A propos du dernier Olaf : la laïcité mère porteuse de l’islam ?

Publié le 23 juin 2017 - par - 23 commentaires - 1 040 vues
Share

Voici le second ouvrage d’OLAF (Odon Lafontaine), cette fois-ci accompagné du Père Viot, ancien pasteur et ancien franc-maçon, converti au catholicisme.

Son premier ouvrage consacré au grand secret de l’Islam était une synthèse de la thèse du Père Gallez sur l’origine judéo-nazaréenne de l’Islam, et avait rencontré un beau succès sur la Toile.

Le titre et la couverture sont assez provocateurs. Sainte Geneviève reconvertie en Panthéon, derrière laquelle se profilent les minarets de Sainte Sophie dont deux sont déjà achevés, les deux autres à l’état d’ébauche… La laïcité serait peut-être la mère porteuse de l’Islam (titre de l’ouvrage).

La thèse du livre qu’on trouve page 24 et en couverture va très loin. L’Occident aurait les yeux de Chimène pour l’Islam, il y aurait entre eux une dialectique ami-ennemi mais la laïcité occidentale et l’islam se rejoindraient dans la persécution anti-chrétienne qui aboutirait alors à la disparition de l’Occident lui-même. Et il y aurait des affinités ente la Laïcité et l’Islam.

J’ai beaucoup aimé ce livre car il apprendra bien des choses à ses lecteurs non-initiés à la matière, il est bien écrit et rempli de références et il doit donner à réfléchir. Les auteurs sont chrétiens, je ne le suis pas, d’où des différences inévitables d’appréhension notamment de l’histoire.

Si j’en partage la conclusion, le risque de dissolution de l’Occident faute de repères, je ne partage pas ce qui est censé démontrer la thèse de départ. Les arguments me paraissent en effet discutables.
Je crois que les auteurs ne sont pas assez précis sur le type de laïcité à qui ils attribuent une affinité avec l’Islam. Ce concept au sens chrétien et surtout non chrétien du terme est particulièrement puissant en France. Mais justement il ne faut pas confondre laïcité au sens premier du terme et laïcisme au sens du 20ème siècle. Je pense que c’est ce dernier que les auteurs ont en ligne de mire.

La préface (de Rémi Brague, membre de l’Institut), son introduction et son préambule sont là pour poser les notions de base utiles et ébaucher la thèse.

Il est à juste titre rappelé que la séparation du temporel et du spirituel est inconnue de l’Islam (page 22), que les deux n’ont jamais cherché à se détruire (page 28) et que la laïcité est d’abord d’essence chrétienne (page 25).
La première partie se nomme « Le saccage de la laïcité ». Les auteurs rappellent fort justement que la laïcité est un concept chrétien et que le gallicanisme instauré par Philippe le Bel arriva à un juste équilibre entre la laïcité de l’État et la pratique de la foi chrétienne. Or cet équilibre est aujourd’hui rompu quand il s’agit de la foi musulmane qui est en mesure de nous envahir totalement. Les auteurs auraient dû insister davantage. C’est dommage.
Ensuite vient l’examen des fondements des Lumières. Avec cinq coups de canon vers les ennemis vrais ou supposés du christianisme.
Un coup tout d’abord pour les jansénistes.
Un coup pour les penseurs libéraux anglais.
Un grand coup sur Voltaire. Je vais m’arrêter sur celui-ci.

Il me semble que les auteurs font une erreur de perspective. Sans doute parce qu’ils ne connaissent pas tous les écrits de Voltaire sur la religion. Oui Voltaire est antisémite au sens où les juifs (ou plutôt hébreux) sont le peuple fondateur du monothéisme révélé et qu’il n’admettait pas la révélation. Il est donc antisémite dans ce sens-là. N’admettant pas la révélation, il devait s’en prendre inévitablement aussi à la religion dérivée du judaïsme. Mais Voltaire était un théiste, il suffit de lire « La profession de Foi des Théistes ». Non, contrairement à ce qu’écrivent les auteurs, Voltaire n’était pas un sectateur de Mahomet, il existe d’autres passages dans lesquelles il se paie la tête des musulmans tel l’échange entre un musulman et un allemand sur la polygamie dans l’article « Femme » rédigé pour l’Encyclopédie.

