À Grenoble, fatwa lancée contre deux professeurs par les islamo-gôchistes

Hier, divers journaux ont rapporté une histoire curieuse. Deux professeurs de l’IEP de Grenoble sont accusés d’islamophobie. Horreur ! Mais de quoi s’agit-il ?

Deux enseignants ont vu leur nom placardé à l’entrée de l’IEP, de cette manière : « des fascistes dans nos amphis. (Suivaient les noms des deux professeurs). Démission. L’islamophobie tue. »

Mais qu’ont donc fait ces criminels pour recevoir une telle fatwa, digne du régime de Khomeiny ? Avant de les traîner Place de Grève pour leur faire subir le supplice de la roue, celui du brodequin, leur arracher la langue et les empaler, venons-en aux faits.

Selon l’un des professeurs, agrégé d’allemand et enseignant à l’IEP depuis vingt-cinq ans, cela aurait démarré en décembre 2020, après un groupe de travail entre enseignants pour préparer la semaine de l’Égalité et contre les discriminations, à laquelle succède la journée Racisme, Islamophobie, Antisémitisme.

Une semaine de l’Égalité, contre les discriminations, en préparation de la journée Racisme, Islamophobie, Antisémitisme  : ils n’ont donc rien à faire, à Grenoble ? Rien d’autre que de l’agitation idéologique ?

Cette semaine de l’Égalité (avec une majuscule dans le programme) faisait-elle travailler sur l’inégalité qui règne dans l’islam ? Inégalité entre les hommes et les femmes, inégalités entre les croyants de la secte et les autres. Il est permis d’en douter.

L’enseignant se disait opposé à comparer l’islamophobie au racisme et à l’antisémitisme. Il a raison, cet homme ! L’islamophobie ne peut pas être comparée à l’antisémitisme. Y a-t-il eu une Shoah des musulmans ? Qu’on le dise tout de suite, nous, simples mortels, ne sommes pas au courant.

Et l’islamophobie n’est tout simplement pas un racisme. L’islam est une religion, pas une race. On se tue à le dire.

L’enseignant douterait de la pertinence du concept d’islamophobie utilisé pour désigner des discriminations dont feraient l’objet des musulmans en raison de leur religion. Mais on ne peut pas trouver ses propos. On se demande bien pourquoi. Déjà la chape de plomb ? La camisole de force contre les sains d’esprit ? Le danger de faire réfléchir ? Car si par hasard il avait raison ?

Par contre on trouve partout les propos du syndicat qui s’est emparé des mails échangés entre les professeurs. C’est l’Union Syndicale de l’IEP de Grenoble, un syndicat issu de la scission avec l’UNEF qui a fait ce coup fumant.

« Il y a encore un ou deux ans, on pouvait discuter. Moi, je suis plutôt libéral. On n’était pas d’accord mais cela n’allait pas plus loin. Aujourd’hui, la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po. Quand on dit un mot qui ne plaît pas, on vous intimide, voire on lance une cabale contre vous. Débattre de l’Islam est devenu impossible. L’ambiance est délétère », dit le professeur d’allemand.

Que l’ambiance soit délétère, on veut bien le croire. Il n’y a qu’à assister aux défilés pro-palestiniens récurrents et totalitaires dans certaines universités pour en être convaincus. Ou aux interdictions de tenues de conférences à Sciences Po par des gens qui ne plaisent pas à la doxa, comme Finkielkraut. Ou à l’interdiction d’une pièce de Sophocle, sous prétexte que se grimer en Africain, c’est raciste. Ou à la journée du voile, et autres inventions saugrenues de ce même institut.

« Me traiter d’islamophobe est non seulement diffamatoire mais dangereux quand on pense à ce qui est arrivé à Samuel Paty » ajoute l’enseignant.

Tout cela était organisé dans le cadre de la semaine de l’Égalité par une collègue enseignante-chercheuse dont on aimerait connaître le nom, on ne le trouve pas mais il est clair qu’elle est agitée du bocal.

Les propos du professeur d’allemand ont été mis sur Facebook pendant plusieurs semaines, dans son dos.

L’occasion pour les agitateurs de régler son compte au second professeur, qui enseigne la science politique, et cherche à faire réfléchir sur l’islam, était trop belle.

On admirera la duplicité de l’UNEF Grenoble, qui choisit de descendre en flammes deux professeurs sans les mettre au courant et par conséquent, sans leur donner aucune chance de se défendre.

