À cause de mon article sur Laure-Line, le maire de Callac a éclaté en sanglots

Ce 15 novembre, c’est soir de conseil municipal à Callac.
18 h 20. Cela commence mal. La porte de la mairie est fermée à clé. Ceux qui veulent assister au conseil doivent attendre dehors dans le froid et sous une fine pluie désagréable.
Pourquoi cette porte verrouillée ? Le maire et ses services ont reçu plein de coups de téléphone demandant à quelle heure est le conseil. Alors, vous comprenez. Cela inquiète le pauvre homme.
Il redoute une manifestation, donc il a fait prendre des précautions. 18 h 30, les portes s’ouvrent. Les citoyens peuvent accéder à la salle du conseil où siègent déjà les élus.
Enfin, pas tous. Il manque trois élus, qui ont d’ailleurs donné procuration.
C’est pas de veine, notre chère Laure-Line Inderbitzin est portée manquante. On ne saura pas pourquoi.

https://ripostelaique.com/callac-qui-est-vraiment-laure-line-inderbitzin-lame-damnee-du-maire-a-migrants.html

Notons que dans cette salle il fait vraiment bon. On doit être à 22 ou 23 degrés. Très au-dessus des 19 degrés que le maire indique être la norme pour toutes les autres réunions. C’est bien connu, « charité bien ordonnée commence par soi-même ». Mais on ne va pas s’en plaindre, dehors il fait vraiment frisquet.

Le maire lit l’ordre du jour des plus passionnants mais, surprise, il n’y a aucun point consacré à l’arrivée des migrants à Callac. Tout à l’heure, la porte était fermée, maintenant c’est le débat qui est fermé. Ça commence mal, cette affaire.

Les points de l’ordre du jour défilent. Un échange très passionnant suit, rythmé par les « abstention », « vote contre », « merci le point est adopté ».

Moi, je vous le dis tout net, je plains le maire. Ce pauvre homme, dont on voit bien que ce n’est guère un aigle de la politique, est constamment coupé par une femme, Lise Bouillot, qui est placée en face de lui de l’autre côté de la table. Elle n’a pas l’air très commode.

Cette femme, c’est l’ancien maire. Elle est maintenant dans l’opposition et doit avoir très mal vécu sa défaite. Elle a constamment quelque chose à dire ou à redire lorsque le maire s’exprime. Mais comme le brave homme n’a guère d’autorité, il laisse faire. Tout le temps. Je ne sais pas comment cela se passe pour lui en famille, mais au conseil, entre son âme damnée Laure-Line et cette bougresse, c’est évident que ce n’est pas lui qui « porte la culotte ».

Vient le point sur la démission de la première adjointe. Le maire informe que c’est pour une vague raison de santé qu’elle aurait décidé de quitter ses fonctions. Personne n’est dupe. Tout le monde sait qu’en fait c’est pour son désaccord avec le maire sur le projet Horizon qu’elle a quitté le conseil. Mais personne ne moufte. Dans la foulée, le maire indique qu’il va falloir la remplacer mais là… ô surprise, alors que c’était Laure-Line qui devait être nommée à ce poste, un simple jeu de chaise musicale a lieu.
Le 2e adjoint devient le 1er, le 3e devient le 2e… etc. Aucune explication n’est fournie.

Fait notoire, il n’y a plus 5 mais 4 adjoints. Donc, mon amie Laure-Line Inderbitzin, qui était mystérieusement absente, devait passer première adjointe, or, elle n’est que deuxième adjointe. J’espère que ce n’est pas ma faute, je m’en veux déjà d’avoir fait pleurer le pauvre maire à migrants, Jean-Yves Rolland.

Les spectateurs, qui avaient ouvert un œil à l’occasion de ce point, replongent dans leur somnolence.

Arrive l’ultime point des« questions diverses » et là, l’ancienne maire déclare d’un ton martial :
« Je souhaite qu’on parle du projet Horizon. On entend des tas de choses contradictoires, il faut nous dire où on en est ».

