A propos de la déradicalisation des islamistes…

Dans les phénomènes de radicalisation islamiste, les situations qui ont abouti à la mise en place d’une conviction sont toujours complexes, car tout comportement radicalisé doit être considéré comme lié à processus d’apprentissage très particulier. La déradicalisation correspond à un changement de processus dans le processus d’apprentissage, soit une sorte de processus de conversion religieuse pour un changement correcteur de l’ensemble des comportements. On rapporte que Swift aurait dit : « You cannot reason a person out of something he has not been reasoned into« . (Vous ne pouvez pas détacher quelqu’un du radicalisme par le raisonnement tout simplement parce qu’il n’a pas été amené au radicalisme par le raisonnement.)

En clair, le rapport du djihadiste à l’autre non musulman est symétrique. Le djihadiste est comme en état d’escalade pour la conquête islamiste. Les djihadistes peuvent paraître tenaces, mais ils ne sont pas stupides. La zone de l’esprit où se décide la ligne de conduite djihadiste est très profondément enfouie. C’est pourquoi le simple qualificatif de stupidité ne peut rien expliquer de la radicalisation islamiste. Ces niveaux de l’esprit ne sont pas accessibles au langage psychothérapeutique et donc à la relation thérapeutique.

Les convictions qui s’y réalisent sont codées dans un processus primaire non langagier. Dans le djihadisme, la seule façon de réaliser une conviction contient sa propre négation. « Je n’ai pas peur de toi » et « Je veux te tuer » est une mise en acte et un commandement « radicalisé » de la proposition consistant à nier l’autre, aboutissant à une reductio ad absurdum de la relation à autrui, et donc du « vivre ensemble ».

« Je veux te tuer » est réalisé à travers un combat radical, qui est en fait une sorte de jeu rituel. C’est pour cette raison que le comportement islamiste évolue communément vers une affirmation « radicalisée ».

En ce sens, la fierté du djihadiste est en quelque sorte une description ironique. C’est un effort résolu de vérifier la maîtrise djihadiste du monde, avec un but ultérieur indicible, qui est de prouver en fin de compte que la radicalisation islamiste est la seule réalité efficace dans un monde occidental devenu faible et absurde.

Le combat islamiste totalitaire est tout simplement la solution radicale à tout ce qui ne marche pas dans le monde occidental démocratique. Si on considère que la radicalisation islamiste contient la négation simple du monde occidental démocratique, cette proposition n’est pas exprimée par le langage mais dans le processus primaire. Son expression islamiste totalitaire finale sera toujours l’action : celle de prendre une vie.

La bataille héroïque du djihadisme contre le monde occidental démocratique se termine toujours par la domination finale du monde occidental. « Faisons la paix et soyons amis, mais seulement dans l’islam ».

Cette hypothèse est confirmée par un fait incontestable : la bataille héroïque du djihadisme est une mise à l’épreuve monstrueuse qui conduit à la radicalisation que le djihad islamique impose à l’islamiste.

Le monde occidental démocratique a raison de vouloir le rejeter, du moins en paroles. De cette façon, il parvient à une politique absurde de la déradicalisation islamiste sous la forme de la relation thérapeutique conventionnelle sans aucun rapport avec la réalité de la radicalisation islamiste. Mais cette description de la relation thérapeutique en vue du processus de déradicalisation ne permet pas de parvenir à une solution.

Si la déradicalisation islamiste ne marchera pas, c’est parce que ça ne peut pas marcher à vouloir s’inscrire dans la codification de la relation thérapeutique dans le déni du processus djihadiste primaire.

Comment vouloir comprendre les approximations du processus djihadiste primaire et saisir qu’elles ne peuvent conduire le monde occidental démocratique à se représenter à fond les enchaînements d’actions qui prouvent la radicalisation islamiste ? Le monde occidental rencontre les problèmes du processus djihadiste primaire qui ne peuvent être résolus qu’à l’intérieur d’un modèle très particulier où, en fonction de certaines circonstances, le malaise de la radicalisation islamiste tend à renforcer le comportement radicalisé.

