Abad et Djebbari contestent-ils que le nazisme, c'est de la merde ?


Dans l’affaire Mila, on a droit aux pires ignominies de la part de nombre d’élus.
Prenons monsieur Damien Abad qui s’est répandu en assénant que « Ce qu’a dit Mila n’est pas acceptable (…) Quand la liberté d’expression est détournée pour créer de la haine anti-religieuse, il y a une barrière à mettre ».
Monsieur Abad vient donc réprimander quelqu’un qui dit la vérité sur l’islam, et dans le même temps, c’est bien le slogan des « en marche », donne l’impression de faire passer au second plan, voire d’adouber les appels au meurtre du CFCM et des adeptes de cette idéologie nauséabonde islamique.
On peut résumer sa pensée en affirmant qu’il interdit la parole critique contre l’islam et les musulmans, et dans le même temps autorise l’égorgement des non musulmans par lesdits musulmans.
Curieuse conception de la hiérarchie des crimes.
Une telle asymétrie pose l’interrogation de sa conversion clandestine, et la pratique avec l’ardeur du nouvel adepte de la taqîya pour tenir de tels propos.
Prenons maintenant les propos de monsieur Djebbari dont le début paraît plus mesuré : « Il faut sanctionner tous ceux qui ont insulté et menacé de mort Mila », mais dont la suite est tout aussi insupportable à entendre : « mais la manière dont elle s’est exprimée, avec beaucoup de vulgarité, n’est pas acceptable ».
Il est au contraire plus qu’acceptable, indispensable, salutaire écris-je, d’entendre les bonnes vérités à dire sur les idéologies nauséabondes qui polluent et empestent notre pays, et la supposée vulgarité du propos de Mila est totalement proportionnée aux exactions et crimes contre l’humanité que prône le Coran à l’encontre de ceux qui n’y adhèrent pas.
Messieurs Abad et Djebbari iraient-ils soutenir que le nazisme ou le Pol Potisme, par exemple, ne sont pas des idéologies de merde ?
Mais que ne le disent-ils pas clairement sur les plateaux TV, que tout citoyen prenne connaissance de leurs pensées intimes.
Après, chacun se fera son opinion sur ces personnes.
Car c’est ici que nos deux récipiendaires font une confusion monumentale entre religion et idéologie nauséabonde.
Mila n’insulte aucune religion, n’a jamais insulté ni n’insultera jamais aucune religion en parlant comme elle l’a fait de l’islam, elle n’a fait que faire connaître au monde la révélation qu’elle a eue de la réalité de haine criminelle islamique, rien de plus.
Si ces messieurs Abad et Djebbari faisaient l’effort de lire le Coran, ils seraient obligé de reconnaître que cet opuscule exhale une haine fétide envers qui n’est pas musulman.
Et je pose ici solennellement la question à l’ensemble des nos politiciens, parquets, procureurs et juges de France : comment se fait-il qu’un tel ouvrage d’incitation à la haine, depuis les lois mémorielles, ne soit pas déjà interdit dans notre pays, les mosquées rasées, et les musulmans encore libres de véhiculer leur haine partout dans nos espaces publics ?
C’est toute l’erreur de nos putatifs bien-pensants qui, sous couvert de vouloir laisser la parole à l’Autre sans contrainte ni critique, ne font en réalité que donner leur liberté d’action aux assassins musulmans d’agir tout leur saoul.
Tous nos guignols des plateaux TV devraient faire l’effort d’une petite prospection passéiste sur les faits divers d’antan, et se poser des question pertinentes au lieu de ratiociner.
Comment se fait-il que la France du XXIe siècle en soit arrivée à déplorer des milliers d’égorgements et coups de couteaux tous les ans dans ses espaces publics, la renvoyant à l’Algérie des années 90 ?
Comment se fait-il que l’Éducation nationale, dont l’un des rôles est aussi de protéger les élèves qui lui sont confiés, soit, au XXIe siècle, incapable d’assurer la sécurité d’une seule élève dans un pays de 66 millions d’habitants ?
Comment se fait-il qu’il y ait dans une France du XXIe siècle des zones interdites aux Français de souche ?
Mais comment a-t-on pu en arriver là ?
Tout citoyen qui a connu la France des années 60 et 70 peut faire le parallèle avec aujourd’hui, et est fondé à se demander quel est ce pays de politiciens abrutis dans lequel il habite maintenant.
Et s’exclamera « mais ce n’est plus mon pays, ce n’est plus la France. Qu’ont fait ces ordures politiques à ma Patrie ? ».
Poser la question en ces termes, c’est déjà sentir monter en soi l’envie de meurtre.
Si on en est là, outre l’immigration incontrôlée, c’est aussi parce que l’islam n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais une religion, mais une doctrine politique de soumission à un État totalitaire sous couverture religieuse.
Comme dans les pays musulmans où la charia deviendrait la norme à la place du Code civil et du Code pénal.
Situation contraire à la Constitution française qui a su séparer le religieux de l’État depuis 1905, renvoyé le spirituel à la sphère privée, et surtout ne reconnaît pas la liberté religieuse d’égorgement du mécréant, du juif ou du chrétien.
C’est la seconde bonne raison, après l’incitation à la haine véhiculée par le Coran, pour interdire cette idéologie et expulser tous ses adeptes du sol national.
Et c’est pour cela que je répète que Mila, contrairement aux glapissements des glands, n’insulte, n’a jamais insulté ni n’insultera jamais aucune religion en parlant comme elle l’a fait de l’islam, car n’a fait que dénoncer l’idéologie d’un système totalitaire « en marche » qui voudrait s’imposer dans notre pays.
Sans qu’une majorité de politiciens, totalement abêtis et benêts du chihuahua n’y aient rien compris, incapables de discerner une religion d’un fascisme sous couverture religieuse.
Du coup, on est obligé de reconnaître la faillite totale de notre système éducatif et de l’Université française, et il n’est plus étonnant que le pays glisse partout dans les classements mondiaux pour rejoindre les standards du quart-monde.
Quand des profs d’université ou de lycée commencent à fourrer dans le crâne de leurs arpètes que l’islam est une religion et rien d’autre, on n’est plus loin du naufrage.
Et quand le ministère de l’Éducation nationale va adouber les écoles coraniques, fabriques des égorgeurs de mécréants de demain, c’est le Titanic qui file vers son destin, Mila n’étant que l’opérateur radio empêché d’envoyer au monde entier le SOS de la dernière chance.
On ne s’étonnera guère alors de savoir que ces messieurs Abad et Djebbari soient les mauvais fruits d’une particulièrement mauvaise Éducation nationale.
Aristote, Voltaire, revenez vite, ils sont tous devenus vraiment cons par ici !!!!
On peut même se demander si Martinez et la CGT n’y sont pas pour quelque chose.
À force de coupures sauvages de courant chez EDF, il auraient réussi à éteindre toutes les lumières dans le jujube des zélites.
Disons à décharge de l’intimé Martinez que ça ne brillait déjà plus des masses là-haut depuis un bail.
Jean d’Acre

