A propos des quatre crimes d'un déséquilibré Turc naturalisé suisse

UDCstopper_l_immigration_massiveSamedi 9 mai 2015, dans le nord de la Suisse, à Würenlingen, il y a eu tuerie.
Le principal suspect, qui s’est suicidé à la suite de son escapade meurtrière, venait d’effectuer un séjour en hôpital psychiatrique, où il avait été récemment placé de force, étant par ailleurs connu des services de Police pour des faits de violence.
Jusqu’ici rien que de très tristement banal et révélateur de la nature humaine. Mais ce samedi, ce « déséquilibré » a tout de même abattu quatre personnes, trois membres de sa belle-famille plus un voisin de ses beaux-parents. Un « drame familial », rien de plus. A noter que ses trois enfants lui avaient été retirés par les autorités, en mars de la même année, « la présence de leur père constituant un risque pour eux. »[1] Après le placement de sa progéniture, la mère n’a pas reparu au domicile familial et vivrait dans une institution sociale avec ses enfants[2].
Seulement voilà : le tueur présumé – selon l’expression consacrée – est d’origine turque, naturalisé suisse en 2004. Et dans son pays natal les crimes d’honneur sont monnaie courante et tous les prétextes sont bons pour exercer ce « droit » aussi absurde qu’atroce.
Un article paru dans Le Figaro en 2009 évoquait ainsi ces crimes d’honneur : « La pratique a parfois pris une telle ampleur que des femmes ont été tuées pour avoir discuté avec des étrangers, demandé la diffusion d’une chanson à la radio ou même pour avoir été les victimes d’un viol. »[3] Sous la pression de l’Europe – une fois n’est pas coutume ! – la Turquie a même été sommée de légiférer sur ces traditions abjectes.
On pourra, à juste titre, m’opposer des affaires de meurtres similaires impliquant des Français de souche, mais ce qui s’est joué samedi en Suisse est caractéristique de mœurs moyenâgeuses qui n’ont, pour l’instant, qu’un impact marginal, mais risquent de se propager à force d’exalter la richesse « indiscutable » de l’islam et de lui laisser les clés de la boutique !
Car la Turquie n’est pas seule en cause, l’immolation de Sohane Benziane, en 2002, est là pour nous le rappeler. Les plus exaltés – façon Emmanuel Todd ou Claude Askolovitch – hurleront tant qu’ils voudront que je diffame à tout-va, la réalité n’en est pas moins que les hommes musulmans sont élevés dans un sentiment de toute-puissance qui, s’il est contrarié, débride leur rage ultra violente.
Sans preuve, il est vrai, je peux supposer que la femme du tueur « suisse », lassée d’être battue, s’est enfuie et que ce geste « fou » méritait un châtiment exemplaire !
Souvenons-nous de ce documentaire d’Arte, « La cité du mâle », qui avait d’ailleurs en son temps suscité une polémique, comme on dit de nos jours.  Marianne, qui se targue si souvent de démasquer l’angélisme et la mauvaise foi, avait qualifié ce documentaire de « caricatural ». Dans ce documentaire, on pouvait constater à quel point le mâle musulman était prêt à adopter nos us et coutumes en matière d’égalité hommes-femmes…C’est ironique !
Le passage à l’acte meurtrier est beaucoup plus décomplexé lorsqu’une religion le légitime si souvent pour asseoir sa domination. Alors non, la tuerie de samedi en Suisse n’est définitivement pas un simple drame familial : c’est l’expression même d’un changement brutal, où la tyrannie religieuse se substitue aux lois préexistantes de Nations élevées dans des préceptes absolument incompatibles avec une telle régression civilisationnelle. Quelles que soient les affirmations prudentes des médias, ce n’est pas le psychisme fragile du tueur qui l’a fait agir mais bel et bien son conditionnement culturel.
A moins d’ignorer le réel ou, pire, le nier, on est forcé d’admettre que l’islam n’autorise aucune conciliation avec ce qui lui est étranger. Depuis le foyer familial jusqu’à la sphère publique, il envahit chaque parcelle de la vie en lui interdisant la moindre fantaisie. C’est un totalitarisme parfait.
Maintenant, oui, je veux bien croire que des musulmans, nourris à ce breuvage trompeur, puissent devenir schizophrènes lorsqu’ils découvrent notre mode de vie où nos choix sont faits en notre âme et conscience et pas via un manuel de bonne conduite islamique. C’est pour cela, entre autres, que je ne les souhaite pas dans mon environnement, car ils sont des bombes à retardement.
« S’il est contraire à la morale d’agir contre sa conscience, il ne l’est pas moins de se faire une conscience d’après des principes faux et arbitraires ; l’obligation de faire sa conscience est antérieure à l’obligation de suivre sa conscience » (Mirabeau)
Charles Demassieux
[1]http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/suisse-plusieurs-morts-dans-une-fusillade-dans-le-canton-d-argovie-10-05-2015-4760101.php#xtref=http%3A%2F%2Fr.search.yahoo.com%2F_ylt%3DA9mSs3ZE_FJVxCcA_FhjAQx.%3B_ylu%3DX3oDMTByMnE1MzMwBGNvbG8DaXIyBHBvcwMzBHZ0aWQDBHNlYwNzcg–%2FRV%3D2%2FRE%3D1431530693%2FRO%3D10%2FRU%3Dhttp%253a%252f%252fwww.leparisien.fr%252fflash-actualite-monde%252fsuisse-plusieurs-morts-dans-une-fusillade-dans-le-canton-d-argovie-10-05-2015-4760101.php%2FRK%3D0%2FRS%3DyLNxeJGv50DbvTiCFnwkKckraYQ-
[2] http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2315604/2015/05/10/Cinq-morts-dans-la-fusillade-en-Suisse.dhtml
[3] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/17/01011-20090517FILWWW00035-turquiecrime-d-honneur-femme-mutilee.php
 

image_pdf
0
0