Pire, l’Unef a lancé des appels à témoins de l’islamophobie supposée, dans un langage psychédélique. Admirez le « celleux » dans « Courage à celleux qui ont subi l’islamophobie ». Parle-t-on encore français à l’université ?

Le responsable du syndicat à l’origine de la cabale refuse de condamner le fait que les professeurs soient jetés en pâture à la meute haineuse. Son argument : « c’est anormal que des professeurs tiennent ces propos. »

Non. Ce qui est anormal, c’est qu’on les empêche de les tenir. Ce qui est anormal, c’est qu’on ne puisse plus réfléchir sur l’islam, c’est qu’il soit tabou. C’est la preuve que nous nous islamisons.

Partout où il est implanté, l’islam interdit la réflexion, le débat, pour mieux asservir les peuples sous le joug barbare de cette idéologie qui, selon le mot juste de Claude Lévi-Strauss, refuse de considérer les autres en tant qu’autres. Qui refuse donc à tout système de croyance différent le droit de vivre tranquillement.

C’est une preuve de plus qu’il faut réagir, avant qu’il ne soit trop tard pour notre civilisation.

L’urgence est de dissoudre l’UNEF, officine très à gauche qui propage la haine sous couvert de lutte contre la haine. Avec une présidente voilée.

Quel est l’autre concept qui a crispé la gôche, tout récemment ?… Ah oui, l’islamo-gauchisme.

Selon Valls, dans des propos tenus en 2013, « l’islamophobie est le cheval de Troie des islamistes ». Pour une fois, il a raison. Également le cheval de bataille des Frères musulmans, en tête de gondole.

Cette intoxication idéologique victimaire, dynamique de ressentiment qui idéalise l’islam, en diabolisant ceux qui s’y opposent ou tout simplement veulent faire réfléchir, est une imposture selon Philippe d’Iribarne, dans son livre Islamophobie,  et elle nous tue, tue le monde libre, tue la liberté d’expression, tue nos valeurs.

Il est temps d’arrêter le carnage. Samuel Paty doit se retourner dans sa tombe. Il faut dissoudre le concept d’islamophobie et remettre le débat au cœur de notre société.

Sophie Durand

image_pdfimage_print

24 Commentaires

  1. Ce sont les méthodes des # Nazis# en 1930 .
    C’est le Nazislam !
    Très très inquiétant car cela s’accélère à la vitesse du vent avec la bénédiction de Macron et consorts !

    • C’est pire chaque jour; chaque jour une novelle infâmie, nous vivons une époque formidable !

    • L’inversion accusatoire,chère aux dialecticiens marxistes,à été théorisée et abondamment utilisée par iceux,comme un moyen habile de faire taire leurs contradicteurs.Moi,il y a longtemps que je ne débats plus avec eux,c’est trop usant.

  2. L’islam n’est pas une race certes, mais 99% des musulmans sont des non-blancs.
    C’est pas une question d’idéologie, ils veulent juste nous génocider.
    Même les non-musulmans nous haïssent.
    Alors que tout ces profs gauchistes qui veulent « dissoudre la blanchité », « deconstruire le privilège blanc » se facent déssouder par les couteaux de la paix, excités par des antifa encore plus gauchistes, loin de moi l’idée de rire de leurs malheurs, mais j’ai envie de dire « t’as choisi ton camp camarade ».
    Les muz ne veulent pas que leurs filles soient transformées en putes et leurs fils en travelots (même s’ils apprécient beaucoup ces derniers), c’est leur choix.
    Faudrai dissoudre science po et autres facs à la con qui servent de garderies pour gauchistes et envahisseurs.

  3.  » L’islamophobie tue »
    La bonne blague ! Et depuis quand ?
    Les auteurs de cette pensée sidérale méritent de voir leurs noms publiés afin qu’ils récoltent les bénéfices de leurs droits d’exploitation. Ce ne serait que justice.

    • « L’islamophobie tue « . Plus con que ça,islamophobe ou pas,tu meurs!

  4. lisez le coran !
    et allez voter pour nous débarrasser de ces barbares

  5. Le mot islamophobie est en général mal employé, surtout par les médias. Le suffixe phobie annonce une peur irraisonnée or la crainte de l’islam est parfaitement logique et rationnelle.

