À quoi sert l’idéologie ?

En général, on croit en une certaine idéologie en raison des avantages perçus ; elle est un outil pour améliorer sa position dans la vie et la société. Les croyants (en une religion) croient en raison du bénéfice de la croyance. Vous adorez un dieu, vous lui accordez du pouvoir, puis il vous accorde sa miséricorde. Ou pas. Abstraitement (par l’idée de Nietzsche) et factuellement, Dieu est mort. C’est à se demander s’il a réellement existé. On parle alors de transaction. Une idéologie est plus qu’une simple transaction, on peut certainement dire qu’elle est au-delà d’une transaction. Il s’agit en quelque sorte d’un fondement, de la base de notre vision des choses.

Pourtant, cette base peut être différente, alors comment concilier les différences et établir une fondation vraiment grande ? Qu’en est-il des idéologies différentes qui apportent le même résultat, y a-t-il vraiment une différence ? Une idéologie est-elle meilleure qu’une autre, si l’une dit que la sagesse est cruciale, alors que l’autre dit que la sagesse est une nécessité ? Qu’en est-il de leur valeur ? N’ont-elles pas le même poids et doivent-elles toutes deux être suivies ? Pourtant, en suivant les deux, on se heurte à des contradictions, une idéologie peut dire qu’aucune autre ne peut éclairer sa majesté. Les dieux n’aiment pas voir l’attention de leurs adorateurs divisée, beaucoup interdisent donc le culte d’autres divinités qui ne sont pas eux-mêmes. La première réponse à ce dilemme pour déterminer quelle idéologie suivre, si les deux donnent la même récompense, est d’aller avec l’idéologie qui donne cette récompense le plus facilement. Car le déterminant n’est plus le poids de la valeur obtenue, mais l’effort pour l’obtenir. Il faut aller vers l’idéologie qui a la transition la plus douce vers l’obtention du résultat, celle qui bénéficie au plus grand nombre d’individus, avec le moins de dommages.

C’est la réponse logique à la détermination des idéologies. Pourtant, la vérité finale pour déterminer les idéologies est de les modifier de manière à ce que des idéologies supérieures émergent de la collection précédente. De nombreuses idéologies donnent des récompenses différentes, beaucoup donnent des récompenses similaires, beaucoup donnent les mêmes récompenses, avec de nombreux chemins pour les obtenir, tous dispersés à travers les idéologies. Dans ce cas, l’assimilation de la valeur de toutes les idéologies, et l’élaboration théorique d’une idéologie supérieure qui dépasse toutes les autres qui lui ont donné naissance, est la meilleure stratégie. Le but des idéologies est donc d’améliorer les individus et le destin des idéologies est de donner naissance à des idéologies de plus en plus grandes.

Hassan Ejaaibi

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. L’idéologie, c’est le contraire de la raison
    Une sorte de religion

  2. L’idéologie? C’est de la merde. Je prefere de loin la réflexion, l’ouverture d’esprit et le libre arbitre. Un exemple? Macron qui refuse de fermer les frontières lors du début de la pandémie. C’était de l’idéologie et c’était stupide. Tout ce que publie RL est à 99% de l’idéologie. Et je m’arrêterai là 🙂

  3. Vous confondez religion et idéologie et vous avancez le postulat que Dieu est une invention humaine. Si Dieu est réel, indépendant de sa création, alors l’homme se soumet à la réalité : pas d’idéologie. Si l’homme est Dieu, alors il est en droit de créer son propre monde, idem si Dieu n’existe pas. Voilà où commence l’idéologie et où finit la religion, encore que… car quand l’homme se divinise…

  4. « À quoi sert l’idéologie ? »

    Heulà ! C’est dur comme question !

    Ça demande réflexion …

    Mais du coup, à quoi sert la réflexion ?

    Bonne nuit .

  5. une idéologie encore plus grande !
    mais moi simple pékin peu éduqué je n’ai pas envie d’atteindre les cieux, sinon le septième au lit

  6. Faux ! Les idéologies sont toutes imparfaites en ce qu’elles sont fondées par des hommes, eux-mêmes loin d’être parfaits et toujours animés par des desseins plus ou moins nobles..
    Ne pas choisir d’idéologie vous protège de l’erreur et vous rend invulnérable. A l’inverse, ceux qui croient ardemment à une idée et la défendent, seront inévitablement manipulés par des politiciens in sincères et corrompus.

    • D’accord avec vous. D’autant plus aujourd’hui où il en fleurit des multitudes…D’abord prendre un recul qui permet de s’extirper de cette foule déchaînée pour ne pas se laisser piéger au jeu de cette accumulation d’informations qui ont pour but des « noyer les poissons ».

Les commentaires sont fermés.