1

A quand une cure de “désintox” pour les journaleux de la presse d’Etat ?

Après Le Figaro, Libération cite Riposte laïque.

http://www.liberation.fr/desintox/2016/12/28/non-peillon-ne-veut-pas-tuer-le-catholicisme_1537861

«La phrase «Le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam» vient en fait du site d’extrême droite islamophobe Riposte laïque», écrit Vincent Coquaz dans un article de soutien à Vincent Peillon.

Cet article renvoie au papier de Zohra Nedaa-Amal, apostate de l’islam, intitulé Vincent Peillon : le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam !, paru en septembre 2013 sur notre site.

https://ripostelaique.com/vincent-peillon-le-catholicisme-est-incompatible-avec-la-liberte-contrairement-a-lislam.html

Pensant que personne ne le lirait, Vincent Coquaz assène donc au nom de la ”désintox”, une solide dose de mauvaise foi aux derniers lecteurs de Libération.

Pour Coquaz et ses confrères tout ce qui n’est pas de leur avis, c’est-à-dire de l’information politiquement correcte certifiée conforme, relève :

  • Soit du complotisme (comme la maladie d’Hillary Clinton qu’il croit inventée par les ennemis de la femme la plus en forme des Etats-Unis),
  • Soit de l’antisémitisme (comme dire que Peillon est d’origine juive car fils de Françoise Blum, juive alsacienne, directrice de recherche à l’INSERM et de Gilles Peillon, banquier communiste, directeur général de la première banque soviétique hors d’URSS, la Banque Commerciale pour l’Europe du Nord–Eurobank, puis de la banque franco-algérienne Union méditerranéenne de banque),
  • Soit de la propagande pro-Poutine (comme appeler les “rebelles” d’Alep-Est, des terroristes musulmans),
  • Soit du soutien à Israël (comme dire que les Israéliens ont appris à se défendre contre les tueurs musulmans alors qu’on l’interdit en France).

Rien, chez le cocasse Coquaz ne semble relever de la propagande pro-musulmane, pro-immigration, pro-féministe, pro-LGBT.

Qu’il y ait tant de déséquilibrés qui jouent facilement du couteau dans nos rues et nos moyens de transports, que l’on assiste à une augmentation exponentielle de la délinquance, que des charniers soient découverts dans Alep reconquise, que les troupes ukrainiennes aient un comportement fasciste dans le Donbass, n’émeuvent pas particulièrement nos docteurs en désintox de Libération ou du Monde.

Par contre, maquiller les défenseurs de notre pays contre l’ensauvagement et l’islamisation, contre le terrorisme djihadiste, en comportement hitlérien, en racisme, en maladie mentale de salauds intégraux n’est pas du tout une manipulation des journaleux de la presse du régime.

Que Peillon, l’ex-ministre de l’Education nationale qui voulait dépénaliser le cannabis, transforme la laïcité en spiritualité, crache sur François Furet – historien qui a démonté le communisme avec vigueur et intelligence – dise que nous vivons une période d’abaissement dans notre récit national parce que la critique de l’immigration y tient trop de place semble particulièrement pertinent à Coquaz. D’un Vincent à l’autre, on se comprend.

Avec la charte de la laïcité, quoi qu’écrive Coquaz, la seule peur de Peillon était bien que «la question de la laïcité ne (tourne pas) à l’obsession de l’islam. La très grande majorité de nos compatriotes musulmans est convaincue des bienfaits de la laïcité».

Chaque jour, dans de nombreuses écoles de l’Hexagone, les enseignants et les parents d’élèves de Français de souche non-musulmans s’en aperçoivent. Ce sont essentiellement des élèves et des parents catholiques, protestants, bouddhistes, sikhs, athées qui foutent le bordel, cognent sur les professeurs, insultent le personnel. Comme à l’hôpital, comme dans le métro, comme dans nos rues.

Il faudrait aux pisseurs de copies style Coquaz qu’ils commencent une cure de vraie désintox : trois semaines sans télé, sans journaux de la presse officielle si subventionnée. Seulement la lecture de Riposte laïque.

Evidemment le sevrage risquerait de provoquer quelques arrêts cardiaques, quelques embolies cérébrales. Mais je suis certain que les survivants nous remercieraient.

En attendant la presse de propagande épaulée par les politicards de tous les horizons continue son offensive pour justifier de nouvelles dispositions législatives contre la réinfosphère, espérant retrouver ainsi un lectorat qui la fuit chaque jour un peu plus.

Marcus Graven