Les 30 à 40 citoyens qui somnolaient au fond de la salle se réveillent en sursaut. Là, c’est palpable, en une fraction de seconde l’atmosphère est devenue électrique.

Le maire prend la parole pour faire le point. On apprend tout d’abord qu’il a failli annuler le conseil à la dernière minute. Et pourquoi donc ?
Il se trouve qu’un article « horrible » est sorti dans la presse, attaquant Laure-Line (son adjointe) de manière « honteuse ». « Elle est mise en cause à titre personnel, c’est inadmissible ».
Et voyez-vous, le maire déclare au conseil : « je suis vraiment choqué, j’en ai pleuré et c’est pour cela que j’ai failli annuler le conseil à la dernière minute. Mais ça n’en restera pas là. Je vais convoquer un conseil extraordinaire et on va voter pour me donner le droit d’aller en justice. On a le nom de l’auteur de l’article ».

Il est mignon ce maire. Et apparemment, si on en croit le journal gauchiste le Poher, cela n’a pas traîné.

https://www.lepoher.fr/a-callac-les-elus-portent-plainte-contre-lextreme-droite/

Il n’a aucun problème à refuser un référendum à sa population sur un projet qu’il a sorti de son chapeau à la surprise générale, mais il pleurniche comme un gosse lorsqu’un article critique son action condamnable et celle de sa chère Laure-Line, son âme damnée.

Il n’est nullement « touché » ni « choqué » lorsque les bandes de nervis antifas veulent attaquer la manifestation des patriotes et pour cela ont affronté les gendarmes qui les empêchaient de passer. Mais si on critique son adjointe, immigrationniste enragée qui soutient ouvertement la violence des antifas et insulte les patriotes, là il ne peut retenir ses larmes.

Il y avait déjà Laure-Line qu’on savait fragile psychologiquement – la preuve son absence du dernier conseil municipal – maintenant on découvre que c’est aussi le cas du maire.

Avec une pareille équipe, Callac est bien parti…

Après cette introduction larmoyante sur le projet Horizon, le maire donne plusieurs informations au conseil et à l’assistance.

D’abord, la préfecture lui aurait proposé d’envoyer ses services afin d’étudier comment mieux sécuriser son domicile, puisqu’il serait « menacé ». Il aurait refusé car « il ne veut pas inquiéter sa famille avec de telles mesures ». C’est touchant.

Ensuite on apprend qu’une réunion a eu lieu à la préfecture avec le maire, afin de faire le point.
À cette occasion le préfet a confirmé que l’arrivée des migrants est de la compétence de l’État donc qu’aucun référendum ne peut être organisé par le maire sur ce sujet.
Par contre, l’accompagnement des immigrés est de la compétence de la mairie qui le ferait avec la fondation Merci et l’association Viltaïs (qui a reçu de l’État 2,5 M€ pour l’année 2022).

Les bêtas du conseil municipal se croient tirés d’affaire puisque le préfet indique que l’arrivée des migrants est de sa seule compétence. Donc pas de référendum sur ce point. Sur ce point, effectivement, le préfet vient de leur éviter la noyade en les repêchant par le col.

Malheureusement pour nos as de la politique, ils ne semblent pas avoir compris qu’une fois arrivés sur place, l’accompagnement des immigrés est de la compétence de la mairie. D’où l’action de Merci et de Viltaïs.

L’ancienne maire a bien compris le problème. Elle a d’ailleurs déclaré lors du conseil : « il faut que l’État ne se contente pas de décider de l’arrivée des migrants. Il faut qu’il nous accompagne jusqu’au bout ».
Comprenez qu’il mette la main au porte-feuille afin de financer ledit accompagnement. Sauf que ce n’est nullement au programme et l’État se déchargera de cela sur la municipalité. C’est là que les problèmes vont commencer.

