À ces juges qui nous condamnent pour “apologie du terrorisme”

Publié le 26 novembre 2020 - par - 9 commentaires - 1 012 vues


Que veulent dire les juges qui nous condamnent pour
  « apologie du terrorisme ? »

Je me pose la question.

Tous les jours, en France, le terrorisme a librement la parole et s’exprime avec les moyens qu’il a choisis en agressant, en blessant, en violant et en tuant des Français.
Les terroristes, généralement multirécidivistes et généralement (à 99 %) des immigrés, des clandestins, des Noirs africains ou des Arabes, la plupart du temps musulmans, ignares, incultes et ayant pour seul credo haine et violence contre les Français, ne sont que rarement condamnés, et, en tout cas bientôt relâchés dans la nature, comme une invitation reçue des juges à commettre de nouveaux crimes contre des Français.

D’un autre côté, lorsque de vrais bons Français jouent leur rôle et sont dans leur droit en décrivant ces faits criminels d’actualité, en les dénonçant et en les condamnant avec la plus grande fermeté, ils sont convoqués devant la justice et accusés, voire condamnés, pour « apologie du terrorisme… »

Comprenne qui pourra.

Peut-être que dans ce pays miné et corrompu par la Gauche, où l’instruction est devenue une tare, nos magistrats manquent tant de culture et de discernement qu’ils ne connaissent plus le sens des mots, ce qui me semble très grave…

Mais dans mon pays à moi, la France de toujours, la France des Lumières – et jusqu’à ce jour – le mot apologie signifie :
– Éloge, glorification ou justification de quelqu’un, de quelque chose, présenté(e) dans un écrit, un discours,
– Discours visant à prendre la défense de quelqu’un ou de quelque chose, à le(la) justifier. Par extension, discours qui prononce un éloge,
– Célébration, défense, discours, dithyrambe, éloge, glorification, justification, louange, panégyrique, plaidoirie, plaidoyer,
– Dans son sens premier, une apologie est un écrit ou un discours qui argumente pour justifier ou défendre quelqu’un ou quelque chose contre des attaques dont il ou elle est l’objet,
Exemples : “L’Apologie de Socrate” (par Platon), ou « cette autobiographie n’est qu’une apologie maladroite de l’auteur. »
Synonymes : plaidoyer, défense, justification.

Mais bon, comme je ne suis pas très intelligent et que je n’ai pas l’immense culture d’un magistrat, je n’ai peut-être pas tout compris.

Et quand je lis des écrits qui condamnent, dénoncent, critiquent et rejettent avec la plus grande fermeté le terrorisme, les meurtres, les viols et toutes les atteintes à l’intégrité physique des personnes et de l’État, ce sont sûrement pour les juges des apologies de tous ces crimes.
C’est étrange.

Mais alors, en attendant, puisque je suis un auteur contributeur occasionnel du site de ré-information “Riposte laïque”, je voudrais savoir comment faire pour condamner dans mes écrits tous les crimes commis par des étrangers immigrés musulmans terroristes dans notre pays, sans risquer d’être assigné en justice et condamné pour apologie du terrorisme, ce qui est l’exact contraire de ce que je veux dire…

Notez l’ambiguité du texte :
« Le délit d’apologie d’actes de terrorisme, prévu et réprimé par l’article 421-2-5 du code pénal, consiste dans le fait d’inciter publiquement à porter sur ces infractions ou leurs auteurs un jugement favorable. »
« Le délit d’apologie ou celui de “provocation” au terrorisme en France est sanctionné jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende par la loi française. »

Le mot « apologie » est associé au mot « provocation. »
Mais, linguistiquement parlant, ces deux mots n’ont pas du tout le même sens.
Le mot “provocation”, en l’occurrence, a été choisi par le législateur pour condamner les citoyens défenseurs du droit et de leur pays, dénonçant les crimes terroristes et ceux qui en sont les auteurs.
Dans ce cas, le délit est de critiquer et condamner les terroristes et donc de les offenser et de les provoquer en cela, à commettre d’autres actes terroristes.
« L’apologie du terrorisme et la provocation directe au terrorisme sont des délits. L’apologie du terrorisme consiste à présenter ou à commenter favorablement des actes terroristes. La provocation directe au terrorisme est l’incitation à commettre des actes terroristes. »

Notez que le texte est bancal :
« L’article 421-2-5 du code pénal, issu de la loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014, punit de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende « le fait de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire publiquement l’apologie de ces actes ». Si la notion de provocation ne pose qu’assez peu de difficultés, il n’en est pas de même de celle d’apologie, qui ne fait l’objet d’aucune définition, si bien qu’il n’est pas aisé d’identifier l’élément matériel de ce délit. 

Partager une photo à des fins d’exemple ou d’information est un crime :
« Un sympathisant de l’ultra droite a été condamné mercredi à Montpellier à 4 ans de prison dont 3 avec sursis pour apologie du terrorisme. Il s’est rendu coupable d’avoir partagé la photo de la tête de Samuel Paty, après son assassinat par un jihadiste. »
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/assassinat-de-samuel-paty-un-adepte-de-l-ultradroite-condamne-pour-apologie-de-terrorisme-a-1606334598
« Saint-Brieuc : Une ancienne élue du RN jugée pour apologie du terrorisme. »
Elle avait évoqué la loi du talion. Dans un pays où l’État et la magistrature sont les complices des terroristes et passent leur temps à les libérer et, par ailleurs, à convoquer et à condamner des citoyens de souche, patriotes et identitaires, on ne voit pas trop comment ne pas invoquer la loi du talion et une évidente guerre civile qui approche et qui va éclater, dans tous les cas et sans l’ombre d’un doute…
https://www.20minutes.fr/justice/2661723-20191128-saint-brieuc-ancienne-elue-rn-jugee-apologie-terrorisme

