À quand une journée des victimes de l’immigration ?

Le Collectif Némésis a été crée en 2019 en réaction aux supercheries et traitrises de mouvements dits féministes gangrenés par des idéologies trop souvent à l’opposé de la cause des femmes… ou se préoccupant de délires marginaux telle l’écriture inclusive.

​Allant à l’essentiel, Némésis dénonce toutes les violences faites aux femmes dans leur quotidien,  leur vie professionnelle, dans la rue…

Némésis dénonce aussi l’impact dangereux de l’immigration de masse sur les femmes occidentales.
Défendant véritablement les femmes et les problèmes et drames auxquels elles sont confrontées, ces militantes sont  méprisées des médias, leur préférant celles qui nient agressions ou meurtres car perpétrés par des clandestins, cf. Cologne, etc.
Ne jetant pas de potage sur des œuvres d’art ou ne se collant pas les mains à l’asphalte… elles amusent moins la presse que les petits rigolos barbouillés de vert.
Le 18 décembre, Journée nationale des Migrants, les militantes du Collectif Némésis se sont rendues devant le musée de l’immigration afin de réclamer que les OQTF soient enfin exécutées, ce laxisme délibéré ayant entraîné d’innombrables victimes dont la tragédie endurée par la petite Lola, torturée et assassinée par une Algérienne sous le coup d’une OQTF…
« Si une journée des migrants existe, à quand une journée des victimes de l’immigration ? »
Tenir la comptabilité des féminicides est sans intérêt si l’on ne s’intéresse ni aux causes ni aux auteurs. Ceux qui suivent cette actualité auront décrypté tout ce qui ne peut même plus être dissimulé…
Trop de femmes sont maltraitées ou tuées par des individus n’ayant rien à faire sur notre territoire. Appeler exilés des envahisseurs, ou faire passer pour cinglés des hommes fondamentalement très violents voire des assassins ne trompe plus personne.
La terminologie ne fait pas la vérité. Tout comme le Grand remplacement est une évidence impossible à nier, les exactions et meurtres de clandestins sous OQTF se vérifient au quotidien.
Il ne s’agit ni de hasard ni d’incompétences… mais d’une volonté politique de détruire France et Français par tous moyens.
 
Daphné Rigobert
image_pdfimage_print
19

5 Commentaires

  1. Notre pays est corrompu par une idéologie mondialiste et communautariste morbide et suicidaire. Il n’y a aucune vision à moyen et long terme dans leur idéologie. Les politicards, les dirigeants, les militants quasi fanatiques sont des obsessionnels butés incapables de se projeter dans l’avenir pour en anticiper les conséquences. Ils sont prêt à sacrifier le futur de nos descendants et des leurs par la même occsaion.

  2. Des victimes de l’immigration?
    Vous renversez « l’ordre des acteurs » en écrivant : Victimes Françaises, délinquants apatrides clandestins!
    Tout faux! Vu de la fenêtre mondialiste, les migrants clandestins sont victimes des Citoyens!

    Depuis la mitterrandie et les lois antiracistes guigou, les victimes sont les coupables et les délinquants sont les victimes. La djustice ajoute présumés aux deux, présumés victimes et présumés truands.
    Là est la nuance qui change le Droit du Citoyen-remplacé en devoirs non remplis!
    Et « roulez bolide » comme on dit dans les foires en lançant le wagonnet vers le chaos inconnu de la loterie!

  3. Je le répète sans arrêt autour de moi : à chaque « féminicide » ou autre agression crapuleuse les médias donnent le prénom de la victime (aurélie Béatrice Corinne Isabelle etc..), mais jamais jamais celui du coupable (Abdel, Boubacar, Karim, ..)

  4. ils ont décidé la déconstruction du pays, sa créolisation, ils mettent ça en oeuvre et le peuple laisse faire

  5. Chapeau bas messieurs devant ces femmes courageuses qui osent résister à l’embrigadement et prennent des risques face à la meute des « progressistes » de tous poils. Il faut qu’elles soient solides et déterminées pour s’opposer de fait aux féministes hystériques et vindicatives qui cachent – mal – sous leur soi-disant « progressisme » de pacotille, leur détestation, voire leur haine, du mâle blanc occidental hétérosexuel. Si elles n’aiment que les femmes ou/et les hommes « exotiques » c’est leur affaire, personnellement je m’en soucie comme d’une guigne ou, autrement dit, je m’en tamponne le coquillard, mais qu’elles cessent de nous emmerder !

Les commentaires sont fermés.