À ceux « qui n’ont pas de problème avec l’islam »

« Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent… Tout musulman croit qu’à l’approche du jugement dernier le mehdi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira…; la sagesse l’engage à subir son épreuve ; « l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s ’il se tient tranquille, il se retrouve intact le jour de la libération », disent-ils ; ils peuvent préférer telle nation à une autre…; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami ; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVI° et XVII° siècle : mais d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du mehdi, en lequel ils soumettront la France… »

(Charles de Foucault, Tamanrasset, le 29 juillet 1916).

 

Avant de développer un sujet ô combien sulfureux – la place de l’islam dans nos sociétés occidentales -, j’invite mes lecteurs à lire le livre de mon ami J-F Cerisier « Guerre à l’Occident, guerre en Occident » (1) qui donne un éclairage précis, objectif et non polémique sur cette question.

Juste avant les dernières élections présidentielles, Marine Le Pen, qui ne sait plus quoi dire ou faire pour ratisser large, déclarait qu’elle n’avait « pas de problème avec l’islam ».

Tout dernièrement Maurice Benguigui, connu sous le pseudonyme de Patrick Bruel, disait tout le bien qu’il pense de Macron qui se livre à un devoir de repentance à l’égard de l’Algérie, pays cher à son cœur. On se demande pourquoi sa famille n’est pas restée vivre là-bas après 1962 ?

Sachant que les « pieds-noirs »  ont dû, pour la plupart, quitter le pays « une main devant, une main derrière », en se voyant proposer comme alternative « la valise ou le cercueil », on aimerait comprendre pourquoi certains Séfarades d’Afrique du Nord sont (ou ont été) mieux traités que d’autres par le gouvernement algérien. Je pense, par exemple, à Roger Lévy, dit Roger Hanin, le beau-frère de Mitterrand ; à Arcady Egry, dit Alexandre Arcady ; et bien sûr, à Patrick Bruel.

L’une des explications – mais est-ce la seule ? – c’est qu’ils sont de gauche.

Je connais quelques Juifs pieds-noirs, dont l’un est un ami intime. Je puis vous assurer que ces gens-là ne portent pas le FLN (2), toujours au pouvoir en Algérie, dans leur cœur.

Mais, depuis que BHL, ce vieux bellâtre dépoitraillé, et Anne-Élise Schwartz, (épouse Levaï, épouse Strauss-Kahn) dite Anne Sinclair, ont violemment attaqué Éric Zemmour, Séfarade d’Algérie, nous savons qu’il y a de bons Juifs – ceux qui votent à gauche – et de mauvais Juifs comme Zemmour qualifié de « sulfureux polémiste d’extrême-droite ». Comme BHL a également apporté un soutien inconditionnel à la Brigade ukrainienne « Azov », nous apprenons aussi  qu’il existe de bons nazis et des Juifs fascistes. J’en connais, à droite, qui se sont fait lourdement condamner pour révisionnisme ou négationnisme, sans avoir proféré de telles inepties !

Mais fermons la parenthèse et revenons à nos moutons, qui, en l’occurrence, sont ceux de l’Aïd-el-Kébir ( العيد الكبير ) ou de l’Aïd-el-Fitr ( عيد الفطر ). Il est de bon ton, dans nos sociétés décadentes, aseptisées et pétochardes, et ce, quel que soit son bord politique, de clamer haut et fort qu’on n’a pas de problème avec l’islam mais avec l’islamisme, qu’il ne faut pas « stigmatiser une communauté (ou une religion)» et surtout ne pas faire d’amalgame. De qui se moque-t-on ? A-t-on déjà entendu un abruti  clamer qu’il n’a pas de problème avec la terreur mais avec le terrorisme ?

Dimanche 20 novembre, un chauffeur de bus a imposé à ses passagers, entre Aix-en-Provence et Marseille, quarante minutes de lecture de sourates coraniques. Un retraité algérien, qui a connu la décennie noire du FIS (3), lui aurait dit : « Vous ne respectez pas la laïcité, vous n’avez pas le droit ! » Et le chauffeur a rétorqué : « C’est mon bus ! Je fais ce que je veux. Si t’es pas content, tu descends ».

