A quoi sert Gilles Kepel ? A innocenter l’islam des attentats !

Dans quelques jours vous aurez scellé l’avenir du pays.

En choisissant ceux qui tenteront de libérer la France ou de la condamner à mort parce qu’ils auront ou non le droit de changer son destin en siégeant à l’Assemblée.

Cette année plus que jamais, des personnages hauts en couleurs se présentent à ces députations avec la ferme intention, leur rêve, de faire de notre pays une nation multiculturelle sans passé, sans histoire, sans racines.

Oui, bien sûr, nous voulons ici nommer les candidats à l’élection qui sont de récents immigrés mais qui, contrairement à ce que prévoit notre Constitution, n’ont aucunement le projet de s’assimiler ou de s’intégrer.

Ces gens-là veulent faire de notre pays, un clone du leur, celui de leurs racines, celui qu’ils chérissent en secret ou non, avec leurs us et coutumes ancestrales transmis de parents à enfants pour l’éternité.

C’est le cas de deux ministres que vous avez bien connues, arrivées fraîchement de leur Maroc natal, nommées par Hollande dans les gouvernements qu’il a composés pendant ces cinq dernières années. Mais, elles ne sont pas les seules. D’autres de la même engeance, espèrent rallier à leur idéologie, à leurs espoirs, leurs coreligionnaires qui peuplent par dizaines de millions notre pays et sont devenus, par la grâce de nos lois fratricides, des « nationaux ».

Belkacem, cette musulmane qui se présente à Villeurbanne est la plus virulente et la plus emblématique. Pendant son mandat, elle a fait preuve d’une volonté farouche à défendre ceux qui contreviennent à nos lois pour imposer leur religion dans notre république laïque.

El Khomri, candidate dans la 18e circonscription de Paris, si elle a été plus discrète, n’en a pas moins marqué son passage en incluant dans une loi-travail servie toute prête, des articles se référant à sa religion qui deviennent une obligation d’accepter, dans le privé ou dans la fonction publique, la pratique du culte musulman telle qu’ils auront envie de nous l’imposer.

Si nous prenons ces deux exemples c’est uniquement parce qu’ils sont connus de tous les Français, du plus jeune âge, à l’école, à celui du départ à la retraite.

D’autres dont, peut-être, vous n’avez jamais entendu parler, comme tous ces gens d’associations musulmanes implantées en France, les CCIF, l’UOIF, les indigènes de la république, le CFCM sont de vraies bombes à retardement qui exploseront immanquablement si leurs candidats, musulmans extrémistes, venaient à emporter des sièges.

Parce que le but de ceux-là et des deux premières est d’annihiler toute volonté de revendication d’une identité française dans notre pays et d’éradiquer toute notion de laïcité qui reste inconcevable pour un musulman.

Hier soir, sur la 5, dans une émission quotidienne, les spécialistes du djihadisme – il y en a de plus en plus ! – commentaient l’attentat islamique de Manchester. Il y avait là, un dénommé Kepel, spécialiste du reniement, surtout, qui accusait la France de n’avoir pas su gérer sa « politique sociale » responsable de la montée de l’intégrisme musulman.

Gilles Kepel expert de l'univers islamique
Gilles Kepel expert de l’univers islamique

Revenant sur le laïcisme de notre Etat, il a reconnu tout de même que l’Allemagne ou l’Angleterre ne pratiquant pas la même politique ne sont pas moins des cibles d’attentats islamiques.

Mais, selon lui, nous n’avons pas compris que les prisons françaises étaient des viviers du djihadisme. Tous ces malfrats emprisonnés, donc, se seraient radicalisés pendant leur détention. Une fois leur peine achevée, ils se seraient fondus dans le décor pour fomenter des attentats, seuls ou accompagnés et il donne en exemple les frères Kouachi.

Mais, les Kouachi ou les Merah, les Fofana ou les Coulibaly, n’étaient pas emprisonnés parce qu’ils étaient de bons citoyens respectueux des lois, n’est-ce pas ?

Comment faire, alors, avec ces 70.000 prisonniers, dont la grande majorité est de religion musulmane – les statistiques l’ont prouvé – si nous sommes responsables, à ses yeux, de les avoir poussés à l’endoctrinement ?

Surtout, ne pas tomber dans le modèle de Guantanamo, ajoute-t-il. Tout le problème vient de notre société parce que nous les avons « parqués » dans des ghettos desquels, seule, la haine de la France, de nos lois, de la République, pouvait naître.

Il parle comme un mauvais livre ouvert, ce Kepel ! Il prend un air important pour dire que lui, sait, lui a compris, nous, non !

Il s’imagine que le fait d’avoir écrit un livre pour lequel il profite de faire de la promotion, lui confère le droit de juger et d’imposer son opinion.
Mais « sa fracture » qu’il a pondue seulement maintenant, nous, on la dénonce depuis plus de dix ans.

S’il croit que ces immigrés musulmans se sont laissés « parquer », c’est qu’il ne connait rien à ces gens. La vérité est qu’ils se sont regroupés, eux-mêmes, en fonction de leur pays d’origine, de leur ville, de leur village et, cela, nous l’avons déjà maintes fois écrit dans ces pages.

Avant d’aller plus loin, nous devons rappeler qu’à toute règle s’accordent des exceptions. De ces exceptions, chacun d’entre nous en a connu ou côtoyé. Mais n’oublions jamais qu’elles restent des exceptions.

Ce Kepel doit savoir que dans chaque pays, chaque type d’humains qui l’habite, a une manière de vivre différente, un atavisme qui le caractérise.

Nous y voilà. Car dans ces « ghettos » de France peuplés d’arabo-musulmans nous trouvons plus de gens qui vivent du chômage et de trafics en tous genres que de fidèles et volontaires travailleurs.

A qui la faute ? Oui, à la France. Pour les avoir encouragés à la paresse et à l’argent facile, sans travailler. Parce que la « politique sociale » de la France en a fait des assistés qui y trouvaient leur compte et ont su exploiter le filon.

Si, en lieu et place de distribuer à tort et à travers des allocations, subventions et autres aides financières on les avait obligés, comme aux autres Français, à se lever tous les matins pour aller gagner leur pitance, nous n’aurions pas 70 mille prisonniers à engraisser dans nos geôles.

Parce qu’à ne rien ficher de ses journées et une flopée de copains dans la même situation, on trouve toujours deux conneries à faire pour passer le temps dans la cité.

Si on ajoute à cela la propension à la victimisation dont ils ont hérité, propension encouragée par la bienpensance et les organisations de défense des « musulmans discriminés » qui absolvent tous leurs écarts, on entre de plain-pied dans la délinquance.

Et de la délinquance au grand banditisme, il n’y a qu’un tout petit pas à faire.

Alors, oui, nous pouvons dire que la politique sociale de la France, telle qu’elle a été pratiquée depuis quarante ans, est responsable d’avoir engendré des taulards à foison.

Mais pour passer du grand banditisme au djihadisme il y a un gouffre que, seule, la religion peut faire franchir.

Et nous revoilà dans nos ghettos. Ces fameux ghettos que Kepel dénonce par le seul fait qu’ils existent. Mais la religion n’est pas une affaire de cohabitation dans les cités. La religion est la conviction, la croyance la plus intime de chaque être humain.

Pour quelle raison l’ignoble Kepel accuse la France d’avoir, par sa « politique sociale », endoctriné les Arabes à l’islam ?

Car c’est bien de cela dont il s’agit. En accusant la France d’avoir fait de ces prisonniers, des djihadistes, il légitime les attentats qui ont frappé la France – et ceux qui ne manqueront pas de venir- comme si c’était un juste retour des choses pour celle qui les a créés.

Non, non ! Kepel, ne connait rien aux arabo-musulmans. Ceux pour qui le coran est la seule parole à entendre et à écouter. Il vit dans sa bulle. Il fait son intéressant. C’est un BHL-bis de la littérature bienpensante française.
Comme Macron, aussi, il a tôt fait d’accuser la France de tous les maux mais, surtout, de ses actions qui sont forcément discriminatoires envers les musulmans.

Qu’un musulman tue une femme juive, qu’un musulman égorge un prêtre catholique, qu’un autre musulman tue une centaine d’innocents avec son camion ou bien qu’ils se mettent à plusieurs musulmans pour décimer toute une jeunesse dans une salle de spectacle sont des actes explicables, selon Kepel, puisque la France est coupable !