Par exemple, à l’école, comment vont faire les enseignants avec des classes dans lesquelles il y aura plusieurs dizaines d’enfants africains ne parlant pas le français ? Un accompagnant par classe serait prévu. Mais sa présence ne serait assurée que pour un mois et demi. Et après ? Personne ne veut répondre. Les enseignants, eux, ont compris.

Ils savent parfaitement qu’ils seront dans une situation intenable. Ils devront s’occuper soit des uns soit des autres.
Résultat, les petits Africains auront tous les problèmes de la création pour apprendre. Quant aux petits Français, leur apprentissage se trouvera gravement perturbé, sauf si le professeur ne s’occupe que d’eux. Le rêve pour les enfants et les enseignants.

Autre exemple, les emplois. Contrairement à ce qu’a annoncé de manière péremptoire le maire, il n’y a quasiment aucun emploi pour les immigrés. D’autant qu’ils ne parlent pas français et n’ont pas de formation. De quoi vont-ils vivre, alors ? Comme ailleurs, parce qu’ils ont 7 à 8 enfants par famille, ils recevront des allocations familiales conséquentes ainsi que des aides diverses… sans travailler. Donc sans cotiser.

En clair, ils seront, comme ailleurs, à la charge de la société. Il n’y a rien à Callac pour aider les familles modestes, les personnes âgées ou les jeunes. Mais nos brillants élus du conseil municipal s’enthousiasment de l’arrivée de gens qui seront exclusivement une charge pour la collectivité. Et ce ne sont que deux exemples. Il y en a beaucoup d’autres.

Les Callacois vont apprécier quand ils seront au courant de toutes ces conséquences concrètes. Le maire de Callac et sa joyeuse équipe ne sont pas près d’arrêter de raser les murs ni de se barricader dans la mairie. Ils ne comprennent visiblement rien à la galère dans laquelle ils ont embarqué, perdus qu’ils sont dans leur délire immigrationniste, comme ce conseiller municipal, par ailleurs très bien nourri, qui a répété au moins 10 fois « c’est de l’humain qu’on fait ! ».

L’affaire est loin d’être réglée.

Reste que ce conseil sera inoubliable pour ceux qui en ont été les témoins.

Martine Chapouton

image_pdfimage_print
52

56 Commentaires

  1. « … l’arrivée des migrants est de la compétence de l’État donc qu’aucun référendum ne peut être organisé par le maire sur ce sujet. »
    Ah oui ! L’Etat/otalitaire est effectivement très compétent dans ce domaine il n’y a qu’à regarder du côté d’Ivry sur Seine. Dans le Parisien du 27 octobre, on peut lire ceci : «On doit être plus de 150» : à Ivry, les tentes de jeunes migrants se multiplient sur les quais de Seine Depuis le mois de septembre, des réfugiés pris en charge par une association, en grande majorité des mineurs non accompagnés, dorment sous les ponts. Un phénomène qui s’étend doucement.
    Moi, j’en vois de plus en plus dans ma rue (ville de campagne) sac à dos, portable en main, tenue sport à capuche, à vélo quelquefois, qui arpentent du matin au soir la ville à la recherche … de quoi ? J’ai comme l’impression qu’ils se sont faits blousés !

  2. La question. Qui se pose est qu’est ce qu’on a fait zu bon Dieu pour être devenir aussi cons
    Comment des Français de chaînes ou de branches peuvent défendre les envahisseurs arabo africains sui détruisent tout et travaillent peu ou pas
    Con a ce point ca n’existe pas
    La révolution de 1789 et cette gauche anti patriote ont amené le chaos en France
    Je me demande si on est encore un pays européen et chretien

  3. Ce maire est un véritable coprolithe , une choses est sure ,il va manger cher , Lui est ces sbires . Quelque part je les plein car « ils » sont devenus les merdes les plus haïes de Bretagne ;et de FRANCE .Personne ne pourra oublier cette forfaiture ,elle sera gravée dans le marbre avec leurs noms a côté .

