A l’UMP ils ont un candidat, mais ils n’ont plus de programme

Publié le 5 septembre 2011 - par - 340 vues
Share

Ce week-end à Marseille, s’est tenue l’université d’été de l’UMP, oups pardon le campus de l’UMP, cela fait plus jeune et plus anglo-saxon. Ce grand évènement est passé au second plan dans les infos de dimanche, car le retour de DSK a monopolisé les médias au grand dam de Jean-François Copé qui trouvait « dérisoires et décalées » les centaines de caméra braquées sur DSK. Le bougre il a réussi à faire passer la fête de l’UMP au second plan.

Tous les ténors de l’UMP étaient là et voulaient afficher une unité pour leur futur candidat aux présidentielles. On peut remarquer que Jean-Pierre Raffarin a failli faire sa mauvaise tête à cause de la taxation des parcs à thème, annoncée par François Fillon le 24 août dernier, mais heureusement ce projet a été retiré par le président lui –même.

Le seul trublion fut Patrick Devedjian avec quelques amabilités pour son cher Nicolas ; « Sarkozy ne connaît que le rapport de force. Mon amitié ancienne avec lui n’a jamais compté par rapport à son appréciation de son intérêt politique. » Arrivé après tout le monde, Patrick Devedjian a choisi de s’inviter en pleine plénière dans la plus grande indiscrétion. Obligeant Jean-Pierre Raffarin, à exiger des fans une entrée plus silencieuse. Tiens, tiens l’unité ne serait-elle que de façade ?

Pourtant les différents orateurs ont appelé à l’unité derrière Nicolas Sarkozy, leur champion de 2007 et leur candidat pour 2012. François Fillon a conclu ses journées en appelant à la lucidité, à l’esprit citoyen et au sens du devoir. Il nous promet à mots cachés beaucoup de rigueur et beaucoup d’efforts. Une grande partie de son discours fut consacrée à la critique du Parti Socialiste, rien de très productif n’est ce pas ?

Bruno Le Maire, chargé du projet présidentiel, avait proposé dans une interview à L’Express le 31 août de  modifier l’indemnisation du chômage, en particulier pour les cadres à hauts salaires ?

Il suggérait aussi de verser une allocation dès le premier enfant et étudier en contrepartie une fiscalisation totale ou partielle des allocations familiales.

Devant la réaction des membres de l’UMP ces deux propositions sont devenues de simples questions parmi tant d’autres. Lors de l’inauguration de ces journées de l’UMP Bruno Le Maire  n’a pas parlé du projet présidentiel, on peut se demander s’il existe  vraiment…

Le 4 septembre, Jean-François Copé, invité du JT de 20heures sur la 2, a sous entendu que le candidat ne serait tenu au programme de l’UMP. Heureusement pour ce candidat car le programme de l’UMP est quasiment inexistant.Patrick  Devedjian a déclaré : « La situation actuelle exige un grand projet de société. Je ne le vois encore nulle part. »

C’est curieux de voir comme les hommes politiques sont frappés régulièrement d’amnésie sélective. Je me souviens qu’il y a quelques mois, tous les politiques UMP reprochaient au Parti Socialiste de ne pas avoir d’idées nouvelles et surtout pas de programme.

Mais tout va bien comme dit le secrétaire général adjoint de l’UMP, Marc-Philippe Daubresse «À la différence du Parti socialiste, nous, nous pouvons travailler sur le projet, sur le fond, car nous n’avons pas de problème de candidat ». On est bien content de savoir qu’il n’y aura pas de primaires à l’UMP mais c’est une chose dont nous ne doutions pas mais il va falloir que le candidat soit plus convaincant cette fois.

Il faut dire que le bilan du quinquennat n’est pas très brillant et il va falloir se creuser les méninges à Élysée pour la future campagne, car on ne pourra pas ressortir les mêmes fadaises qu’en 2007, « Travailler plus pour gagner plus, J’irai chercher la croissance avec les dents etc… » .Le chevalier de 2007 sur son beau destrier aurait-il échangé sa monture contre une vieille mule ? Mais bien sûr c’est évident il faut faire des économies, entretenir un étalon revient beaucoup plus cher donc le futur candidat veut la jouer modeste cette fois.

Mais ne désespérons-pas l’UMP nous proposera un programme en novembre et de toute façon après la Marseillaise finale, Olivier Biancarelli, conseiller politique de Nicolas Sarkozy, fait passer le message : «Le président est content.»

Donc tout va bien :

–  8 millions de pauvres vivant avec moins de 954 € mensuels  (1),

–  le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à4 128 000 en France métropolitaine fin juillet 2011 (4 391 900 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,6 % (+24 300) au mois de juillet. Sur un an, il augmente de 4,3 %.(2)

–  Dette française à fin mars 2011 : 1646,1 milliards d’euros, soit 84,5 % du PIB (INSEE)
– Déficit public français 2011 : 98,5 milliards d’euros (soit 3123 euros par seconde)(3)

Je ne parlerai pas de l’insécurité qui va croissant, nous avons un super ministre qui s’en occupe, parait-il…

Avec un tel bilan l’élection présidentielle de 2012 est loin d’être acquise pour le candidat de l’UMP.

Je terminerai par une paraphrase inspirée du SAV de Canal + :

« Pourquoi sont-ce les gens qui nous ont mis dans la mouise seraient-ils aujourd’hui en capacité de nous en sortir? ».

 

Marie-José LETAILLEUR

1 http://www.inegalites.fr/spip.php?article270

2 http://www.chomiste-land.com/chiffrechomage.htm

3 http://cluaran.free.fr/dette.html

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.