A-t-on encore le droit de parler de « préférence nationale » en France ?

Publié le 4 juillet 2011 - par - 1 206 vues
Share

L’un des grands arguments qu’utilisent les adversaires de gauche à l’encontre du Front National pour le traiter de « xénophobe » voire de « raciste » est qu’il prône la « préférence nationale » dans différents domaines : priorité à l’emploi et aux logements, prestations sociales différentes, etc.

Dans leur hystérie judiciaire, les groupuscules dits « antiracistes » devraient donc faire des procès à tous ceux qui proposent de légiférer dans le sens de la « préférence nationale » dans tel ou tel domaine, puisque serait « raciste » à leurs yeux le fait que les Français et les étrangers n’aient pas exactement les mêmes droits.

Le but de ces organisations et de partis se réclamant de la gauche entre évidemment dans le cadre de leur entreprise de « mondialisation » ou d’« alter-mondialisation ». Ce projet veut effacer la notion même de Nation par différents détours, et en particulier en voulant effacer toute différence de droits et de devoirs entre ceux qui ont la nationalité française et ceux qui ne l’ont pas. Ne demandent-ils pas déjà le droit de vote – pour le moment uniquement aux élections locales – pour les étrangers qui résident dans notre pays ? La défunte Halde n’a-t-elle pas pondu moult « délibérations » pour dire qu’elle trouvait « discriminatoire » telles ou telles choses parce que les étrangers ne pouvaient y accéder de fait ?

Mais ces organisations et ces partis n’osent pas avouer leur but d’effacer la notion de Nation. (Du moins celles de l’Europe, puisque les nations algérienne, tunisienne, etc. ont droit à tous leurs égards, et qu’ils réclament à cor et à cri la création d’une Nation palestinienne…) Alors on utilise la vache à lait classique du procès médiatique ou judiciaire en « racisme », « discrimination », et même « incitation à la haine et à la violence à raison de… » tant qu’on y est.

C’est ainsi que SOS-Racisme veut traîner en justice pour « propos discriminatoires » le député UMP de la Creuse Jean Auclair (1). Qu’a donc fait cet hérétique pour être brûlé sur le bûcher du politiquement correct de gauche ? Voici in extenso les paroles incriminées, tenues dans l’émission « les Grandes gueules » de RMC le 23 mai et qu’on peut vérifier sur une vidéo (2) :

« Mais il a 200 fois raison. Moi je vois, dans la Creuse, toutes les entreprises, ce sont des Français pure souche qui s’appellent Martin ou Dupont. Naturellement à Paris, c’est pas tout à fait pareil.
– Parce que quand on s’appelle Mohammed, on n’est pas français ?
– Si, il en a mais c’est pas tout à fait pareil. Parce que ça se remarque plus facilement. Et moi j’ai remarqué, jeudi matin en allant visiter Rungis avec des collègues du groupe, j’étais surpris de voir que dans un magasin, une salle où il faisait un petit peu frais, c’était des travailleuses pakistanaises. Je trouve ça inadmissible parce qu’il  y a beaucoup de Français qui ne veulent pas faire des métiers manuels, des métiers durs. On se prend toujours pour Jésus-Christ superstar et on fait travailler… Moi je dis que c’est de l’exploitation. On fait venir des gens pour les faire travailler alors que les Français sont au chômage, au RSA.
– Mais ça fait tourner les entreprises.
– Ecoutez, les entreprises, elles pourraient tourner avec des Français pure souche. »

On se demande où est la « discrimination » dans ces propos, où du reste ce sont plutôt les étrangers qui sont plaints et les « Français pure souche » critiqués ! Ce qui gêne sans doute SOS-Racisme, c’est que Jean Auclair dise que finalement, on a assez de chômeurs en France pour ne pas faire venir encore plus d’étrangers. Auxquels bien sûr la gauche de Martine Aubry à Mélenchon en passant par Eva Joly donnerait le droit de vote si elle passait au pouvoir ! SOS-Racisme joue parfaitement son travail de courroie de transmission du Parti socialiste, et d’ailleurs il a été créé pour ça.

