A Madame Bougrab : « Ne pleure pas, Jeannette … »

Ne pleurez pas, Jeannette, sur l’islam, bafoué par « l’islamisme » (1).  Vous y fustigez l’islamisme qui est, selon vous, « une doctrine radicale qui va contre l’islam » et qui « consiste en l’utilisation à des fins politiques de la religion musulmane visant à instaurer un régime fondé sur la charia ».

Vous êtes Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, vous êtes aussi musulmane et vous devriez savoir plus sur l’islam-islamisme. Vous vous voilez d’ambiguïté. D’abord, où avez-vous trouvé une définition de la « doctrine de l’islamisme » ? Si ce n’est dans les références de l’islam lui-même. Pourquoi refuser-vous  « islamisme » quand on désigne l’islam alors que les termes christianisme, judaïsme, taoïsme, bouddhisme, hindouisme … sont acceptés ? Vous feignez d’ignorer que la première vision de l’islam est d’établir le califat, califat dans lequel la Oumma des croyants est sous la coupe de la charia, la loi musulmane. L’islam n’a pas besoin qu’on lui adjoigne un radicalisme prosélyte appelé l’islamisme car il est l’islamisme. Le terme islamisme a été inventé pour ménager l’islam, l’islamisme est tout l’islam. D’ailleurs on pourrait dire que ce sont les fondamentalistes qui pratiquent la vraie religion, les autres, les tièdes, choisissant de la religion ce qui leur plaît pour vivre dans un milieu que l’islam considère comme hostile. L’islam, est une politique et une religion réductrices quand le Coran dit : « Vous êtes la meilleure Oumma qui a été donnée à la terre ». L’islam estime qu’il est venu parfaire toutes les autres religions et imposer à chaque musulman d’agir là où il se trouve pour répandre la religion d’Allah par tous les moyens.

Si vous vous insurgez contre l’interprétation littérale du Coran par « les imposteurs du Coran », c’est que le Coran s’y prête à merveille. Le Coran est un tissu d’incitations  inhumaines que des millions d’êtres humains suivent comme des moutons dans un même troupeau, sans questionnement aucun, puisque « tout est écrit » …

L’islamisme n’a pas besoin de fossoyeurs comme vous. L’islamisme ou l’islam est son propre fossoyeur. Il se refuse à toute réforme car tout y est figé depuis le 7e siècle. Réformer l’islam le rend inexistant. C’est peut-être par cela qu’il faut commencer la lutte, Jeannette. « Il est donc temps pour  la France d’écraser l’infâme ». Oui, mais quel infâme ?  

Je ne vous ferai pas l’offense de vous demander de vous référer au Livre Saint de l’islam, le Coran. Lisons, dans ce Coran, ces quelques versets de deux sourates, al-Anfâl (Le butin) et al-Taouba (Le repentir), qui n’ont pas besoin d’ « imposteurs » pour les interpréter car ils sont d’une grande clarté et que chaque musulman se doit de les appliquer car hors du Coran, il n’y a point de salut :

Dans Le butin :

« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association (2), et que la religion soit entièrement à Dieu. Puis, s’ils cessent (ils seront pardonnés car) Dieu observe bien ce qu’ils œuvrent (8/39) »

« Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi de Dieu et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais que Dieu connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier de Dieu vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. 8/60 »

Le début de ce verset est l’emblème des Frères Musulmans, de l’UOIF et de ses affidés

« Ô Prophète, incite les croyants au combat. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents ; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas (8/65 »

Et  dans Le repentir » (le titre de la sourate est-il approprié ?) :

« Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez que Dieu est avec les pieux.  9/123 »

« ô vous qui croyez ! Les associateurs (2) ne sont qu’impureté : qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci (9/28) » 

Et encore :

« Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés (9/29) »

« Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs (2) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât (3) et acquittent la Zakat (4), alors laissez-leur la voie libre, car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. (9/5) ».

Face à de tels versets, d’une intolérance et d’une barbarie inouïs, qui sont loin d’être les seuls dans le Coran, c’est tout l’édifice « infâme » qu’il faudrait « écraser ». Ne cherchez pas ailleurs, Jeannette, l’« infâme » est dans l’islam lui-même.

Creusez plus avant, Jeannette, vous serez des nôtres et à part entière.

Bernard Dick

(1) Jeannette Bougrab, L’islamisme, une doctrine radicale qui va à l’encontre de l’islam, Le Monde, 04/04/2012 p 16

(2) association, associateurs désignent pour l’islam le polythéisme, les polythéistes, mais aussi les monothéistes tels que les chrétiens qui croient à la Trinité

(3) Salât : les cinq prières quotidiennes de l’islam

(4) Zakât : l’aumône obligatoire de l’islam

image_pdf
0
0