemoine : Déclaration de Gérard Darmon :
    Je ne peux pas admirer quelqu’un qui hait les Juifs » .
    Il l’accuse d’antisémitisme, révisionnisme, négationnisme.
    Ca sort juste à l’occasion de la mort de cet individu insupportable de prétention.

  12. Ils peuvent d’ailleurs se le foutre où je pense, leur « Grand pardon ». Et je pense que Godard aurait eu la même réaction. Toujours cette victimisation! Mon Dieu, qu’ils sont beau, qu’ils sont purs! -Ah oui? Comme Attali peut-être, comme Soros, comme Schwab, comme BHL, comme Kouchner l’ami des pédophiles, comme Lang, comme Cohn Bendit. On peut continuer longtemps…Dick Cheney l’assassin de l’Irak… allez, j’arrête.

    • Nevada joue le dieudonné de service …
      Godard ne m’a jamais intéressée, ses films m’ont laissée totalement indifférente, je les trouve, comme dit plus haut, plutôt chiants (les répliques de BB dans le mépris me font de la peine pour elle). Je le connaissais si peu que je ne savais même pas qu’il était antisémite. Mais quand j’ai appris ses déclarations sur les Juifs de la Shoah j’ai compris que ce type là était un salaud et un tordu de première. Car pour dire ce qu’il a dit, il faut être non seulement antisémite mais complètement tordu et malsain . Pas de R.I.P. pour lui!

      • Il était même propalestinien .
        Le cinema intello façon Godard est et a toujours été d’ un chiant absolu

  13. Au nom de qui ou de quoi tout le monde devrait aimer les juifs ???
    Il faut arrêter avec cette stupide victimisation de ces gens là pour un oui ou un non !!!

    • Sniper du 93. Entre aimer les Juifs et inciter à la haine des Juifs, il y a peut-être un juste milieu. Ët, pour une fois, il ne s’agit pas d’une « victimisation stupide » comme il y en a tant aujourd’hui. Les Juifs ont réellement été persécutés, au pied de la lettre. Et grâce aux muz et à quelques salauds genre godard, ou la nupès, cela peut recommencer.

        • Richard. Certains traitent d’islamophobes ceux qui récriminent à juste titre contre les égorgeurs, les violeurs, les imams haineux, les dealers, plus nombreux dans cette communauté que chez n’importe qui d’autre.
          Rien de tout cela chez les antisémites ou judéophobes : c’est de la haine gratuite.

      • Comment expliquez – vous alors que les juifs ont été persécutés partout où ils sont établis ?
        Leur persécution n’est pas le fruit du hasard à moins de supposer que tous les peuples qui les ont « accueillis » étaient foncièrement cruels et persécuteurs .
        A mon avis, il n’ y a pas de fumée sans feu .

        • à the méthode etc. A mon avis, il y a deux explications disons principales : la différence : on brode beaucoup sur ceux qu’on ne connaît pas et qui sont différents (qui n’ont pas la même religion par exemple). Les protestants eux aussi ont été victimes de persécutions à plusieurs époques, pour leur religion.
          « les braves gens n’aiment pas que ..; on suive une autre route d’eux » chantais Brassens
          et la jalousie.

        • La réponse est dans l’accusation de déicide par les romains qui avzz s’est du mal à assumer qu ils avaient tues le roi des juifs et celui qui 3 siècles Apres allait devenir leur Diru

  14. J’ignorais le devouement pour « La Cause » de ce cineaste pretentieux auquel je reprochais jusqu’a son deces (a bout de Souffle mais a-t-il jamais ete inspire?), d’avoir,avec un bon nombre des cineastes de la Nouvelle Vague,vilipende des realisateurs aussi talentueux que Julien Duvivier…Trop conservateurs,trop conformistes pour ces jeunes morveux qui voulaient la place.Son antisemitisme virulent et hereditaire,comme toutes les tares,confirme mon mepris.Jean Ferrat sut resumer ces caricaturessoixante-huitardes; »c’est toujours avec des jeunes imbeciles {…} qu’ont fait des vieux cons. »

  15. Sur RL il faut absolument aimer les juifs, les shabbat goyim y pullulent. Article entièrement à charge sans aucune nuance qui ne me fera sûrement pas changé d’opinion sur l’auteur de « A bout de souffle » ou de « Pierrot le Fou ».

    • A c est sûr !
      George Soros , Cohn bendit , Buzyn ,BHL sont
      adorés sur ce site !?? N est ce pas ?

  16. Si tous les lieux saints de toutes les religions avaient été rasés cela destresserait l’humanité, et les antisemites devraient chercherd’autres boucs émissaires ce qui les occuperait un peu .

  17. Mr Godard était pour le devoir que le pouvoir ! Ce que je sais de sa détestation des juifs c’est qu’ils considèrent les non juifs comme des goys ? C’est insupportable et raciste donc il avait ses raisons ! Rien ne sert d’être intelligent si on ne la mets pas au service des autres !

Les commentaires sont fermés.