Je ne veux pas m’exposer à des poursuites judiciaires  pour « incitation à la haine raciale (ou religieuse) », je pose simplement  la question du candide : est-ce un problème avec l’islam ou avec l’islamisme ? Il n’y a pas eu égorgement, pardon « blessure au cou » comme disent les gens qui ne veulent pas appeler un chat un chat, mais ceci s’est passé dans un pays qui ne rate pas une occasion d’afficher sa sacro-sainte laïcité et dans lequel on fait la chasse aux statues de Marie ou de saint Michel dans l’espace public car elles offensent les yeux des athées fanatiques.

Bon prince, j’étais prêt à voter des félicitations au retraité algérien qui a osé s’en prendre au chauffeur mais, juste après l’incident, il a déclaré à « France Bleu » : « Ça me rappelle l’Algérie, avec le FIS. Les islamistes, ils passaient ça dans les bus. C’est interdit aujourd’hui en Algérie ! Et j’entends ça ici ! C’est la première fois. C’est catastrophique ! Il faut réagir. Ce jeune, quand il fait ça, il fait monter le Rassemblement National ! »

Voilà  le vrai problème, celui que nous ressasse Emmanuel Macron, les partis politiques, les intellectuels, le show-biz, les plumitifs, les médias télévisuels, etc., etc. : le nationalisme, le fascisme, la peste brune, la bête immonde, voilà le danger, voilà l’ennemi !

La philosophe Sylviane Agacinski, épouse Jospin, a eu le courage d’aller à l’encontre de la doxa de son propre camp politique. Dieu sait qu’ils sont rares à gauche, ceux qui préfèrent « dire le vrai avec Aron que mentir avec Sartre », pour reprendre  la formule célèbre. Même avec 20 ou 30 ans de retard, je salue le fait qu’une plume de gauche ose enfin écrire des vérités qui ont longtemps valu l’opprobre à la droite. Ou du moins, une partie, une toute petite partie, de ces vérités.

Dans son livre « Face à une guerre sainte » (4), la philosophe dresse un constat relativement lucide mais elle reprend le leitmotiv, l’élément de langage du « politiquement correct »,  quand elle écrit : « La France n’a pas de problème avec l’islam ni avec les musulmans, elle a un problème avec l’islamisme… » . Toujours la même langue de bois, et pourtant, qu’est-ce que l’islamisme sinon la volonté de faire de l’islam la norme qu’on veut imposer à la société ?

En 1983, Jean-François Clément, sans doute le premier à avoir utilisé « islamisme » dans son sens actuel, écrivait au sujet des groupes islamistes : « En résumé, ils traduisent à leur manière l’adage célèbre : « l’islam est religion et monde », en étendant à l’infini le champ de l’islam. Celui-ci devrait être la source des lois, le fondement de la culture de base, la trame de l’éthique sociale, la forme de l’organisation politique, etc. ». Donc si les islamistes ne cherchaient le pouvoir que par des moyens  démocratiques, ils ne seraient que la version musulmane de la démocratie chrétienne.

Or ils sont tout à fait autre chose, même lorsqu’ils n’ont pas  recours au terrorisme et aux attentats djihadistes. L’islam, qui régit  leur projet de société, s’oppose radicalement aux fondements mêmes de la République, de la France, et de la civilisation européenne.

L’islam – et je ne saurais lui reprocher ce point – c’est la négation des Lumières, mais c’est aussi la négation  du catholicisme  et de notre héritage judéo-chrétien.

Les preuves ne manquent pas. Citons-en une :  le 23 octobre 2021, la Grande Mosquée de Paris organisait un concours lors duquel les enfants devaient réciter les 40 hadiths dits « nawawi », dont la hadith n°8 : « Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est son envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent la Zakât (5) » et, mieux,  le hadith n°14 : « Il n’est pas licite de faire couler le sang du musulman, sauf s’il s’agit d’un des trois coupables que voici : le fornicateur dont le mariage a été consommé, le meurtrier qui subira le sort de sa victime, et l’apostat qui se sépare de la communauté musulmane ».  Ainsi donc, nous n’aurions pas de problème avec une religion faisant l’apologie de la mise à mort des apostats et des conversions forcées ?

Bon, on peut me rétorquer que certains passages de la Bible sont assez barbares, mais, de toutes les religions présentes en France, l’islam est la seule qui apprend ça aux enfants ; la seule au nom de laquelle ces hadiths sont mis en pratique un peu partout.

C’est, à ma connaissance, la seule religion au monde par laquelle des pays punissent de mort l’apostasie, le blasphème ou l’homosexualité.

À qui veut-on faire croire que le sunnisme, courant auquel se réfère l’écrasante majorité des musulmans du monde, et en particulier de France, relèverait de l’islamisme mais pas de l’islam ?

Ou que notre pays  n’a pas de problème avec le refus de la liberté de conscience ?

Avouons simplement que, par peur, nos dirigeants ont choisi  de fermer les yeux sur la vraie nature de l’islam. C’est la politique de l’autruche : la tête dans le sable et le cul à l’air !

À l’heure actuelle, les communautés musulmanes aspirent  massivement à vivre en Europe en bénéficiant de ses aides sociales aussi diverses que variées – surtout en France – mais selon leurs coutumes et un ordre social islamiste. C’est un simple constat, pas un jugement.

Sylviane Agacinski évoque « un certain désenchantement du monde » auquel l’islamisme, religion forte, apporte un semblant de réponse. Elle n’a pas tort et rejoint en cela Michel Onfray qui déclare que si « notre société n’a à proposer aux jeunes que Hanouna et la kalachnikov, il ne faut pas s’étonner que certains préfèrent la kalachnikov ».

Elle se demande « au nom de quoi notre culture éthique, juridique et politique devait et pouvait résister à l’islam ? ». Alexandra Laignel-Lavastine posait la même question, il y a a quelques années, dans son livre « Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ? » (6) et souhaitait « rompre le bal des invertébrés ». Faut-il parler d’invertébrés, de décérébrés, de ventres mous, de lavettes, ou de lopettes ? Peu importe, une chose est certaine, nous sommes responsables de cette soumission à l’islam. Les musulmans savent ce qu’ils veulent, ils croient en leur dieu et considèrent que toute terre foulée par l’islam appartient à l’islam. Notre civilisation décadente (ou finissante ?) n’a pas compris que les loisirs, le foot, le porno, le loto, le bling-bling et le fric roi ne sont pas suffisants pour qu’une vie vaille la peine d’être vécue. En détruisant le Divin et le Sacré – le Trône et l’Autel – au profit de la laïcité et de l’esprit des Lumières, les loges maçonniques n’ont pas compris que les hommes ont besoin de croyance, de spiritualité et d’espérance en l’au-delà. « La religion est l’opium du peuple »  disait Karl Marx. L’Occident a remplacé l’opium par du haschich ou du cannabis venu principalement d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire. Et dire que Chateaubriand disait déjà à son époque : « Chassez la Chrétienté et vous aurez l’Islam ».

En quelques décennies, la religion de Mahomet est devenue la plus pratiquée en France, grâce à la neutralité bienveillante, voire la complicité, des prélats du clergé catholique.

Bergoglio, le vieux jésuite islamo-gauchiste qui occupe le trône de Pierre au Vatican, vient de tancer vertement Giorgia Meloni en lui demandant d’arrêter de critiquer les ONG qui vont chercher des migrants (très majoritairement musulmans). Ne croyez surtout pas que ce vieillard se tire une balle dans le pied par naïveté, par ignorance ou par charité chrétienne. Non, il rêve, comme tant d’autres avant lui, d’un œcuménisme qui réunirait au sein d’une même église les trois religions monothéistes. Il n’a pas compris que cet œcuménisme, les musulmans n’en veulent pas !