Jean Auclair ne prône donc même pas la « préférence nationale » dans ce qu’il dit.

Alors que penserait SOS-Racisme des propos du ministre britannique du Travail qui vient d’appeler les entreprises du Royaume-Uni à employer en priorité les jeunes chômeurs britanniques, avant les travailleurs immigrés ? (3)

Que pensent les socio-démocrates mondialistes du P.S. du prédécesseur travailliste de ce ministre, qui avait lancé le slogan « les emplois britanniques pour les travailleurs britanniques », slogan imposé par… les syndicats britanniques de gauche ? (4)

Et ça s’appelle tout simplement la « préférence nationale » à l’emploi, respectable à gauche outre-manche et « discriminatoire » à gauche en France.

Ce dont s’aperçoivent les peuples européens, c’est qu’à l’heure actuelle, les immigrés ont besoin d’eux, des emplois et des prestations qu’ils fournissent et non l’inverse. C’est en termes évidemment bien plus feutrés que Malika Sorel dit sensiblement la même chose dans une longue interview à Fréquence Protestante (5). En résumé, si « vous » êtes venus chez « nous », c’est que « nous vous » apportons beaucoup de choses, pour « vous », pour « vos » enfants, que « vous » ne trouviez pas dans « vos » pays d’origine. Alors un peu de respect pour le pays d’accueil tout de même ! Et Malika Sorel prône évidemment l’assimilation : « vous vous » assimilez totalement à la France et à « son » peuple, « vous » faites « vôtres son » Histoire, « sa » culture, « ses » us et coutumes (et non les « vôtres »), ou sinon il n’y a aucune raison de « vous » donner « notre » nationalité… voire de « vous » garder chez « nous ». Malika Sorel plaide également pour un arrêt de l’immigration extra-européenne tant que l’on n’a pas réglé les problèmes de non-assimilation actuelle.

Oskar Freysinger et Geert Wilders disent à peu près la même chose, alors qu’une Marine Le Pen est plus prudente sur ce terrain, et prône l’assimilation massive et au forceps de tous ceux qui ont une carte d’identité française. Mais peut-être que son idée de dénoncer toute bi-nationalité va obliger à faire un peu de ménage dans les esprits. Quant aux Identitaires, ils sont pour une « démigration » de ceux qui n’ont pas une « identité » française ou européenne.

Ne nous leurrons pas. Malgré les gesticulations de SOS-Racisme, Licra, Mrap et autres officines de lobbying « antiraciste », la « préférence nationale » (ou plutôt la « préférence Français ou Européens de souche ») joue de plus en plus à l’embauche, dans le logement, etc., et même dans les milieux associatifs. Vous l’avez sans doute constaté autour de vous. Et ce n’est pas la construction de méga-mosquées, le halal pour tous, le hijab et les horaires aménagés pour le ramadan qui va diminuer cette réaction des « FDS », bien au contraire.

Dans son interview, Malika Sorel explique très bien que cette réaction est une évolution inévitable, car les Nations sont des êtres vivants qui se définissent par un peuple, un territoire, une langue, des principes, des us et coutumes, des lois écrites ou implicites, et que ces êtres vivants réagissent à l’intrusion de corps étrangers non assimilés (ou non assimilables). C’est vrai partout en Europe, et c’est ce rejet d’une greffe qui ne prend pas qui est inévitable. Et non le « métissage », la « diversité » et autres sottises qui ne sont que des supports idéologiques mondialistes démentis par la réalité.

