A ceux qui osent écrire que Zemmour réhabiliterait Vichy…

Publié le 17 octobre 2014 - par - 2 422 vues
Share

Ri7Super mouchards contre Zemmour3Je voudrais revenir sur l’article de Fréderic Strousi   http://ripostelaique.com/j-ai-deux-zemmour-mon-pays-et-vichy.html pour lui faire remarquer qu’à mon sens il commet un contresens sur les intentions d’Eric Zemmour, lorsque ce dernier évoque Vichy dans  » le Suicide français ».

Comme beaucoup de sophistes de service, Léa Salamé ou Bourdin, l’évocation de cet épisode leur permet d’amener Zemmour sur le terrain glissant de la « Reductio ad Hitlerum ». C’est l’os qu’ils se donnent eux mêmes à rogner, en refusant le sens de la mise en cause que Zemmour fait de la portée du livre de Paxton. Bien sûr que ce n’est pas une réhabilitation de Vichy, mais c’est dans le cadre de la perspective du livre lui même qui est d’évoquer les faits saillants qui sont à l’origine de la déconstruction de la nation française et de son peuple, tout au long de ses quarante années. Or l’évocation de Paxton, diabolisant l’attitude de Vichy et par la même occasion des Français,  lui sert à démontrer comment l’historien américain faisait un travail de sape à l’avantage des intérêts politiques américains, aux fins de déstabiliser la société française en  initiant la rupture des jeunes générations universitaires avec la France « rancie » des générations précédentes.  Zemmour aurait pu aussi évoquer à la même époque le « Chagrin et la Pitié » de Marc Ophuls ( voir la critique qui en a été faite par Pierre Laborie dans le « Chagrin et le Venin ») ou la « Fin des terroirs » d’Eugène Weber . Mais tout cela avait pour but de culpabiliser les Français sur leur passé.

En fait les attaques des sophistes de service ne font que démontrer, d’une part leur ignorance historique des faits, et d’autre part que souvent ils se sont contentés d’attaquer sur des terrains du livre, comme  l’émigration, qui leur permet de subodorer chez Zemmour des intentions fascistes,  de le qualifier  de raciste, et de le placer du côté de l’extrême droite FN.

Mais sur le fond du livre qui démontre comment la France traditionnelle a été démantelée par le libertarisme post soixante-huitard en vue de passer à une société d’individus atomisés dans leur hédonisme consumériste au service du système financier. Par contre sur l’état de délabrement social et économique dans lequel se trouve la  France actuelle, ce qui est l’objectif du livre, il n’y a pas de discussion, compte tenu que les principaux intéressés médiatiques sont eux mêmes  les principaux bénéficiaires de cette situation, en particulier un personnage comme  Attali l’imposteur, « Attila de la nation ».

Pour ces raisons , je pense que Fréderic Strousi n’a pas tout à fait compris le sens de l’analyse du livre de Paxton faite par Zemmour, lorsque lui aussi croit   au premier degré qu’il s’agirait d’une sorte de réhabilitation du régime de Vichy, alors que la critique essaie de remettre l’ouvrage dans la perspective et le contexte de l’époque, les années 70, où il a été édité. L’os à rogner était trop facile, car c’est ce qui a été donné en pâture par les sycophantes de service.

Pour conclure, j’évoquerai Eric Weil dans « Logique de la philosophie » qui après la guerre disait au sujet du dialogue, qu’il n’y a aucune recherche de la vérité possible si les interlocuteurs n’établissent pas leur discussion sur le fond, c’est le propre de tout sophiste d’éluder la question de la vérité, et de pouvoir ainsi établir leur mensonge. Or c’est un peu la faiblesse d’Eric Zemmour de se laisser entrainer sur ce terrain au lieu de rappeler le fondement de sa démarche, quelles sont les causes du déclin de la France d’aujourd’hui depuis quarante ans.

Sylvain Darras

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.