A Orléans, dans un laboratoire du CNRS, trois doctorantes sont voilées !

Le Centre de Biophysique Moléculaire est un laboratoire du CNRS d’Orléans la Source créé dans les années 1960 par le Professeur Charles Sadron qui le dirigea jusqu’en 1975. Charles Sadron fut un éminent scientifique, il fut l’un des Sages chargés par Charles de Gaulle de réfléchir sur le devenir de la Recherche Scientifique française. Il fut aussi un grand résistant, ce qu’il paya d’un séjour dans les camps de concentration de l’Allemagne nazie. Le Professeur Charles Sadron fut remplacé à la tête du Centre de Biophysique Moléculaire par le Professeur Claude Hélène qui le dirigea avec autorité et compétence pendant plusieurs années avant d’être nommé au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.
Ce laboratoire, qui comprend environ 140 personnes dont une quarantaine de non-permanents (d’après sa fiche signalétique), est maintenant dirigé par Jean-Claude Beloeil, Directeur de Recherches au CNRS.

L’an dernier, une stagiaire est arrivée voilée. Elle avait le statut d’étudiante mais était néanmoins rémunérée par le laboratoire ! Elle faisait sa prière dans le bureau qu’elle partageait avec d’autres personnes. « Mais elle fermait la porte ! Et puis elle était gentille !» disent les belles âmes. Il n’empêche, pendant qu’elle faisait ses prières l’accès du bureau était interdit aux autres occupants ! Toute l’année le personnel a fait le dos rond, personne n’ayant le courage d’aborder franchement le problème.
Cette année, ce sont trois (oui, trois !) doctorantes, c’est-à-dire payées par l’Université ou le CNRS, qui portent le voile islamique. Selon une stratégie bien rodée par les mouvements intégristes, pour avoir leur agrément elles se sont présentées non voilées à la fin de l’année scolaire, puis sont arrivées voilées en octobre. L’une d’elles aurait même demandé à son responsable ( ?) de thèse si cela posait un problème qu’elle soit voilée. Lequel lui aurait répondu « Non, çà ne pose pas de problèmes ! ». On croit rêver ! Malheureusement c’est d’un cauchemar dont il s’agit ! L’une des voilées intervient même auprès des étudiants à l’Université en toute illégalité.
Lors de la Fête de la Science, les 21 et 22 novembre derniers, le public a eu la pénible surprise d’être reçu par une intervenante voilée ! Ce fut un choc pour beaucoup de personnes qui se sont senties extrêmement mal à l’aise.
Les (ir)responsables des thèses de ces personnes affectent de ne pas voir où est le problème. Quant au Directeur, Jean-Claude Beloeil, il regarde ailleurs et n’assume pas son rôle de Directeur.
Heureusement, dans cette ambiance générale de lâcheté et de soumission à l’intégrisme islamique, un (tout) petit groupe de personnes a décidé de réagir.
Charlie

image_pdf
0
0