À Marseille, les policiers font un superbe boulot, mais…

Nous avons un ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, très satisfait : il s’est planté à Paris mais a brillé à Marseille.

Enfin, brillé si l’on peut dire car, selon le directeur de la PJ de Marseille, Éric Arcella, ce n’est qu’après une enquête qui a duré plus de dix mois et mobilisé une quarantaine d’enquêteurs de la police judiciaire, dix mois au cours desquels ce gang a vendu des kilos de drogues en tous genres aux Marseillais, qu’il a pu enfin être démantelé.

L’un des plus importants gangs de narco-banditisme, connu et répertorié depuis des années dans les Bouches-du-Rhône par tous les services de police (et par tous les médias marseillais). Gang dont les identités et les origines ont très souvent été citées par la presse et notamment par Riposte Laïque le 16 janvier 2019)

Onze individus arrêtés, dont 7 âgés de 20 à 32 ans (et les 4 autres ?), sous le chef « Association de malfaiteurs en bande organisée », et placés en détention provisoire, selon le procureur de la République du 13, Xavier Tarabeux.

30 % des règlements de compte qui se commettent en France le sont dans le département des Bouches- du-Rhône.

C’est ce gang qui, apparemment, était impliqué dans les tirs de « kalachnikov », le 24 mars vers 13 h 30, dans le quartier de la Bricarde. Fusillade d’intimidation contre une bande concurrente de jeunes   trafiquants de drogue qui osaient « voler de leurs propres ailes ».

Ce lundi 29 avril, à Marseille et sur les pourtours de l’étang de Berre, plusieurs véhicules on été confisqués, de l’armement découvert dans un garage ainsi que 150 000 euros en espèces.

Mais à Marseille ce ne sont pas que les gangs de trafiquants en tous genres qui commettent des crimes et des agressions, cela se passe également dans les rues, pour le vol d’un portable, une insulte, une cigarette refusée, un regard de travers et même pour un banal accrochage de voiture.

C’est ce qui s’est passé jeudi 2 mai, vers 20 h, dans le quartier de la Cabucelle, dans le 15e arrondissement, au Nord de cette cité phocéenne qui se passerait volontiers de cette actualité quotidienne.

Un automobiliste en se garant a abîmé l’aile d’une voiture en stationnement.

Les deux conducteurs, après s’être copieusement engueulés, ont échangé des coups.

Un voisin, âgé de 21 ans, a cru devoir s’interposer pour calmer les antagonistes.

L’individu à la voiture abîmée a sorti son couteau et poignardé le malheureux voisin à plusieurs reprises. Il est mort quelques heures plus tard, vers 3 h 30, à l’hôpital.

L’automobiliste qui s’était mal garé a pris la fuite, le second, le meurtrier, âgé de 44 ans et connu des services de police, a été appréhendé.

Il n’aura plus besoin de faire réparer l’aile abîmée de sa voiture avant quelques années !

Dans la nuit du 2 au 3 mars 2017 étaient découverts les corps de Geneviève et Massimo Degl’Innocenti, un couple de septuagénaire, 71 et 77 ans, dans leur domicile 89 rue Raquin, à Montluçon, dans le département du Doubs.

Geneviève, malade depuis des années, sur un lit médicalisé et Massimo, son mari, livreur du quotidien régional « La Montagne », après avoir été hôtelier.

Dix jours plus tard, le 13 mars, c’était le cadavre de Jeanine Ponce, âgée de 74 ans, qui était retrouvé à son appartement, 77 avenue de la République.

Entre-temps un viol en réunion, avec séquestration, se produisait dans un logement du boulevard de Courtais.

Les enquêteurs, compte tenu que les scènes de tous ces crimes présentaient des actes de grande violence, établissaient rapidement le parallèle et appréhendaient les auteurs : un mineur, originaire de l’île de Mayotte et un adulte, Zaki A.T. (dont nous ignorons l’identité exacte et les origines).

Pour ces trois crimes, le mineur « mahorais », impliqué dans ces trois crimes ainsi que le viol avec séquestration, était, dans un premier temps, incarcéré au quartier pour mineurs du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, puis transféré à sa majorité au centre pénitentiaire de la Talaudière, à Saint-Étienne.

Le délai maximal de la détention provisoire, prévu par la loi, étant de deux années pour les mineurs, le juge d‘instruction criminelle de Cusset a ordonné le 29 mars 2019 sa mise en liberté sous contrôle judiciaire et placé, après avis favorable des médecins, sous régime de l’hospitalisation dans un établissement de santé spécialisé de Saint-Étienne, avec obligations de soins, selon les déclarations du procureur de la République, Éric Neveu.

Porteur d’un bracelet électronique, ce mineur devra se présenter trois fois par jour au commissariat de Clermont-Ferrand ainsi qu’une fois par mois auprès des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), avec interdiction de rentrer en contact avec l’autre individu également impliqué.

Il sera renvoyé devant la cour d’assises des mineurs très prochainement, et être présent, si cela est possible ?

Espérons que nous n’aurons pas la funeste occasion de reparler de lui au cours des prochains mois !

L’autre auteur de ces crimes, l’adulte Zaki, majeur au moment des faits, est toujours en détention.

Manuel Gomez

image_pdfimage_print

6 Commentaires

  1. Je n’ai pas été en Yougoslavie du temps de tito ,j’ai seulement vu en 76 quand j’etais en corse pour le boulot avec l’aide d’un empli d’antenne les infos de ce magnifique pays ……rien qu’a voir la tronche des présentateurs du journal télévisé et autres infos vous saviez que ce n’etait pas le coin ou il fallait faire le con , le laxisme chez ces gens là devait leur etre inconnu . Je ne comprenais pas un mot : les images me suffisaient et nous étions loin tres loin des hanouna et autres guignols décérébrés que nous subissons et je dirais meme que leurs émissions de variété vous foutaient plutot les jetons (mdr)
    Tout ça pour dire que belloubete n’aurait pas eu la cote avec l’ami tito !!!

  2. et alors qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?, LES PRISONS SONT PLEINES , les recidivistes se multiplient a l’infinie, les meurtres ne s’arrettent pas entr’eux on s’en fiche, mais lorsqu’ils touchent de pauvres innocents … il faut des sanctions extremement severes,jusqu’a la peine de mort, car ces trafiquants sont eux memes des assassins, vendre de la drogue a qui que ce soit est un acte criminel qui conduit a la mort physioque ou spirituelle .

    • Sarko supprime la double peine ,remise le karcher au placard ,diminue les effectifs et moyens de la police et pour finir les OQLT ne sont pas appliquées . Il est devenu impossible de construire de luxueuses prisons avec air conditionné salle de sport et autre équipement compapables a ceux des palaces parisiens car l’état est en faillite
      Tout le monde est dehors et belle ou bete dort tranquillement !!!

    • Je crois qu’en AS pays qu’ils venerent comme nous vénérons lourdes le fait de vendre de la drogue vous offre des perspectives peu réjouissantes pour votre avenir ….il serait bon afin de respecter ces magnifiques croyances d’en adopter pour ceux qui s’en disent les fideles le meme traitement

  3. Je m’intéresse de plus en plus à votre vision de la société.

Les commentaires sont fermés.