À Marseille, tous les politicards sont pourris, sauf Stéphane Ravier

Publié le 25 août 2021 - par - 85 commentaires - 2 960 vues
Traduire la page en :

Mort de rire… Je suis mort de rire !

D’accord, ce n’est pas charitable… Se réjouir de l’auto-effacement des racailles marseillaises issues de l’immigration (et islamisées de surcroît) par la grâce efficace des « kalachs », ça fait désordre (quoique…). (1)

Non, non… ce qui me fait me tordre de rire, c’est la future initiative de « l’homo déviaticus » histrionique de l’Élysée qui, la semaine prochaine, à la suite de Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, va nous présenter un énième plan « pour la sécurité et le développement » de ces cités immigrées (appelées plus précisément « zones de non-droit »), plan qui va coûter « un argent de dingue » (comme les précédents), qui va ne servir à rien (sinon à alimenter les caisses des délinquants islamiques et des profiteurs issus de l’immigration), qui n’a de raison d’être que de permettre l’éventuelle réélection de « l’homo déviaticus », et d’abêtir encore plus les compatissants hypocrites (de  « gauche » et de « droite », cathos authentiques et musulmans victimaires par nature) !

Parce que, si des quartiers entiers de vos villes, à Marseille, à Lyon, à Bordeaux, en Île-de-France (et partout ailleurs : 1500 « zones de non-droit » recensées, quand même) sont soumis à la loi des délinquants de première, deuxième et troisième générations immigrées (et de culture islamique), c’est tout simplement parce que Macron, Hollande, Sarkozy, Chirac, Mitterrand ont largement ouvert nos frontières à tout ce que la planète compte de décérébrés et d’inutiles, largement soumis à la religion mortifère et anachronique qu’est l’islam, venus ici pour bouffer l’assistanat social qui ruine nos finances publiques, se gratter les roubignolles en tenant les murs, s’épanouir dans toutes les formes de l’économie illégale et de la délinquance.

Et vous n’êtes pas au bout : ne voilà-t-il pas que le « déviant élyséen » accueille sans rien demander des dizaines de milliers d’Afghans, totalement congelés du cerveau mais fort habiles à la « kalach » et au couteau !

À  Marseille comme ailleurs, il n’y a pas que « la drogue » pour asseoir la criminalité et la violence, il y a aussi le travail illégal (50 % de la main d’œuvre BTP en PACA est « clandestine »), le « tombé du camion », les vols (à la tire ou dans les villas de la périphérie), la prostitution. Tout ça permet à toute une population qui n’a rien à faire chez nous (et qui y est venue sans que l’on nous demande notre avis) à « rouler BMW ou Audi ou SUV quelconque… » tout en bénéficiant de la socialisation par l’assistanat social, les soins gratuits et le logement social, logement social (payé par l’APL) accaparé par ces importés, ce qui pousse ceux qui travaillent avec des revenus modestes à aller vers l’habitait privé dont les loyers sont indécents.

D’accord : « l’homo deviaticus » élyséen n’est pas tout seul. Les vierges  (par antiphrase…) effarouchées qui, de Samia Ghali à Muselier, de Payan à Coppola, de Rubirola à Vassal, gémissent hypocritement devant la destruction de la ville qu’ils sont censés gérer ne peuvent qu’apporter le dégoût et la nausée les plus intenses quand on sait que c’est grâce à leur marigot putride  coco-écolo-socialo que les hordes immigrées ont pris possession de Marseille… Marigot putride largement abondé par les flux des Républicains à la sauce « Gaudin » comme par les godillots-déchets que sont les LREM locaux.

Disons-le tout net : ici, à Marseille, les seuls qui ont lutté, qui ont dit « non », qui ont les mains propres de tout sang des citoyens, ce sont les élus du FN-RN représentés hautement par Stéphane Ravier.

Tous les autres, oui, tous, et surtout tous ceux qui iront se pavaner autour du « déviant élyséen » et se montrer derrière les caméras de la valetaille médiatique (ou dans les colonnes des  journaleux lécheurs de « La Provence ») ne sont que des minables, accapareurs de prébendes, assoiffés de « sièges électoraux », destructeurs de la France, de la Nation, de son peuple. (2)

Maintenant, il faut être honnête : comme l’on n’est pas obligé de se droguer pour vivre (et de cultiver par là toute une économie criminelle), on n’est pas obligé de voter pour ces gens-là dont on sait pertinemment que, s’ils sont autant immigrationnistes et islamophiles, c’est à des fins électoralistes, c’est pour avoir « leurs gens de maison » à bon compte, c’est pour pouvoir bénéficier de jouets pour leurs parties fines du samedi, c’est pour satisfaire sans risques leurs vices inavouables… et, plus généralement, pour permette au patronat, dont ils sont l’émanation, de bénéficier d’une main-d’œuvre abondante et à bon marché, et de tuer le combat social en le remplaçant par le combat des communautarismes.

Oui, nul n’est obligé de voter Payan, Muselier, Macron… surtout quand un mouvement aussi puissant que celui du Rassemblement National propose une alternative de rupture.

Jean des Entamures

1 – https://www.lepoint.fr/faits-divers/marseille-deux-fusillades-font-trois-morts-en-une-nuit-22-08-2021-2439701_2627.php

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-guerre-de-la-drogue-secoue-marseille-20210823

2 – https://www.causeur.fr/immigration-et-demographie-urbaine-les-cartes-a-peine-croyables-de-france-strategie-208601?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=0c80117fe6-Newsletter_4_fevrier_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-0c80117fe6-57990749

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi