A propos du manque de moyens présumé de la France…

Publié le 15 janvier 2018 - par - 12 commentaires - 1 719 vues
Share

Je ne sais pas vous mais moi j’ai l’impression qu’une nouvelle épidémie vient de s’abattre sur le pays.

Sans rire, que j‘allume la télé, que je mette la radio, que je feuillette un paper pas du tout de Panama au bistrot ou que j’aille aux news non fakées sur internet, il n’y a que des articles où tout le monde se plaint d’un manque de moyens.

Tenez, sur France Info pas plus tard que ce matin une élue qui parle de la France comme d’une puissance économique mondiale qui a les moyens d’accueillir dignement les migrants.

Elle réclame donc les moyens. C’est qu’elle ne les a pas.

On interviewe régulièrement les enseignants sur leurs conditions de travail, c’est épouvantable, dernièrement ce sont les parents d’élèves des écoles  de Marseille qui se sont mobilisés pour diffuser un calendrier dont les photos montrent l’état d’insalubrité des locaux dans lesquels sont scolarisés leurs lardons.

Ici il faut bien l’admettre, une Nation qui laisse à l’abandon ses marmots à ce point est un pays qui meurt, on est bien en train de rejoindre le club du quart-monde : l’icelle élue ci-dessus va devoir revoir son classement des puissances mondiales, la France émarge maintenant dans le décile des pays les plus pauvres de la planète, la preuve est là, incontournable, irréfutable, plus criante que le loup dans la bergerie : le pays n’est même plus capable d’entretenir une école maternelle ou primaire, toute l’Afrique fait mieux dites donc !

Bien sûr, tout le monde a pu voir ces photos de commissariats aux toits non plus ouvrants mais ouverts que l’on ne peut plus refermer et ces guimbardes qui se traîneraient à la poursuite de la Bande à Bonnot ou des tractions avant de Pierrot le Fou : tous les syndicats de police réclament sans désemparer des moyens.

Nous avons également tous entendu parler en 2017 de la démission du Général de Villiers, la pomme de discorde était encore un manque de moyens.

Ce matin même, à l’heure où je vous cause, j’entends sur LCI les syndicats de surveillants de prisons, remontés après l’agression de trois des leurs par un radicalisé, qui stigmatisent un manque de moyens en personnel, matériel et places de réclusion.

Dans les hôpitaux on a touché le fond, c’est tout le monde qui manque de moyens : les patients qui n’ont plus de lits en sont à moyenner dans les couloirs, il y a les infirmières qui n’infirment plus, les urgentistes qui n’urgent plus du tout, il semblerait que seul le personnel administratif soit épargné par le virus, ou alors on leur interdirait de venir au micro, c’est bien selon moi encore un manque de moyen pour libérer la parole voyez-vous.

Pour les universités elles refusent du monde maintenant, et on tire au sort les heureux bénéficiaires d’une place dans un amphi, c’est qu’on manque de moyens Madame.

Pour certains je dois le reconnaître, ce n’est pas une nouveautén qui se plaignent toujours dans une longue vie de gémissement sans pain, que les heures sont longues pour les élus locaux : on décentralise les missions mais il manque les moyens, ça dure depuis 1982, on veut supprimer le taxe d’habitation fort bien mais il va nous manquer des moyens.

Dernièrement, ce sont les Maires de Bordeaux, Lille et Grenoble pour prendre un large éventail sur l’échiquier politique qui demandent à l’état les moyens des dépenses d’accueil des migrants. Il en va de même des Présidents de Conseils Généraux qui semblent ne pas avoir les moyens d’assurer les dépenses sociales qui leurs incombent.

C’est un fait, pas une approche théorique, les collectivités locales n’ont jamais les moyens nonobstant la masse d’impôts locaux et droits d’enregistrements qui leur revient.

J’ai eu aussi récemment les acouphènes qui m’ont repris au niveau des portugaises tant je n’ai pas voulu y croire, ça joue toujours des tours  à la psyché quand les seuils de douleur sont sur le point d’être franchis : le réseau routier secondaire est dans un tel état qu’il faut lever de nouveaux moyens, on va donc remettre en vigueur la vignette des petits vieux que devront payer les automobilistes.

Je m’aperçois incidemment que les maisons de retraite aussi manquent de moyens, ainsi au vu de cette litanie non exhaustive il semble bien que ce soient toutes les corporations et corps de métiers, toutes les professions, tout le personnel public ou privé de la maison France qui manque de moyens.

Ici j’ai bien envie de renvoyer à Frère Emmanuel sa boutade empruntée à un Président américain du siècle dernier, à l’époque celui-là avait eu les moyens de faire rêver son peuple à la lune, sur la question que doit se poser chaque citoyen de ce pays à son réveil : te demandes-tu tous les matins à ton réveil, Emmanuel, ce que tu peux faire pour les Français qui manquent ainsi cruellement de moyens ???

Car moi cher Emmanuel je sais tous les matins de la semaine que je vais travailler et m’user la couenne pour la maison France.

Moi cher Emmanuel je sais tous les matins les impôts que je paie et que je vais payer pour la France.

Je sais également que depuis quarante ans je paie de plus en plus, je sais aussi que le pays s’endette de plus en plus, ce qui constitue un double afflux de moyens d’un côté, tandis que de l’autre côté tout le monde manque de plus en plus de moyens.

