À ceux qui disent que le vote ne sert plus à rien

Lettre ouverte aux jeunes en âge de voter

D’emblée, je dois dire que je ne suis pas le mieux placé pour m’adresser ainsi à vous, car jusqu’à un âge avancé je ne me suis jamais soucié de remplir mon devoir électoral. Même si la situation d’alors n’était pas aussi critique que maintenant, je reconnais que j’ai eu tort, et en le disant je fais le pari de la sincérité.

Je sais combien il est difficile et inconfortable de ne pas se laisser influencer par la propagande médiatique aujourd’hui omniprésente pour former son jugement, et pourtant il le faut pour enrayer la sinistre spirale du déclin qui menace notre pays. Il ne s’agit pas de problèmes spécifiquement français, car nous sommes soumis à une pression énorme de la part de puissances internationales dont les ressources financières dépassent de loin celles de la France. C’est contre cela qu’il va falloir lutter.

La convergence des tyrannies

Nous ne pouvons pas faire comme si notre pays n’était pas influencé par son environnement économique et géopolitique, il n’est pas isolé et les bouleversements stratégiques en cours ont des conséquences directes sur notre niveau de vie et même notre mode de vie, il est impossible de les ignorer.

Communisme et capitalisme sont actuellement les deux grands systèmes économiques qui régissent actuellement la plupart des États du globe. Grosso modo, le modèle capitaliste est prôné par les USA, qui pèsent de tout leur poids sur ses États vassalisés, comme ceux du continent européen, pour faire des États communistes de véritables repoussoirs dans lesquels il n’y a aucune liberté d’expression ni d’action. Ce n’est pas faux, mais ce qu’ils ne disent pas en revanche, c’est que c’est à peu près la même chose dans l’autre camp, même si cela se voit moins.

Les concentrations de capitaux ont atteint un point tel que les vrais décideurs ne sont plus les dirigeants des États même dans le cas des USA, mais les oligarques et investisseurs qui ont en main la plus grande partie de la production mondiale et qui sont capables actuellement de mettre en place des gouvernants qui leur sont favorables, grâce à la propagande des organes de presse qui leur appartiennent et à l’argent qui leur permet de corrompre les politiciens et les hommes occupant des positions clé.

Leur but actuel est limpide, il s’agit de détruire les nations traditionnelles en atomisant les individus qui n’ont alors d’autre choix que de se tourner vers eux et leur demander de bien vouloir remplir leur gamelle. C’est actuellement le cas de la majorité des journalistes et des animateurs de télévision, vivant de subventions publiques qui ne sont que des aumônes, même si le salaire est conséquent.

Une des manières les plus efficace pour parvenir à ce but est de susciter la peur, sous des formes variées, peur de perdre son emploi ou ses économies, la peur diffuse provoquée par une émigration de masse n’ayant pas d’inhibitions pour agresser les gens.  Et plus récemment la peur créée artificiellement à partir de l’épidémie de covid pour habituer les gens à obéir à tous les ordres qu’on leur donne.

Pour détruire les liens sociaux qui pourraient résister à ce totalitarisme, il ne restait plus qu’à disloquer la cellule familiale. C’est le rôle dévolu à ce qu’on appelle l’idéologie woke, avec toutes les variétés possibles de genres, plus ils sont absurdes et dégradants, et plus l’entreprise de démolition fonctionne. Son emprise a détruit beaucoup d’universités , la cible actuelle étant les écoles et les collèges.

Créer des îlots de résistance

Venir à bout d’un totalitarisme puissant est une entreprise de longue haleine, il faut savoir se regrouper et être patient. Mais il y a toujours des régions qui réussissent à échapper à la tyrannie, comme actuellement la Hongrie ou la Pologne, il est nécessaire de se rapprocher de ces États. Nous avons quand même un atout, les pouvoirs occidentaux essaient de maintenir l’apparence de la démocratie, même si celle-ci n’est plus guère que théorique.