A la page 55, les auteurs ne citent pas intégralement Voltaire. Je vais compléter les premiers crochets. « Croire en un seul Dieu tout-puissant, était le seul dogme ; et si on n’y avait pas ajouté que Mahomet est son prophète, c’eut été une religion aussi pure, aussi belle que celle des lettrés chinois » (Complete Works of Voltaire Taylor Institution Oxford Volume 62 page 338). Comme quoi Voltaire se payait aussi la tête du Prophète.

Le quatrième coup de canon est pour Rousseau. Certes Rousseau, adepte sans contestation possible d’une religion naturelle, est plus fasciné par l’Islam que Voltaire (ce qui est un paradoxe quand on sait ce qu’a de peu naturel l’Islam !!!). Mais il faut replacer cela dans une mode orientaliste à laquelle Montesquieu aussi a cédé.
Le dernier coup est pour les Lumières économiques. D’un événement, la « Guerre des Farines », les auteurs font une généralité quant à la nocivité du libéralisme naissant. Mais c’est sans rapport avec la laïcité.

La troisième sous partie qui fait trente pages (91-121) va traiter de la mort programmée du christianisme. Ces passages me laissent sur ma faim. Y a-t-il eu programme ? Et qui tirait les ficelles ?  Je suis étonné que les auteurs n’aient pas fait référence à l’ouvrage fondamental que fut celui de Paul Hazard écrit en 1935 sur la Crise de la conscience européenne. Cette évolution en forme de rupture a son germe dans la fin du 17ème siècle. Je crois que rien n’est éternel.

La seconde partie est consacrée à l’Islam des Lumières. On aura bien compris qu’il ne s’agit pas des Lumières de l’Islam ce qui serait une contre-vérité.

Après un rapide aperçu géopolitique sur l’Islam du temps des Lumières (qui n’a rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui), les auteurs vont à la source de l’Islam.

Pour en arriver très vite à la conclusion que l’Islam se définit comme un sens de l’Histoire (page 135) et que « la proximité de l’Islam avec le schéma général des Lumières apparaît ainsi de façon flagrante » (pages 141,184 et fin 259), Je ne suis pas d’accord. La comparaison est très forcée. Ou alors on pourrait la faire avec toute idéologie, religieuse ou non. Ce qui est vrai d’une religion l’est aussi d’un système politique totalitaire : il y a toujours Soi et l’Autre, le Bien et le Mal, l’avant et l’après, les purs et les impurs, les croyants et les incroyants …etc. Et ce qui est dit pages 142 et 143 sur les rapports avec l’argent et sur l’éthique morale dans les échanges est applicable mutatis mutandis à d’autres communautés. Je précise que le passage du Coran II-223 cité en note 184 autorise la sodomie : c’est l’explicitation de « venez à votre champ de labour comme vous voulez » Pourquoi cette précision ? Pour rappeler aux auteurs que le Coran, comme le Talmud, valent bien Voltaire !!!

Je partage en tous points la vision des auteurs exposée pages 153 et 154 sur l’origine de l’Islam.
Les auteurs étudient ensuite la venue de l’Occident en Islam. Puis les soumissions de l’Islam et ses réactions. Ce passage est très intéressant ; Il nous montre comment les musulmans cultivés ont réagi à l’irruption de l’Occident qui n’avait plus rien à voir avec celle des croisés. On y rencontre deux musulmans francs-maçons Al Afghani et Abduh qui seront les « lumières » de la progressiste Nahda. Puis de longs passages sont consacrés au fondamentalisme des Frères Musulmans et des wahhabites. Pour les raisons que j’ai exposées déjà ci-dessus, je ne partage pas le parallèle entre la trajectoire empruntée par l’Europe des Lumières et l’évolution de l’Islam : une crise de l’espérance collective (page 200). Les auteurs parlent d’un « projet politique intégral ». Mais ce projet est déjà dans le Coran !!! Donc les Frères musulmans comparés à un Rousseau, c’est un peu forcé. Pour ma part je verrais plutôt comme le disent les auteurs, un retour aux sources comme le prétendait la Réforme en Occident devant les turpitudes du clergé. En effet les souverains musulmans en titre étaient largement corrompus et cela ne pouvait qu’appeler un fondamentalisme. Les auteurs iraient plutôt dans mon sens lorsqu’il est question page 205 d’une exécration du siècle des Lumières. Et n’oublions pas que c’est cet Islam-là qui est au pouvoir aujourd’hui (la Turquie en prend le chemin) même si comme il est dit très justement, l’Islam échoue toujours dans sa quête du Bien absolu.

