A l’Elysée, on a chanté « Suce ma bite et lèche mes boules »…

Publié le 30 juin 2018 - par - 87 commentaires - 11 726 vues
Share

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO COUPLE MACRON FETE MUSIQUE"

Nous nageons en plein délire élyséen.

Tout citoyen pourrait l’appeler Manu et le tutoyer, tant notre président vient de se dégrader aux yeux du monde entier, salissant la fonction présidentielle et humiliant la France comme aucun président ne l’avait jamais fait.

Cette fête de la musique 2018 à l’Elysée restera comme une tache indélébile dans son quinquennat. Un monumental fiasco qui marquera les esprits pour très longtemps.

Et ce ne sont pas les railleries de Christophe Castaner, traitant les Français indignés de racistes et d’homophobes, qui changeront la donne et redoreront le blason de l’hôte de l’Elysée.

Si on n’aime pas le porno, on est raciste et homophobe, c’est tout nouveau !

Le mal est fait et cette sinistre fête de la musique élyséenne véhicule une image déplorable du couple présidentiel à travers le monde.

Comment a t-il pu tomber si bas et offrir une tribune mondiale à un groupe de saltimbanques venu vomir ses insanités sur le perron de l’Elysée ?

“Ne t’assieds pas, salope”, “Suce ma bite et lèche mes boules”, “Danse, enculé de ta mère”.

C’est donc ce chapelet de saloperies qu’il souhaitait offrir aux Français pour la fête de la musique ? C’est donc cela une présidence jupitérienne ?

Est-ce digne de la France, encore 5è puissance du monde, nation millénaire qui a derrière elle des siècles de grandeur, et que tant de personnages illustres ont servie avec honneur et fierté ?

Est-ce digne du Palais de l’Elysée, qui vit défiler tant de rois, de reines et de chefs d’Etat depuis la seconde république ?

Napoléon en avait fait une résidence impériale en 1805.

Imagine t-on l’Empereur écouter religieusement “Suce ma bite et lèche mes boules” ? C’est sidérant !

Oui, monsieur le Président, pour ce que je considère comme une insulte à la France, tout citoyen pourrait vous manquer de respect, mais personnellement je m’abstiendrai, car mon éducation et l’amour que j’ai pour mon pays m’interdisent de me comporter de façon indigne, comme l’ont fait les zigotos que vous avez  invités à l’Elysée.

Vous avez oublié que la France de nos ancêtres, bien des patriotes ont versé leur sang, au fil des siècles, pour la défendre et léguer à leurs descendants un pays libre.

Ils ne se sont pas sacrifiés pour que des saltimbanques sans aucune morale, viennent s’essuyer les pieds sur le drapeau français devant le Palais présidentiel.

Mais peut-être ignorez vous ce que signifie le mot grandeur.

Et il est fort regrettable que vous n’ayez pas connu l’Institution militaire et ses éminentes valeurs morales, en servant sous les drapeaux.

Car en tant que jeune chef des Armées, cela vous aurait évité d’humilier le CEMA, un grand serviteur de l’Etat qui méritait beaucoup mieux que votre petite crise d’autorité mise sur la place publique.

Un mémorable « Je suis votre chef » qui ne vous a pas grandi. Comme si la fidélité d’un soldat au pouvoir politique pouvait être mise en doute !

Vous lui avez manqué de respect, de ce respect que vous exigez des autres.

Vous avez récemment fait la Une de la presse en sermonnant un jeune garçon qui vous avait interpellé de façon cavalière. Et vous avez eu raison.

Mais face à l’irrespect abject de vos chers invités, vous n’avez pas réagi. Pire, vous avez posé avec eux, tout sourire. C’est pitoyable et indigne d’un président.

Le respect, la considération et les marques de déférence auxquels vous semblez très attaché, ça se mérite. Ce ne sont des postures à géométrie variable.

Il y a une exigence de réciprocité. Pour être respecté il faut d’abord respecter le peuple et ne pas l’insulter, comme vous l’avez fait à maintes reprises, avec les illettrés, les alcooliques, les fainéants, ceux qui ne sont rien et j’en passe.

En attendant, les Français vous demandent de régler la crise migratoire qui détruit l’avenir de leurs enfants, de combattre l’islamisme conquérant, de restaurer l’autorité de l’Etat et d’assurer la sécurité sur tout le territoire, de réduire la dette publique qui atteint ce jour 97,6% du PIB, de sauver notre industrie et notre agriculture en perdition, de redresser la situation de l’école, de la santé et de tous les services publics à l’agonie, de vaincre le chômage, etc.

Vous avez été élu pour ça.

Mais pour l’instant, vous ne combattez que la “lèpre populiste” alors que tout empire, sans comprendre que vous serez emporté en 2022 par le tsunami migratoire qui désintègre la société et ruine le pays.

Ecoutez donc le peuple français et ses priorités, monsieur le Président, au lieu d’écouter les insanités d’un groupe “électro”, venu salir la France sur le perron de l’Elysée.

Vous avez voulu « faire peuple », mais c’est raté. Le peuple aussi veut qu’on le respecte.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anne-Marie G

Un bel exemple de verticalité qu’il a donné là, le freluquet ! De dignité, et non pas de vulgarité comme Trump. Enfin pour nos medias et nos grands « intellos », bref les zélites qui se préoccupent tant de la montée du populisme parmi le peuple suspect de lèpre. C’est pourquoi notre président a voulu faire oeuvre de pédagogie en même temps que divertir le peuple et lui a offert dans sa grande générosité cette fête qui mérite de rester dans les anales (sic) de la République.

anonyme

bonjour , et oui ce gouvernement et un gouvernement de débauché j’ai honte de la France , mon pays qui devient de plus en plus la risée du monde entier , si vraiment ce sont certains anciens qui on voter cette merde , ils ont bien avaler toutes les promesses qu’il a faites ,mais pas tenus et qu’il ne tiendra jamais , de toute façon nous sommes gouverner par une bande d’homos que voulez-vous faire avec ça ? les démolir c’est tout ce qu’il méritent , on ne peut vraiment pas leurs faire confiance

Franc

normal le niveau il y avait  » JACK  » de OK KORAL ( remember)

Louis

En 68 nous avons mis à la porte un grand monsieur mais dont la politique ne nous allait pas
Et aujourd’hui devons nous garder celui qui piétine sans remords aucun nôtre pays alors que les cretins qu’il l’ont élus et ce get ailles se faire voir ailleurs
Il n’est pas président ,mais roi d’une république bananière
Les voyages qui nous coûtent
La vaisselle qui nous coûte
Sa femme qui nous coûte
Etc etc
Pendant cela les migrants arrivent alors que les causent de l’etat Sont vident