Pour conclure, je vais dire la même chose que les tenants de la bien-pensance : « Je n’ai pas de problème avec l’islam », pas même avec l’islamisme… dans les pays musulmans : je respecte leur croyance et leurs traditions, je ne blasphème pas, je n’insulte pas leur religion. Il n’y a que des gens comme François Hollande ou Emmanuel Macron pour défendre le « droit au blasphème ».

Je ne m’arroge pas le droit de choquer, d’injurier, de blesser quelqu’un dans sa foi car toute croyance est éminemment respectable. Disons alors que chez moi, dans MON pays, j’attends un minimum de réciprocité.

Eric de Verdelhan

1) « Guerre à l’Occident, guerre en Occident » du Lt-colonel Jean-François Cerisier ; publié chez Riposte Laïque.

2) Front de Libération National algérien.

3) Front Islamique du Salut.

4) « Face à une guerre sainte » de Sophie Agacinski ; publié au Seuil.

5) Impôt religieux.

6) « Pour quoi serionsnous encore prêts à mourir» d’Alexandra Laignel-Lavastine ; publié aux Éditions du Cerf.

image_pdfimage_print
28

61 Commentaires

  1. a part la gourdasse du RN et son porte coton,plus les partis islamo marxistes, je ne vois que des gens qui ont des problèmes avec les musulmans

  2. « L’Islam est une religion de paix et de démocratie » …. étonnant que ce soit si bien écrit en français ! on se demande quel est l’abruti ignare, le provocateur complaisant ou le manipulateur arrogant, qui a pu écrire un tel slogan. Le drame pour notre pays, étant que des milliers de français de souche, lobotomisés par l’idéologie gauchiste et communautariste en sont probablement convaincus. L’islam qui s’est fortement dévoyé et s’est corrompu est devenu en même temps qu’ils se répand dans tout l’occident, la source du plus grand nombre d’attentats mortels, d’assassinats, de tueries, d’enlèvements et d’un endoctrinement des masses parmi les plus archaïques et les plus arbitraires de l’humanité actuelle.

  3. Autre cas d’école qui pose le même problème : un étranger dûment identifié comme appartenant à une ethnie qui pratique régulièrement l’anthropophagie, dont son propre pays admet dans ses lois qu’être cannibale est « culturel et « cultuel », cet étranger peut-il devenir Français ?

  4. Fait chier toute cette jactance de canapé, planqué derrière le virtuel anonymat tous les jours.Ya pas plus de dieu que de beurre à mon cul.Sortez dans la rue avec les flingues que vous vous ventez avoir planqués pour niquer la loi micron.OHHH!! ya quelqu’un?Les mecs, tu parles.

  5. Le monde ne s’est pas créé avec la religion en sus.C’est juste une invention pour occuper ceux qui croient en ce qu’ils ne verront jamais.

    • Au temps où il y avait encore une pratique religieuse, il y avait Quand même des cons et des salauds, mais ils se montraient plus discrets.L.islam va les affranchir de tout devoir de discrétion.

  6. « certains passages de la Bible sont assez barbares » (sic)

    1/ La Bible n’est pas le coran. Elle n’est pas considérée comme directement dictée par Dieu. Aussi bien les Chrétiens que les Juifs ne l’interprètent pas au premier degré.
    2/ Le Christianisme est basé sur le nouveau testament qui n’est vraiment pas violent.
    3/ L’Ancien Testament relate la découverte de Dieu par un peuple. Il a été écrit par des centaines d’auteurs à des époques qui étaient violentes.