La troisième partie porte le titre du livre.
La première sous-partie traite de l’Islam dans le jeu mondial. C’est l’occasion pour moi d’apporter une précision sur la note de la page 305. C’est une mise au point plus que salutaire sur la participation de juifs apostats au massacre des Arméniens. Ce fantasme qui parcourt depuis quelques années l’extrême droite intellectuelle ne repose sur rien.

Par ailleurs le parallèle Vendée-Arménie me dérange quelque peu. Toutes les méthodes d’extermination seront toujours les mêmes. Mais il n’y a aucune mesure entre les deux.

Les développements de la page 223 nous montrent bien que les auteurs ont du mal à démontrer le parallélisme entre la laïcité à la française et la laïcité « à la turque ». Dans le premier cas on chasse l’Église, dans le second on contrôle et on s’appuie sur la religion. Ce sont deux techniques qui n’ont rien de commun.

La seconde sous partie traite de l’Islam en Occident. Combien les passages de la page 252 sont-ils justes !!! C’est là-dessus que les auteurs auraient dû davantage insister, ça valait plus que quelques pages. Si l’Islam pose problème, nous sommes aussi notre propre problème avec notre droit-de-l’hommisme et notre tolérance de pacotille.
Ne l’ayant pas fait, ils se trompent donc dans leur conclusion, notamment en page 266. En appeler aux Juifs pour lutter contre le messianisme musulman c’est ignorer totalement que pour eux le peuple juif est son propre Messie. Ce n’est pas moi, ce sont eux qui l’écrivent. Je crois que seuls les chrétiens ont changé, au grand dam des auteurs !!! La riposte laïque est la seule solution, au besoin en rappelant le concept développé par Saint Thomas sur le temporel et le spirituel. Mais pas en ayant recours au laïcisme qui au nom de la tolérance, tolère l’intolérable.

Le boboïsme et le droit de droit-de-l’hommisme tiennent aujourd’hui lieu de valeurs, accompagnés de leur naïveté confondante. Je crois qu’un Voltaire contemporain fourbissant les mêmes armes que lorsqu’il écorniflait les rabbins et les curés serait utile. Mais quand on voit comment sont morts des journalistes en 2015, on sait que la route est longue…

Patrick Leprince

Print Friendly, PDF & Email
Share

23 réponses à “A propos du dernier Olaf : la laïcité mère porteuse de l’islam ?”

  1. madeleine dit :

    Pauvres Juifs, au fil des siècles, toujours la cause des malheurs des hommes. La Peste brune? ce sont les Juifs. L’eau empoisonnée ? idem. Le massacre des arméniens ? idem (alors que les malheureux Juifs luttaient, partout sur terre, pour sauver leur propre vie). Sabra et Chatila ? idem (tout le monde sait que ce sont les Milices Chrétiennes Libanaises qui sont les auteurs de ce massacre). La crucifixion de Jésus ? idem (en réalité ce sont les Romains, et plus précisément Ponce Pilate).
    Je suis convaincue, de par l’Histoire de France, que la France peut être comparée à une Femme, prompte à écarter les cuisses, qui aime être « prise » par des hommes à l’apparence virile qui la soumettra. Ce fut le cas avec les nazis et la collaboration française et aujourd’hui avec les arabo-musulmans.