  6. Mais à part ça, le gaucho-islamisme n’existe pas. Alors qu’ils se constituent en milices de la charia.

  7. Puisqu’on traite ainsi des professeurs, osons dire, comme les cons disent: je suis Charlie:
    JE SUIS ISLAMOPHOBE !

    • Et je suis « fasciste », et vous allez boire l’huile de ricin !

  8. « Dissoudre le concept » d’islamophobie???
    Si vous avez la recette, communiquez-la vite aux 50 millions de Français qui ont peur de l’islam.
    La peur de l’islam, de son intolérance absolue, de ses rituels du paléolithique, la peur bien réelle de ses milices de tueurs, prêtes à sévir partout, cette peur ne se « commande pas »!
    Seuls les obscurantismes religieux et leurs papes osent dire « n’ayez pas peur »!
    Et seul la djustice islamlo-gauchiste ose « condamner la peur » rationnelle de l’slam, cette islamophobie rangée aux côtés de la peur du vide, de la peur des araignées ou de la peur de souffrir.
    Macron a interdit l’usage en privé du mot « race », afin que « racisme », vocable usurpé, détourné, manipulé, permette de condamner tout Citoyen opposé à la pensée mondialiste et multiculturelle.

    • @L BERA
      Dissoudre l’islamophobie ? C’est du délit d’islamophobie dont je parle évidemment. Un délit d’opinion. Enoncé pour paralyser. Qui signifie une hostilité envers l’islam. Bien sûr sinon que nous avons raison d’avoir peur de l’islam. La peur est salutaire. Vous avez eu raison de faire cette remarque.

      • Bien sur!
        Quand la France sera redevenue rationnelle, « cartésienne », on se demandera en effet comment quelques juges islamo-gauchistes avaient pu imaginer de sanctionner une peur citoyenne, de transformer en délit un sentiment, un acte virtuel de Résistance passive à l’occupant.
        Cette mascarade permanente des macronistes à la télé n’encourage pas les deux tiers d’abstentionnistes à aller voter pour que ça change!
        Le franchouillard « assisté » n’envisage pas de quitter ses pantoufles. Incompréhensible démission d’un peuple anesthésié.

  9. non non pour faire reagir les gens ces profs aurais du dire que les cretiens sont racistes et remplacer les catho par une religion d amour tolerence et de paix RATP!!!!

  10. Aux chiottes les gÔchiasses!! Qu’ils aillent chialer ailleurs et ne comptent pas sur ma condescendance!

  11. la secte de dégénérés a tué, elle tue et elle tuera encore et toujours…car ses adeptes sont des tarés décérébrés et endoctrinés, des incultes, ignorants et violents…. MAIS, tous ces connards de gauchos, ces fachistes ecolos, ces biens pensants sans couilles….ne savent rien….et ne veulent rien savoir…ne discutons pas avec des gens comme eux…nous avons un combat à mener pour sauver ce qui reste de notre pays et de notre culture…alors preparons nous !!

  12. N’oublions jamais le combat des mots. On peut éventuellement réfléchir à l’opportunité de remplacer parfois le mot « islamophobie » par « islamoimmunité » ou quelque chose de semblable, en plus de l’emploi du mot « islamolucide ». Ça permet de traduire à la fois que l’islam est un phénomène agressif et toxique et que la considération hostile qu’on en a est de nature strictement réactive et même saine puisque sanitaire. D’un autre côté, l’islam est réellement terrifiant donc on doit aussi préserver l’usage du mot « islamophobe » dans les situations où on peut s’en revendiquer fièrement mais il faut toujours faire l’effort de produire un retour aux réalités par un choix militant du vocabulaire. Ici l’existence de la grossophobie par exemple peut tendre à péjorer le sens du mot islamophobe d’où néces

  13. quand verra t on détruites ces universités perdues ?????
    les étudiants comprendraient peut être enfin la chance qu’ils ont de pouvoir « ETUDIER »……….et laisser la politique à leurs parents………

  14. Dissoudre l’UNEF.ces dégénérés sont

    un danger pour tous le pays

  15. Les étudiants sont des jeunes ecerveles prêts à gober toutes les fadaises qui sont dans l’air vicie du temps .Je me souviens d’un brave prof d’espagnol de l’université de Toulouse dans les années 70,qui avait la malchance de s’appeler Franco.Les gauchos très actifs à cette époque, lui ont pourri la vie,jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite.Pauvre homme!

  16. L islamisme a infiltré les gochistes décérébrés, marionnettes inutiles des islamistes. C est taré.

Les commentaires sont fermés.