Cette radicalisation islamiste permet de vérifier que c’est précisément ce comportement particulier qui a été à l’origine du malaise du processus djihadiste primaire qui ne pourra qu’augmenter jusqu’à une certaine limite, au-delà de laquelle les changements de comportement radicalisé deviennent impossibles.

Un séide djihadiste radicalisé défie le monde occidental démocratique de procéder à quelque velléité de déradicalisation islamiste que ce soit. Il doit pouvoir expérimenter afin qu’il puisse se rendre compte ainsi, par lui-même, qu’il n’a aucun contrôle sur le processus djihadiste primaire. Il doit pouvoir expérimenter que le processus djihadiste primaire a été renforcé par les expériences collectives du djihad, de sorte que tout épisode de déradicalisation islamiste doit prendre un caractère de conversion et non d’auto-initiation.

Mais l’homme islamiste radicalisé ne veut pas vérifier la réalité du processus djihadiste primaire. Il a fui une sensation désagréable, en recherchant une expérience djihadiste radicalisée répétée dans les actes.

C’est pourquoi, on ne peut le rencontrer pour envisager la déradicalisation islamiste que dans certains processus comme dans les phénomènes de conversion, les seuls qui entraînent une réorganisation profonde de la personnalité.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

20 Commentaires

  1. Pour connaitre l’islam il faut regarder des choses très simples parfois, ainsi il y a une vidéo très instructive de : Rachid science l’islam

  2. Le Coran dit de péter face à La Mecque , de cracher à gauche , de s’essuyer l’anus avec des objets durs tels des cailloux .Trois est le nombre idéal. Une crotte durcie ne peut être employée cependant . Cela se fait toujours de la main gauche et en partant de chez soi du pied gauche . La main droite,c’est pour tenir le Coran .

    La femme qui va chier ,sur le tas , à 30 mètres des tentes , ne peut y aller seule. Elle y a va avec une autre femme .

    • Trop drôle , Dominique ! Mais a dit Charles Aznavour  » il y a peut-être des génies parmi ces gens-là  » ….

  3. Pour déradicaliser un musulman il faut que ce musulman quitte l’islam puisqu’être musulman c’est être radical – il y en a , c’est à eux qu’il faut donner de la visibilité !

      • Le juste milieu entre la fillette violée par son mari de 40 ans et les homosexuels balancés du haut des immeubles ?
        Le juste milieu entre deux jeunes filles éventrées et l apostat lapidé ?
        Le juste milieu entre l appel quotidien aux meurtres des non chrétiens dans toutes les mosquées du monde et les attentats musulmans partout sur terre ?
        Non Abdoul le niais, repars chez toi . On préfère notre juste milieu entre Rabelais et Brassens ….que, probablement,tu ne connais pas…

  4. Il est plus simple et plus facile à lire , de dire que les cerveaux des enfants sont formatés , l’enfant est une éponge qui absorbe et croit tout ce que disent les « grands » …que ce formatage ne peut être effacé que par le rétablissement , dans leur cerveau, des bonnes connexions, et que ça prendrait des années de « traitement » suivi …
    A ce sujet lire le livre « L’islam fabrique des déséquilibrés?  » de Wafa Sultan…

  5. Comment déradicaliser ceux qui décapitent ? Comment déradicaliser ceux qui prennent des bébés par les pieds et leur fracassent la tête contre le mur ou en leur mettant une balle dans la tête ?
    Il faut arrêter de croire, de supposer que …
    Notre vie est en danger et nous n’avons pas le temps de faire des suppositions !!!

  6. être musulman, c’est obéir aux principes coranique, point barre!
    pour ceux qui n’auraient pas eu le courage de lire le coran, j’en ai relevé quelques florilèges, il y a d’autres versets tout aussi mortifères, mais à quoi bon des redites
    CORAN AMOUR:
    deux fois seulement le mot amour est employé (dans 610 pages, 114 sourates)
    74:8 amour de ton seigneur
    76:9 et pour l’amour de Lui
    CORAN AMITIE
    4:90 ne prenez pas d’amis parmi les mécréants, s’ils tournent le dos, alors tuez les
    3:150 si vous obéissez aux mécréants, vous serez perdants
    4:90 ne prenez pas d’amis parmi les mécréants, s’ils tournent le dos, tuez les où que vous les trouviez
    4:102 ne choisissez pas d’amis parmi les mécréants
    4:77 les croyants combattent pour la cause d’allah, les mécréants pour la cause du malin
    etc.