C’est bien connu, une partie de l’alcool des eaux-de-vie s’évapore au cours de leur vieillissement que l’on nomme la « part des anges ». Peux-tu me dire Emmanuel qui dans la maison France, en matière de finances publiques, encaisse la part des anges et me justifier tant qu’on y est un tel volume d’évaporation ???

Ce paradoxe, d’un côté un pays champion du monde des prélèvements obligatoires, de l’autre une population entière en manque de moyens,  m’a obligé à me remettre à ces problèmes mathématiques de primaire, cauchemars perpétuels de tous les bambins de la planète, où le débit de l’eau du robinet n’empêche jamais la baignoire de se vider, le fond de ladite baignoire demeurant toujours aussi sec que les finances de mon pays,  la fuite étant probablement la conséquence d’un grave manque de moyens dans la réparation.

Emmanuel, tu as dû toi aussi affronter ce redoutable problème dans ta maternelle sup’, tu as dû trouver la solution, peut-être plus élégante que la mienne qui consisterait à mettre en examen le plombier qui a faisandé la facture sans faire la réparation requise et ce depuis ces quarante dernières années.

Ce même plombier qui a demandé à ce que la facture lui soit réglée à Saint Barth’ d’ailleurs.

Là il n’a pas manqué de moyens le bougre pour échapper au fisc, même si depuis Irma, ce territoire est aussi en manque de moyens pour sa reconstruction. Bien entendu ce ne sera pas aux exonérés fiscaux localisés dans cette île de fournir lesdits moyens mais à  la solidarité nationale qui va réussir à les trouver ces moyens, curieux non ????

Alors Emmanuel, tu penses avoir les moyens de réparer la baignoire ou tu es aussi touché  par la maladie qu’il va falloir te mettre en quarantaine avant 2022 ????

T’en souvient-il que depuis 1789, à certains moments d’exception, le peuple a parfois réussi à trouver des moyens pour cela ?

Mais non Emmanuel, on s’est mal compris, je ne te demande pas de mobiliser de nouveaux moyens pour créer une nouvelle mission d’enquête qui rendra son rapport en fin de quinquennat peut-être, ça va encore retomber sur mon portefeuille de les entretenir ceux-là, je te demande de me répondre directement de manière circonstanciée et probante en toute transparence : où part donc tout le pognon ???? …..

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email
Share

12 réponses à “A propos du manque de moyens présumé de la France…”

  1. Eschyle 49 dit :

    La véritable question n’est pas un manque de moyens , mais un excès de médiocres .

  2. adrien dit :

    Depuis 81 et Mitterrand qui s’est fait élire sur des promesses de non-décroissance pour faire plaisir au peuple qui ne voulait pas voir les crises pétrolières passées, c’est ainsi. Il aurait fallu que les politiciens passés aient plus de curage, mais non c’est leur mandat qui comptait en t compte encore. Et aujourd’jui, les finances s’alourdissent de clandestins toujours plus nombreux aux droits eux, plein a ras bord…..

  3. Dugenou dit :

    Tous ces quémandeurs (syndicats et autres), n’ont qu’un mot en bouche : « insuffisant! »

  4. dufaitrez dit :

    Chacun s’époumone pour dire qu’il faut réduire la Dépense publique !
    Mais dans un Pays où 38 % du PIB est constitué d’aides sociales, c’est impossible !
    SINON ?
    Oui ! La France vit au dessus de ses MOYENS ! Et ils en redemandent !
    Recentrer, c’est survivre, accepter, c’est mourir !

  5. STEPHAN dit :

    Et la cour des comptes ,qui ne sert à rien ,l’insee idem !
    Faites comme moi ,dépensez le moins possible ,ne cédez pas à la pub ,aux soldes ,les gens en ont déjà plein leurs placards ,ils ont peur de manquer , mais de quoi ,de l’inutile!

  6. Yves ESSYLU dit :

    Les moyens existent il suffit de s’approprier le bas de laine des français comme c’est déjà prévu, et après … à ben alors on sait pas parce que la guillotine va de nouveau fonctionner

  7. Joël dit :

    Il n’y a pas de manque de moyens puisque la dette est illimitée et les carnets de chèques en bois fournis par Bruxelles qui se frotte les mains. Où part le pognon ?
    85 milliards annuels (8 fois le trou de la sécu) rien que pour la totalité de l’immigration.
    Des dizaines de milliards annuels engloutis à perte dans la politique de la ville et des cités. Des dizaines de milliards annuels dépensés sans compter pour construire des métros ou autres dans des pourris et corrompus jusqu’à l’os dans toute l’Afrique et le Maghreb. Rien qu’avec ces 3 points et le train de vie des élus, il ne devrait plus y avoir de pauvres en France.

    • Pivoine dit :

      C’est pourquoi je suis sûre que le déficit du pays doit être bien plus élevé que ce qu’en disent les chiffres officiels…

  8. cirrus dit :

    J’ai fait mes études dans une université qui s’est manifestée contre Marine le Pen et mise en quatre pour l’accueil de migrants. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, l’étage de la bibliothèque était plongé dans le noir à cause d’une panne électrique et faute de budget pour réparer ! Impossible d’y travailler les jours sombres, le matin et le soir à la saison hivernale.
    Par ailleurs, certains locaux étaient plus que vétustes, semblant ne pas avoir été rénovés depuis un demi-siècle, vieillots, pas attirants.
    Le sentiment d’être en URSS… ils le cultivent, peut-être ?

  9. Alice Braitberg dit :

    Très drôle. Merci pour ce moment
    Dommage, je n’ai pas la réponse…