A la télévision, Taubira persiste : compassion pour les criminels, mépris pour les victimes !

Publié le 8 septembre 2013 - par - 1 340 vues

L’émission “Des paroles et des actes” qui a eu lieu ce jeudi 5 septembre avec Christiane Taubira en invitée d’honneur a enregistré sa plus faible audience depuis son lancement avec à peine plus de 2 millions de téléspectateurs qui ne s’étaient pas non plus bousculés au portillon lors des prestations de François Fillon, d’Arnaud Montebourg ou lors de la confrontation Copé-Fillon ou encore, la plus récente, en septembre, d’Alain Juppé.

http://www.fdesouche.com/404917-des-paroles-et-des-actes-avec-christiane-taubira-audience-la-plus-faible-de-lemission-depuis-son-lancement

Le seul élément physique qui a crevé l’écran, jeudi soir, fut la veste fétiche rouge flamboyant de la ministre.

On se donne les moyens qu’on peut.

Madame Taubira commence par être affable, elle pratique l’humour par autodérision, et elle n’est pas avare de ses charmes dans des scènes de séduction bien rodée.

Mais le tempérament réputé autoritaire et dur est bien présent, en embuscade, prêt à en découdre à la première difficulté venue et qui se traduit par une voix de plus en plus criarde et cassante ne souffrant aucune critique et encore moins la contradiction.

La séquence la plus poignante et la plus édifiante de l’émission fut le témoignage de la mère de Priscilla, jeune femme de 31 ans, à peine sortie du coma avec un pronostic vital toujours engagé, agressée violemment-elle est défigurée- il y a quelques jours par un “énergumène” en semi liberté lequel, 40 minutes après cette première sauvagerie perpétrée, s’en prit à une autre jeune femme qu’il viola.

http://www.youtube.com/watch?v=7LAcI01VbKg&feature=player_embedded

“Un énergumène”, “un barbare”,”un féroce”, “une ordure”, “irrécupérable”, “ce n’est même pas une bête car ce serait faire injure aux animaux” tels sont les propos tenus par cette maman et qui viennent à l’esprit de chacun d’entre nous, enfin chacun d’entre nous capables d’empathie envers la souffrance de son prochain.

Pas une seule fois, Taubira n’appuira les dires de cette femme dans la douleur, Taubira si prolixe par ailleurs, préfère se taire. Parce que la Taubira, elle, elle a une règle :

valls-taubira“J’ai une règle, face aux victimes, je fais silence”.

Ce qui devrait laisser sans voix l’indépendantiste guyanaise parachutée Garde des Sceaux, ce qui devrait laisser sans voix “l’amoureuse de Victor Hugo et de Jean Ferrat”, ce qui justifierait qu’elle “fasse silence” ( comme on “fait famille” sans doute ?), ce qui serait digne pour la représentante de la justice serait de prononcer quelques VRAIS mots de compassion à l’égard de la victime et de sa famille en osant reprendre les termes employés par la mère de Priscilla : oui, cet homme s’est comporté en barbare ; oui, cet homme devra être puni en conséquence ; oui, le comportement féroce de cet homme doit le tenir éloigné de toute vie civile durablement ou définitivement.

Au lieu de quoi, Taubira préfère faire allégeance aux juges :

“Par décence, nous ne portons pas de jugement sur la décision du juge”.

La décence de Madame Taubira ne concerne nullement un sentiment de compassion, ne parlons même pas d’empathie à l’égard de cette jeune femme tabassée, défigurée par un barbare jurant sur le Coran. Juste un “enragé”, comme pourrait le dire Caroline Fourest. Si cette femme s’incline, ce n’est pas sur la douleur et le traumatisme à vie, c’est sur les décisions des juges dont elle doit se féliciter de leur indépendance.

“Il est possible que le juge se soit trompé, sur quelle base je me permettrais de dire que le juge s’est trompé” ?

Bel exemple du double discours des gens de gôche.

Les agressions de 2 jeunes femmes à 40 minutes d’intervalle, toutes 2 tabassées et défigurées, la seconde violée ne sont donc pas des actes suffisamment probants pour que la ministre ne voit pas, de facto,  en quoi le juge aurait bel et bien commis une erreur d’appréciation en laissant un tel énergumène en semi liberté ?

Les 50 interpellations et les 12 condamnations qui jalonnent la jeune vie de ce repris de justice chronique n’ont ainsi pas constitué des preuves suffisamment à charge pour ne serait-ce que supputer une incompatibilité irréfutable avec sa remise en service dans la vie de tous les jours aux côtés des honnêtes gens ?