  2. Patrick LEPRINCE dit :

    Comme je l’ai dit, je souhaite qu’OLAF rejoigne cette discussion

  3. Pierre Régnier dit :

    Je crois, André Léo, que vous vous trompez. Moi je lirai le livre pour avoir plus de précisions que dans l’article.. Je vois en effet deux manières de considérer la laïcité comme « Mère porteuse de l’islam » : ou bien on se souvient qu’elle a été créée pour détruire le pouvoir de l’église catholique et ça reste sa priorité chez les complices de l’islamisme, ou bien on considère que « séparer de l’Etat » l’enseignement religieux de la « bonne violence » commandée par un « bon » Dieu est un rempart pour ceux qui veulent continuer cet enseignement (et donc ses conséquences meurtrières). S’il y a au moins une troisième conception je veux la connaître. Je ne crois pas aux « affinités entre la laïcité et l’islam ».

  4. André Léo dit :

    Ami Patrick,
    Je ne lirai pas ce livre que vous conseillez. Le titre claque comme un mensonge, comme une insulte à nos valeurs laïques, précisément.
    Idéalisme religieux d’extrême droite contre rationnel citoyen laïc à la française, voilà ce qui s’affiche. La Laïcité ne fait pas le lit du fascisme islamiste, c’est le fascisme islamiste qui assassine la Laïcité, avec la complicité félonne des politiques de droite, de gauche, aujourd’hui « centre » mou dont l’aptitude à laisser faire est patente.
    La Laïcité de Buisson, Clemenceau, Ferry, Combes… a été liquidée par les exécutifs successifs, de Pétain à hollande.
    Faites plutôt l’éloge des » Bûchers de la Liberté », de l’exceptionnelle Anastasia Colosimo. (Ed Stock) un ouvrage puissant qui dénonce la lâcheté des politiques.
    ,

    • Patrick LEPRINCE dit :

      J’ai demandé à OLAF de rejoindre cette discussion

      • André Léo dit :

        En effet, il serait utile qu’il « précise » sa démarche… Dans un autre article.
        C’est l’islam et ses collabos qui ont tué la laïcité, une laïcité non respectée.
        Si les islamo-collabos de gauche et de droite avaient fait appliquer nos lois de défense de la Laïcité, qui existent depuis 1905, l’islam aurait été contenu. Au lieu de cela, les lois scélérates Pleven, Gayssot, Taubira, les Halde, les commission Machelon, les DILCRA hollando- bobos ont réintroduit la condamnation pour blasphème anti-islam au nom de la « race » islamique. Absurde et insupportable!
        Il ne s’agit pas de porter le coup de grâce à la Laïcité, de la « servir », au sens ignoble de ce terme de vénerie, mais d’imposer à nouveau le rationnel laïc aux clercs de tous les obscurantismes religieux et à leurs valets.

        • Pierre Régnier dit :

          Non. Et c’est justement là le problème : les « lois de défense de la laïcité de 1905 » ne suffisent pas à « contenir l’islam ». Elles permettent encore moins de procéder à la désislamisation de la France, qui devenue nécessaire.

        • Olaf dit :

          Bonjour André Léo
          Je suis tout prêt à préciser ma démarche, pourquoi pas dans un article sur RL. La balle est dans leur camp, j’en avais discuté avec eux juste avant la parution du livre, nous disant l’un l’autre qu’il serait intéressant d’organiser un débat. Le livre leur a été envoyé en service de presse. Affaire à suivre, donc !

          • André Léo dit :

            Alors je vais lire votre ouvrage… on ne peut en effet juger sur ce titre provocateur qui me hérisse le poil, il faut le dire, tant la laïcité, si elle était respectée, nous protégerait de l’islamisation et de tous les autres obscurantismes religieux. C’est aussi le cas de « l’islam nazarethin » . L’alcoran avait en effet été écrit pour expliquer aux arabes la bible judéo-chrétienne, et c’est le chef de guerre machiste et pédophile mohamed qui a fait de ce texte pédagogique, son bréviaire du « djihad », un « mein Kampf » 1400 ans avant Hitler.
            À vous lire d’ici quelques semaines!

    • Olaf dit :

      Bonjour à tous
      Je rejoindrai volontiers cette discussion, mais le système interdit de développer sa pensée. 800 caractères, c’est trop court !!!