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. le pire c’edst que j’ai beau lire et relire Mein Khampf, je n’y trouve pas de propos de haine et de commandements à tuer telles ou telles ethnies, bon il dit des truc pas sympa le petit adolf, mais il ne dit pas qu’il va tuer tous ceux qui ne sont pas nazis, ni qu’il va tuer les juifs (bon on sent qu’ils ne les aiment pas trop, mais sans haine excessive), c’est himmler et gobbels qui ont mit en place la solution finale…par contre, dans le Coran, quasiment une page sur trois, il y a des propos haineux et des appels à egorger, bruler, violer, piller, ecraser, maudire, tous les incroyants….donc oui l’islam est pire que le nazisme….d’autant que les nazis etaient civilisés eux…les musulmans pour la plus part sont des rustres.

  2. Impécable analyse Monsieur d’Acre… »Mila n’etant que l’opérateur radio empêchée d’envoyer au monde entier le SOS de la dernière chance! »
    Insuportable réalité ..nos jours sont comptés

  3. « L’islam n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais une religion, mais une doctrine politique de soumission à un État totalitaire sous couverture religieuse. »
    C’EST LES DEUX. C’est pas une fausse religion, c’est une religion particulière.
    Pas de laïcité possible avec l’islam sans une dictature féroce car l’islam ne sépare pas le temporel du spirituel, l’islam ne rend pas à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
    L’islam est une religion qui contraint par la terreur et la violence ses adeptes soumis à s’imposer totalement et sans restriction tout un système de règles politiques et morales et à les imposer par la terreur et la violence aux autres, croyants soumis comme non croyants, jusqu’à ce que la terre entière se soumette entièrement à ce système religieux.

    • islam pas une fausse religion ? révisez vos classiques, c’est une secte de la pire espèce qui puise son inspiration dans la Bible des chrétiens et des juifs tout en blasphémant gravement ces religions en parlant de Jésus comme étant un simple prophète et non le fils de Dieu et en niant que le fils naturel d’Abraham est isaac et non ismael qui donnera naissance aux arabes puis à l’islam..
      c’est une secte satanique qui fait passer le Dieu de bonté et de justice des juifs et des chrétiens pour un dieu (allah) assassin, égorgeur, tortionnaire, exciseur, pédophile et j’en passe des meilleures…
      l’islam est un BLASPHEME contre l’humanité, une peste qu’il faut éradiquer, le nazisme puissance 1000 !

      • Son emblème, le voile islamique, symbole du gourou pédophile.
        Ils ont le gourou qu’ils méritent.

    • L’Islam c’est l’ensemble des pays qui se réfèrent au Coran. C’est une secte politique dominatrice qui pense arriver à ses fins en brandissant une idéologie meurtrière et assassine.

Les commentaires sont fermés.