À Marseille, Mélenchon a compté les poissons

Publié le 13 mai 2019 - par - 6 commentaires - 1 415 vues
Share

On le sait, il l’a dit et répété, c’est un homme du Sud. Alors il ne rate jamais une occasion de descendre vers la mer, mais sans jamais la traverser.

Il s’arrête à Marseille, dans la circonscription où il s’était parachuté.

Bref, il aime Marseille, il aime y parader, il y aime son vivre-ensemble, il aime aussi y recevoir. D’ailleurs son ami Macron lui a fait une visite de courtoisie remarquée sur le Vieux port.

Macron ce soir-là avait déclaré avoir toujours beaucoup de plaisir à discuter avec monsieur Mélenchon. Méluche en avait les yeux de Chimène.

https://youtu.be/p8Z7hb0nTI4

Mais ce week-end, Mélenchon  était sur place en mission de sauvetage, équipé d’une épuisette. Accessoire indispensable comme vous l’allez voir, d’abord pour secourir sa tête de liste aux élections européennes, Manon Aubry qui se noie à 8 % dans les sondages. Loin derrière les favoris à 20-22 % des intentions.

Ceci dit, il est toujours de bon conseil d’appeler à la prudence avant les résultats. Combien d’ours ont ainsi sauvé leur peau. Alors vous pensez, un Loiseau…

L’épuisette devait parallèlement attraper quelques Gilets jaunes égarés. Et puis… je vous garde le meilleur pour la fin.

« Gloire et honneur aux Gilets jaunes »

Toute honte bue, Mélenchon a commencé son numéro de foire par un vibrant hommage aux Gilets jaunes, les mêmes avec lesquels il était distant il y six mois, tant paraît-il leurs ronds-points regorgeaient d’éléments d’extrême-droite.

Toute la Gauche politique, syndicale, associative et artistique était de concert. Les mêmes aujourd’hui qui ont récupéré le mouvement sauvagement réprimé par Macron avec le concours des nervis de l’ultra gauche, s’érigent en rebelles. Du classique.

Devant une trentaine de Gilets jaunes, ou prétendus tels, le bateleur Mélenchon a passé la brosse à reluire :  « « Ils représentent ce qu’il y a de meilleur. Nous avons un point d’appui pour affronter la décennie qui vient, celle des effrois et des tumultes ».

« Pour le député de Marseille, les députés qui entreront le 26 mai au Parlement de Strasbourg seront des « insoumis ». « Vous allez élire des têtes dures, des insoumis. C’est de cela que vous avez besoin », a martelé Jean-Luc Mélenchon. 

« Vous êtes dans une période dangereuse, il faut des gens qui ne cèdent pas à la guerre et à la destruction de notre système » » Source : https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/europeennes-lfi-veut-creer-un-tribunal-international-de-justice-climatique-816832.html

Mélenchon homme-grenouille

Bien évidemment le rompu à la politique de caniveau entend jouer à fond sur le registre climatique. Un thème, qui selon lui serait au cœur de la révolte des Gilets jaunes. Il se paie carrément leurs têtes quand on sait que la préoccupation première du peuple des ronds-points était leur pouvoir d’achat érodé à cause de l’écologie des affairistes de tous poils qui veulent interdire la voiture aux pauvres.

Comme rien n’arrête le fonctionnaire nanti de la Révolution dans ses vomissures de harangues, il a affirmé sans rire que la Méditerranée comptera « plus de plastiques en 2050 que de poissons ». 

Il n’a cependant pas précisé s’il avait recensé la grosse sardine qui avait bouché le port de Marseille.

Le nouvel écolo Mélenchon a donc en conséquence plaidé pour la création d’un « tribunal international de justice climatique ».

Le dictateur de Le Média, organe central de l’appareil mélenchonien, en connaît en effet  un rayon pour mater la liberté d’expression par les tribunaux d’exception qu’il veut mettre en place avec son pote Macron.

Pour ceux qui ne sont pas d’accord avec lui : https://ripostelaique.com/melenchon-veut-un-tribunal-dexception-pour-les-journalistes-qui-lagacent.html

Pour tous les autres ce sera la commission Ressiguier-Mélenchon pour faire taire toute contestation du programme Macron : mondialisation – immigration – islamisation de la France. Il s’agit d’un ersatz de tribunal, illégal, parlementaire à la solde des Insoumis. L’accusation y est publique et la défense à huis-clos !

http://www.murielressiguier.fr/2018/11/13/commission-denquete-groupuscules-dextreme-droite-muriel-ressiguier-explique/

Bien évidemment enfin, l’homme qui chiale dans les voiles des familles de jdhadistes,n’a pas causé du coût de l’immigration aux Gilets jaunes, ni de l’effet vase communiquant pour leur pouvoir d’achat : https://ripostelaique.com/le-collabo-melenchon-emu-aux-larmes-par-les-familles-de-djihadistes.html

Mais l’essayiste Alain de Benoist, lui, a une certaine idée de la question : https://ripostelaique.com/mondialisme-de-benoist-explose-melenchon-et-la-gauche-immigrationniste.html

Jacques Chassaing

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Robert

Il y a 6 mois, les gilets jaunes étaient des bons français, et merluchon a lui-même dit un jour qu’il ne pourrait vivre au milieu de blonds aux yeux bleus, alors normal qu’il était contre eux. Aujourd’hui les gilets jaunes sont en grande partie représentés par des raclures de la nouvelle france de merluchon, tout en faisant porter le chapeau aux blancs pour les actes néfastes (à l’opposé de la réalité) donc normal qu’ils soient à son goût. C’est lui le haut traître, pas Kotarac !

POLYEUCTE

A Marseille ? Le Vieux Porc ?

Marnie

Une poignée de main Macron-Mélenchon démontre l’estime qu’ils se portent mutuellement. Cette empathie est surement due à leur objectif commun : l’invasion migratoire et la destruction de la France.

Enri

OK vous avez raison les memes ordures

patphil

où sont passé les électeurs qui croyaient en mélanchon?
jamais un sondage pour nous le dire!

. Dupond 1

Mélanchon n’aime pas marseille et encore moins les marseillais . Cette ville n’a eu pour lui d’interet que le tramplin qui lui a permis de sieger a l’assemblée avec quelques fadas comme miss goulag dont il se fout éperdument . Les marseillais le prennent pour un parisien ( on vous fera remarquer que les façades d’immeubles tournent le dos a la capitale mdr) et étant parisien merluche n’a pas cette noblesse que possede un petit gars né derriere l’église st férréol