Allez donc vous faire voir Kepel ! Vous et tous ceux qui culpabilisent la France et sont prêts à la donner à des islamistes déguisés en citoyens honorables comme ces candidats musulmans qui espèrent bien faire un pas de géant aux prochaines législatives.

Martine Chapouton

image_pdfimage_print

11 Commentaires

  1. Les « spécialistes de l’Islam » en peau de lapin sont légion dans les merdias : j’attends avec impatience celui qui nous débarrassera rapidement et définitivement du problème…

  2. Malheureusement, le FN ne gagnera jamais.

    Il faudrait que tous les politiques patriotes se rassemblent pour fonder un mouvement souverainiste et patriote.

    Je verrais bien Nadine Morano, Natacha Polony, Henri Guaino, Nicolas Dupont-Aignan, Geoffroy Didier…

    Ce mouvement aurait de la gueule et serait « propre ».

    Fini d’être carriéristes ou ambitieux, l’avenir de la France souveraine est entre leurs mains et il est temps de quitter cette Union européenne qui a ruiné culturellement, financièrement et socialement la France qui était un des modèles de grandeur dans le monde !

  3. Il est facilement vérifiable que les musulmans se regroupent par affinité. On peut même dire qu’ils s’isolent par conviction religieuse, de peur d’être infectés par les infidèles (Kouffars).

  4. Képel oublie de dire que les occidentaux ont fui ces quartiers , quand ils le pouvaient. .Si les musulmans vivaient comme tout le monde, il n’y aurait pas de quartiers ghettos.En pyjama ou chemise de nuit à midi , les sacs poubelles éventrés dans la rue, les gamins qui jouent dans les cages d’escalier, la mère qui laisse son gamin de 5 ans jouer seul au bord d’un lac , car « la baignade est gardée?????!!!!!Le gamin se noie, on veut lyncher le maitre nageur, ben voyons.C’est celà que nous ne pouvons plus supporter!!!!!!!

    • Déjà dans en 1976, mon épouse alors âgée de 10 ans se faisait cracher dessus dans son immeuble défavorisé…. Casse toi sale Française ! Les gamins chiaient dans les ascenseurs, elle l’a vécu. Donc leur ghettoïsation, ils l’ont bien voulue eux même ! Sa famille à donc quitté l’immeuble et bien d’autres…

  5. Les péroraisons pleines de suffisance et de morgue de Gilles Kepel à la Télévision me donnent envie de vomir depuis longtemps. Kepel se prend pour un spécialiste mais ne connait rien à l’Islam. Tout son soit-disant savoir est intellectuel. C’ est un Universitaire type. C’est un sot et un fat. Et un archétype du bobo-socialo-intello. Il n’a rien compris à la religion d’Allah… Moi qui connait l’Islam de l’intérieur depuis des décennies, j’affirme que la lecture qu’il fait du terrorisme islamique est non seulement sans valeur, mais très dangereuse, car elle fait reposer la responsabilité ultime du phénomène sur nous les Français, alors que le coupable, c’est tout simplement l’Islam… Merci Danièle Lopez d’avoir épinglé ce moins-que-rien.

  6. La loi el Khomry, suivant le droit européen (ce qui n’excuse rien) qui est intervenu ensuite, permet d’imposer l’expression de ses opinions religieuses au travail, alors que ce n’est pas l’objet d’un contrat de travail. Un salarié doit fournir la tâche contractuellement requise. Il n’a pas à faire part de ses idées politiques ou philosophiques. Pourquoi cette dérogation pour l’islam, principalement semble-t-il, puisque le gros du contentieux dans ce domaine concerne l’islam (exception faite du cas récent d’une catholique ayant refusé de prêter serment à la RATP) ? Rien ne justifie le droit de porter un signe islamique au travail. Or, actuellement, en principe, c’est autorisé. C’est scandaleux, mais les Français ont voté…

  7. Pour mémoire: Kepel , il avait bien fermé sa gueule pendant quelque temps, parce que juste avant les attentas du Word Trade Centre (septenbre 2001) il déclarait partout que l’Islam était une religion pacifique .
    Commentaires bouddhistes Quand on est con, c’est pour la vie…

Les commentaires sont fermés.