    • On oublie souvent – ou on ignore – que « Testament » signifie « Témoignage ». Au contraire du Coran prétendu « incréé », et donné comme étant la parole de Dieu en personne via son haut-parleur Mohammed, la Bible n’est qu’un recueil d’histoires rapportées par des humains. Les épisodes barbares contés dans la Bible ne sont que des événements historiques (réels ou supposés) et n’impliquent Dieu en rien. Les massacres, et même les injonctions à tuer prêtées à Dieu n’engagent que leurs auteurs ou ceux qui les ont commis. Cela n’a donc pas valeur d’exemple ou de prescription, au contraire des exhortations barbares et criminogènes du coran qui sont des ORDRES auxquels le muslim (soumis) doit (par définition) se soumettre : « j’écoute et j’obéis », tel est leur credo.

    • Quelle que soit la valeur d.un testament, il fait toujours des déçus des aigris et des jaloux. Bienheureux les déshérités, ils ont gagné la sagesse éternelle.

  7. J’avais écrit en 2019 un article sur Riposte Laique que j’avais intitulé : »L’islamisme est à l’islam ce que le communisme est aux communistes et le Nazisme aux Nazis « …
    Qui avait été transformé par Riposte Laique en:
    « L’islam est aux musulmans ce que le nazisme est aux nazis ».
    Ce qui n’est pas tout à fait la même chose.
    Toujours est il que, contrairement à ce que nous disent les  » politiquement correcte  » et « les biens pensants » les lois de l’islam ne sont pas compatibles avec les lois de la République !…
    Il faut savoir revenir aux fondamentaux de l’islam qui sont écrit dans le coran…
    Rien dans la lecture de ce livre n’est compatible avec notre société. les horreurs qu’on y lit feraient hurler la plupart des gens normalement constitué s’ils prenait la peine de lire ce » bouquin de m… »
    Mais voilà c’est une soit disant religion de paix d’amour et de tolérance…

    • Ce qui est rédhibitoire dans l’islam et le rend effectivement incompatible, c’est que notre civilisation repose sur le concept de livre-arbitre, de liberté, d’autonomie et de responsabilité de l’individu.

      L’islam fonctionne comme un mouvement sectaire et ne connaît pas la liberté, seulement la tyrannie, à commencer par celle de la croyance religieuse et de son prétendu messager autoproclamé, le gourou fondateur Mohammed. C’est une emprise sectaire par un lavage de cerveau incessant exercé depuis l’enfance, où l’on enseigne la haine et le mépris compulsifs du non-musulman.

    • La tolérance il y a des maisons pour ça. Disait Clémenceau. Aujourd.hui ,il ajouterait « ce sont les mosquées « 

  8. Un musulman peut-il être Français ? non nous vivons dans une démocratie ( gestion de l’homme par l’homme ) et il ne reconnait que le modèle théocratique ( gestion de l’homme par une divinité ).
    laïcité non obligation de croire , islam obligation de croire .
    Ceci étant à terme un musulman pourras être Français quand notre pays sera TOTALEMENT ISLAMISé .

  9. Bonjour Éric, »… á Rome fait comme les Romains.. » A l’étranger j’applique les règles,us et coutumes de mes hôtes et j’entends également, comme vous, qu’il en soit de même en France, mon Pays. Pour moi l’islam et l’islamisme ne font qu’un et toute autre interprétation n’est que perversion mentale, lâche et malsaine. Platon avait prévenu :  »la déchéance d’une société commence avec la perversion des mots. » Les politiques et autres médias corrompus en sont depuis longtemps les principaux instigateurs et malheureusement nombre de nos  »compatriotes » en sont aujourd’hui atteints!! Un chat est un chat et un chien ….un chien! Belle journée á vous.

  10. faux, tout faux ! L’islam est une doctrine de haine, d’intolérance, de cruauté et de mépris pour la vie. Ces chefs, mollahs, mollassons ou autres crevures d’imans prononcent des charias pour tuer l’infidèle et tous ceux qui ne pensent pas comme eux, comme une bande de primates assoiffés de sang, l’islam doit être interdire de pratique en France et rapidement. Plus de cette caque chez nous. Il n’existe pas d’islam modérée.

    • L.islam est incompatible avec n.importequelle activité humaine susceptible d.apporter un enrichissement personnel matériel ou intellectuel : sciences,musique , arts plastiques, progrès économique. Son fondateur est tout au plus un anthopopitheque échappé à sa caverne , et ayant manifestement fumé de la merde de dromadaire 🐫

  11. Bonjour , exact , l’islam n’est pas compatible avec la Chrétienté , nous , nous ne n’égorgeons pas nos semblables ? Et comment se fait que la-bas en algérie , les versets du coran soit interdit et que chez nous en France nous soyons obligés de supporter ça ? Charles Martel doit lui aussi se retourné dans sa tombe , lui qui à combattu contre ces gens là ( si on peut les appelés ainsi ) bonne journée

  12. Un seul moyen pour en finir avec ces billevesées religieuses d’un autre âge, interdire toutes religions et enseignements religieux, ainsi que ses manifestations dans l’espace publique. Inutile de comparer une croyance par rapport à une autre, ce sont toutes des infâmies qui à un moment de l’histoire du monde, ont voulu le dominer par divers massacres et soumissions en s’accaparant les autres êtres vivants comme leurs biens offerts par leur maître sanguinaire. Une fois l’homme disparu à cause de ses stupides certitudes, la nature reprendra ses droits et ce jour là ce sera ni dieu ni maître! Il sera alors temps de braire.

    • Tant qu.on y est, on pourra supprimer « l’infâme «  franc maçonnerie.

  13. Quelle question !!! il est parfaitement évident qu’il y a incompatibilité totale !

  14. Bel exposé sauf que le Nouveau Testament ne comporte AUCUNE prescription de meurtre,viol et autres violences déjà proscrites dans les Dix Commandements. Les récits de violence de l’Ancien sont de l’histoire légendaire et non des dogmes chrétiens résumés dans « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés! »dogme si difficile à suivre que nous chrétiens l’avons peu suivi…sauf nos saints, martyrs tout le long de l’histoire…

    • Bernard, l’ennui c’est que Jesus approuve les prophètes qui l’ont précédé ainsi que l’ancien testament.

  15. L’Islam ne s’oppose pas radicalement à « notre » République, mais à l’humanité. Il est lui-même une république. « Notre »République maçonnique se reconnaît partiellement dans la république islamique, car toutes deux utilisent les mêmes ressorts pour faire plier leurs membres : la Loi et la charia. Disons que l’Islam combat la République mondialiste dans un combat de coqs. La véritable victime de l’Islam, c’est l’homme, trompé, dégradé, privé de ses libertés individuelles et fondamentales au profit d’une caste qui se substitue à un Dieu ne parlant pas au coeur des hommes. Sous le joug de Allah, comme sous celui des Droits de l’Homme, la créature humaine est en grand danger.

    • Isa, le dieu des musulmans est le même que celui des chrétiens et des sémites, la Franc maçonnerie, que vous accusez de tous les maux, n »est pas une religion, des génies comme Mozart, Haydn,Voltaire ou Goethe…en ont fait partie, rien de commun avec ces cultures religieuses morbides.

      • Est-ce de ma faute si presque tous les scandales de la République (surtout de la 3ème et de la 5ème) impliquent des francs-maçons ? Pour moi la FM est une secte…

        • Eric, et les religions sont des sectes qui ont réussies, la FM n’est pas une secte car elle n’a jamais cherchée à attirer des adeptes, ce n’est qu’une société philosophique que l’eglise combat depuis des siècles en l’accusant de tous les maux. Alors si un membre FM commet un acte répréhensible, la société FM entiere est elle responsable ?, sur le même schéma quand un catholique est criminel toute l’église l’est aussi. Avant de faire partie de quoi que ce soit, un homme reste un homme.

      • Non, issa n’est pas le Dieu des musulmans. Issa c’est le nom du Christ dans le coran. D’ailleurs l’islam modifie tout ce qu’il touche à sa sauce. C’est allah, le débile, qui est le dieu des musulmans ASSOCIE en permanence à mahomet, eux qui prétendent combattre les associateurs. Leur allah n’a strictement rien avoir avec Dieu.

      • Le chti non le dieu de la lune, musulman, n est pas le même que celui des chrétiens Allah était l idole spécifique de la tribu de mahomet, chaque tribu avait sa divinité, différente, avec ses attributs, défauts et qualités compatibles avec leur société Pour celle du 7eme siecle de mahomet, dieu guerrier et viril puisqu ils vivaient de pillages Le dieu chrétien, au contraire, est universel et met en valeur l amour et la compassion pour tous,( à l époque révolutionnaire, égalité h/f et pas d esclaves), y compris envers les animaux ( d ou l hostie qui remplace le sacrifice animal) Il s éloigne du dieu juif, réservé à la tribu juive

        • Les origines sont les mêmes, chouans, Jéhovah est aussi le dieu lune, les chrétiens ne sacrifient plus les animaux mais il l’ont remplacé par un sacrifice humain, celui de Jésus ange le corps lors de la messe car l’église à choisi que Jesus était present réellement dans l’hostie.

          • Lisez René Girard : ‘j’ai vu Satan tomber comme l’éclair’ et vous comprendrez le sacrifice de Jésus fidèle à sa parole et fermant pour toujours le rite ancestral des sacrifices humains puis animaux car étant Dieu seul il peut le faire et renaître sans cesse dans l’hostie.

      • @le Christian: Isa n’est pas le dieu des musulmans ce n’est qu’un prophète. Le dieu des musulmans est allah. Isa est le nom musulman de jesus. Ne pas oublier que l’islam et le coran ont largement emprunté aux anciennes écritures.

      • L’Islam est une hérésie du catholicisme qui nie sans complexe le Dieu trinitaire, donc non, ce n’est pas le même Dieu. Quant à la Franc-maçonnerie, elle abomine le Dieu trinitaire et continue vaille que vaille à déconstruire la Chrétienté ; un point commun fondamental entre ces deux sectes. Goethe, Mozart, Beethoven,… des Francs-maçons de salon, ouverts au progressisme des sociétés bourgeoises.

  16. La question n’est pas : un musulman peut il être français ? «  mais veut il être français ? .
    Pour moi c’est impossible , hier j’ai trouvé un scorpion j’ai eu beau prié il ne sait pas transformer en un beau petit chaton adorable …….alors avec ma belle godasse je lui en est mis plein la gueule jusqu’au moment où il ressemblait à une crêpe. Voilà le résultat tu envahis mon espace ……tu ressemble à une crêpe 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🥳🥳🥳🥳

  17. Globalement d’accord avec vous, mais bon ne chipotons pas… maintenant qu’on a dit tout le mal qu’on pense de l’islam, que fait-on des 20M d’islamoïdes qui peuplent cet espace géographique que l’on appelait jadis la France ? Par exemple combien d’arabes et de naigres dans le bus Aix-Marseille à écouter les sourates obligeamment mises à leur disposition ? Etant donné que je connais bien la ligne, sans risque de me tromper je dirai au moins les 2/3. Le vieil arabe qui est soit-disant intervenu est selon moi, une « légende » journalistique.

    • empoisonnement de masse ,, vous avez toutes les plantes qu’ils vous faut en france ,,

    • J’ai écrit que je n’ai pas de problème avec l’islam dans les pays musulmans 😊

  18. Lorsque l’on parle des horreurs dans le Coran, on oppose souvent les passages de la Bible qu’on juge « barbares ». Sauf que, les horreurs dans la Bible, sont des récits souvent d’ailleurs légendaires et la véracité historique reste à démontrer. Il y a, dans le judaïsme, 613 commandements dont beaucoup sont absurdes ou complètement dépassés et le premier des commandements est « Tu ne tueras point ». Dans le christianisme l’Inquisition n’existe plus. Cette inquisition ne s’appuie sur aucun Evangile et n’avait pour but que de « protéger » l’Eglise catholique des « hérétiques » et cela a fait naître le protestantisme. Alors que ces fameux hadiths sont des « commandements » encore d’actualité et jusqu’à la fin des Temps et l’arrivée du Mehdi, c’est-à-dire un messie.