La Taubira ne pipera mot quand la mère de Priscilla raconte que l’énergumène en question ne travaillait plus pour cause de fermeture du service de restauration de la supérette sans qu’aucune personne ayant à voir avec la justice ne s’en soit préoccupée.

Elle “fera silence” à nouveau quand on apprend que le barbare a regagné la prison à minuit moins cinq au lieu de 21 h imposée- il allait chez le kiné !-sans qu‘aucun gardien ne s’alarme de l’état d’ébriété de cet individu qui plus est couvert de sang sur les mains, sur ses chaussures, sur ses vêtements, et sur sa sacoche.

Sous une présidence normale avec un président normal, tout ceci est tout à fait normal !

Nous avions compris depuis des lunes que selon les théories fumeuses de la gôche, c’est la prison qui engendre la violence. Nous savons depuis jeudi que 80% des sorties de taule sont “sèches”. Comprendre qu’elles ne donnent lieu à aucun suivi et que c’est précisément cette carence qui est responsable des récidives. Sofiane, tel est le prénom du fou furieux qui vient de démolir les 2 jeunes femmes a été comme dit précédemment interpellé 50 fois et condamné 12 fois. Il était en semi liberté, voire en liberté tout court puisque il n’allait quand même pas  travailler dans un restaurant fermé !

Autant dire que des chances pour se réinsérer, terme impropre car dans son cas il n’y a jamais eu d’insertion, les juges lui en ont données en veux- tu, en voilà.

Avec les conséquences prévisibles que tout citoyen doté d’un minimum de  bon sens aurait pu envisager alors qu’un juge bac + 10 n’a pas su évaluer ? 

Les peines de probation récemment proposées par la Garde des Sceaux concernent des délits condamnables à des peines de prison ferme inférieures ou égales à 5 ans. 5 ans ! C’est qu’il faut en faire, des choses, pour se prendre 5 ans dans ce pays :

Mais le plus effrayant, c’est d’apprendre que cette loi Taubira concernera AUSSI les prisonniers actuellement incarcérés pour le même laps de temps.

“La Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a opéré un revirement de jurisprudence en consacrant le principe de rétroactivité de la loi pénale plus douce” :

http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2009/09/18/revirement-sur-le-principe-de-retroactivite-de-la-loi-penale-plus-douce-cedh-gc-17-septembre-2009-scoppola-c-italie/

Si l’effet rétroactif vient effectivement à être appliqué, c’est environ 50 à 60 000 détenus sur les 68 000 incarcérés pour délits qui seront relâchés dans la nature et ce ne sont pas, comme l’annonce la ministre, 63 postes supplémentaires d’agents de probation en 2013, ni 300 en 2014 ni même 150 en 2015 et pas davantage les 55 postes plan plan de présidents, de vice présidents ou autres “substituts à l’exécution des peines” qui apporteront la sécurité dans ce pays.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/08/27/01016-20130827ARTFIG00474-probation-pas-de-prison-pour-la-majorite-des-delinquants.php

Malgré tous les méfaits engendrés depuis plusieurs décennies par l’idéologie gauchiste, Christiane Taubira ne dévie pas d’un iota de la culture de l’excuse. Et comme il paraît que plus on enfonce le clou, plus ça marche, elle ne s’en prive pas. Les propos ci-après relèvent bien davantage d’un gouvernement cherchant à imposer sa doctrine totalitaire que ceux d’un gouvernement à l’esprit véritablement démocratique à l’écoute de son peuple qui subit jour après jour les conséquences mortifères de l’angélisme imbécile de zozos retranchés dans les beaux quartiers.

Propos tenus le 28 août dernier qu’elle s’est, en revanche, bien gardée de réitérer le 5 septembre devant la mère de Priscilla :

-“Nous décidons de sortir du désordre”.

“Nous allons détruire, pulvériser les méthodes qui consistent à prétendre que le bon sens dit qu’il faut enfermer, enfermer et enfermer sans cesse alors que cet enfermement sans cesse créé du danger pour la société”.

Taubira, à votre avis, que pensent de vos outrances les 2 jeunes femmes massacrées sur le Coran ainsi que leurs familles qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer ? Elle vous diraient sans doute que c’est bel et bien le désordre qui était de sortie ce jour-là. Et qu’un criminel enfermé, ce sont des victimes en moins.

Caroline Corbières

http://www.lepoint.fr/politique/marseille-taubira-defend-avec-force-sa-reforme-penale-23-08-2013-1716540_20.php

 
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi