À Châteauroux, le Grand Remplacement, ça vient…

Publié le 14 septembre 2019 - par - 2 909 vues
Share

C’est même visible à l’œil nu quand on se promène dans les rues, quand on prend les bus gratuits, quand on se rend dans certaines grandes surfaces… Quant aux cités comme la ZUP Saint-Jean, Beaulieu, Vaugirard… là c’est presque déjà fait et ceux qui ont connu ces quartiers dans les années 70 le savent bien.

La réalité du changement de population ? Même pas besoin qu’on fournisse des chiffres, les statistiques ethniques étant d’ailleurs interdites, puisque chacun est à même de le constater plus ou moins selon le lieu habité. Il est bien sûr plus facile de le constater dans des régions comme la région parisienne, la région méditerranéenne, la région lyonnaise etc… régions plus industrialisées donc plus susceptibles d’attirer des étrangers. Mais le phénomène est aussi bien visible dans les régions où les usines et les entreprises autrefois prospères ont disparu. C’est le cas dans l’Indre et en particulier à Châteauroux, ville moyenne qui ne cesse de perdre globalement des habitants. Et pourtant, parallèlement, la ville se dote de plus en plus de nouveaux arrivants pour beaucoup facilement distinguables de par la couleur de leur peau ou de par leur accoutrement.

Ce qui est grave, inquiétant, c’est qu’à l’échelle du temps, ce changement n’a eu lieu seulement que sur quelques années et non pas sur des siècles !

À Châteauroux, les quelques premiers Noirs que les habitants ont vus en 1951 étaient des militaires américains lorsqu’une grande base s’y est installée, créant, soit dit en passant, de nombreux emplois bien rémunérés. Les Américains sont repartis en 1967. Après il faudra attendre quelques années pour voir des gens de couleur venant, ceux-là, surtout du Maghreb ou d’Afrique. Je ne sais pas exactement quand le phénomène a commencé à s’amplifier, puisque j’ai quitté la ville en 1974 pour n’y revenir que 26 ans après, en 2001. J’avoue que le changement d’aspect de la population m’a frappée alors. C’est la 1re fois que j’y voyais des femmes portant le foulard, signe pour moi d’une volonté de non-assimilation.

Un changement donc visible mais qui depuis 18 ans continue à s’amplifie, avec l’arrivée plus nombreuse d’Africains qui semblent affectionner le département pourtant cité comme un département très peu attractif sur le plan économique. Qu’importe le manque de travail, les contribuables paieront les indemnités sociales obligatoires! Et la diversité, tant portée aux nues par certains chantres, devient de plus en plus visible… et parfois sonore… Comme elle l’était par exemple ce matin-là vers 5 h quand j’ai pris cette photo (1re photo jointe) devant mes fenêtres, dans le centre-ville. Et quand des jeunes se rencontrent, il est bien normal qu’ils parlent fort et rigolent encore plus fort !  Ceux-là ne se sont guère gênés ! Que voulez-vous, ces jeunes, ils n’ont pas de travail dans la journée, alors ils sont frais et dispos la nuit ! Tant pis si les gens qui travaillent et qui aimeraient dormir la nuit ne sont pas frais et dispos dans la journée.

Autre élément visuel tangible du remplacement : la rubrique état civil.

En début d’année, un article mentionné sur Fdesouche m’avait interpelée :

https://www.fdesouche.com/1144835-nice-06-les-maries-du-week-end

On y voyait 14 couples pris en photo ce week-end-là par le journal Nice-Matin (21/01/2019) et sur ces 14 couples, seulement 3 couples aux noms franco-français : Marion et Stéphane, Laætitia et Sylvain, Jean-Charles et Christine. Consternant !

À Châteauroux, pas de telle rubrique, hélas, dans la presse locale NR 36. Mais quand même, parfois, une rubrique état civil avec les noms des naissances et des décès. Justement le 20/01/2019, il s’en trouvait une. Et surprise (qui n’en n’est vraiment pas une, finalement, par rapport à ce que j’ai écrit plus haut) : sur 14 naissances, seulement 8 naissances aux noms français ! ( 2e photo jointe). Par contre, et ça a son importance,  sur les 24 décès mentionnés ce même jour, que des noms français !

Depuis je regarde assez régulièrement cette rubrique mais j’imagine qu’il y aura un temps où elle disparaîtra. L’objectivé m’oblige à dire que le « résultat » n’est pas toujours aussi criant à chaque fois mais il prouve cependant qu’en général, de plus en plus d’enfants aux noms étrangers naissent alors que de plus en plus de Français de souche meurent.

Exemple très récent : état civil dans le journal du 5/09/2019 et là : sur 14 naissances : 4 noms français et 10 noms étrangers. Concernant les décès : 17 noms français !

Donc à ce rythme-là, il n’est pas difficile d’en tirer les conséquences pour le département de l’Indre, département qui depuis 2009 frise même un record national car seul le département de la Nièvre a perdu plus d’habitants sur cette même période.

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/indre-demographie-l-hemorragie-continue

Pour l’instant, la population d’origine étrangère est encore minoritaire à Châteauroux mais l’écart se creuse de plus en plus. Ce n’est même plus la peine de parler à ces hôtes d’assimilation, hôtes qui pour beaucoup n’ont pas été invités mais ont forcé la porte, puisqu’ils ont de plus en plus l’avantage du nombre, à cause de politiques incompétents et veules face aux collabos de droite et de gauche ultra-immigrationnistes, pourtant peu nombreux mais qui n’hésitent pas à faire le « bordel » si on ne les écoute pas. Alors les irréguliers, venez à Châteauroux, vous y aurez quelques défenseurs efficaces bien écoutés et il y a de la place… Tant pis si pas de travail ! Tant qu’il y aura des contribuables ! Et tant pis s’il n’y en a pas beaucoup à Châteauroux qui paient : seulement 49,2 % de foyers imposables en 2015… nombre actuellement sûrement en baisse. Et tant pis encore, on taxera plus, car si en France on ne sait pas régler la déferlante migratoire, on a de l’imagination pour trouver où taxer les mêmes toujours plus !

Françoise Lerat

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.