  4. Il pi….. moins au lit. Il pleure aujourd’hui alors qu’est ce que ça sera lorsque les 530 envahisseurs seront dans son village, qu’ils feront vivre une vie d’enfer a tout les habitants, que les habitants téléphoneront ou viendront le voir jour et nuit pour se plaindre, qu’ils le rendront responsable et à juste titre du fait qu’ils ne peuvent plus vendre leur maison, appart, qu’ils ne peuvent plus sortir la nuit comme c’est le cas dans le 18 e à cause du trafic de drogue et que leurs gosses seront tabassés, rackettés à l’école etc, etc !!!!

    • Ils demanderont Inter -bouzine. Elle pourra les calmer

  5. Quel connard ce mairdeux qui verse des larmes de crocodile ,il espère émouvoir les moutons de son conseil municipal ? Leur temps arrive à son terme pour ces pourritures immigrationnistes , l’heure des comptes à sonner et la facture sera salée!

    • Le merdecallac a pleuré. C.est pas un homme c’est une omelette.il se consolera avec Madame bouillot. Plus justement surnommée « la bouillotte «  qui le serrera sur son vaste sein. Pas baleze,mais à défaut de pouvoir lui «  remonter le moral » elle lui tiendra chaud, et la mairie pourra envisager de baisser le thermostat du chauffage central dans une perspective de saine économie.

  6. « Charité bien ordonnée commence par soi-même », « chauffage bien ordonné commence par soi-même »

  7. Le hamster-maire de Callac fragile? Une maladie de rongeur, probablement, les dents qui poussent trop vite?

    • Ce n.est pas un rongeur ! On n.a jamais vu un lapin porter des lunettes. Vraisemblablement un banal infarctus du binoclard.

    • Finalement, vous avez raison. La pousse rapide des incisives s.explique par la fait qu il a taillé des pipes à oui- oui et Pinocchio

  8. De toute façon, comme déjà dit, ces immigrés africains ne resteront pas à Callac, pour la plupart, parce que pour la plupart ils ne viennent pas en France pour la redynamiser, la développer ou payer nos retraites, mais pour le niveau de vie général et les aides que nous leur accordons. Ils ne sont pas faits pour notre climat, surtout le climat breton de l’intérieur.
    Les Africains doivent rester en Afrique et y développer leurs pays respectifs, comme nos ancêtres sont restés en France et y ont développé le pays. Sinon leurs pays ne s’en sortiront jamais !
    Et les apprentis sorciers qui veulent refaire le coup de la Tour de Babel devraient y réfléchir à deux fois : cela se termine toujours en chaos. Mais n’est-ce pas ce qu’ils veulent, en fait ?
    PS : je constate que « le Poher » est effectivement un torchon d’extrême-gauche.

  9. Alors, que le préfet organise un référendum. Sur Callac. Ou mieux, national.

  10. Donc Callac c’est juste et encore une histoire de c.
    Un pauv’type séduit par une passionaria anti-france.

  11. Le maire de Callac est une ordure infecte et nauséabonde. Rien que son image empeste la traitrise et l’hypocrisie. Pour le regarder, je vais sur ma terrasse car si j’ouvre un article dans mon salon, l’odeur fétide de sa sale tronche s’imprègne dans mes tapis et rideaux.

  12. Mais j’ai mal compris ? Il semble qu’ils viennent à Callac pas sur l’argent de la commune mais sur la fortune de la famille Cohen.Non???

    • Mouhahaha la marrade du jour, ils viennent sur la fortune Cohen ! Non mais hé oh vous arrivez de quel coin de la galaxie pour poser une telle question ?

  13. la france telle qu’elle était, c’est fini.Nos jeunes ont le cerveau lavé
    partout dans la société et particulièrement dans l’éducation nationale où
    les professeurs ont la peur au ventre !!

  14. Callac a été choisi en fonction du maire, certainement honnête mais dépassé, et pas respecté par ceux qui ont pensé qu’ils n’en feraient qu’une bouchée mais ça ne se passe pas aussi facilement, il y a une force d’inertie, oubliée dans les calculs préliminaires. Tendons-lui la main, ne nous trompons pas d’ennemi, avant qu’il ne se sente « obligé  » de choisir définitivement, ce que je crois qu’il n’a pas fait, au fin fond de son cœur, enfin, je vois les choses comme ça, mais je ne suis pas à Callac.

    • Cadillac n a pas été choisie, c est toutes les communes qui doivent prendre 30% mini de « social » …c est le cas aussi dans ma commune de 7000 habitants qui change de visage à chaque construction d immeuble….

  15. … »Voici le temps des assassins », ..mais la moraline portée comme mitraillette, aboyant quelque slogan Sorosien ,ces nervis de la ploutacratie se prenant pour des bonnes âmes , ne sont au mieux que les comiques troupiers de l’armée du chaos, au pire les collabos décérébrés du grand remplacement,les bras armés de cette oligarchie despotique qui cherche à s’approprier le pouvoir absolu!
    Ces manipulés des méninges n’ont aucune idée de l’affreux monde qu’ils sont en train d’édifier, ils se croient responsables ils ne sont que laquais, ils se pensent raisonnables ce ne sont que des salauds…

  16. Critiquer la langue bretonne est choquant pour 80 % des Bretons (enquête TMO 2018). Risposte laïque devrait revoir sa copie à ce sujet. Callac est un canton où le breton est encore bien vivant et ce n’est pas en important 500 étrangers extra européens ex clandestins qu’on améliorera le sort du breton qui déjà avec le français a bien du mal à se maintenir.

  17. dans un pays normale ce tocard aurait déjà prit une raclée sa maison bruler et celle des futurs ingénieurs avec ,,,,

  18. Et l intervention de cedric herrou la pourriture immigrationniste dans le lycée de Luçon ( proviseur M. Boumendjel …) .on laisse faire ?

  19. Il est mou le Maire, il est faible. C’est quelqu’un de trop gentil. Il lui est tombé un gros truc sur le dos, et il ne sait pas dire non.
    Quand on voit sa tête, on voit bien que ce n’est pas une brute, hélàs.

  20. de pauvres gens et aussi de braves gens dont la vie quotidienne précédemment paisible risque d’être profondément bouleversée par les conséquences inquiétantes d’une émigration massive et incontrôlée . Complètement dépassés par les évènements et peu habitués à être confrontés à ce type d’évènement brutal et agressif ils sont sur le point de se battre entre eux et sont retenus in extrémis « par les fesses » par un préfet aux ordres mais pour combien de temps avant une vraie guerre civile ? voilà où nous en sommes maintenant après avoir élu des hommes politiques irresponsables et inexpérimentés comme Macron : un jeune veau nourri sous la vache et qui n’avait encore jamais brouté d’herbe parmi les ronces et les orties !

  21. et bien si toutes ces personnes sont pour accueillir ces migrants soit ils les prennent chez eux et ils les logent ,soit ils donnent un RIB au maire et tout les mois la moitié de leurs salaire pour ces gentils migrants .les autres qui n en veulent pas fermez vous chez vous et aucune charité pensez à vos enfants eux aussi ont droit de vivre .pourquoi ces migrants ne reste il pas dans leurs pays et travailler chez eux il doit bien y avoir à faire quelque chose au lieu de venir nous spolier chez nous .le SOROS CE TYPE C BIEN SE QU IL FAIT .et ce maire un traitre à ces administrés.

    • Il voulait faire le totor pour épater uneconquête facile, ne pouvant, réaliste, compter sur sa beauté ou son intelligence. Damned ! C.est raté il se consolera 1vec la mère couenne. Faute de grives, on se contente de merles.Meme si la carne est un peu dure

  22. Je n’ai pas compris : Laure-Line est mariée en secondes noces au Maire de Callac ?
    Dans votre précédent article, ce n’était pas clair et là, je ne comprends pas mieux. Elle porte la culotte à la maison et à la mairie ?
    Je crois que vous êtes très énervée par cette affaire, qui ne le serait pas ? Et donc parfois on ne comprend pas tout. Enfin, moi, je ne comprends pas tout. Ni pourquoi il a pleuré ? Il fait des stupidités et après il pleure ?

