A Thierry Canals, policier du goulag de La Salvetat, et à tous les nostalgiques du Mur…

Publié le 4 janvier 2018 - par - 98 commentaires
Share

Ainsi donc, Thierry Canals ne peut pas supporter que des gens qui ne pensent pas comme lui puissent s’installer dans la ville qu’il habite depuis plus de vingt ans. Blogueur chez Médiapart, militant de la France Insoumise de Mélenchon, il affirme ne pas supporter l’homophobie et l’antisémitisme supposé des Brigandes.

Donc soyons clairs, sa demande consiste à faire expulser un groupe d’une vingtaine de personnes, avec des enfants, qui ont choisi, librement, de partager une communauté de destins, parce qu’ils partagent des valeurs communes. Que nous les partagions intégralement ou non n’est pas la question. Manifestement, mis à part deux ou trois personnes proches du dénommé Canals, le village entier se fout de leur présence, n’y voit aucune menace, et le maire du village respecte les choix de vie de ses administrés, chez lesquels il ne distingue aucun trouble à l’ordre public.

Mais le verdict du tribunal du peuple, incarné à La Salvetat par le seul Thierry Canals, représentant de l’avant-garde éclairée des masses populaires, a tranché : les Brigandes seraient antisémites et homophobes, et cela serait une secte ! Il faut donc les virer du village, et donc les condamner à une mort sociale, puisqu’après une telle publicité, plus personne ne voudra les accueillir.

Mais cette crapule stalinienne, pour reprendre l’expression historique de Daniel Cohn Bendit en 1968, défend l’islam mordicus, et les soldats d’Allah inconditionnellement, eux qui se réclament justement d’un livre, le Coran, et d’une doctrine, l’islam, qui prônent ouvertement l’homophobie et l’antisémitisme, et constituent une parfaite synthèse du racisme, de l’apartheid et de l’esclavage.

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/03/faites-savoir-au-resistant-de-pacotille-thierry-canals-ce-que-vous-pensez-des-brigandes-et-de-lui/

Ce résistant de pacotille, pour reprendre l’expression de Résistance républicaine, se comporte, de manière totalitaire, en parfait petit policier du goulag qu’il rêve de voir s’installer en France.

Des comme lui, il y en a des milliers en France. Ils sont lecteurs de Médiapart, de l’Humanité, militent chez les Insoumis, au PCF, à NPA, à la LDH, au Mrap, à la Licra, à Sos Racisme, dans les mouvements féministes sectaires et gauchistes, ou chez les antifas.

Alors qu’un vrai Voltairien se bat pour la liberté d’expression, le policier du goulag réclame l’interdiction de tout ce qui ne lui convient pas.

Alors qu’un vrai amoureux de la liberté d’expression ne va pas voir une pièce ou un spectacle qui ne lui convient pas, et accepte que d’autres puissent en profiter, le policier du goulag lance la chasse à l’auteur, à la municipalité qui a accordé une salle, et multiplie les intimidations pour faire interdire la pièce ou le livre.

Alors qu’un vrai amoureux du droit de manifester respecte celui de ses opposants, le policier du goulag organise des contre-manifestations, avec la complicité du Préfet de police, pour amener celui-ci à interdire les deux rassemblements prévus.

Mélenchon et Charlie Hebdo sont du même moule, eux qui voulaient interdire l’existence légale du Front national, et qui n’ont jamais opéré la moindre auto-critique sur leur passé peu glorieux.

Corbière et Fourest sont du même moule, eux qui voulaient faire interdire les Assises contre l’islamisation de nos pays, en décembre 2010.

Corbière est encore du même moule, lui qui a fait interdire Pierre Cassen et Christine Tasin d’un salon littéraire du Bnai Brith, qui devait éditer leur livre sur ces assises. Corbière encore a essayé d’empêcher le livre de Lorant Deutsch, « Le Métronome », qui ne lui plaisait pas idéologiquement, faisant selon lui la part trop belle à la monarchie, et pas assez belle à la République.

Toujours dans le même moule l’économiste des écolos, Thomas Porcher, qui conditionne le droit à l’humour à une société plus juste, fait partie de ces petits policiers du goulag qui auraient fait merveille dans tous les régimes totalitaires.

Que dire de ces paroles inoubliables de l’ineffable Clavreul, qui, décoré du prix de la Laïcité par le Comité Laïcité République, va oser commémorer, au nom de la défense de la liberté d’expression, les 3 ans de Charlie Hebdo ? Policier du goulag dans l’âme, le camarade Clavreul, même si l’affirmer cela vaut un procès à Pierre Cassen et à Riposte Laïque !

https://www.youtube.com/watch?v=3CW2T98hrLs

Des Canals, des Mélenchon, des Corbière, des Fourest, des Porcher, des Clavreul, des antiracistes de pacotille, des antifas miliciens du régime, des commissaires politique de la bien-pensance, il y en a des milliers en France, prêts à pourrir l’existence de ceux qui ont le malheur, comme les Brigandes, Riposte Laïque ou Eric Zemmour, de ne pas penser comme la doxa officielle l’exige. Ils sont les cancers de la parole libre.

La France ne redeviendra le pays de Voltaire que quand elle aura abrogé les lois Pleven-Gayssot-Taubira, et quand seules les personnes victimes de préjudices pourront ester en justice.

La France ne redeviendra le pays de Voltaire que quand on pourra librement débattre des réalités du communisme, de son passif, de ses millions de morts, et de l’idéologie totalitaire qui a permis ces crimes, et ces politiques liberticides.

La France ne redeviendra le pays de Voltaire quand tous les sujets historiques, sans aucune exception, pourront être librement débattus.

La France ne redeviendra le pays de Voltaire que quand on aura définitivement renvoyé dans les poubelles de l’Histoire les policiers du goulag qui continuent d’opérer impunément sur notre territoire, et à pourrir la liberté d’expression que tout le monde enviait à notre pays.

Faut-il rappeler à ces nostalgiques du Mur de Berlin que celui-ci est tombé, et qu’à ce moment là, aucun Occidental de l’Ouest n’a demandé à passer à l’Est, où pourtant ils auraient été dans leur élément ?

Paul Le Poulpe

Share

cet idiot parle d adversaires nous on parle d enemmis qui conbattent notre france millennaire

Rassurez-vous la Salvetat vit normalement. Personne n’est sous l’emprise des brigandes il n’y a que Monsieur Canals et sa bande d’illuminés pour essayer de faire croire que le village est hypnotisé. c’est lui qui sème la haine essaye de diviser les habitants sans y parvenir heureusement et on en a tous marre de ses publications et des ses invectives envers des gens qui ne font rien à personne et ne cherchent à convaincre personne de leurs idées. Ils sont plus polis aimables et serviables que certains. je peux en parler en connaissance de cause je les côtoie tous les jours.