A lire : Des raisins trop verts… d’Anne Lauwaert

Chez « Tatamis » Anne Lauwaert a publié deux livres. Le grimpeur maudit raconte son histoire d’amour avec Claudio Barbier, Claudio qui est un alpiniste hors norme, qui lui fait découvrir la montagne et qui meurt dans un accident stupide ! S’agit-il réellement d’un accident ? Les oiseaux noirs de Calcutta raconte son expérience dans un home pour enfants handicapés de Calcutta, de Mère Thérésa, où elle s’est dévouée sans compter, ce livre nous montre ce qu’est trop souvent la coopération…

Ce livre-ci est publié par « Mon Petit Editeur ». Il est plus attachant, encore meilleur, il nous explique les origines du malaise que Mark Breddan présente dans son livre La face voilée du Rap, publié chez « Tatamis » (1).

Comme Mark Breddan, Anne Lauwaert a été très proche de personnes venues d’ailleurs et vivant en Europe. Elle a fréquenté vraiment (et en tant que physiothérapeute, a soigné de nombreux « étrangers », maghrébins et africains immigrés ) avec une sympathie venue des tripes, entre autres des adultes Pakistanais, au Pakistan et en Suisse. Elle a étudié l’arabe et le Coran, elle a voulu tout comprendre, aider au maximum de ses possibilités, comme elle l’a fait en Inde au risque de perdre sa santé…

Le livre d’Anne Lauwaert est tout en nuances, n’émet finalement de critiques réelles qu’envers nous, Européens, qui sommes pleins de morgue et de suffisance, qui ne comprenons pas la vraie nature, les vrais besoins des autres peuples et qui les bombardons de notre « aide au développement », de nos « programmes sociaux », ressentis comme condescendants et donc frustrants… et Anne Lauwaert a réellement compris et elle a vécu ce que j’ai vécu avec mes élèves congolaises qui m’ont un jour posé cette question :

« Pourquoi les Européens ne nous donnent-ils pas leur science ? » J’ai répondu :

« C’est ce qu’ils font. Vous êtes en section scientifique ! »La réponse m’a abasourdie :

« Non, Madame, on ne peut rien faire avec ce qu’on apprend à l’école. On veut ce que vous avez. »

J’ai eu beau expliquer l’évolution de l’Occident, ses règles et son activité, j’ai vu des regards très sceptiques et une fille a osé avouer : « On veut la magie des Blancs !».

Il est difficile de vous présenter un extrait de ce livre qui est à lire en entier par tous ceux qui veulent comprendre de l’intérieur, vraiment comprendre et comprendre sans juger, ce qui se passe dans la tête des immigrés qui ont faim de ce que l’Europe peut s’offrir mais pour qui les raisins sont trop verts. Anne Lauwaert nous les présente avec tant de sympathie et tant de savoir que ce livre instructif devient plus que convaincant : il est vrai ! Un bref exemple ?

Sur une étagère qui se trouve assez haut, un livre trône . Il est enveloppé d’un étui et enroulé dans un napperon fait au crochet.

–        Ca, c’est un coran… ! me dit Karim.

–        Ah bon ? Et tu as lu ce qu’il y a écrit dedans ?

–        Mais non enfin… ! Le coran, c’est un livre magique, personne ne peut lire ce qui est écrit dedans ! On le récite comme on l’a appris à l’école coranique mais, pour nous, cela ne signifie rien car on ne peut pas comprendre les paroles magiques…Il se trouve là-haut parce que, ainsi, il protège toute la famille, surtout contre le mauvais oeil…

Mia Vossen 

(1)   Lisez d’abord Des raisins trop verts si vous n’avez pas encore lu La face voilée du rap. Le premier vous donnera  envie de lire le second : les deux se complètent admirablement, sont agréables à lire comme un roman de vacances, sont également instructifs. La différence est dans le fait que Breddan exprime sa frustration, celle des Occidentaux, nous renseigne sur l’histoire, alors que Anne Lauwaert exprime la frustration de l’autre et ce livre rayonne de toute sa chaleur humaine.

Pour commander ce livre, sous forme papier ou électronique: http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342029031

image_pdf
0
0