    • Ca n’arrêtera donc jamais…
      Pauvre petite poupée : et personne n’en parle nulle part !
      Curieux ! Elle n’est qu’une victime « aléatoire » de l’immigration ! Tout le monde s’en fiche ! Ca devient de pire en pire ce pays.

      • Moi également je pleure la petite Lola et bien d’autres victimes..ordures gauchisantes je vois mal Mr Cassen, jardin,Tasin….. aller tuer les gens dans la rue,je vous souhaite un jour bande de sales collabos vous voir au bout d’une corde , idiots communistes 95% des crimes sont commis par les racailles issues de l’immigration .

    • Pas de commentaire, ce serait de l a récupération politique.
      Et not bon ministre devrait trouver une autre métaphore que celle du marche-pied, en moins de 6 semaines le pauvre…Faut lui laisser plus de temps.

    • ben pas un mot des chaines d’infos, même cnews fait dans la dissimulation de « fait divers »

    • Dictature, les attaques et décès du jour devraient être annoncés à l’heure des infos tout comme …les morts du COVID.
      Que cette jeune fille repose en paix et soutien aux parents et proches.

  23. Ce maire n’est pas à la hauteur, il veut faite venir ces migrants .avec tous les problèmes que ca va engendrer ,pas de boulot pour eux ,ils ne parlent pas Francais, les enfants vont avoir du mal à suivre à l’école etc et tous les frais engendrés pour la commune .qu’il laisse tomber c’est mieux pour tout le monde .

  24. « Faire de l’humain » comme ils disent commence par vouloir résoudre en priorité les problèmes de leurs compatriotes. Emplois pour les jeunes et maisons spécialisées pour les anciens.Ce qui n’est pas le cas. Désormais, la préférence est axée sur des gens venus d’ailleurs dont ils ignorent tout sur les intentions et leur capacité à s’adapter, à travailler et vivre une certaine sédentarité, ce dont je doute.

    • Le Maire d’un ville n’est pas élu pour faire de « l’humain »mais pour gérer et administrer une commune pour le bien être ses habitants et non pas pour appliquer une doctrine farfelue issue de cerveaux malades et fanatiques.

  25. Je l ai déjà dit, la faute ici est du aux francais, pas au maire, nos ennemis sont les franchouillard au q i d huître, nous sommes en minorité

    • Vous croyez que les migrants sont assez cons pour rester à Callac perso je préfère les envoyer à Paris ou à Lille.

  26. on note que c est mal parti pour ce fabuleux projet humaniste , partagiste et universaliste ! mais que voulez vous les gens sont mechants . on connait la suite : le brave maire excede et apeure d avoir a gerer des complications abominables qui le depasse demissionnera AVEC SON CONSEIL et madame LISE BOUILLOT redeviendra maire ! on ne doute pas qu elle aura l autorite de remettre la volonte des CALLACOIS au centre du conseil et saura REFERMER LA BOITE DE PANDORE…..

  27. On a vraiment affaire à des staliniens reconvertis dans l’immigrationnisme, qui ne tolèrent ni la critique ni la transparence.
    Et le satrape de Macronescu leur donne raison, pas de référendum. Demander l’avis du peuple, ce n’est pas démocratique !
    Mais si le mot referendum dérange, rien n’interdit à un maire de faire une consultation informelle de ses administrés, par exemple en les invitant à une réunion publique contradictoire sur un projet nouveau, puis en demandant à la fin qui est pour et qui est contre.
    Le résultat n’est pas plus juridiquement contraignant qu’un sondage, mais cela permet d’être fixé sur l’avis de la population, et on peut le publier.

Les commentaires sont fermés.