A quand un Robert Ménard à la RATP ?

RATP CONDUCTEUR FLOUTE001Chauffeur de bus à la RATP, je suis de celles qui dénoncent depuis plus de 2 ans l’islamisation dans mon entreprise. J’ai participé à la vidéo de Guy SAUVAGE publiée le 14 décembre 2012 sur la chaine youtube de Riposte laïque.
N’étant pas identifiable sur la vidéo par mes collègues musulman(e)s et ma direction à la publication de celle-ci, j’ai été épargnée et j’ai observé de loin le lynchage de mes autres collègues identifiées. Tout le monde leur est tombé dessus : les syndicats, la direction, les collègues pour la plupart musulmans mais pas  seulement. Certaines ont craqué et ont raconté n’importe quoi, préférant se faire passer pour des cruches manipulées,  mais d’autres ont tenu bon en persistant et signant et continuent de faire face aux pressions diverses et variées aujourd’hui.
Le lynchage médiatique  et politique à l’égard de Robert MENARD me rappelle celui des filles de la RATP.
Bien que nous ne bénéficiions pas de la stature médiatique et politique de Robert MENARD,  j’ai pu constater la même hypocrisie autour de ce que nous dénoncions et de ce que le Maire de Béziers dénonce aujourd’hui . Comme lui, nous faisons le constat (que tout le monde peut faire) qui est l’islamisation de nos entreprises, de nos quartiers, de nos écoles, de la France tout entière et que nos détracteurs aiment à qualifier de fantasme. Et lorsque nous en apportons des témoignages, des preuves ou des chiffres alors nous sommes des nazis.
Et bien, en me replongeant dans un article des Echos du 25 février 2013 intitulé « quand la religion s’invite dans l’entreprise », inspiré par la vidéo de Guy SAUVAGE,  j’y lis une phrase qui devrait faire pousser des cris d’orfraie aux détracteurs de Robert MENARD:  « […] Malek El Hachemi, le responsable Sud du dépôt de Nanterre (RATP), où le syndicat est majoritaire. Ce dernier rejette en bloc les griefs des conductrices. Pour lui, le refus de serrer les mains des conductrices « relève de la pratique religieuse. Ce n’est pas par haine mais par respect des femmes », explique-t-il. Au sein du dépôt certains s’efforcent de calmer le jeu en assurant que « moins de 5% des quelque 300 conducteurs musulmans de Nanterre ont une attitude discriminatoire envers les femmes ». »
http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/0202578184168-quand-la-religion-s-invite-dans-l-entreprise-5037.php
D’abord, je relève  l’énorme contradiction de cette phrase qui dit à la fois que la marque de salut faite aux femmes par certains musulmans n’est pas  « par haine mais par respect » et plus loin « 5% des musulmans ont une attitude discriminatoire envers les femmes« . Il faudrait savoir ! Si c’est « du respect » cela ne peut pas être « discriminatoire » !
Mais Intéressons-nous surtout aux chiffres avancés : « 300 conducteurs musulmans » et « 5% qui auraient une attitude discriminatoire »
D’où sortent ces chiffres ? Qui les a donnés et sur quoi se basent-ils ? Les prénoms ? Les noms ? Le faciès ? La taille de la barbe ? Sur les adhésions au syndicat SUD-RATP Nanterre ? Sont-ils venus un par un se déclarer musulman ? …
Preuve, s’il en fallait, que certains chiffres peuvent sortir, sans que cela fasse toute une polémique, pour peu que les chiffres, les virgules, les pourcentages … leurs soient utiles.
Maud ORCEL

image_pdf
0
0