  5. André Léo dit :

    Qu’est-ce qu’on peut lire comme âneries!
    La Laïcité « à la turque », ça doit être comme les chiottes à la turque: insécurité, insalubrité, puanteur de l’obscurantisme…et merde dans les yeux.
    K Ataturk dans les années 1920, avait interdit le port du voile, stigmatisant cette croyance absurde « inventée par un vieux cheikh arabe, et ses interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares. … L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »
    Une remarque: sur un site dédié (sic) à la laïcité, bien peu de réactions à cet article provocateur.

  6. Pierre Régnier dit :

    Je vais me procurer ce livre, le titre de cet article m’ayant fait proclamer intérieurement : Enfin !
    Je pense et dis en effet, depuis des années, que la laïcité dont on est si fier en France, celle qui est définie en 1905, est non seulement insuffisante, mais aussi très utile aux militants islamistes, qui en sont conscients et s’appuient dessus pour faire avancer l’islamisation de la France.

  7. belphebor dit :

    Les auteurs de ce bouquin n’ont certainement jamais ouvert, donc jamais lu, mein korampf de leur vie !

  8. André Léo dit :

    Tout mélanger pour que personne ne comprenne!
    Voltaire n’était pas athée, dans ce XVIIème siècle où la Laïcité et le vocable qui la désigne n’existait pas encore. Voltaire bouffait du curé, car il avait compris la nuisance sociale absolue de ces profiteurs du travail, de la sueur et du sang des pauvres, mais Voltaire était déïste. Il croyait au « grand architecte », organisateur du chaos universel.
    Il ne s’en prenait pas aux islamistes, car cet obscurantisme n’opprimait que les populations musulmanes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, où l’islam politique a entrepris de conquérir le monde par la violence. Nous sommes en 2017, pas en 1757. Et la Laïcité est insultée, bafouée, violée, chaque soir de « ramdam », par tous ces politiciens qui vont bouffer de la merguez avec les théocrates du CFCM.

    • andrej dit :

      André Léo,
      Voltaire, semble-t-il , n’a pas étudié l’islam, à fond.
      Pour le reste vous avez raison totalement. Les politiques se nourissent de l’islam et de ce fait, ils bradent la FRANCE.
      Macron est nul (moins que les autres) mais il va ouvrir , encore plus, les portes à l’islam.
      Cordialement.

      • André Léo dit :

        Andrej,
        Il est vrai que si Macron n’était pas mondialiste, on pourrait lui trouver un « plus » par rapport aux politiques qui se gobergent aux frais du contribuable depuis Pompidou. Macron, contrairement à F.Fillon, n’a pas dit ce qu’il ferait, ce qui lui a permis, avec l’appui dément de la médiacratie, de prendre le pouvoir. Littéralement!
        Économique, social, il fera comme les autres, la dollarisation de la finance ne lui laissant que peu de marges. C’est sur le « sociétal », que nous autres patriotes l’attendons. Que fera-t-il de la LaÏcité , dont il ne parle pas? Quelle sera son attitude face à l’islamisation galopante de notre pays, de la soumission des juges à la doxa bobo? Va-t-il abroger les lois Pleven, gayssot, Taubira, ou renforcera-t-il les pouvoirs de la DILCRA scélérate?

        • Patrick Leprince dit :

          Je suis l’auteur de l’article
          Je vois qu’il déchaine les passions
          Normal la laïcité est un puissant moteur !
          J’ai conseillé à Olaf de vous répondre À tous !

        • madeleine dit :

          C’est pourtant bien clair : mondialisation = (en Europe) la mort des peuples autochtones au profit d’une mixité/diversité qui fera des européens des êtres « métissés » avant qu’ils soient absorbés par la « race » dominante (démographie). Le but, non seulement absurde mais de plus totalement faux : la race blanche européenne devenue race marron-noire est censée devenir plus corvéable, moins exigeante, donc travaillera plus pour gagner moins. Cette nouvelle population se comportera comme des esclaves et ne manifestera plus dans les rues. Faux à 100% ! Partout où passent les Africains et les arabo-musulmans, ils laissent des terres brûlées et l’odeur de feu et de sang.

          • Patrick LEPRINCE dit :

            Chère Madeleine,

            Les grands partisans du métissage se nomment Attali et BHL
            Qu’en dîtes-vous?

      • JACOU dit :

        Ils bradent la France comme ils ont bradé les meubles de Versailles à la  » révolution ».