À l’origine du suicide français

À l’origine du suicide français, il y a la maladie mentale qui consiste à ne pas accepter ni même admettre qu’il y a des différences dans la nature, y compris au sein de l’humanité.

Les Français se comportent comme des mélomanes qui sont passionnés exclusivement par la grande musique classique et qui ont leurs oreilles écorchées à vif par des sons provenant du oud, de la derbouka, du djembé. Mais plutôt que d’être indifférents à des musiques  qui échappent à leur compréhension, ils consacrent leur existence, sur des générations, à  enseigner vainement, aux peuples qui vibrent sur d’autres sonorités, la gamme tempérée sur laquelle s’est construite la musique occidentale.

En son temps, Saint Louis voulait, dit-on, moins combattre les mahométans que les convertir. Ce projet, basé sur l’universalisme des doctrines chrétiennes, s’est poursuivi, même après avoir tranché la tête du souverain oint, avec l’idéologie humaniste, qui est, au final, une forme de christianisme sans « l’hypothèse Dieu ».

Or, quand bien même les Français posséderaient la vérité absolue, en matière de musique, de mœurs et de sagesse, la condition sine qua non, pour l’imposer aux « Barbares » qui demeurent hors et à l’intérieur de l’Hexagone, serait d’être une, pour ne pas dire la surpuissance, dans les domaines militaire, économique, démographique, culturel, scientifique. Il faudrait une foi inébranlable en la supériorité française, qui se matérialiserait, une fois  transformée en hyper-puissance, par  la prise du pouvoir de la France à Bruxelles, puis à l’Onu. Hollywood devrait également être détrôné par des superproductions tricolores, la langue française redevenir incontournable, et le monde entier se prosterner en direction de Notre-Dame, la Sorbonne ou la tour Eiffel.

Si les Français jugent ce projet irréalisable, ils devront y renoncer, donc admettre et  accepter les différences au sein de l’humanité.  Mus par une foi chrétienne dépourvue de son volet internationaliste, à l’instar des Hongrois, ou animés par l’ambition d’établir une vraie justice sociale dans l’Hexagone exclusivement,  les Français s’émanciperont naturellement  de Bruxelles, rétabliront les frontières et le franc, pacifieront les zones de droit islamo-maffieux, en un mot, mettront fin au suicide français.

Philippe Grimberg

image_pdfimage_print