    • Salomon Dans la bible, seuls les 10 commandements sont considérés comme d origine divine Les autres textes sont l histoire des juifs,(d ou les découvertes archéologiques), contes et métaphores…mais aussi textes + anciens ( perses)

      • Tout à fait d’accord. Les autres commandements sont de l’ordre de l’orthopraxie religieuse basés sur une simple phrase dans le Lévitique et autre. Phrases souvent obscures d’ailleurs mais surinterprétés et encore débattues aujourd’hui. Par exemple ne pas faire de cuisson le shabbat est étendu jusqu’à ne pas allumer une cigarette. J’ai entendu un rabbin expliquer s’il fallait mettre le café avant l’eau chaude du samovar ou après pendant le shabbat. Tout cela ne change rien au reste du monde et ne concerne que les religieux qui ne demandent jamais aux goyim de les appliquer. Les religions, tant qu’on n’emmerde pas les autres, ça me va.

  19. Opinion que je partage.
    D’ailleurs, je pense qu’elle est partagée au fond par les musulmans. Pour preuve, on ne voit plus fleurir comme dans les années 80 ces groupuscules qui prétendaient possible, souhaitable, l’union de l’islam et de la république.

  20. j’enrage de voir des empaquetées, j’enrage de voir des barbus en robe et calotte

  21. Ah non, toute croyance n’est pas respectable !.Celle qui prétend qu’une femme est inférieure à un homme, qu’on peut être polygame, pédophile et esclavagiste sexuel comme Allah le permet dans son Coran, je dis STOP ! On me répond à chaque fois que je n’ai pas lu ou que j’ai mal interprété.Non , je sais lire et comprendre, j’ai un doctorat .Évidemment pas en « sciences islamiques » qui sont enculages de mouches.J’ai un vrai Coran , les Hadiths véritables selon Bukhari et Muslim et la biographie de Mahomet par Ibn Ishaq et Ibn Hicham.Comment peut-on me rétorquer que j’ignore l’islam quand je suis entée dans le coeur de tous ces Livres qui ont fait foi 14 siècles ? En réalité, certains musulmans ont HONTE de ce qui y est écrit et veulent le cacher ou continuer de l’ignorer.

    • Asma, quand on voit certains ecrits catholiques ou sémitiques, il y aurait autant de honte à avoir, l’islam, comme les deux autres religions précitées, sont a mettre dans la même poubelle, elles ont toutes trois la même origine et le même but.

      • Le chti Les messages des prophetes et mystiques ont généralement ensuite été dénaturés ou ..oubliés par des chefs religieux avides de pouvoir et de richesses St Jean Baptiste, Jésus ou Appolonius de Tyane comme Bouddha n échappent pas à cette regle du temps et des hommes Il vaut mieux aller à la source ou faire ses expériences pour comprendre les différences d origine ou le but ( spirituel,ce qui n est pas le cas de l islam, resté dans le bas astral et la terre)

        • Alors que penser chouan?, car le passé n’existe plus, le futur n’existe pas, on fini même par douter de la réalité du présent. Theologie quand tu nous tiens.. qui nous dit que les « sources » ne sont pas elles mêmes faussées ?

      • Peux tu dire religion juive plutôt que sémitique. Seuls les antisemites utilisent ce terme pour éviter de prononcer ou écrire le mot juif qui leur écorche la langue. Tu fais sans doute partie du lot.

        • Pas du tout gerard, simplement il faut prendre des pincettes avec certains, j’ignorais complètement que ce mot était utilisé par les antisémites.

  22. Nous sommes toujours au niveau de la bataille des idées et des mots. Mais j’ai bien peur qu’un jour il faille passer à la vitesse supérieure.

Les commentaires sont fermés.