Je tiens à préciser pour nos juges que le fait d’aimer notre pays, de vouloir le protéger, le fait de dénoncer la présence grandissante d’ennemis de celui-ci parmi nous, et d’avoir peur pour nos enfants, et de souhaiter qu’un jour notre pays retrouve paix, sérénité, joie de vivre, une économie florissante et sécurité est un espoir, un appel à la raison et un vœu de dizaines de millions de citoyens français – et en aucun cas une apologie du terrorisme, ni une provocation au terrorisme.
En revanche, s’il s’avère qu’une guerre civile éclate un jour très prochain à cause de nos dirigeants qui se gavent et ne veulent rien faire pour ramener l’ordre et la paix dans le pays, je n’y serai pour rien…

Une loi contre l’apologie du terrorisme n’est pas en soi une mauvaise chose. Mais elle ne doit pas être pervertie par les juges pour condamner de paisibles et d’innocents citoyens qui s’émeuvent que leur pays soit devenu un nid de terroristes qui commettent chaque jour des dizaines à des centaines d’actes, allant de la malveillance au meurtre collectif.

Je conclurai en déclarant que pour moi, dénoncer, critiquer, accuser et condamner des criminels pour des actes de terrorisme relève de la liberté d’expression et ne peut en aucun cas, dans un pays uni autour d’une langue commune, représenter une quelconque forme d’apologie du terrorisme ou de provocation au terrorisme.

En revanche, il n’en va pas de même de la justice et de nos magistrats qui ne donnent pas de suites pénales à des actes violents et barbares et laissent leurs auteurs terroristes multirécidivistes rentrer chez eux librement et tranquillement.
Dans ces cas précis, les magistrats prennent des décisions qui ont des conséquences dramatiques pour la population française à travers les innombrables crimes et délits terroristes liés à leur oubli, et à leur mépris quant à la prévention et la protection des citoyens français.

La magistrature française ne fait pas son travail et les juges français qui libèrent des criminels terroristes leur envoient un signal équivalent à de la provocation et de l’incitation à poursuivre leurs activités nocives.
Nos juges sont donc bel et bien complices des innombrables récidives criminelles qui s’ensuivront.
Et leur patron Macron est responsable et coupable au même titre de cette situation et de ses conséquences.
La peine de mort devra être un jour leur seule récompense.

Laurent Droit

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Marnie

C’est un devoir de parler et de dénoncer le terrorisme musulman qui s’est installé en France. Ces juges sont des pervers nauséabonds qui ne veulent pas que la vérité soit révélée et reconnue. C’est un moyen de dissuasion odieux et indigne. Ils ne représentent plus la France.

Laurent Droit

En effet !!

Kristo87

Moi je fais pas de c.nneries pour l’instant car je ne veux pas avoir à faire avec la justice… le jour où…. je leur dirai tout le bien que je pense d’eux…

Geneviève Boyer

Très bon et très intéressant article, qui traite d’un sujet très difficile (la polysémie des mots) et qui aura donc peu de commentaires même si les lecteurs sont d’accord avec l’argument.
L’instrumentalisation des mots par les politiques, voire des juges, dévoyés, c’est cela qui a été utilisé pour lyncher, éliminer, réduire notamment Richard Millet. Et Renaud Camus pour ne citer que deux écrivains qui comptent parmi les plus grands.
En effet, l’ ELOGE DE BREIVIK” a été traité par les lyncheurs comme APOLOGIE DE SON ACTE alors que c’est en fait une DEFENSE D UN DE SES ARGUMENTS.
Merci pour ce genre d’article..

Laurent Droit

Merci Geneviève. :o)
Article un peu intello et je n’attendais pas un grand succès…!

amril

‘Salauds de policiers racistes’ qui voulaient arrêter un chauffard (peut-être un autre producteur de musique), pour se défouler dans un coin sombre :

Lien: ‘ https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/seine-et-marne-trois-policiers-agresses-par-une-bande-de-voyous-alors-quils-arretaient-un-chauffard-126103

1ère question : Que pense la buse Joffrin de la France pourrie par les importés ?
2ème question : Quand les flics vont-ils s’occuper de leurs donneurs d’ordres et de leurs ‘potes’ racailles et foutre la paix au franchouillard qui a oublié son ausweis ?

Joël

Heureusement, ils commencent aussi à payer les pots cassés, eux qui se croient protégés en protégeant les criminels :

Cambriolage au domicile de la procureure de Nanterre : 30 000 euros d’espèces et de bijoux dérobés.
https://www.lepoint.fr/justice/info-le-point-cambriolage-au-domicile-de-la-procureure-de-nanterre-26-11-2020-2402825_2386.php
Elle peut déjà leur prévoir un stage de poney…si on les retrouve.

patphil

la “justice” française !
comme la “justice” américaine est réservée aux seuls progressistes ! avant c’était aux nobles, aux riches et influents , selon que vous soyez puissant ou misérable…

amril

Maintenant ces descendants de sans culottes ou petits bourgeois sanguinaires sont devenus de riches et influents gamellards et traîtres à leur pays, des professionnels, qui ont laissé de côté une certaine noblesse d’âme de ceux qui, nombreux, ont sacrifié leur vie pour faire la France siècle après siècle.
Un simple remplacement de caste en somme, l’ennui, c’est que ces salopards nous en préparent un autre depuis quarante ans, beaucoup plus dangereux.

Lire Aussi