  7. Il en fut de même avec les jeunes fanatique de la Hitler Jüngen après guerre. Les nazis le demeurèrent, et la dénazification ne fut que de la poudre aux yeux, les populations protégeant bec et ongles, des responsables nazis des camps de concentration ou de divisions SS qui avaient carrément des postes de notables dans certaines villes Schleu !

  8. La diffusion de la haine passe avec l’Islam, comme avec le Nazisme, et toute dictature, par une promesse tacite et répétée, de statut privilégié du candidat adhérent ! Dans les mosquées, le discours est d’abord, de convaincre le croyant que Allah en a fait un élu qui va pouvoir piquer ses biens aux autres peuples de la planète, qui vivent mieux que lui ! L’islam n’est depuis sa naissance que dans une logique de conquête par razia ! Partout où il arrive, à la différence de toutes les précédentes invasions barbares, qui aboutirent à l’absorbtion par la culture envahie, de la population envahissante, pour créer une dynamique de redémarrage, l’islam lui a une attitude stérilisatrice et décivilisatrice. La raison en est simple L’islam n’est jamais stable, satisfait, même dans le Dar Al Islam

  9. Quand je vois l’argent du contribuable versé à des associations véritables extorqueuses de fond comme celle de Dounia Bouziar en pure perte. Personne ne demande des comptes à cette escroc de Bouziar et à tous les autres? La seule deradicalisation efficace et qui coûte,pas un rond, c’est une balle de 7.65 bien placée.

  10. Quand j’étais jeune, dans les centres de formation des officiers, s’appliquait ce que nous appelions les casques à boulons, qui consistait à imprégner l’esprit de l’impétrant, de la conviction qu’il était d’essence supérieure. Pour aider ce lavage de cerveau sémantique, le recours à l’épuisement physique, la maltraitance, sont utilisés habituellement ! Dans la religion catholique, on retrouve le recours au jeûn « aux jeunes aussi d’ailleurs » pour fragiliser le corps et l’esprit et ouvrir les portes des âmes néophytes, cela associé au système de répétition abrutissante de litanies, avec les chapelets, l’épuisement par les tâches imposées, dont les multiples périodes de prières, comme dans l’islam qui a clairement copié ce que les cons précédant avaient inventés pour conifier ce ki est droit

    • Je n’ai surtout pas utilisé le vocable « inconscient » qui pourrait laisser croire à un espace pour les pseudo-psychanalystes qui n’y peuvent rien. Ne pas confondre avec le non-conscient. Pour mes souvenirs de mon passage chez les Paras, je peux vous dire que vos remarques désobligeantes sont infondées. J’ai été très intéressé par l’approche psycho-pédagogique de très haut niveau de notre encadrement et de nos formateurs, ce qui a permis aux plus faibles parmi nous de faire bonne figure en sautant avec l’ensemble du groupe soudé même dans des circonstances difficiles ou même parfois pénibles.

  11. Donc comme le dit l’auteur de cet excellent article, la fanatisation passe par un processus inconscient !
    Donc pour défanatiser, il faut passer par le même chemin !
    Zum Befhel OberGruppen Führer !
    Reste que ce n’est pas le fanatique qui est le danger de l’islam, mais tout musulman, qui par définition, ayant avalé le Coran, par voie rectale, n’a qu’une aspiration divine à vous baiser !

  12. Eternel débat ! Toujours concentré sur l’islam.
    Je prends un exemple personnel….
    Marié depuis 53 ans avec une épouse Catho pur jus, moi Athée, pur jus !
    Avons-nous varié d’un pouce ? Non !
    Comme quoi, la coexistence pacifique existe !

Les commentaires sont fermés.