À Moscou, on fiche les immigrés : les voyous ne font pas long feu

Publié le 7 octobre 2021 - par - 29 commentaires - 1 264 vues
Traduire la page en :

À Moscou, les quelques dizaines de milliers de caméras en service dans les rues et les transports en commun sont en train d’être connectées à un système de reconnaissance faciale, lui-même connecté aux bases de données des services de sécurité. La base est alimentée par les données biométriques des Moscovites “volontaires”, qui se font alors enregistrer dans les banques et centres de services administratifs. On y ajoutera les données des personnes fichées pour faits criminels, et celles des Moscovites décidant de demander une carte d’identité électronique, qui remplacera alors le vieux “passeport interne”. Et y seront inscrits (avec photo donc) obligatoirement les immigrés de tous pays entrant en Russie.

Les services de transports de Moscou ont mis en place également un système de paiement par reconnaissance faciale, là encore pour les voyageurs qui le désirent : ils s’inscrivent alors sur le site internet du métro, enregistrent leur photo et leur moyen de paiement et les portillons de contrôle s’ouvriront automatiquement devant eux, leur compte étant débité du prix du transport.

Certains protestent bien sûr de ce “fichage numérique”, mais il faut bien dire que les avantages sont immédiats. En particulier le taux d’élucidation des crimes à Moscou bat des records, alors même que le nombre de crimes se situe très très loin des chiffres des pays européens ou des États-Unis. Par exemple un vol de téléphone dans le bus ou dans le métro, bien que très rare, sera élucidé dans la journée et le voleur arrêté. Il aura été filmé depuis le wagon (ou le bus) jusqu’à chez lui. Une fois le délit établi, il sera dans la majorité des cas identifié puisque il s’agit dans 99 % des cas d’un immigré et/ou d’un récidiviste et donc figurant déjà dans la base de données, et la police ira le cueillir.

Le seul point qui pose problème est la décision de la mairie d’installer également 43 000 caméras de surveillance reliées à ce système, dans les écoles publiques. Et ici tout ce qui touche aux enfants est plus que sensible, des associations de parents d’élèves s’opposent au projet qui ne semble guère justifié. Toutefois, ici aussi les élèves s’enregistreront, si du moins le projet est mené à bien, sur une base de volontariat de leurs parents. Les sondages indiquent que 80 % y sont opposées. Ceci n’arrêtera sans doute pas la mise en place du projet mais le nombre d’élèves enregistré ne devrait pas être important.

Ce projet vidéo devrait donc sans nul doute rendre Moscou encore plus “sûr”, et l’exemple devrait être suivi par plusieurs grandes villes du pays.

Quelques mots sur le covid en Russie. Les statistiques officielles complaisamment colportées par les médias étrangers font état d’un “record” de malades et de morts. Curieusement en Russie cette année, on ne note quasiment AUCUN malade de la grippe, et encore moins de morts. Pourquoi ? Tout simplement car selon une circulaire qui a été diffusée à la fin de l’été, il est indiqué clairement que tous les cas de grippe et pneumonie seront traités comme des cas “Covid”. Et donc les statistiques augmentent en conséquence. Mais plus personne ici ne fait attention à ces chiffres et la vie continue normalement.

Selon les statistiques, 20 % des Russes se sont fait vacciner, et environ 30 % à Moscou où des points de vaccination sont ouverts dans toute la ville, même dans les parcs ! Ils sont d’ailleurs quasiment déserts. Quant au pourcentage de personnes vaccinées… Vu qu’il est très facile de se faire établir une fausse-vraie vaccination pour 5 000 roubles (60 euros), les statistiques ne veulent pas dire grand chose…

Boris Guenadevitch Karpov
https://boriskarpov.tvs24.ru

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi