A Dole, un islamiste est venu faire son djihâd pendant la messe de Pâques

Publié le 21 avril 2014 - par - 5 911 vues
Share

Pourquoi, dès lors qu’une agression à caractère religieux par des individus intolérants se perpétue contre des chrétiens, les médias se croient-ils obligés de dédouaner les coupables ?

Auraient-ils une trouille bleue inavouable des aimables adeptes d’Allah et de l’islam ?

Des actes graves ont eu lieu sur notre sol en ce jour de Pâques par des adeptes de la « religion d’amour, de paix et de tolérance » qu’est l’islam, sans que cela n’émeuve beaucoup nos chers journaleux.

Il y a eu tout d’abord cet égorgement en règle à la Courneuve, que le Parisien, dans sa grande frayeur, a prudemment qualifié de « coup de couteau porté au niveau de la gorge » afin de tromper son monde et de se préserver de représailles de la part des gentils mahométans, alors que nous savons tous pertinemment ce qu’est un égorgement, et qui est coutumier de cette pratique halal.

A Mantes-la-Ville, des islamistes ont fait tout un foin pour le don d’un pâté au porc dans leur mosquée, acte évidemment qualifié de « raciste » par les associations cultuelles qui continuent obstinément à tenter de faire passer l’islam pour une race. Reste que ce pâté n’a pas fait de mort, lui.

A Dole, un djihadiste vêtu de son kami et de son machin sur la tête, est venu prier Allah sur son tapis de prières qu’il a installé sciemment près de l’autel, en pleine messe pascale. Peut-être est-ce un moyen habile de réclamer une énième mosquée en France, alors que sortent de terre en moyenne une mosquée tous les cinq jours et demi, c’est en tout cas un acte belliqueux et qui n’a certainement rien de fraternel. Pour le dialogue interreligieux cher aux esbroufeurs hypocrites et autres dhimmis inconscients, il faudra repasser.

Bien entendu, il n’est pas question pour Le Progrès qui relate l’affront d’employer des termes qui fâchent puisque, comme à l’accoutumée, l’auteur de l’article fait dans son froc dès qu’il est question du susceptible islam. Comme il est édifiant de saisir le contraste entre les propos lénifiants dans ces médias pressés d’absoudre ce dogme de toute dangerosité, alors que leur propre silence coincé en dit si long sur ce qu’ils en pensent vraiment. Toute leur méfiance aversive de l’islam transparaît dans leurs non dits.

Ainsi, l’article du Progrès évoque un homme « visiblement perturbé », ce qui est un peu le prérequis pour s’adonner à un culte ordonnant de zigouiller quiconque refuse de s’y convertir. Ce mahométan taquin – il n’en est pas à son coup d’essai – s’est mis à lire des versets du coran, probablement ceux de la partie post-hégire, les autres – erronés ? – ayant été abrogés, avant d’aller écrire quelques mots en arabe dans le registre paroissial.

Le sous-préfet, aussitôt liquéfié par le désir de sauver sa peau, des fois qu’un saint fada s’avise de lui planter son glaive aiguisé dans la carotide, s’est empressé de parer à tout « amalgame », précisant sans surprise pour qui a un tant soit peu lu le coran que « cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé ». Voui, voui, voui… on sait, on sait…

Mais j’y pense… il y aurait peut-être une solution pour soigner efficacement tous ces individus perturbés. Il suffirait d’avoir en permanence dans ses poches un flacon d’eau bénite et d’asperger chaque déséquilibré qu’on croisera dans la rue avec une prière de guérison. Dans certains quartiers surpeuplés en malades mentaux, prévoyez un format adapté…

l-homme-aurait-ecrit-sur-le-registre-paroissial

Extrait de la sourate 112 du Coran mettant en garde contre la prétention du Christ d’avoir Dieu pour père. Où se situe la démence, chez ce Mourad qui a signé son acte ou dans le coran ?

Caroline Alamachère

PS : « L’islamiste n’est pas du tout un « fou », il a écrit soigneusement en calligraphie à la marocaine un extrait de la sourate 112 du Coran qui met en garde expressément contre la prétention du Christ d’avoir Dieu pour père » (http://www.islamisation.fr/archive/2014/04/21/exclusif-ce-que-l-islamiste-qui-a-perturbe-la-messe-de-paque-5351981.html)

http://www.leprogres.fr/jura/2014/04/20/dole-il-installe-un-tapis-de-priere-et-prie-allah-pendant-la-messe-de-paques

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.