Malika Sorel prend même une comparaison osée : l’Algérie française. Elle considère comme étant un mythe une Algérie « métissée » où vivaient ensemble « Européens » et « musulmans » (c’était les termes de l’époque, ce qui en dit déjà long…) Il y a eu très peu de « métissage », chaque communauté vivait séparément parce qu’elles ne partageaient ni la même Histoire, ni les mêmes valeurs religieuses et philosophiques, ni la même justice (les musulmans ayant voulu conserver la charia), etc. Le divorce entre « Européens » et « musulmans » de l’Algérie coloniale était inévitable. Le fait qu’il se soit passé d’une manière violente est un autre sujet, complexe, mais qui n’enlève rien à l’incompatibilité entre Marianne et Mahomet.

[youtube UCs4ZcsDo4E]

Cette comparaison faite par Malika Sorel sous-entend qu’on assiste à une colonisation musulmane et africaine de peuplement, et que cette colonisation sera tôt ou tard rejetée par le corps social et national français. Certainement pas par « la valise ou le cercueil » (sauf pour de rarissimes excités réellement racistes), mais par la « préférence nationale », légalisée si Marine Le Pen arrive au pouvoir, ou spontanée et discrète comme à l’heure actuelle.

Un autre exemple nous est donné par l’Espagne, qui connaît un fort taux de chômage. Les entreprises agricoles ont donc appliqué la « préférence espagnole de souche », et dans certaines régions comme dans la province de Murcie, déjà la moitié des immigrés extra-européens (principalement des Marocains) sont retournés au pays natal (6). Et il est à noter que cette « démigration » volontaire et partielle apporte la fermeture en nombre proportionnel de commerces halal, de « souks » et de mosquées, ce qui doit réjouir plus d’un Espagnol de Murcie…

D’ailleurs, 51% des Français sont favorables à ce que leur gouvernement demande aux immigrés de quitter le pays s’ils n’ont pas un emploi (contre 35% qui y sont opposés) ; et quand on teste plusieurs pays européens (Allemagne, Espagne, France, Italie et Grande-Bretagne) on arrive au score moyen de 70% favorables (contre 22% opposés) ! (7) Quant à la « préférence nationale » dans les concours administratifs, elle ne semble  guère contestée par les Français, y compris par les syndicats mondialistes  qui ne souhaitent guère se mettre à dos la fonction publique !

La greffe massive musulmane et africaine sur les « vieilles nations » européennes est un échec. Et les « antiracistes » se fourrent le doigt dans l’œil en croyant qu’ils soigneront le rejet de cette greffe en l’assignant devant les tribunaux. Ajoutée au fait que la « préférence nationale » commence à faire son entrée dans le débat public (y compris à l’UMP), il nous faut préparer un divorce le plus amiable possible entre Marianne et Mahomet, pour éviter une guerre d’Algérie à l’envers. Tout en pouvant laisser la possibilité à chacun de nos compatriotes d’origine musulmane de préférer maman Marianne à papa Mahomet.

Assimilation massive, « préférence nationale », ou « démigration » ? Dans tous les cas, ni SOS-Racisme ni  ses complices n’empêcheront les Français d’en débattre librement, et il vaut mieux qu’ils en débattent librement pour éviter des réactions violentes et réellement racistes.

(1) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/30/97001-20110630FILWWW00652-sos-racisme-plainte-contre-jean-auclair.php

(2) http://www.youtube.com/watch?v=nRG-4ifpjVE

(3) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/07/01/97001-20110701FILWWW00487-gb-preference-nationale-pour-les-jeunes.php

(4) http://www.youtube.com/watch?v=PQc7Sv0vHUI

(5) http://www.fdesouche.com/222021-malika-sorel-sur-frequence-protestante-audio

(6) http://www.yabiladi.com/articles/details/350/espagne-retour-massif-marocains-murcie.html

(7) http://www.harrisinteractive.com/news/datatables/HI_FinancialTimes_HarrisPoll_GlobalOmnibus_Eurotables_Mar09.pdf cité in http://ripostelaique.com/Une-large-majorite-d-Europeens.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.