Il faut donc en profiter et voter pour le seul candidat qui ne soit pas inféodé au système, mais comment le reconnaître ?  C’est très facile, c’est tout simplement celui qui est combattu férocement par tous les autres, sur lequel les médias crachent à longueur d’émissions, que l’on cherche à interdire ses meetings et que les milices du pouvoir, celui que les milices du pouvoir, les antifas, menacent constamment, c’est-à-dire Zemmour. Mais l’interdire totalement ne ferait que mettre en lumière le fait que les choix démocratiques n’existent plus, ce qui serait également le cas si Zemmour n’obtenait pas ses signatures.

Quand Hollande puis Macron ont placé tous leurs pions dans les institutions censées être des contre-pouvoirs, ils ont complètement anéanti le fonctionnement normal d’une démocratie. La Chambre des députés se contente d’approuver les mesures gouvernementales, le Conseil constitutionnel approuve toutes les entorses faites aux lois, le Sénat ne dit rien non plus, le CSA entérine le règne de la pensée unique à la radio et à la télévision, et on pourrait multiplier les exemples, ils vont tous dans le même sens, il n’y a plus aucun contre-pouvoir en France et la démocratie n’est plus qu’un faux-semblant. Il faut malheureusement faire avec, puisque les Français n’ont pas lutté pour conserver le droit de décider de leur sort.

Cela marchera… ou pas

Devant tant d’obstacles, on peut être tenté de baisser les bras, mais la grandeur de l’homme est de se battre, même lorsque l’espoir est vacillant. La machine médiatique déverse sa propagande quotidiennement et elle influe indéniablement sur ceux qui se laissent abuser par les images et les émotions, les sondages eux-mêmes ne sont pas neutres, ceux qui les commanditent cherchent aussi à faire pencher la balance de leur côté, le combat est donc très inégal.

À tous ceux qui prétendent qu’il ne faut pas voter parce que les jeux sont déjà faits, je répondrai que non, il y a toujours un élément de hasard, un événement inattendu et qu’il faut le susciter par l’action. Comme dans le film « Men in black 3 », quand l’agent Jay est prêt à se jeter dans le temps du haut d’un gratte-ciel et qu’il demande au vendeur de gadgets électroniques si cela va marcher, celui-ci répond « Si, si, cela marchera… ou pas » , je dirai la même chose à propos de l’élection présidentielle, Zemmour l’emportera… ou pas.

Mais peu importe, de toute façon. Le colonel Beltrame, qui a sauvé des otages au péril de sa vie, et le lieutenant Blasco, qui s’est sacrifié en essayant de sauver ses camarades, ne se sont pas posé la question de savoir si cela allait marcher, ils ont agi pour protéger les membres de leur communauté sans penser à eux-mêmes. Le moins que nous puissions faire pour leur rendre hommage est d’agir pour sauver notre pays en donnant le pouvoir à ceux qui le défendent et non à ceux qui le bradent.

Gilles Mérivac

image_pdfimage_print
14

8 Commentaires

  1. Avec le nouveau pass-macron ça va être compliqué pour aller voter quand t’es pas picouzé, eh ben ce sera par procuration car aucune confiance au vote électro-nique !

    • Mais non, c’est se retirer sur l’Aventin où on viendra chercher le peuple…

      Mais il y a mieux: ah ça ira, ça ira…

  2. Ho que si le vote sert : il sert à garantir à celui qui dépense le plus en campagne de se voir élu avec 70% d’inscrits qui le rejette ou 83% à Paris… Il paraît qu’on appelle ça la démocratie ! Grotesque !

  3. Il est EVIDENT que le vote ne sert plus à rien.

    Et c’est GRAVE de ne l’avoir pas encore compris.

  4. Mais la Pologne et la Hongrie sont aussi folle en matière sanitaire que le reste de l’Europe…

  5. Sauf que Zemmour ne s’intéresse pas à la tyrannie « sanitaire » (MLP pas beaucoup plus) ce qui aujourd’hui est le plus important.

  6. C’est évident qu’il faut voter. Ceux qui ne votent pas n’ont qu’à la fermer si le résultat ne leur convient pas (je ne parle pas du vote blanc, c’est autre chose)

Les commentaires sont fermés.